-31%
Le deal à ne pas rater :
Remise de 1000€ sur TV OLED Philips OLED+ 934 65″ – 65OLED934
2199 € 3199 €
Voir le deal

La nature peut-elle être un modèle?

Aller en bas

La nature peut-elle être un modèle? Empty La nature peut-elle être un modèle?

Message par Kokof le Dim 12 Mai 2019 - 10:14

La nature peut-elle être un modèle ?

L’harmonie et la beauté de la nature représentent un idéal dont on peut vouloir s’inspirer. Mais comment la nature pourrait-elle être un modèle pour la culture, alors que celle-ci se définit par opposition à elle et se construit en la détruisant ou en la transformant ? Quelle serait d’ailleurs l’utilité ou la spécificité de la culture si elle n’était qu’une copie de la nature ? Qu’est-ce qui justifie le recours à la nature comme modèle ? Nous envisagerons d’abord la nature comme modèle pratique, puis comme modèle spirituel.

La nature semble d’abord pouvoir servir de modèle à la politique. La diversité des peuples et des cultures est en effet analogue à la diversité des espèce. Les écosystèmes, dans lesquels les diverses espèces vivent en parfaite harmonie, peuvent donc être un modèle pour le droit des gens et la politique internationale. Dans un écosystème, toutes les espèces sont préservées et utiles les unes aux autres. C’est donc un modèle à la fois de coopération et de gestion de la diversité. Pour que les peuples, les cultures et les nations non seulement coexistent, mais s’enrichissent et soutiennent mutuellement, une politique internationale doit favoriser les échanges et la collaboration. La mondialisation suit ce principe. Mais les fortes inégalités prouve que notre économie mondiale est encore loin d’égaler l’harmonie de la nature. La nature est donc un modèle économico-politique, mais ce modèle reste pour l’instant un idéal.

La nature peut aussi être un modèle pour l’éthique. Alors que la morale concerne la relation à l’autre et a pour fin le Bien, l’éthique (autrefois appelée prudence) concerne uniquement l’individu et a pour fin le bonheur. La nature peut inspirer une éthique saine et sûre, car les vices et les vertus sont sensibles (la douleur et la maladie accusent nos vices, la santé et la joie couronnent nos vertus). La nature peut donc servir de norme du bien (une norme est interne, alors qu’un modèle est extérieur). Il suffit de suivre la nature (au sens de norme vitale) pour vivre sainement et vertueusement. C’est la nature au sens d’instinct qui est nuisible, parce qu’elle ignore la discipline.

La nature est un bon modèle éthique, mais peut-elle être un modèle spirituel ? L’esprit humain possède des idées innées (à distinguer des catégories de l’esprit, qui sont purement formelles), comme l’idée de l’infini, qui dépassent le cadre de la nature. Ces idées transcendantes constituent des normes supérieures, des idéaux, auxquels la nature est inférieure. L’art, par exemple, est une activité spirituelle dont le modèle n’est pas la nature mais la Beauté, qui est une idée, un modèle transcendant, supérieur à la nature. Cette conception de l’art s’est affirmée dans le romantisme.

La nature demeure cependant un modèle en tant que norme régulatrice de l’expression artistique. La ressemblance et la vraisemblance, par exemple, sont des principes de l’art. Même des mouvements comme le cubisme, qui défigurent ou reconfigurent la nature au lieu de l’imiter, sont obligés de respecter certaines normes naturelles, au moins schématiquement, pour que le tableau soit lisible et les objets reconnaissables. Dans l’art abstrait et en poésie, la nature est une norme interne : l’artiste doit rester fidèle à ses sentiments pour que le tableau soit expressif ou le poème authentique. Cependant, ce principe n’est pas suffisant pour créer une œuvre d’art, car les sentiments ne sont que la matière de l’art. La forme doit être réfléchie et travaillée. La nature est donc une règle de l’art, mais pas son idéal.

La nature ne peut pas non plus être un modèle pour la morale, la nature étant justement ce que combat la morale. Nos réactions et tendances naturelles vis-à-vis de l’autre sont en effet très négatives : peur, agressivité, envie, méfiance, etc. L’homme a donc besoin d’un modèle extérieur à la nature et opposé à elle. Pour nous policer, nous avons créé la religion, dont la morale est adaptée à la société. La nature sert ici de modèle, non pas la nature au sens courant, mais la nature de Dieu. C’est Dieu (que révèle la religion) qui sert en effet de modèle moral à l’homme. Mais ce modèle est un idéal, sachant que l’homme ne pourra jamais égaler Dieu. L’homme doit pourtant s’efforcer d’être aussi bon que son Créateur : la sainteté est un devoir, comme l’a réaffirmé la philosophie de Levinas. L’idéal artistique exprimait un désir infini, alors que l’idéal moral exprime un devoir infini.

Kokof
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 157
Date d'inscription : 07/03/2019

Revenir en haut Aller en bas

La nature peut-elle être un modèle? Empty Re: La nature peut-elle être un modèle?

Message par maraud le Dim 12 Mai 2019 - 16:01


L'anthropocentrisme et la "fêlure du cigare" que l'on traîne avec nous, ne nous permettrons pas de prendre la nature* pour modèle, car quand bien même on y comprendrait quelque chose qu'aussitôt nous voudrons prendre pour modèle le Principe de la nature, donc Dieu. C'est d'ailleurs ce que l'on prétend faire avec La Science... lol

Le problème des modernes, c'est qu'ils envisagent Dieu comme l'invention d'hommes, en posant prétentieusement que si des hommes ont inventé Dieu, et que l'homme est perfectible ( cf les darwinistes) alors Dieu est contingent. Pourtant Tout le monde croit en Dieu, surtout les athées... c'est juste qu'ils le nomment autrement.

_________________
La vie est belle!
maraud
maraud
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2313
Date d'inscription : 04/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum