Apologie de la science

Page 1 sur 11 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant

Aller en bas

Apologie de la science

Message par Emmanuel le Ven 26 Oct 2018 - 0:54

.

Avant Badiou, il y quand même Hegel. Badiou ne fait que prolonger Hegel en l'apposant comme qui dirait à Lévinas ...

Personnellement, je m'appuierais sur tout ça pour l'étendre à la science répondant à la question de savoir pourquoi il n'y a pas rien. En fait, la science ne répond par à la question en soi, elle ne fait aucune référence à Parménide, ni à Platon, ni à aristote, ni à quelque philosophe ou philosophie. Elle se contente de répondre à la question de savoir pourquoi et comment il y a cela, cela ou cela en réagissant par le dire du comment et du pourquoi ça, ça ou ça.

C'est une vue personnelle qui n'emmerde personne ni physiquement, ni philosophiquement, ni métaphysiquement. ni ce qu'on voudra, et qui a quand même le don de pas mal me réjouir.

Allêllouyiiach ...

https://www.nature.com

https://www.sciencemag.org

https://www.scientificamerican.com

https://www.pourlascience.fr

https://www.nature.com/scientificamericanmind/index.html

.


Dernière édition par Emmanuel le Jeu 8 Nov 2018 - 23:12, édité 1 fois
avatar
Emmanuel
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 854
Date d'inscription : 05/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par Agathos le Ven 2 Nov 2018 - 18:27

On fait dans la science ou dans la philo ? Je croyais que Digression était... etc. Qui l'eût cru.
avatar
Agathos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 75
Date d'inscription : 14/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par Crosswind le Ven 2 Nov 2018 - 18:30

Dès lors qu'un lien de sang est invoqué, la science s'invite. Mieux, rien n'échappe à la philosophie, pas même la science.

J'apprécie ta première contribution.

Crosswind
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1084
Date d'inscription : 29/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par Emmanuel le Ven 2 Nov 2018 - 18:39

.

Agathos pourrait répliquer :

« Rien n'échappe à la science, pas même la philosophie »

Je le fais à sa place ...

.
avatar
Emmanuel
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 854
Date d'inscription : 05/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par Crosswind le Ven 2 Nov 2018 - 18:42

Mais il ne le fera pas, car il sait que cela semble d'une véracité douteuse. A moins de croire que l'objet des sciences est un objet parfaitement objectif qui, à terme se suffira à lui-même en tant qu'Unité explicative.

Mais cela relève de la Foi. Et Agathos n'est pas religieux. N'est-ce pas?

Crosswind
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1084
Date d'inscription : 29/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par Crosswind le Ven 2 Nov 2018 - 19:10

La foi est nécessaire à la religion, l'inverse ne l'est pas. C'est vrai. En tant que religion, la religion juive exige une foi précise.

La science quant à elle n'exige pas la foi, tout en l'incorporant volontiers. C'est toute sa force.

Crosswind
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1084
Date d'inscription : 29/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par Emmanuel le Ven 2 Nov 2018 - 20:24

.

La science n'incorpore pas la foi, qui n'est pour elle qu'un objet d'études comme un autre, avec toutefois moins d'effets que celui qui a fait émerger la bombe atomique du matérialisme tout puissant ...

(les études sur la foi ont été exposées entre autres dans le bouquin suivant)





(et aussi dans les conférences données par les scientifiques du réseau des Brights, dont votre humble serviteur a l'honneur et l'avantage de faire partie)


http://www.the-brights.net

.
avatar
Emmanuel
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 854
Date d'inscription : 05/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par neopilina le Ven 2 Nov 2018 - 23:07

Emmanuel a écrit: " Rien n'échappe à la science, pas même la philosophie ", " La science n'incorpore pas la foi, qui n'est pour elle qu'un objet d'études comme un autre ".

Moui, genre de prétentions qui ont eu un grand succès au XIX° et au début du XX° siècle, les résultats ont été " mitigés " ou encore " spectaculaires ", ça s'appelle du scientisme. La science est parfaitement incapable de dire pourquoi je dis bonjour à Bidule et pas à Machin, etc.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4944
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par Emmanuel le Sam 3 Nov 2018 - 1:03

neopilina a écrit:
Emmanuel a écrit: " Rien n'échappe à la science, pas même la philosophie ", " La science n'incorpore pas la foi, qui n'est pour elle qu'un objet d'études comme un autre ".

Moui, genre de prétentions qui ont eu un grand succès au XIX° et au début du XX° siècle, les résultats ont été " mitigés " ou encore " spectaculaires ", ça s'appelle du scientisme. La science est parfaitement incapable de dire pourquoi je dis bonjour à Bidule et pas à Machin, etc.

Le scientisme est prescripteur, ce qui fait l'essence-même de sa pourriture à tous les siècles où il a tenté de s'imposer et y a réussi.

La science ne prescrit rien, elle permet simplement d'explorer, d'étudier et d'expliquer. À l'humain d'en faire ce qu'il veut, y compris des bombes à hydrogène, de la pourriture scientiste ou des chips à saveur de barbecue.

La science est incapable de dire pourquoi tu dis bonjour à Bidule ou à Machin pour la bonne raison que tu parles de science du vivant et que la science du vivant ne se développe pas sur des cas particuliers, mais sur des cas généraux. Elle te dit par exemple que tu est incapable d'avoir trois millions d'amis intimes à qui tu dirais bonjour tous les matins car ta capacité d'amitié se limite à 150 personnes (nombre scientifiquement établi puis mis à l'épreuve et confirmé scientifiquement).

La foi a été scientifiquement explorée, étudiée et expliquée. Elle n'empêche personne d'avoir la foi et ne force personne à devenir matérialiste athée, mais forts de ces explications, il y en a pas mal qui, après avoir été habités toute une vie par la foi, se tournent vers une explication naturaliste du monde en se détournant en conséquence d'une explication surnaturelle de ce monde.

C'est exactement ce qui se passe aujourd'hui-même en Amérique du Nord grâce aux Brights (dont je fais partie). (Je ne suis pas sûr que ce truc fonctionnerait auprès des musulmans français, et, tant qu'on y est, auprès des juifs français et des chrétiens français.) (Il faut dire que le nombre d'athées est particulièrement important, en France et que donc le problème ne se pose pas de la même façon qu'en Amérique du Nord, d'où je parle)

Cet enseignement naturaliste est particulièrement souhaitable depuis que se manifestent ouvertement ceux qui ne savent pas garder leur foi au sein de leur intimité et cherchent à l'imposer aux autres à coups de bombes visant les politiciens démocrates et athées sous l'effet de la haine disséminée par Trump auprès des républicains, dont certains, religieux à mort, ont muté en poseurs de bombes.

Pour résumer ce dernier point, la lutte contre les religions ne passe pas par un prosélytisme anti-religieux particulièrement contre-productif, mais par une exploration naturaliste et scientifique des raisons de croire en Dieu en vue de les expliquer soigneusement et patiemment à quiconque veut les entendre. Les autres peuvent tous se suicider pour rejoindre Dieu au plus vite. Nietzsche disait d'eux qu'ils ne devraient même pas avoir eu le droit de naître, le bougre.

.
avatar
Emmanuel
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 854
Date d'inscription : 05/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par neopilina le Sam 3 Nov 2018 - 2:34

Tu commences ainsi :

Emmanuel a écrit:Le scientisme est prescripteur, ce qui fait l'essence-même de sa pourriture à tous les siècles où il a tenté de s'imposer et y a réussi. La science ne prescrit rien, elle permet simplement d'explorer, d'étudier et d'expliquer. À l'humain d'en faire ce qu'il veut, y compris des bombes à hydrogène, de la pourriture scientiste ou des chips à saveur de barbecue.

Et pourtant, en poursuivant ainsi, tu montres que ton approche reste foncièrement scientiste, tu continues à empiéter scientifiquement là où la science n'a plus lieu d'intervenir. Je souligne et numérote :

Emmanuel a écrit:1 -La science est incapable de dire pourquoi tu dis bonjour à Bidule ou à Machin pour la bonne raison que tu parles de science du vivant et que la science du vivant ne se développe pas sur des cas particuliers, mais sur des cas généraux. Elle te dit par exemple que tu est incapable d'avoir trois millions d'amis intimes à qui tu dirais bonjour tous les matins car ta capacité d'amitié se limite à 150 personnes (nombre scientifiquement établi puis mis à l'épreuve et confirmé scientifiquement).

2 - La foi a été scientifiquement explorée, étudiée et expliquée. Elle n'empêche personne d'avoir la foi et ne force personne à devenir matérialiste athée, mais forts de ces explications, il y en a pas mal qui, après avoir été habités toute une vie par la foi, se tournent vers une explication naturaliste du monde en se détournant en conséquence d'une explication surnaturelle de ce monde.

C'est exactement ce qui se passe aujourd'hui-même en Amérique du Nord grâce aux Brights (dont je fais partie). (Je ne suis pas sûr que ce truc fonctionnerait auprès des musulmans français, et, tant qu'on y est, auprès des juifs français et des chrétiens français.) (Il faut dire que le nombre d'athées est particulièrement important, en France et que donc le problème ne se pose pas de la même façon qu'en Amérique du Nord, d'où je parle)

Cet enseignement naturaliste est particulièrement souhaitable depuis que se manifestent ouvertement ceux qui ne savent pas garder leur foi au sein de leur intimité et cherchent à l'imposer aux autres à coups de bombes visant les politiciens démocrates et athées sous l'effet de la haine disséminée par Trump auprès des républicains, dont certains, religieux à mort, ont muté en poseurs de bombes.

3 - Pour résumer ce dernier point, la lutte contre les religions ne passe pas par un prosélytisme anti-religieux particulièrement contre-productif, mais par une exploration naturaliste et scientifique des raisons de croire en Dieu en vue de les expliquer soigneusement et patiemment à quiconque veut les entendre. Les autres peuvent tous se suicider pour rejoindre Dieu au plus vite. Nietzsche disait d'eux qu'ils ne devraient même pas avoir eu le droit de naître, le bougre.

1 - Le fait que je dise bonjour à Bidule et pas à Machin n'a rien à voir avec les sciences du vivant (hormis modalités biologiques concrètes, scientifiques justement, bien sûr).

2 et 3 - Des références, des citations, une argumentation seraient bienvenues, je n'ai pas eu vent de ce genre de choses, alors que le sujet m'intéresse beaucoup. Je n'ai pas la foi, je dirais même que je suis dans un situation plus enviable que celui qui n'a que la foi. Ce n'est pas pour ça que je balaye d'un revers de la main ce genre de phénomènes, c'est même un tort considérable. Tu ne veux pas comprendre qu'en écartant ainsi le problème du Dieu, tu écartes aussi, avec, celui du Sens, alors qu'il est bien clair qu'ils sont liés depuis la nuit des temps. Je répète depuis toujours que les religions sont la préhistoire de la métaphysique. Si les religions et les Dieux sont des approximations telles que pouvaient, tant bien que mal, en produire nos ancêtres et encore certains de nos contemporains, même l'approximation la plus grossière reste une approximation de quelque chose. Il ne faut jamais éluder mais comprendre. Et ses connaissances ne ressortent pas d'une " exploration naturaliste et scientifique des raisons de croire en Dieu ", mais bien de la philosophie (ici entendue comme l'ensemble des disciplines s'occupant du Sens; la science, elle, s'occupant du sens).

Il y a une explication très simple sur le différentiel actuel : la philosophie n'a pas encore connu l'essor que la science a connu à partir du XVII° siècle, mais ça viendra.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4944
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par Emmanuel le Sam 3 Nov 2018 - 12:37

neopilina a écrit:Tu commences ainsi :

Emmanuel a écrit:Le scientisme est prescripteur, ce qui fait l'essence-même de sa pourriture à tous les siècles où il a tenté de s'imposer et y a réussi. La science ne prescrit rien, elle permet simplement d'explorer, d'étudier et d'expliquer. À l'humain d'en faire ce qu'il veut, y compris des bombes à hydrogène, de la pourriture scientiste ou des chips à saveur de barbecue.

Si tu n'as par compris ou ne vois pas le sens de ces deux affirmations : « le scientisme est prescripteur », « la science ne prescrit rien », je me demande comment je vais faire pour te l'expliquer ...

Je vais quand-même tenter la chose par une métaphore.

Partons si tu veux bien du principe que la science est un marteau (ce qui équivaut au fait qu'elle n'est qu'une méthode, rien qu'une méthode, qu'elle n'est qu'un outil, rien qu'un outil).

Le marteau est un objet, pas un sujet. il est donc objectif et pas subjectif. En tant qu'objet il est sans conscience. Mais le sujet qui l'utilise le fait suivant sa subjectivité (ou sa conscience subjective).

Tu peux toujours accuser le sujet de scientisme. Pas l'objet. Autrement dit, tu peux toujours accuser le scientifique de scientisme, en argumentant. Tu ne peux pas accuser la science de scientisme, même en argumentant.

Si le sujet décide que l'essence-même de la fonction du marteau est prescritive en ce sens qu'il ne doit servir qu'à casser des têtes, alors le sujet est scientiste.

Mais si le sujet décide que l'essence-même du marteau, c'est de planter des clous pour construire sa maison, alors il n'est pas scientiste, car, en effet, la fonction du marteau est fixée par l'objet qu'il est. Le scientifique n'a pas à en dire quoi que ce soit, en réalité.

Le scientifique FABRIQUE le marteau. Il ne prescrit rien de son utilisation.

Il a toutefois une conscience et peut dire que le marteau sers exclusivement à planter des clous pour construire sa maison, mais Il n'est pas responsable des crimes commis au moyen de sa fabrication.

Si par contre il se met à prescrire une utilisation du marteau visant à casser des têtes, alors là, oui, le scientifique se mue en scientiste.

Et tu ne peux toujours pas accuser le marteau de quoi que ce soit, y compris de scientisme.

neopilina a écrit:Et pourtant, en poursuivant ainsi, tu montres que ton approche reste foncièrement scientiste,
tu continues à empiéter scientifiquement là où la science n'a plus lieu d'intervenir. Je souligne et numérote :

Je vais tenter de t'expliquer le contraire.

neopilina a écrit:1 - Le fait que je dise bonjour à Bidule et pas à Machin n'a rien à voir avec les sciences du vivant (hormis modalités biologiques concrètes, scientifiques justement, bien sûr).

Ce que tu dis, c'est exactement ce que je dis.

La relation que tu entretiens avec Bidule ou Machin représente un cas particulier.

Les sciences du vivant ne disent rien du cas particulier. Elle n'obéissent pas au principe poppérien de réfutabilité. Elles s'avancent sur des généralités, sur des probabilités, sur des taux de corrélation, sur des statistiques.

Cela dit, la relation que tu entretiens avec Bidule ou Machin peut s'expliquer par toi-même à l'attention de toi-même. Par introspection.

Si ce travail d'introspection te semble insuffisant, tu peux toujours faire appel à un psychologue. Mais ce psychologue ne te dira rien de ta relation avec Bidule ou Machin. Il ne pourra rien faire d'autre que de t'aider à la formuler.

(Petite parenthèse) Je ne suis pas sûr, mais il me semble que le métier de psychologue n'est pas enseigné scientifiquement en université, du côté Est de l'Atlantique, contrairement à ce que se fait depuis pas mal de temps du côté Ouest.

neopilina a écrit:2 et 3 - Des références, des citations, une argumentation seraient bienvenues, je n'ai pas eu vent de ce genre de choses, alors que le sujet m'intéresse beaucoup. Je n'ai pas la foi, je dirais même que je suis dans un situation plus enviable que celui qui n'a que la foi. Ce n'est pas pour ça que je balaye d'un revers de la main ce genre de phénomènes, c'est même un tort considérable. Tu ne veux pas comprendre qu'en écartant ainsi le problème du Dieu, tu écartes aussi, avec, celui du Sens, alors qu'il est bien clair qu'ils sont liés depuis la nuit des temps. Je répète depuis toujours que les religions sont la préhistoire de la métaphysique. Si les religions et les Dieux sont des approximations telles que pouvaient, tant bien que mal, en produire nos ancêtres et encore certains de nos contemporains, même l'approximation la plus grossière reste une approximation de quelque chose. Il ne faut jamais éluder mais comprendre. Et ses connaissances ne ressortent pas d'une " exploration naturaliste et scientifique des raisons de croire en Dieu ", mais bien de la philosophie (ici entendue comme l'ensemble des disciplines s'occupant du Sens; la science, elle, s'occupant du sens).

D'abord, tout scientifique qui se respecte possède quelques notions d'histoire qui ne lui permettent pas de balayer de la main le caractère historique et indéniable des religions.

Ensuite, il fait appel à des notions historiques se déroulant sur des temps géologiques pour explorer et définir l'émergence quasi universelle des religions. C'est la grille darwinienne de l'évolution naturelle ses espèces qui lui permet cette exploration et cette définition.

Je t'invite comme je le fais d'habitude à voir tout ça par toi-même en consultant les références que j'ai déjà données et qui sont les suivantes. Je t'invite à ne pas les sous-estimer.

Il y a celle-là :



et aussi celle-là :

http://www.the-brights.net


Cela dit, je peux te donner un résumé de tout ça.

L'évolution a conduit l'humain à une augmentation significative de la taille de son cerveau entraînant l'apparition d'une conscience de soi et de son environnement particulièrement aiguisée.

Cela a fait apparaître en lui la question du sens, en particulier de celui de sa vie, de son origine, de sa raison d'être en ce monde. Nulle part n'était présent le sens dont on doit penser qu'il était assoiffé.

Parallèlement, l'étude de cette évolution a révélé une chose surprenante au premier abord, mais qui avait pourtant été l'objet d'une intuition remarquable de la part de Nietzsche, premier philosophe de la vie en soi.

Niezshche dit quelque part que «L'erreur est nécessaire à la vie».

Or, des études assez poussées sur le comportement du vivant montrent que les espèces réussissant à se perpétuer obéissent à un principe fondamental, qui est le suivant :

Si quelque chose de vrai ou de faux se manifeste dans ton environnement, ne réfléchis pas, prends le parti de le considérer comme vrai à tous les coups, tu sauveras ta vie si c'est vrai et tu ne risqueras rien si c'est faux.

Ce réflexe salvateur se voit dans TOUS les comportements de TOUTES les espèces animales, humains compris.

Si le lointain ancêtre de l'humain que tu es il y a des millions d'années vois un mouvement de feuilles dans les arbres de la forêt qui t'entoure, ne réfléchis pas à la question de savoir si c'est un effet du vent ou ci ça révèle la présence d'un boa constrictor. Taille-toi vite ! Si ensuite tu constates que la raison de ces mouvements était le vent, tu n'as rien perdu. Si tu constates que c'était un serpent, tu a tout gagné, notamment la possibilité de te reproduire et de transmettre à ta descendance ton comportement consistant à toujours prendre immédiatement pour vrai tout ce qui est soit vrai, soit faux, indépendamment de toute réflexion.

Si un jour, il y a dix mille ou cent mille ans, un type a si mal dormi qu'il a eu des rêves ou des cauchemars lui ayant donné la certitude de l'existence d'un monde surnaturel peuplé d'anges, de dieux et de démons, hé bien tu ferai mieux de le croire, car on ne sait jamais, il dit peut-être la vérité.

C'est le même réflexe qui te fait te tailler de ta maison quand le détecteur de fumée se déclenche (avec ou sans raison). Si tu restes dans ta maison, sache bien que tu ne risques rien s'il n'y a pas le feu à la baraque, mais que s'il a le feu, tu risques fort de tout perdre, en plus de ne plus pouvoir avoir d'enfants par la suite, ce qui t'empêchera de perpétuer ton espèce. La sélection naturelle te dit d'ailleurs que si tu as déjà des enfants parce que tu as survécu à tous les incendies, tu peux alors brûler, pas d'problème ...

C'est la proposition de Pascal au sujet de la croyance en Dieu. Si tu crois en Dieu et qu'après ta mort tu constates que Dieu existe, tu as tout gagné. Si tu crois en Dieu et qu'après ta mort tu constates qu'il n'existe pas, tu n'as rien perdu.

Ce comportement est intrinsèquement lié aux comportements de l'humain. C'est l'instinct de conservation de l'intégrité de son corps par le principe le plus élémentaire de la précaution la plus inconsciente.

neopilina a écrit:Il y a une explication très simple sur le différentiel actuel : la philosophie n'a pas encore connu l'essor que la science a connu à partir du XVII° siècle, mais ça viendra.

Pour l'instant, je vois la philosophie souvent citée par Aurélien Barrau dans ses conférences sur l'astrophysique, la cosmologie et la mécanique quantique ou classique, mais je ne la vois jamais autrement que sous la forme des citations historiques ou épistémologiques qu'il donne en montrant le chemin pris par la pensée pour aboutir à la science ...

Tous les scientifiques philosophes que j'ai vu ont procédé de la même manière (Jacques Monod, Henri Laborit, Einstein, etc.)

C'est la première fois qu'un scientifique me dit le contraire en ta personne.

Sur quoi te bases-tu ?

.


Dernière édition par Emmanuel le Sam 3 Nov 2018 - 16:47, édité 2 fois
avatar
Emmanuel
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 854
Date d'inscription : 05/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par Jans le Mer 7 Nov 2018 - 18:39

Emmanuel, il est réconfortant en ces jours de grisaille, de trouver tes propos, tout à fait piquants — et picorant ici et là... Et présenter le SZ de Heidegger en 6 concepts pour dire qu'il n'est nul besoin de savoir l'allemand est ma foi assez... audacieux. Certes, on peut comprendre bien des choses en traduction, fort heureusement — mais on se heurte à des limites claires quand le sujet est complexe, ce qui est bien le cas.

Je suis étonné d'apprendre que Nietzsche se voyait complimenté d'écrire "français", et de l'entendre dire autant de mal de la langue allemande !! Car, à le lire dans l'original, on perçoit sans mal que son style et sa langue sont 100% allemands, et, circonstance aggravante, c'est souvent la langue très ampoulée du XIXè siècle, enchaînant des métaphores échevelées à des comparaisons touffues. Oui, il y a ici ou là quelques aphorismes qui rachètent un peu... En fait, peu nombreux sont ceux qui ont en allemand la légèreté et l'élégance d'une certaine pensée française : Eichendorff, Heine, Kleist, Kafka, Thomas Bernhard, Dürrenmatt, Elias Canetti.

La foi a été scientifiquement explorée, étudiée et expliquée. Elle n'empêche personne d'avoir la foi et ne force personne à devenir matérialiste athée, mais forts de ces explications, il y en a pas mal qui, après avoir été habités toute une vie par la foi, se tournent vers une explication naturaliste du monde en se détournant en conséquence d'une explication surnaturelle de ce monde
Là, on est carrément dans la confusion des genres, on plonge dans les errements trop connus du scientifique-qui-va-vous-expliquer-pourquoi-etre-croyant-est-une-illusion : ça passe quand on n'a qu'une culture scientifique, mais avec des prétentions de culture et de philosophie, oser reprendre ces clichés-tartes-à-la-crème du scientisme, les bras vous en tombent ! osons une comparaison pour faire court : cela revient à présenter un physicien (de caricature) déclarant à qui lui exprime le sublime d'une émotion esthétique (devant Canaletto par exemple) qu'il va lui en donner l'explication scientifique...
avatar
Jans
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 116
Localisation : IdF
Date d'inscription : 27/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par Jans le Mer 7 Nov 2018 - 23:39

ton avis est celui qu'il est à tous les coups lorsqu'on ne sait absolument rien des recherches scientifiques sur la faculté humaine, bien humaine, trop humaine de prendre les vessies pour des lanternes.
Vraiment, cet entêtement est tellement ridicule et tient si peu compte des catégories épistémologiques... je ne vais pas refaire ici l'histoire de la métaphysique, de ses grandeurs ou petitesses ou des limites ud discours scientifique sur un propos spiritualiste / religieux ? La science ne peut rien dire de la spiritualité ni de la religion,sauf à en aborder les problèmes sociologiques voire psychologiques, mais l'on sait à quel point Freud s'est fourvoyé sur ce point — et qui reprendrait aujourd'hui sa définition de la religion comme une névrose ? Bref, l'apprenti philosophe ferait bien de mesurer les limites de son étude.
avatar
Jans
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 116
Localisation : IdF
Date d'inscription : 27/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par Emmanuel le Jeu 8 Nov 2018 - 1:58

Jans a écrit:
ton avis est celui qu'il est à tous les coups lorsqu'on ne sait absolument rien des recherches scientifiques sur la faculté humaine, bien humaine, trop humaine de prendre les vessies pour des lanternes.
Vraiment, cet entêtement est tellement ridicule et tient si peu compte  des catégories épistémologiques... je ne vais pas refaire ici l'histoire de la métaphysique, de ses grandeurs ou petitesses ou des limites ud discours scientifique sur un propos spiritualiste / religieux ? La science ne peut rien dire de la spiritualité ni de la religion,sauf à en aborder les problèmes sociologiques voire psychologiques, mais l'on sait à quel point Freud s'est fourvoyé sur ce point — et qui reprendrait aujourd'hui sa définition de la religion comme une névrose ? Bref, l'apprenti philosophe ferait bien de mesurer les limites de son étude.

Comme je le disais, je le redis : La science n'a certes pas pour objectif de couvrir la totalité du monde, quel ambition ridicule, comme pour la philo, d'ailleurs, mais elle n'a pas non plus pour vocation de dire n'importe quoi, mais tu pars quand même du principe que c'est ce qu'elle fait, pas vrai ? La science dirait n'importe quoi, n'est-de-pas ? ...

Comme si Darwin n'était jamais né ... Comme si la génétique n'existait pas ... Comme si les comportements des animaux en général et de l'humain en particulier n'étaient pas le résultat d'une évolution de plusieurs millions, voire de plusieurs milliards d'années ... Comme si la science était si limitée qu'elle ne pouvait par exposer par sa méthode le fondement exclusivement animal de l'émergence de la spiritualité et de la religion ... Comme si seule la sociologie était compétente en ce domaine ...

J'ai le regret le plus désolant, le plus navrant, le plus désespérant de t'annoncer que tu retardes à un point que tu seras sans doute longtemps incapable d'immaginer, car je constate que tu n'as même pas consulté les références placées plus haut par moi.

Toute la philosophie est aujourd'hui le point de vue d'une historicité ayant mené à l'émergence des sciences modernes, qui répondent mieux que quoi que ce soit à pratiquement tous les problèmes s'étant posés jusque là à la philosophie ...

Je ne pense pas que ce soit demain la veille que tu t'en rendes compte et je pense que tu continueras encore longtemps à marteler que ton interlocuteur « est tellement ridicule et tient si peu compte des catégories épistémologiques », pendant que mon ami Steven Pinker procède à des expériences de laboratoire mettant en évidences les avancées phénoménales de ses propositions exposées dans How the Mind Works a 1997 book in which the author attempts to explain some of the human mind's poorly understood functions and quirks in evolutionary terms. Drawing heavily on the paradigm of evolutionary psychology articulated, Pinker covers subjects such as the "the meaning of life". He argues for both a computational theory of mind and a neodarwinist / adaptationist approach to evolution, all of which he sees as the central components of evolutionary comportment and psychology. Ce que je ne me casserai pas l'oignon à te traduire, car même en français je crains fort que tu n'y comprennes rien ...

.
avatar
Emmanuel
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 854
Date d'inscription : 05/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par kercoz le Jeu 8 Nov 2018 - 7:51

Jans a écrit:.... je ne vais pas refaire ici l'histoire de la métaphysique, de ses grandeurs ou petitesses ou des limites ud discours scientifique sur un propos spiritualiste / religieux ? La science ne peut rien dire de la spiritualité ni de la religion,sauf à en aborder les problèmes sociologiques voire psychologiques, .....

J' ai changé de point de vue sur le concept de métaphysique en écoutant cette émission d' hier:

https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/lumiere-sur-le-moyen-age-34-le-rayonnement-daverroes

J.B. Brenet est d' une clarté et d' une concision étonnante ( même moi je comprends!)

c'est curieux, cette intervention de Manuel ci dessus -dessous:
""""Comme si Darwin n'était jamais né ... Comme si la génétique n'existait pas ... Comme si les comportements des animaux en général et de l'humain en particulier n'étaient pas le résultat d'une évolution de plusieurs millions, voire de plusieurs milliards d'années ... Comme si la science était si limitée qu'elle ne pouvait par exposer par sa méthode le fondement exclusivement animal de l'émergence de la spiritualité et de la religion ... Comme si seule la sociologie était compétente en ce domaine ... """"
me fait penser à la partie de l' émission ou Brenet dit ( me révèle) que les philosophies des grecs avaient perdu toute pertinence du fait qu' elles n' avaient pu bénéficier des révélations théologiques. Cet argument valant pour les religion "du livre" et donc pour l' islam intellectuellement dominante au M.A.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3354
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par Jans le Jeu 8 Nov 2018 - 9:22

Emmanuel est tellement agressif et outrancier qu'il vaut mieux en rire. D'ailleurs on est habitué !!
Bref : que les sciences de la nature continuent de s'occuper de la nature et qu'elles laissent le spirituel, le surnaturel à ceux que cela intéresse. Je ne parle évidemment pas des bévues historiques commises par des gens d'Eglise, que ce soit la datation de l'humanité, le créationnisme, ou la persécution de Galilée ou l'obstination à dire que Jonas avait vraiment été avalé par un poisson.  faut-il vraiment être obligé de dire ici des évidences ?
avatar
Jans
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 116
Localisation : IdF
Date d'inscription : 27/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Science. Nanotechnologies.

Message par Emmanuel le Jeu 8 Nov 2018 - 14:45

.

Voyez, messieurs les philosophes de la philosophie philosophante, le début des exploits technoscientifiques qui vous permettront bientôt de conserver votre corps de vingt ans jusqu'à l'âge de cent vingt ans, âge auquel vous persisterez à ne pas comprendre ce qu'est en réalité la science créatrice de civilisations nouvelles à partir du matérialisme radical hérité de la branche matérialiste de la philosophie.




.
avatar
Emmanuel
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 854
Date d'inscription : 05/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par Emmanuel le Jeu 8 Nov 2018 - 15:36

Jans a écrit:Emmanuel est tellement agressif et outrancier qu'il vaut mieux en rire. D'ailleurs on est habitué !!
Bref : que les sciences de la nature continuent de s'occuper de la nature et qu'elles laissent le spirituel, le surnaturel à ceux que cela intéresse. Je ne parle évidemment pas des bévues historiques commises par des gens d'Eglise, que ce soit la datation de l'humanité, le créationnisme, ou la persécution de Galilée ou l'obstination à dire que Jonas avait vraiment été avalé par un poisson.  faut-il vraiment être obligé de dire ici des évidences ?

Il ne s'agit pas de ça, mon p'tit vieux. Il ne s'agit pas de prouver aujourd'hui ce que tu qualifie d'erreurs historiques des religions. Là-dessus quiconque doté d'un cerveau fonctionnant à peu près bien est capable de comprendre et approuver.

Il s'agit du caractère outrancier, non pas de ma petite personne, que tu te permets d'ailleurs de tenter d'en dégrader l'essence avec le charme des enfants, mais de la science dont tu ignores qu'elle se prononce aujourd'hui avec toute l'intelligence qui la force à ne pas dire n'importe quoi !

Et la science, que tu le veuilles ou non, elle te dit qu'elle sait la généalogie, la cause, les raisons essentielles, biologiques, matérielles de toutes les spiritualités, de tout le surnaturel, de tout ce qui joue sur des vessies prises pour des lanternes, en considérant que toutes les recherches de sens qu'elle trouvent dans ces phénomènes spirituels et surnaturels ne sont qu'une tentative désespérée de création artistique. Désespérée parce que ratée !

Dans le tableau suivant, ce n'est ni Platon ni la spiritualité qui ont raison, c'est Raphaël !

Vas-y, clique sur le lien suivant, si ton doigt a encore la force d'exercer son « libre arbitre » ...

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fb/Raffaello_Scuola_di_Atene_numbered.svg

Détail des personnages : 1 : Zénon de Cition ou Zénon d'Élée – 2 : Épicure – 3 : Frédéric II de Mantoue – 4 : Boèce ou Anaximandre ou Empédocle de Milet – 5 : Averroès – 6 : Pythagore – 7 : Alcibiade ou Alexandre le Grand – 8 : Antisthène ou Xénophon – 9 : Francesco Maria Ier della Rovere (?) – 10 : Eschine ou Xénophon – 11 : Parménide – 12 : Socrate – 13 : Héraclite (sous les traits de Michel-Ange) – 14 : Platon tenant le Timée (sous les traits de Léonard de Vinci, selon la plupart des sources ou ceux d'Aristote, selon Daniel Arasse) – 15 : Aristote tenant l’Éthique (sous les traits d'un homme d'une quarantaine d'années) – 16 : Diogène de Sinope – 17 : Plotin – 18 : Euclide ou Archimède entouré d'étudiants (sous les traits de Bramante) – 19 : Strabon ou Zoroastre – 20 : Ptolémée – R : Raphaël en Apelle – 21 : Le Sodoma Quentin Augustine (Le Protogène)

Toi qui pense beaucoup, je t'invite à étudier le caractère subversif de cette œuvre, qui a beaucoup contribué en Europe à la Renaissance, c'est-à-dire à la redécouverte du volet matérialiste de la philosophie, ce volet qui a conduit l'humanité entière sur le champ du renouveau moderne de la science antique (celle qui avait des salles de bain destinées à se laver le corps sans s'occuper des dieux qui ne s'occupaient pas des humains).

.
avatar
Emmanuel
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 854
Date d'inscription : 05/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par Emmanuel le Jeu 8 Nov 2018 - 16:01

Morologue a écrit:(j'ai de nombreuses fois, dans ce fil de discussion, évoqué l'art, l'Histoire, la politique, la démarche scientifique, l'animalité, la philologie, etc. en cela bien meilleur élève qu'Emmanuel, d'autant plus qu'Emmanuel ne philosophe pas)

C'est le raisonnement symétriquement identique à celui des scientifiques qui disent à Emmanuel qu'il fait de la philosophie et pas des sciences ...

C'est exactement de ce qu'ils disent d'Aurélien Barrau, de Jacques Monod, de Henri Laborit, etc. ...

Le métissage physique ou intellectuel est absolument insupportable à la spécialisation outrancière des corps ou des esprits ...

.
avatar
Emmanuel
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 854
Date d'inscription : 05/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par Crosswind le Jeu 8 Nov 2018 - 16:41

Même l'accès à l'éternité ne résoudrait en rien le problème de l'Etre.

Jeune Padawan.

Crosswind
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1084
Date d'inscription : 29/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par Morologue le Jeu 8 Nov 2018 - 18:21

.


Dernière édition par Morologue le Ven 9 Nov 2018 - 1:08, édité 2 fois

_________________
avatar
Morologue
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 572
Date d'inscription : 02/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur https://www.agoravox.fr/auteur/mal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par Emmanuel le Jeu 8 Nov 2018 - 18:46

neopilina a écrit:X repetita : scientisme.

X repetita de ma part également : le scientisme, ce n'est pas la science, et la science, ce n'est pas le scientisme.

.


Dernière édition par Emmanuel le Jeu 8 Nov 2018 - 19:11, édité 2 fois
avatar
Emmanuel
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 854
Date d'inscription : 05/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par Crosswind le Jeu 8 Nov 2018 - 18:49

Emmanuel a écrit:
neopilina a écrit:X repetita : scientisme.

X repetita de ma part également : le scientisme, ce n'est pas la science, et la science, ce n'est pas le scientisme.

.

La science, c'est Kant.

Crosswind
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1084
Date d'inscription : 29/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Science

Message par Emmanuel le Jeu 8 Nov 2018 - 19:11

neopilina a écrit:X repetita : scientisme.

X repetita de ma part également : le scientisme, ce n'est pas la science, et la science, ce n'est pas le scientisme.

Le scientisme DICTE. Il est dictatorial.

La science MONTRE. Elle est monstrative.

La science, c'est la philosophie qui prolonge matériellement et sans Dieu ni dieux le secteur radicalement matérialiste et athée de la philosophie antique.

Dur à avaler, n'est-ce pas ? ...

(Surtout quand on ne sait rien des sciences et donc de la philosophie développée du coté Ouest de l'Atlantique.)




.
avatar
Emmanuel
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 854
Date d'inscription : 05/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par Crosswind le Jeu 8 Nov 2018 - 19:13

Mais oui ! C'est Kant, tout simplement !

Crosswind
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1084
Date d'inscription : 29/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de la science

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 11 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum