Le Deal du moment :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
Voir le deal
22.95 €

Apologie de Socrate

Aller en bas

Apologie de Socrate  Empty Apologie de Socrate

Message par cedric le Sam 13 Avr 2013 - 11:34

« Eh bien, j'en ai assez dit pour me défendre auprès de vous contre les accusations portées contre moi par mes premiers accusateurs. C'est maintenant contre Mélétos, ce bon citoyen et ce patriote comme il se qualifie, et contre mes récents accusateurs que je vais tenter de me défendre. En effet, il nous faut, voyez-vous, revenir en arrière et faisant, comme si ces accusations étaient distinctes des précédentes, formuler une nouvelle fois la plainte déposée sous serment réciproque. Elle se présente à peu près ainsi : « Socrate, dit-elle, est coupable de corrompre la jeunesse et de reconnaître non pas les dieux que la cité reconnaît, mais, au lieu de ceux-là, des divinités nouvelles ». Ainsi se présente la plainte, et cette plainte, nous allons l'examiner à fond, point par point. »
( 24b-24c )

Ce texte nous plonge dans la convocation face à la justice de Socrate par un groupe de citoyen, dont Mélétos. Socrate se retrouve face à la justice car il est accusé de corrompre la jeunesse et de reconnaître non pas les dieux en vigueur, mais des divinités nouvelles.

Il convient de souligner, que la période historique semble jouer dans la convocation de Socrate face à la justice. En effet, Athènes vient de connaître de lourdes défaites militaires, et les citoyens sont pour le moins tendus. En d'autres termes, Socrate fait office, dans une certaine mesure, de bouc émissaire de la situation historique.

On connaît la position que Socrate va défendre, face à cette accusation. Socrate va en effet prendre la défense selon laquelle il est faux qu'il ne reconnaît pas les dieux de la cité. Il les reconnaît bel et bien. Cependant, et c'est là tout le geste de Socrate, il modifie le statue des dieux de la cité, qui jusqu'ici étaient pourvus de qualités que les poètes, Homère et Hésiode, avaient bien voulus leur donner, et qui se révélaient anthropomorphiques, les dieux étant soumis aux passions humaines. C'est ce point précis que Socrate veut réorienter : le fait que les dieux ne peuvent être soumis aux passions humaines. Et ce, car il va introduire, chez les dieux, l' Ethique, c'est à dire la connaissance du fait que, le but de tout homme est le bonheur, et que ce bonheur ne peut être recherché qu'en faisant usage du bien et du bon.

Donc, Socrate est un novateur en ce sens qu'il introduit, dans la mythologie grecque et dans la philosophie, l' Ethique, qui est, mettons, la « science » du Bien. On peut se poser comme question, parallèlement au texte, d'où peut bien venir une telle revendication, une telle idée de la part d'un philosophe de cette époque, pour qui précisément l' Ethique semble une sorte de nouveauté et d'invention. Question : d'où peut bien provenir cette idée de l' Ethique qui chez Socrate va servir de base à toute sa philosophie ?

On le sait, selon le banquet, Socrate a reçu sont savoir de Diotime, qui est un devin, et qui tient le milieu entre les dieux et les vivants. A l'instar de Diotime, Socrate est donc lui-même un devin et un prêtre. Et il est donc vraisemblable qu'il faille tenir l'Ethique, pour Socrate, comme une sorte de révélation que lui a apporté Diotime, révélation autour de laquelle Socrate va mettre en œuvre toute sa philosophie.

En ce sens, comme le dit Luc Brisson dans son introduction à l' Apologie, Socrate, et par conséquent Platon qui écrit l'Apologie,
« enracine la pratique philosophique dans la tradition religieuse ».

Toujours est-il que, d'un point de vue historique et philosophique, et là c'est une remarque que je pose, cette apparition de l' Ethique est étonnante. Par quelle genèse, psychologique, historique, a-t-elle pu apparaître chez Socrate ? Comment Socrate a t'il fait pour passer d'un univers culturel où les vertus désignent des vertus guerrières telles que le courage, l'ardeur...à des vertus Ethique, le bien, le bon, le bonheur ? Socrate était-il attentif à ce point où, voyant les ravages de la guerre entre les hommes, l'idée de l'Ethique lui serait apparu ? Et en ce sens, Socrate serait porteur d'une réelle prophétie, à l'instar d'un Jesus et avant lui, la prophétie de l'Ethique ?

Je mets ci-dessous un texte de Luc Brisson, qui commente le passage en question :

« Les penseurs de la nature avaient rationalisé les dieux en les rendant naturels ; Socrate fait de même en les rendant moraux. Or, il semble qu'entre ces deux engagements, raison et religion, Socrate essayait d'établir des rapport hiérarchiques, la raison prenant toujours le premier rang. Socrate se coupait donc radicalement des croyances de ses ancêtres en attribuant l'autorité suprême à la raison, y compris en matière religieuse. Et c'est probablement ce que lui reprochaient ses contemporains. Pour la majorité des Athéniens, en effet, une telle transformation de l'image des dieux équivalait à leur destruction pure et simple et, donc, à leur remplacement par de nouveaux dieux : procès d'intention qui correspond exactement aux deux premiers chefs d'accusation portés contre Socrate » ( p.55 )

Je souligne le rapport ambigu entre religion et philosophie chez Socrate. En effet, si l' Ethique est le fruit d'une sorte de révélation divine, alors la philosophie est une manière nouvelle de défendre un « objet » religieux, par l'usage du raisonnement : l' Ethique. Seconde hypothèse, si l' Ethique s'impose comme une nécessité des affaires humaines, alors les dieux sont manipulés par Socrate dans le but de supporter son nouveau message. Mais, la seconde hypothèse, disons pragmatique, paraît assez douteuse, étant entendu qu'il semblerait vraiment que Socrate ait été un homme pieux qui croyait aux dieux, comme il le soutient lui-même à de nombreuses reprises, et comme le note Brisson :
« Il faudrait être particulièrement pervers pour tant parler de religion, sans y croire d'une façon ou d'une autre »
Socrate, qui selon Brisson
« est un homme pieux qui participe aux cultes civiques et qui croit en l'existence des dieux et en la Providence ». ( p.31 )

cedric
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 440
Date d'inscription : 02/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum