Spinoza et Freud

5 participants

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Spinoza et Freud - Page 2 Empty Re: Spinoza et Freud

Message par neopilina Lun 27 Juil 2020 - 23:27

(

A Vanleers et hks,
Merci pour vos remarques ci-dessus sur le " Soi ", j'y réfléchis,  Spinoza et Freud - Page 2 2101236583  .

)

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 6459
Date d'inscription : 31/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Spinoza et Freud - Page 2 Empty Re: Spinoza et Freud

Message par Vanleers Ven 31 Juil 2020 - 22:13

Je reviens à un passage déjà cité de la  Note sur le rapport de Spinoza à Freud de Pierre Macherey

Pierre Macherey a écrit:C’est pourquoi il serait tout à fait vain de chercher chez Spinoza un concept d’inconscient, parce que, dans son système de pensée, il ne peut y avoir de place pour quelque chose qui ressemblerait à une topique : Spinoza a suffisamment combattu une doctrine des facultés de l’âme, d’inspiration cartésienne, pour ne pas réintroduire dans la vie mentale un système d’instances, la véritable éthique, à laquelle il parvient dans la dernière partie de son ouvrage, ayant justement pour caractère d’effacer tout ce qui pourrait ressembler à des instances, puisque la libération procède au contraire de l’égalisation de cette vie mentale.

Spinoza, en effet, ne distingue pas, par exemple, un moi et un soi.
Il parle d’idées adéquates (claires et distinctes) ou inadéquates (mutilées et confuses), d’affects actifs (actions) ou passifs (passions), d’homme libre et d’ignorant.
L’Ethique propose au lecteur de vivre en homme libre, c’est-à-dire d’échapper à la servitude des affects que Spinoza évoque au début de la Préface de la partie IV  :

Spinoza a écrit:L’impuissance humaine à maîtriser et à réprimer les affects, je l’appelle Servitude ; en effet, l’homme soumis aux affects est sous l’autorité non de lui-même, mais de la fortune, au pouvoir de laquelle il se trouve à ce point qu’il est souvent contraint, quoiqu’il voie le meilleur pour lui-même, de faire pourtant le pire.

Les affects actifs (les actions) naissant des seules idées adéquates et les affects passifs (les passions) dépendant des seules inadéquates (E III 3), les remèdes aux affects viseront à ce que les idées adéquates constituent la plus grande part de l’esprit (scolie d’E V 20)
Spinoza précise ensuite dans le scolie que « la connaissance claire et distincte, et principalement la connaissance du troisième genre dont le fondement est la connaissance même de Dieu » fait que les passions « constituent la moindre part de l’esprit ».
Cette connaissance, écrit-il, engendre l’amour envers Dieu « qui peut être de plus en plus grand et occuper la plus grande part de l’esprit et l’affecter largement »

En définitive, c’est l’amour envers Dieu (amor erga Deum) qui est le remède radical aux affects, c’est-à-dire la voie de la libération de l’homme
Comme l’écrit Victor Brochard. (Le Dieu de Spinoza) : « On peut regretter que Spinoza ne se soit pas expliqué plus complètement sur cette vie en Dieu, par où s’achève toute sa doctrine. ».

Vanleers
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2697
Date d'inscription : 15/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Spinoza et Freud - Page 2 Empty Re: Spinoza et Freud

Message par Bergame Sam 1 Aoû 2020 - 14:37

Jans a écrit:
l’Ethique n’est pas essentiellement une thérapie
A bien creuser la question, la psychanalyse n'est qu'indirectement une thérapie, elle est au premier chef ce que Freud nomme lui-même une métapsychologie : une connaissance du psychisme et de son fonctionnement.
Je ne suis pas trop d'accord. Freud est avant toutes choses un médecin, et la psychanalyse a, dès l'origine, une vocation thérapeutique. La métapsychologie dont tu parles est à la psychanalyse ce que la biologie est à la médecine.
Et c'est très important, parce que c'est l'erreur fondamentale que font la plupart des gens lorsqu'ils découvrent la psychanalyse : Fascinés par sa puissance interprétative, ils se mettent à analyser tout le monde, y compris ceux qui ne leur demandent rien. Or, Freud insiste régulièrement sur la limite entre le normal et le pathologique : Bien sûr, on peut "utiliser" la théorie psychanalytique pour comprendre le comportement humain normal, mais l'usage de la psychanalyse vis-à-vis d'autrui n'est justifié qu'à la condition d'une demande explicite de prise en charge -que formalise, du reste, le règlement des séances.

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
Bergame
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 3903
Date d'inscription : 03/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Spinoza et Freud - Page 2 Empty Re: Spinoza et Freud

Message par hks Sam 1 Aoû 2020 - 17:50

Jans et Bergame ont tous les deux de bonnes raisons . Spinoza et Freud - Page 2 2101236583
Difficile néanmoins de dissocier pratiques et théorie (s).

_________________
« il est plus important, pour une proposition, d’être intéressante que d’être vraie »
Whitehead
hks
hks
Admin
Admin

Nombre de messages : 10007
Localisation : Hauts de Seine
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Spinoza et Freud - Page 2 Empty Re: Spinoza et Freud

Message par Jans Ven 7 Aoû 2020 - 10:31

Bergame, je comprends ta réaction, d'autant que j'ai été longtemps de ton avis (et passionné au point d'en faire un site web : freudtraduction) ; mais une étude plus attentive m'a montré de sérieuses limites thérapeutiques et des points théoriques contestables (ceux que soulèvent Jung et Adler par exemple). Déjà, toute psychose est exclue, seules les névroses sont envisagées ; et encore faut-il que le patient non seulement comprenne mais assimile véritablement, incorpore ce savoir à son être pour qu'il y ait guérison au moins partielle (ce que Freud appelle Durcharbeitung der Widerstände : effacement des résistances, et pour une fois traduit par Laplanche-Pontalis par un néologisme malin : la perlaboration) ; car Freud avait constaté que donner une explication au patient, l'interprétation de ses symptômes, ne suffisait pas. Et puis, disons-le, ce n'est pas un secret, il a beaucoup menti sur ses succès.
Quant au paiement des séances, le montant est à la limite de l'escroquerie, sachant que chacun peut se dire psychanalyste au bout de 3 mois d'études (j'ai deux collègues de philo qui l'ont fait, ne pouvant réussir à l'agrégation).

_________________
‚καλούμενός τε κἄκλητος θεὸς παρέσται'
Vocatus atque non vocatus deus aderit

Invoqué ou non, Dieu sera là.
Jans
Jans
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 438
Localisation : IdF
Date d'inscription : 27/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

Spinoza et Freud - Page 2 Empty Re: Spinoza et Freud

Message par hks Ven 7 Aoû 2020 - 10:56

jans a écrit:Déjà, toute psychose est exclue, seules les névroses sont envisagées
Réponse bien argumentée. Spinoza et Freud - Page 2 1344125151

_________________
« il est plus important, pour une proposition, d’être intéressante que d’être vraie »
Whitehead
hks
hks
Admin
Admin

Nombre de messages : 10007
Localisation : Hauts de Seine
Date d'inscription : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Spinoza et Freud - Page 2 Empty Re: Spinoza et Freud

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum