Pédagogie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pédagogie

Message par aliochaverkiev le Jeu 29 Juin 2017 - 8:45

Ce sujet, la pédagogie, m'intéresse en ce que je suis toujours surpris entre la théorie et la pratique dès qu'il s'agit de pédagogie. L'art d'enseigner.
Sur ce sujet il y a quantité de spécialistes. Et il appert que beaucoup d'entre eux apportent beaucoup aux enseignants de terrain concernant les rythmes scolaires, le temps d'attention possible d'un enfant, les heures auxquelles il sera le plus réceptif, etc.
En revanche dès qu'il s'agit de l'enseignement lui-même l'écart observé entre la théorie des sachants et la pratique est parfois hallucinant.
Comment se fait-il que des gens qui savent, qui savent tant de choses mettent au point des méthodes d'enseignement catastrophiques dans la pratique ?

Si je prends le nouvel enseignement des mathématiques, en classe de quatrième par exemple, car il me semble que c'est dans cette classe que les réformes initiées par Najat s'avèrent les plus navrantes, je reste pantois. Les exercices "nouveaux" conçus pour être plus aisément accessibles aux enfants sont au contraire tellement abstrus que je suis obligé de prendre le manuel de l'année dernière.

Je ne porte pas de jugement sur le contenu (exit le théorème de Thalès mais réintroduction de la notion de triangles égaux et de celle de la rotation), je porte un jugement sur la méthode. Je suis obligé de corriger constamment l'enseignement officiel adapté dit-on aux enfants, car les enfants ne comprennent rien.

Dans un prestigieux établissement scolaire de la côte est des USA, un collège français, dans lequel un enfant que je suis au quotidien prend des cours, a choisi de reprendre, en quatrième, le manuel de l'année dernière ! C'est fou.


aliochaverkiev
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 24/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pédagogie

Message par hks le Jeu 29 Juin 2017 - 12:36

moi c'est le niveau d' exigence des programmes de CE1 ( je ne plaisante pas du tout ) mais bref on s'adapte .

Je me souviens de quelque chose de catastrophique  et qu'il faut avoir connu pour en réaliser  l' ampleur, c' est l introduction d'un prétendu bourbakisme au collège (et en primaire)( années 1970)
.........
je cite
Les événements de 1968 précipitent la mise en place de la réforme, et la géométrie euclidienne est remplacée en 6ème par les ensembles, diagrammes sagittaux, diagrammes de Venn, …. En 4ème, un vecteur devient une « classe d’équivalence de bipoints équipollents ».
Dès 1973, Gustave Choquet regrette « une attaque contre la géométrie et le recours à l’intuition ; on a dit aux enseignants qu’ils étaient des minables s’ils étudiaient les triangles, que l’algèbre linéaire remplaçait toute l’ancienne géométrie […]. Le résultat est tel que, sans une saine réaction de la base, [… ] la génération actuelle ne… [sera préparée] ni à la recherche mathématique, ni à l’utilisation des mathématiques dans la technique ou les sciences expérimentales… ».
http://images.math.cnrs.fr/Influence-et-reception-de-Bourbaki.html

....


La réforme des maths modernes
Pendant la période 1960-1967, où l’inspection générale
réformait en quelque sorte clandestinement les programmes,
le débat était largement porté sur la place publique. La vogue
du structuralisme aidant, l’idée de renoncer à ce qu’on qualifiait
de scolastique pour faire accéder directement les
enfants aux structures mathématiques de base se répandit
comme une traînée de poudre.
Le mouvement était mondial, mais la situation française avait
des particularités qui précipitèrent et aggravèrent le conflit.
1) Une bonne partie de l’élite mathématique française, à la différence
de celle des années 1900, méprisait profondément les
mathématiques appliquées et la physique. Jen Dieudonné, par
exemple, parlait de « géométrie fossile » et ridiculisait la « pré-
occupation de "mathématiser le réel" ».
2) Le ministre laissa André Lichnerowicz, président de la commission
ad hoc, le soin d’en fixer la composition. C’était une
erreur majeure, car Lichnérowicz se fabriqua une chambre « introuvable », qui eut tôt fait d’élaborer des programmes de choc : introduction précoce du langage des ensembles, axiomatisationde la géométrie et des probabilités, suppression destravaux pratiques chers au cœur de l’Inspection générale.
3) Alors qu’en 1902 les mathématiciens avaient travaillé la
main dans la main, la commission se fit en circuit fermé : on
cloua le bec aux physiciens, qui ne réussirent à porter le débat
sur la place publique qu’en 1972.
4) La commission travailla dans la précipitation, avec le
souci de créer l’irréversible : les expérimentations prévues
n’eurent pas lieu.
5) Pour couronner le tout, ce changement radical se faisait à un
moment où le recrutement et la formation des enseignants
connaissaient une crise aiguë.
6) Enfin, le messianisme et le triomphalisme agressifs des
zélotes des « mathématiques modernes » se retourna contre
leur cause. La presse, qui les avait encensés, s’empressa de
les piétiner.
La réputation de l’enseignement des mathématiques, quarante
années plus tard, ne s’en est pas encore relevée.
http://infinimath.com/espaceeducation/tangenteeducation/articles/TE09/04_07_TE09.pdf
avatar
hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 5500
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pédagogie

Message par kercoz le Jeu 29 Juin 2017 - 18:40

Juste une remarque concernant l' enseignement :
Il est logiquement "normal" que notre système d'enseignement utilise le même processus que notre système commercial: faire précéder l' offre à la demande. Ce qui me semble inverse du processus naturel et de facto produit les mêmes perversités.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2410
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pédagogie

Message par maraud le Jeu 29 Juin 2017 - 21:49

kercoz a écrit:Juste une remarque concernant l' enseignement :
Il est logiquement "normal" que notre système d'enseignement utilise le même processus que notre système commercial: faire précéder l' offre à la demande. Ce qui me semble inverse du processus naturel et de facto produit les mêmes perversités.

Oui. De plus, si la société économique qui est sensée accueillir nos enfants, à la fin de leurs cursus , fait défaut, alors...

L'éducation d'un enfant devrait consister à lui apprendre à vivre même dans le cas où celui-ci ne fait pas un bon acteur économique.( Je ne cesse de répéter à mes petits-enfants qu'ils ne doivent jamais perdre de vue l'essentiel: nous sommes fait pour vivre heureux et non pas riches et/ou renommés.)
avatar
maraud
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1016
Date d'inscription : 04/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pédagogie

Message par kercoz le Jeu 29 Juin 2017 - 22:19

maraud a écrit:

Oui. De plus, si la société économique qui est sensée accueillir nos enfants, à la fin de leurs cursus , fait défaut, alors...

L'éducation d'un enfant devrait consister à lui apprendre à vivre même dans le cas où celui-ci ne fait pas un bon acteur économique.

Le cursus n'a que peu d'effet sur l' accès à la société économique. La reproduction socétale s'effectue par népotisme et relations à plus de 80%.
Tu utilise le terme "éducation" alors que le fil parlait d' enseignement. Pour ma part, l' éducation ne concerne que la transmission culturelle et non l' enseignement qui est spécifique à une reproduction hiérarchique des classes. Le turn over social par l' éducation à du passer de 20% à moins de 2% depuis les années 50.
Pour l' éducation, j' aime bien provoquer la discussion en affirmant que du point de vue éthologique humain, la transmission culturelle se fait plus d'enfant à enfant que d'adulte à enfant. L' adulte reproduit les gènes et l'enfant la culture. C'est bien sur caricaturale mais mérite d' être développé.
Pour appuyer cette réflexion, il faut partir du fait que nous sommes formaté sur un modèle rodé durant des millions d'année ou l' éducation ne s'effectuait pas sur une fratrie d' 1,3 , mais sur des fratries de 6 à 8 enfants.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2410
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pédagogie

Message par aliochaverkiev le Ven 30 Juin 2017 - 13:47

Enseigner n'est pas informer. Enseigner c'est transmettre des connaissances. Mais transmettre ce n'est pas seulement dire un savoir, c'est vérifier que ce que est dit est compris. Les théoriciens de l'enseignement, des universitaires, ne s'occupent pas de savoir si leurs théories ont quelque chance d'être comprises. Ils pensent que, si la discipline est transmise selon une certaine manière, pour eux idéale, ce sera bien pour l'enfant, cela développera l'enfant de manière idéale. L'enfant doit comprendre leurs théories sans problème. Pour eux l'enfant est une page blanche sur laquelle il est possible d'écrire comme bon semble. Quand on passe à l'action on se rend compte que l'enfant ne comprend pas. L'enfant d'un milieu "cultivé" est vite pris en charge par les parents (ou les oncles, ou les frères etc.) qui immédiatement corrigent les errements d'un enseignement théorique.
Je me souviens d'avoir eu un problème avec mon fils ainé en CP. L'enseignante qui utilisait la méthode globale voulait médicaliser mon fils. J'ai aussitôt réagi et je l'ai enseigné comme ma mère (russe) m'avait enseigné (elle apprit à lire à tous ses enfants dès l'âge de 5 ans, avec elle l'apprentissage de la lecture, de l'écriture et du calcul durait environ deux mois ; quand nous commencions nos études nous étions très largement en avance, du coup nous sautions de classe).
En deux mois mon fils prétendument "à problèmes" sut lire et écrire et calculer; les méthodes de  la Russie natale de ma mère se révélèrent très efficaces bien qu'elles fussent  vieilles de centaines d'années.
Quand un enfant a du mal à lire ou à écrire à partir des théories de l'enseignement (méthode globale notamment) de la lecture et de l'écriture, rapidement l'enfant en difficulté est enseigné, par les parents sachants selon la méthode syllabique qui permet à l'enfant de surmonter à toute allure ses handicaps. Bien sûr les parents de milieux cultivés font ça sans le dire puisque la méthode syllabique est une méthode pour les imbéciles à entendre le théoriciens. Lesquels théoriciens quand ils sont confrontés à des problèmes de transmission, quand il s'agit de leurs enfants,  n'hésitent pas à recourir à la méthode syllabique. Il y a donc un enseignement théorique, à laquelle on soumet tous les enfants, pris alors comme cobayes, et si ça ne marche pas les enfants de milieux "défavorisés" sont sacrifiés, les enfants de milieux cultivés sont très rapidement "corrigés" remis dans les rails, ils s'en sortent grâce à l'utilisation de méthodes séculaires.
La reproduction sociale tient à ce savoir culturel des parents qui se transmet de génération en génération. Les parents cultivés laissent faire les théoriciens, même sur leurs enfants (car parfois il y a un "génie sur lequel les essais théoriques marchent) mais savent vite intervenir s'ils constatent l'apparition de problèmes  et ils appliquent les bonnes vieilles recettes de transmission du savoir. L'enseignement de masse permet de faire des expérimentations sur les classes populaires. Si ça ne marche pas, et le plus souvent ça ne marche pas, tant pis pour eux. Du coup il y a de moins en moins d'enfants issus de classes populaires dans les études les plus prestigieuses.

aliochaverkiev
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 24/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pédagogie

Message par kercoz le Lun 3 Juil 2017 - 13:17

Un "inspecteur" qui faisait en remplacement dans le primaire, a eu la "révélation" de sa carrière. Nous discutions du peu d'attrait pour la lecture des adolescents , comme je suis bookiniste. Il circulait et regardait le cahier d' écriture des élèves du primaire. Ormi le tire et le nom du blaireau, aucun écrit de la main de l' élève. Que des C/C ou il complétait des croix ! un vrai cimetière !
Pour lire , il faut d'abord écrire. Ceux qui, sur le tard des forum se sont mis à écrire pour répondre à cette nécessité d' interaction, ont compris que ce passage à l' écriture leur a réappris à lire, donné l' envie de lire. L' écriture précède la lecture.
Autre chose sur l' enseignement : Le meilleur éducateur pour un CM1 , c'est un CM2.... ou un CM3, Les anglais, je crois appliquent depuis longtemps ce processus qui fait que celui qui a en mémoire une difficulté est le mieux à même de l' enseigner. De plus , le fait d'enseigner nous fait comprendre ce que l' on a admis sans comprendre.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2410
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pédagogie

Message par aliochaverkiev le Mer 5 Juil 2017 - 19:38

Le son précède l'écriture; ça vaut mieux d'ailleurs. L'enfant qui écrit en regardant seulement les lettres, sans qu'il y ait connexion entre la lettre et le son, n'arrive pas à faire une dictée, il ne relie pas le son à l'image. C'est même étonnant à constater bien qu'à la réflexion c'est évident ! comment relier un son à une image si personne ne dit à l'enfant que ce son c'est telle image (telle lettre)!  Du coup il faut dire les lettres ou les mots (lecture) pour qu'il réussisse à lier le son à l'image. Pas si facile d'apprendre à lire et à écrire à un enfant.

aliochaverkiev
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 24/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pédagogie

Message par aliochaverkiev le Mer 5 Juil 2017 - 19:52

Dans les nouveaux programmes de maths, voici comment il faut apprendre désormais à ôter les parenthèses :

(+3) - (+4) + (-2) - (+3) par exemple (classe de cinquième; on met encore les signes +).
Il faut d'abord repérer les signes - et les interpréter ainsi : quand il y a un signe - devant une parenthèse il faut additionner avec l'opposé du nombre qui se trouve entre parenthèses (rien que là, en cinquième, 80 pour cent des enfants disjonctent).
Donc étape suivante, on récrit le problème ainsi :
(+3) + (-4) + (-2) + (-3)
Et enfin on retire les parenthèses.
Avec cette méthode les gamins se plantent tout le temps !
Les parents qui suivent leurs enfants, qui ont l'instruction pour, ne se cassent pas les pieds. Ils disent à l'enfant, quand tu as un signe + devant une parenthèse tu retires et le signe + et la parenthèse, quand tu as un signe - devant une parenthèse, tu retires aussi et le signe - et la parenthèse mais tu changes le signe du nombre qui est dans la parenthèse. Ca marche. La méthode dite savante ne marche pas. Qu'une soustraction devienne une addition ça déroute les gamins. Ca n'a l'air de rien mais les enfants de familles qui ne connaissent rien aux maths prennent ainsi, pour beaucoup, de sacrés retards, que, parfois, ils ne pourront plus jamais rattraper. Détail d'enseignement en détail, les enfants de familles défavorisées sont lentement exclues.

aliochaverkiev
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 24/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pédagogie

Message par maraud le Mer 5 Juil 2017 - 20:59

erreur
avatar
maraud
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1016
Date d'inscription : 04/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum