Cogitations jardinesques

Page 14 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

Aller en bas

Re: Cogitations jardinesques

Message par lanK le Sam 24 Nov 2018 - 16:07


lanK
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 12/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cogitations jardinesques

Message par kercoz le Mer 28 Nov 2018 - 11:55

maraud a écrit:

Si les conditions de vie des êtres organisés varient; l'évolution se résume à la réadaptation aux nouvelles conditions, et dans ce cas il n'y a pas à proprement parler d'évolution des espèces qui ne soient pas relative à l'évolution en tant qu'adaptation.

Constater ce que l'on nomme " saut évolutif", n'est-ce pas confondre survivance et évolution. Ce que je veux dire, c'est qu'il pourrait y avoir déclin de toute une niche et qu'au lieu de constater un appauvrissement général, on préfère souligner un fait particulier comme étant une "avancée"...simplement parce qu'une famille d'individus s'est trouvée chanceuse à l'issue d'une catastrophe.


Je viens de relire ta proposition et elle me semble pertinente.
La disparition de "taxons" voisins pour notre espèce a interdit toute possibilité d'adaptation par hybridation ( altérité spécifique). La survie de l' espèce à consisté ( selon ma proposition), a booster des altérités culturelles permettant des possibilités adaptatives par l' itération spécifique de chaque culture ET par la possibilité d' hybridation de ces cultures.
C'est la raison pour laquelle je persigne à dire que le décollage cognitif de l' humain est un "dégât" collatéral de ce processus.....qui, comme tout échec évolutif, nous condamne à disparaitre.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3425
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cogitations jardinesques

Message par kercoz le Mer 5 Déc 2018 - 17:32

Les premiers kiwis commencent à pouvoir se manger. Une vingtaine cueillis vers le 15 novembre. J' en ai ramassé une centaine début décembre, que je garde dans un fruitier ( véranda non chauffée).Il ne reste presque plus de feuilles sur les pieds. On prévoit moins 3, moins 2 mercredi prochain. Le fruit est sensé souffrir a moins 2 ...mais ils ne précisent pas la durée limite... si le gel se confirme. Je ramasse la moitié ( env 200 sur 25 pieds) et je couvre d' une bâche le soir.
La jonction Feïjoa - Kiwi est idéale. Fin de récolte des Feïjoa tombés au sol et flétrissage assez rapide. Récolte plus faible ( habituellement 20à 30 kg)... mais on échappe à la corvée de confiture. Il en reste bien assez pour s'en lasser.
Le potager induit un phénomène a la fois chiant et intéressant: Qd ça vient bien, il y a une obligation de conso. Si l'oranger produit, c'est pas grave. Une centaine d' orange peut se consommer ( à 2 + cadeaux) sur 2 mois 1/2. Certaines production idem : Patates, carottes, Kiwis, Chayottes...Mais d'autres implique une assiduité contraignante: artichauds, asperges, Feïojas, Le règlage production _ conso est peu fiable en raison des ratés et des variations saisonnières. La modernité congélatrice permet de stocker le surplus et les poules, un circuit des plus court. On redécouvre des légumes que l' on ne mangeait pas ( choux raves, céleris raves, bettes, cardons), plutot pour des raisons pratique que par choix gustatif ( rustiques, pas d'ennemis... production hyper étalée) et on est surpris de ses qualités gustatives. Le chou rave par ex remplace le navet cuit ou rapé et n'est jamais attaqué par le "vers".

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3425
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cogitations jardinesques

Message par kercoz le Sam 8 Déc 2018 - 7:36

Ou l' on s'aperçoit qu' un gus du 5e siecle avant JC aboutit à la même conclusion que sois:
Confucius:
« On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une. »
( lu sur un papier-maxime de chocolat !)

J' ai abouti à la même conclusion sur le déterminisme en l' imageant par le rail "hasard et nécessités"  ou par la bulle d'air qui n'existe que par ce qui l' entoure..... Quand on réalise que nos comportements sont déterminés et que cette détermination se conforte par nos propre sois-disant choix, on se dit qu' en faisant des contre choix on percevra l' évènnement suivant avec une infime objectivité supplémentaire du fait d' une expérience non prévue. Le choix suivant sera moins subjectif, ...on sort du rail ou on colore la bulle.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3425
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cogitations jardinesques

Message par Emmanuel le Sam 8 Déc 2018 - 8:19

.

Digression :

Copié-collé de l'extrait d'un compte-rendu d'expérience sur une plante montrant que celle-ci sait ce qu'est le temps et qu'elle est capable de prévisions adaptatives de son métabolisme en fonction d'une variation de l'éclairage reçu.

« Les plantes ressentent, les plantes s’expriment et maintenant… elles comptent ! Publiée le 25 juin dans la revue eLife, cette dernière découverte est à mettre au crédit d’une équipe du John Innes Centre, un organisme de recherche installé en Grande-Bretagne, spécialisé dans la botanique et la microbiologie. Les auteurs de l’étude sont partis d’un constat très simple. Comme nous l’apprenons tous à l’école, lors de la photosynthèse, les plantes utilisent l’énergie solaire pour fabriquer de la matière organique, ce en assimilant le carbone du CO2 présent dans l’atmosphère. Mais il ne fait pas jour tout le temps. Lorsque, pendant la nuit, l’énergie solaire n’est plus disponible, les plantes ne cessent pas de vivre pour autant et puisent dans leurs réserves d’hydrates de carbone (typiquement, de l’amidon) pour continuer à alimenter en calories leur métabolisme et leur croissance. Chez l’arabette des dames (Arabidopsis thaliana) qui est un organisme modèle en botanique, plus de la moitié du carbone assimilé pendant la journée est ainsi stockée au niveau des feuilles dans des granules d’amidon et consommée presque intégralement (95 %) durant la nuit. Or, on s’est aperçu que si l’arrivée de la nuit était artificiellement avancée ou retardée, ce pourcentage de 95 % se retrouvait quand même.

Pour les auteurs de l’étude, ce phénomène soulevait une hypothèse pour le moins intrigante : n’existerait-il pas, au sein d’A. thaliana, un mécanisme capable de mesurer le contenu en amidon des plantes ainsi que le temps qu’il reste avant l’aube, puis de diviser la première valeur par la seconde, afin de calculer la vitesse à laquelle l’amidon doit être consommé, l’idée étant, chaque nuit, d’exploiter au maximum les réserves de glucides sans pour autant se mettre dans le rouge (d’où les 5 % de marge de sécurité) ? Autre possibilité :  que la plante adapte sa consommation au fur et à mesure que la nuit passe. Dans le premier cas, la vitesse à laquelle s’écoule le stock d’amidon serait constante tandis que, dans le second, elle varierait au fil du temps, avec des accélérations ou des ralentissements.

Afin de trancher, les biologistes ont mené une longue série d’expériences que je n’évoquerai pas toutes. Dans un premier temps, ils ont modifié la durée de la nuit chez des plantes qui étaient habituées à un régime de 12 heures de vie diurne et 12 heures de vie noctune. La journée pouvait donc durer 8, 12 ou 16 heures. A chaque fois, A. thaliana s’adaptait aussitôt à la situation et finissait la nuit avec ses habituels 5 % d’amidon. Le reste ayant été consommé sur un rythme constant, la diminution du stock était systématiquement représentée par une droite. Seul changement notable, la pente de cette droite, plus ou moins accentuée en fonction de la durée de la nuit et de la quantité d’amidon engrangée pendant le jour. Ce résultat signifie qu’en plus de faire une division, la plante effectue une soustraction. En effet, elle sait, par son horloge interne, que la différence entre deux aubes est d’environ 24 heures. Si la nuit tombe brusquement au bout de 8 heures, au lieu des 12 habituelles, elle sera capable de calculer que le jour suivant se lèvera dans 16 heures (et non pas dans 12 comme c’est le cas d’ordinaire) et d’adapter sa consommation d’amidon à cette nuit étendue. »


.

Référence :

http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2013/06/30/decouverte-calculatrice-plantes-botanique-biologie/

Le responsable du blogue en question, Pierre Barthélémy, a été rédacteur en chef de Science et Vie.

.
avatar
Emmanuel
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 957
Date d'inscription : 05/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cogitations jardinesques

Message par kercoz le Jeu 13 Déc 2018 - 21:59

Le prochain livre de houellebecq va s'appeler "Séroténine" .....j' en ai l' eau à la bouche.

https://www.huffingtonpost.fr/2018/12/12/michel-houellebecq-quest-ce-que-la-serotonine-le-titre-de-son-nouveau-roman_a_23615995/

"La sérotonine régule une vaste gamme de fonctions comme l'humeur, le comportement, le sommeil, la tension et la thermorégulation", explique l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). "Elle a également des fonctions importantes dans plusieurs tissus périphériques et assure la régulation des fonctions vasculaires, du cœur et dans la mobilité gastro-intestinale".

Ce que ne dit pas le commentaire, c'est que le problème de la séroténine n'est pas sa production, mais sa "recapture". Il est probable que cette recapture ait été boostée pour permettre la socialisation des espèces sociales en maitrisant l' agressivité des individus et aussi probablement sa sexualité.
Le fait que les enfants soient inégaux dans ces possibilités de recapture ( du simple au double) montre ( il me semble) que notre socialisation est tres récente, bien qu' estimée à plusieurs millions d'années. Il est aussi à remarquer que cette inégalité ( trouble comportementaux, hyperactivité ..) était correctement maitrisée par les processus culturels de chaque culture.....alors que nous sommes obligés de recourir à des mollécules.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3425
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cogitations jardinesques

Message par hks Hier à 14:14

avatar
hks
Admin
Admin

Nombre de messages : 7004
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cogitations jardinesques

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 14 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum