-65%
Le deal à ne pas rater :
Enceinte Olaf Frozen (La Reine des Neiges) – remise de 65%
6.95 € 19.99 €
Voir le deal

Django unchained

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Django unchained Empty Django unchained

Message par cedric le Lun 11 Fév 2013 - 10:56

Django unchained Images?q=tbn:ANd9GcSaLFkdz6SjcwCzuZzJmqX8xqoIeW-wLTLqvQ5TIHQpu2vPJSR1wobvp1Vcpg

Dernier film de Tarantino donc. Le film dure 2h40, dont facilement 40 minutes de trop, je me demande vraiment pourquoi il a tenu à maintenir 2h40 de film. Au niveau de l'histoire c'est du classique, ressort basique d'un scénario, identification facile...Là où Tarantino se démarque, c'est au niveau des techniques de caméra et de la mise en musique, donc mise en image et mise en musique, mais le scénario est tellement bateau que ça tient quand même difficilement. On est loin d'un Pulp Fiction, où en plus des ces maîtrises techniques il y avait un vrai style et du sens. Bref, film grand publique qui représente une énorme, une gigantesque catharsis, il lui reste ça. On doit bien entendre le mot "nègre" une centaine de fois. Ok. Tarantino apparaît dans une scène à la fin du film, quasi obèse, comme son film. Alors quoi, la fin d'un réalisateur ?




cedric
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 440
Date d'inscription : 02/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par Courtial le Lun 11 Fév 2013 - 15:20

L'obésité, c'est peut-être pour être raccord avec le biopic d'Hitchcock (qui aimait aussi à apparaître dans ses films) qui sortira mercredi prochain :D

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2032
Date d'inscription : 03/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par Vargas le Ven 15 Fév 2013 - 8:35

Je n'ai pas du tout eu la même impression que toi.
Je trouve que Tarantino s'est beaucoup appliqué dans ce film, qui fait moins brouillon et prétexte que d'autres. En général, il ne prend pas forcément le temps et passe de scène de dialogue de 15 minutes de long à des scènes d'action de 40 minutes.
Là, c'est relativement différent.
Bien sûr, si on compare à son chef-d’œuvre... Mais y a rien de pire pour un auteur/réalisateur.

Pour ne pas spoiler :
Spoiler:
Pour moi, son oit considère qu'il y a 40 minutes de trop à la fin parce qu'on n'apprécie pas l'anticlimax qui se produit avec la mort de Schultz et l'échec des négociations, soit on considère que cela donne son originalité au scénario du film justement.

En tout cas, j'ai ressenti que Tarantino, qui ne s'était pas encore prêté à l'un de ses 3 grands genres référence, a voulu nous donner un vrai film de western comme on en a peu eu depuis longtemps et qu'il y a réussi.
Si on considère la trame de départ, ce n'est pas qu'elle manque d'originalité (un esclave à l'époque du far west devenant mercenaire, s'affranchissant de la ségrégation de l'époque en tentant de retrouver sa femme, je connais peu de scénarios proches d'une telle trame sinon peut-être j'irai cracher sur vos tombes de Vian, et encore), c'est qu'elle n'est pas tout ce qu'il y a d'intéressant dans le film. Mais on peut dire cela de bien des films. Ce qui fait l'originalité des Tarantino, ce sont les situations et les personnages haut en couleur. En ce sens, oui, je trouve que c'est un excellent Tarantino avec en plus un respect du genre et de ses codes qu'on trouve rarement aussi développé dans sa filmographie.

Sur le fait que le terme nègre soit utilisé très souvent, encore heureux vu la période et le thème du film. Quand on regarde un film sur l'holocauste, on s'attend à souvent entendre le mot juif. Ceci dit, je ne trouve pas qu'il a été surutilisé. En VO, on remarque facilement qu'il y a plusieurs expressions employées à la place par moment (1er exemple me venant à l'esprit : "your John").

Quand je le compare à un True Grit, par exemple, l'originalité est clairement du côté de Django.

_________________
--------------------------------------------------------------------------------
L'effet dévore la cause, la fin en a absorbé le moyen.

Paul Valéry, Poésie et pensées abstraites
(cité par Herbert Marcuse, in L'homme unidimensionnel)

hks : On le sait bien, une fois que un tel est parti (faché) on se retrouve seuls comme des imbéciles.
Vargas
Vargas
e-Vok@teur
e-Vok@teur

Nombre de messages : 909
Localisation : Vocalisation
Date d'inscription : 01/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par Bergame le Mar 12 Mar 2013 - 17:14

Personnellement, j'ai pas trop aimé. Je vois pas trop quoi en dire, si ce n'est que Di Caprio est très bon, très juste, inattendu. Mais il n'y a bien que lui.
Mais Tarentino me fatigue, maintenant. Ca doit être l'âge.

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
Bergame
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 3625
Date d'inscription : 03/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par kind of blue le Ven 19 Avr 2013 - 17:12

Bergame a écrit:Personnellement, j'ai pas trop aimé. Je vois pas trop quoi en dire, si ce n'est que Di Caprio est très bon, très juste, inattendu. Mais il n'y a bien que lui.
Mais Tarentino me fatigue, maintenant. Ca doit être l'âge.

Le problème de Tarentino me semble actuellement être la trop grande importance de sa "signature". Je m'explique: dès qu'on voit un de ses films, on sait que c'est Tarentino qui l'a écrit... Cette grande originalité peut certes dépayser le spectateur, mais on a toujours l'impression d'avoir les mêmes éléments d'originalités (caméras, personnages, musiques, vulgarités etc.). Que ce soit avec Django Unchained, Inglorious basterd ou même Purple fiction, on retrouve toujours le même fil conducteur qui rend Tarentino si atypique.

Ps (SPOIL): petite anecdote sur Django Unchained: lorsque Di Caprio casse un verre, il commence à saigner. Ce saignement était cependant parfaitement involontaire mais l'acteur a tout de même continué à jouer. Tarentino a tellement aimé cette séquence inattendue qu'il l'a rajouté au film.
kind of blue
kind of blue
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 19/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par hks le Ven 19 Avr 2013 - 19:45

Après avoir été autorisé ce film a été censuré en Chine ( a été retiré des écrans). Aucun film de Tarentino n'avait précédemment réussi à passer la censure.

Et pourtant"En accord avec la branche chinoise de Sony Picture, la quantité du sang avait été diminuée en post-production et sa couleur affadie. (le Figaro).

Le propos de "Inglorious basterd" était franchement atypique. Là on est dans l' outrance mais sur un scénario classique. La trame générale sans doute un peu trop classique et la conclusion peu originale.

Les étonnements sont à l'intérieur.
par exemple :
James Remar, l’interprète de Butch Pooch, joue un second personnage dans le film : Ace Speck.( pas évident! )


Je m'explique: dès qu'on voit un de ses films, on sait que c'est Tarentino qui l'a écrit...

Reservoir dogs et Jackie Brown me semblent plus retenus dans la forme .( mais c'est de mémoire ).

On semble oublier Kill Bill dans les commentaires que je lis ça et là.

ET "Boulevard de la mort"! Avec ses défauts... mais un gros choc de cinéma/émotion à la fin de la première partie ... comme on en fait peu.

Tarentino a le goût, l'art et la manière de refaire des choses mais de les refaire "anthologiquement".
hks
hks
Admin
Admin

Nombre de messages : 8902
Localisation : Hauts de Seine
Date d'inscription : 04/10/2007

https://ashkaes.wixsite.com/ashkaes

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par kind of blue le Ven 19 Avr 2013 - 20:07


Le propos de "Inglorious basterd" était franchement atypique. Là on est dans l' outrance mais sur un scénario classique. La trame générale sans doute un peu trop classique et la conclusion peu originale.

On est dans une conclusion très atypique au contraire! Le scénario est assez imprévisible mine de rien vers la fin.
J'ai particulièrement aimé le scénario uchronique de ce film... La guerre est abordée d'une manière originale, ce qui contrebalance avec la trame générale.
kind of blue
kind of blue
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 19/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par hks le Ven 19 Avr 2013 - 23:22

On est dans une conclusion très atypique au contraire!
certes " normalement, les spectateurs devraient être en capacité de se dire que si ça se trouve, Schultz s’en est quand même sorti'.(je cite Tarentino )
oui mais après ...ou bien je ne me souviens plus trop de la fin ...mais elle ne m'a pas étonné.
hks
hks
Admin
Admin

Nombre de messages : 8902
Localisation : Hauts de Seine
Date d'inscription : 04/10/2007

https://ashkaes.wixsite.com/ashkaes

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par kind of blue le Sam 20 Avr 2013 - 10:34

hks a écrit:
On est dans une conclusion très atypique au contraire!
certes " normalement, les spectateurs devraient être en capacité de se dire que si ça se trouve, Schultz s’en est quand même sorti'.(je cite Tarentino )
oui mais après ...ou bien je ne me souviens plus trop de la fin ...mais elle ne m'a pas étonné.

SPOIL!
Bah, la scène du cinéma? la scène où Hitler et son subordonné (je ne me souviens plus qui c'était à ce moment) se font tuer par mitraillette etc. Ce sont autant de points que Tarentino a su développer grâce à l'uchronisme du film et qui, finalement, me semblent plutôt intéressants!
kind of blue
kind of blue
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 19/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par hks le Sam 20 Avr 2013 - 13:22

Là tu changes de film.( idem de Hier à 20:07). Je te parlais de la fin de Django. Pour comparer la fin de True grit des Cohen( si tu as vu ) me semble moins conformiste .
Rien à critiquer sur Inglourious Basterds (vu et revu, c'est dire que j' aime. )
hks
hks
Admin
Admin

Nombre de messages : 8902
Localisation : Hauts de Seine
Date d'inscription : 04/10/2007

https://ashkaes.wixsite.com/ashkaes

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par kind of blue le Sam 20 Avr 2013 - 15:44

hks a écrit:Là tu changes de film.( idem de Hier à 20:07). Je te parlais de la fin de Django. Pour comparer la fin de True grit des Cohen( si tu as vu ) me semble moins conformiste .
Rien à critiquer sur Inglourious Basterds (vu et revu, c'est dire que j' aime. )

Oh, mes excuses alors si on parlait pas du même film!

C'est sur que la fin est un peu trop "happy end", mais c'est un film appartenant au genre "Western". La volonté de Tarentino était selon moi de rendre ce genre de films partiellement original. Je dis bien partiellement car le film en reste quelque peu conformiste comme vous le dîtes.

True grit, c'est le western avec la jeune fille non? Si tel est le cas, je suis bien d'accord pour dire que celui ci est bien plus original (du point de vue de l'histoire) que Django Unchained.
kind of blue
kind of blue
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 19/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par Bergame le Sam 20 Avr 2013 - 16:17

Ah oui, Jackie Brown. Tiens, avec le recul, c'est peut-être le Tarantino que je préfère. Il me semble plus maitrisé, en fait, plus élégant aussi.

Inglorious... Ouaif. C'est tellement outrancier, tellement énôôôrme. C'est du Grand-Guignol, mais qui prétend s'élever au rang de 7e art. Un peu comme si Poiré avait tourné "Papy fait de la Résistance" en visant le César du meilleur scénario -au minimum. Et puis ça manque d'unité, pour moi, ça ressemble à un film de sketchs. Ca marchait pas mal dans Kill Bill, ce découpage à la serpe, ça avait un sens. Dans Inglorious, ça fait brouillon et vite-fait.

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
Bergame
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 3625
Date d'inscription : 03/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par hks le Sam 20 Avr 2013 - 18:53

à kind of blue
mais c'est un film appartenant au genre "Western"
C'est ce que m' a répondu ma femme.
hks
hks
Admin
Admin

Nombre de messages : 8902
Localisation : Hauts de Seine
Date d'inscription : 04/10/2007

https://ashkaes.wixsite.com/ashkaes

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par kind of blue le Sam 20 Avr 2013 - 19:04

hks a écrit:à kind of blue
mais c'est un film appartenant au genre "Western"
C'est ce que m' a répondu ma femme.

Et qu'as tu répondu en retour lol! ?


Inglorious... Ouaif. C'est tellement outrancier, tellement énôôôrme. C'est du Grand-Guignol, mais qui prétend s'élever au rang de 7e art. Un peu comme si Poiré avait tourné "Papy fait de la Résistance" en visant le César du meilleur scénario -au minimum. Et puis ça manque d'unité, pour moi, ça ressemble à un film de sketchs. Ca marchait pas mal dans Kill Bill, ce découpage à la serpe, ça avait un sens. Dans Inglorious, ça fait brouillon et vite-fait.

Bah le côté "tellement énôôôrme", on le retrouve dans presque tous ses films... Que ce soit Inglorious, Django etc. ça devient vite outrancier.

Pour autant, il me semble impensable de détrôner l'auteur de son piédestal. Son originalité peut être certes redondante, mais il a su s'imposer et créer un style propre.
kind of blue
kind of blue
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 19/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par hks le Sam 20 Avr 2013 - 19:15

à Bergame

C'est à dire que je n' attends pas l 'élégance chez Tarentino et c'est heureux.
J' ai une nature bon public et je suis assez éclectique dans mes goûts.
Si c'est une farce, une farce à sketches, je le prends comme c'est. Et ce n'est pas parce que "l'armée des ombres" est un de mes films préférés que je ne vais pas aussi aimer "Inglourious Basterds".
Je ne pense pas qu'il y ait de critères objectifs fermes actuellement établis en esthétique. Il se peut que s'il y en avait un jour de compris ( scientifiquement ), ils renverraient en grande partie à des déterminations subjectives ( "c'est chacun son goût" )
hks
hks
Admin
Admin

Nombre de messages : 8902
Localisation : Hauts de Seine
Date d'inscription : 04/10/2007

https://ashkaes.wixsite.com/ashkaes

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par hks le Sam 20 Avr 2013 - 19:26

à kind of blue

Et qu'as- tu répondu en retour
Je lui ai répondu que oui bon, mais quand même .. c'est Tarentino. ( sous -entendu on peut espérer autre chose que ça )
Où alors c'est que ce genre de fin je l'avais déjà vu dans "Inglourious Basterds"(incendie général mais sans happy end )
hks
hks
Admin
Admin

Nombre de messages : 8902
Localisation : Hauts de Seine
Date d'inscription : 04/10/2007

https://ashkaes.wixsite.com/ashkaes

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par Bergame le Sam 6 Juin 2020 - 13:08

Figure-toi, ami hks, que pour une obscure raison, j'ai toujours gardé en mémoire que tu étais fan de Tarantino. Je crois que cette information m'avait frappé à l'époque par son caractère déconcertant. Django unchained 2101236583
Mais donc, pour toi, et pour les autres, je signale un documentaire rétrospectif qui pourrait vous intéresser : https://www.arte.tv/fr/videos/092151-000-A/qt8-tarantino-en-8-films/. Je dois dire que son visionnage m'incite à revoir les Tarantino avec un oeil un peu différent -un peu.


Dernière édition par Bergame le Sam 6 Juin 2020 - 13:15, édité 1 fois

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
Bergame
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 3625
Date d'inscription : 03/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par neopilina le Sam 6 Juin 2020 - 13:15

Bergame a écrit:Mais donc, pour toi, et pour les autres, je signale un documentaire rétrospectif qui pourrait vous intéresser : https://www.arte.tv/fr/videos/092151-000-A/qt8-tarantino-en-8-films/. Je dois dire que son visionnage m'incite à revoir les Tarantino avec un oeil un peu différent -un peu.

Sur arte hier soir, je n'ai pas pu le voir, le replay est déjà prévu. Quand je regarde " Django " ou les " Huit salopards ", j'essaye d'imaginer un suprémaciste blanc qui les regarde, et je suis encore plus plié de rire, il les " soigne " particulièrement !! Il y en a qui n'ont pas inventé l'eau chaude, a contrario, le personnage de Caprio est glaçant.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". " Il faut régresser et recommencer, en conscience ". Moi.
neopilina
neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 5786
Date d'inscription : 31/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par hks le Sam 6 Juin 2020 - 16:00

bergame a écrit:Figure-toi, ami hks, que pour une obscure raison, j'ai toujours gardé en mémoire que tu étais fan de Tarantino
ben heu oui ...pourquoi cette remarque Django unchained 4221839403  et je n'ai guère changé d'avis sur
9 films  
Mais je n'ai pas vu le dernier  2019 : Once Upon a Time… in Hollywood
Je ne suis pas sans esprit critique cela dit.
(Kill Bill je n'aime pas trop)
Je ne suis pas un fan de la personne singulière nommée Tarentino  pas plus que de celles de Bunuel ou de Bergman ou d'Eastwood

_________________
Henri Meschonnic : Sous la mer, toutes les îles se rejoignent
hks
hks
Admin
Admin

Nombre de messages : 8902
Localisation : Hauts de Seine
Date d'inscription : 04/10/2007

https://ashkaes.wixsite.com/ashkaes

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par neopilina le Sam 6 Juin 2020 - 17:01

Etrange, mais tant mieux, dimanche Arte passe les " Huit Salopards ", une grande réussite, et ensuite le dit documentaire. Oui, il y a des films de Tarantino ratés, mais très peu, en même temps, il n'a pas une grosse filmographie, même si on compte ce qu'il fait avec son ami Rodriguez.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". " Il faut régresser et recommencer, en conscience ". Moi.
neopilina
neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 5786
Date d'inscription : 31/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par Bergame le Sam 6 Juin 2020 - 17:32

C'est une simple boutade en passant, mais c'est vrai, j'avais été... surpris. C'est comme ça, on se fait une idée, sans doute, des individus derrière leur PC après tant de temps, même si elle est forcément erronée, et, pour moi, bon, hks et Tarantino, ça collait pas. Django unchained 2101236583
Mais c'est d'abord un hommage à ton éclectisme, et puis peut-être que je ne suis pas très juste vis-à-vis de Tarantino, je ne sais pas.

Enfin, je n'y peux rien, je n'ai pas du tout aimé "Once upon a time..." Je ne sais pas, ça n'a aucun intérêt, pour moi, je ne comprends pas ce qu'il cherche à dire ou à faire, dans ses films. J'ai l'impression de voir un gosse, gâté et enthousiaste, attachant à certain égards sans doute, qu'on aurait abandonné dans un magasin de jouets. A la fois il s'amuse, et à la fois il passe le temps.

Ca me fait penser, dans un tout autre genre, avez-vous vu "Un grand voyage vers la nuit" ? Trop long, très lent, mais par contre, ça, pour moi ça a été un choc visuel.


_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
Bergame
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 3625
Date d'inscription : 03/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par hks le Sam 6 Juin 2020 - 18:45

bergame a écrit:
Enfin, je n'y peux rien, je n'ai pas du tout aimé "Once upon a time..."

Je le verrai peut -être, sur petit écran.
1) Je ne vais plus "en salle".
2) Je regarde peu de films par rapport à ce qu je regarde de séries .
Ces deux comportements seront taxés de "sacrilège" par les cinéphiles .

hks et Tarantino, ça collait pas.
hks ou n'importe qui... Dans quelles mesures peut -on présager des goûts et des couleurs
dans le domaine de l'expression artistique avant d'avoir demandé ?

Glen Gould par exemple    
Aux Beatles dont il trouvait la musique «répugnante», Glenn Gould préférait Petula Clark, chanteuse nuancée et plus intérieure. Comprenne qui pourra.
....................................................................

"Un grand voyage vers la nuit" je n'ai pas du tout aimé .... Django unchained 177519025
un détail il faut le voir en salle et chausser des lunettes 3D (je l'ai vu chez moi )

Je me suis ennuyé autant qu'en voyant Lost hightway de Lynch
ou Oncle Boonmee de Apichatpong Weerasethakul

idem du cimema de Antonioni
ou celui de Angelopoulos

le seul que j'aime dans ce genre là est Tarkowky

_________________
Henri Meschonnic : Sous la mer, toutes les îles se rejoignent
hks
hks
Admin
Admin

Nombre de messages : 8902
Localisation : Hauts de Seine
Date d'inscription : 04/10/2007

https://ashkaes.wixsite.com/ashkaes

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par hks le Dim 7 Juin 2020 - 0:22

Je me demande sil ne faut pas avoir lu CE spoiler avant de voir ce film
en tout cas on peut le lire après Django unchained 2101236583
Parce que dans le film chaque fragment est donné dans un parfait désordre et au compte goutte. Pour embrouiller il n'y a pas de limites.


Adolescent, le héros a vu sa mère partir avec un autre homme. C'était une femme excentrique qui se teignait les cheveux en rouge. Elle disait à son fils de manger une pomme en entier quand il est triste. On le voit faire cela étant jeune avec une femme inconnue derrière lui, sans doute après que sa mère l'ait quitté. Il travaille dans un salon de coiffure et est ami avec "Le Chat". Celui-ci meurt dans une embuscade organisée par le méchant au chapeau blanc alors qu'il allait lui livrer des pommes (symbole de tristesse pour les hommes dans le film). Le héros récupère un revolver dans le tas de pommes. Le cadavre du chat est jeté au fond d'une mine (scène du wagonnet). A la même époque, le héros est amoureux d'une femme. Ils se sont rencontrés quand notre héros enquêtait sur la mort du Chat ; il l'interroge brutalement puis cherche à s'excuser ; elle lui réclame des pomelos pour cela (voir plus loin). Elle est cambrioleuse et a volé un livre vert dans la maison d'un couple. Ce livre parle de deux amants dont la maison tourne sur elle-même quand on récite une incantation. Elle veut donner le livre à l'homme qu'elle aimera, donc notre héros. Ils se voient dans une maison abandonnée qui est implicitement assimilée à celles des amants du livre. Cette femme ressemble à sa mère, ce que démontre une photo ancienne qu'il détient. L'histoire d'amour est impossible car elle est sous la coupe du méchant qui a tué le Chat. Elle tombe enceinte, le héros dit qu'il veut apprendre le ping-pong à son fils, mais elle dit avoir avorté. Quand elle est triste, elle ne mange pas des pommes, mais des pomelos, un fruit qu'on ne trouve qu'en hiver ; on la voit pleurer en en mangeant dans un cinéma. Le méchant les surprend alors qu'ils veulent s'échapper, leur histoire est finie, ils se perdent de vue. Il semble que le héros ait tenté de tuer le méchant dans un cinéma, mais on ne sait pas si cela se concrétise. Plus âgé, l'homme repart à la recherche de la femme. Elle a changé d'identité, a été mariée à un homme qui tient un hôtel et à qui elle racontait des histoires pour le payer. Elle se dit stérile (peut-être suite à son avortement). Elle a quitté cet homme et est devenue chanteuse dans un dancing. On voit sa photo sur un camion que suit par hasard le héros. Celui-ci mène l'enquête. Le film commence en une scène où il vient de faire l'amour avec une femme inconnue, se réveille et sort d'un rêve avec la femme disparue. Dans son rêve, la femme a une montre cassée. Lors de son enquête, il retrouve la photo ancienne dans l'horloge de la maison abandonnée (horloge qui est assimilée à celle que son père regardait peu de temps avant de mourir (mais ce n'est pas la même)). Il va en prison interroger la complice du cambriolage de la maison des amants. Un ami policier lui donne la nouvelle identité de la femme aimée. Il retourne dans sa ville natale pour la retrouver et rend visite à son ancienne patronne coiffeuse puis va à l'hôtel où l'ex-mari de la femme lui apprend qu'elle est devenue chanteuse. Il va au dancing et n'a qu'à attendre 9h pour que le spectacle commence et donc pour retrouver la femme qu'il aime. Il sait que c'est sa seule et unique chance de la retrouver car c'est la dernière du spectacle ; tout le quartier sera détruit le lendemain matin. Il attend dans un cinéma porno, met des lunettes 3D et s'endort. Le rêve commence (plan-séquence de 30 min). Tout ce qui précède est métamorphosé, comme dans nos rêves. Il se trouve au fond de la mine où a été jeté le chat. Il y rencontre un enfant, son fils avorté, avec qui il joue au ping-pong. Son fils lui donne le manteau qu'il dit être à son père. Or le père, c'est lui. Il quitte la mine, il dit à l'enfant qu'il n'est pas son père et ne peut pas lui donner un nom (il se trompe) mais accepte de lui donner un surnom : "jeune chat" (sauf erreur de ma part). Il retrouve la femme qu'il aime mais elle ne l'admet pas, ou ne le sait pas. Elle joue à un jeu pour gagner trois pomelos ce qui la rendrait riche (la tristesse est ici inversée avec le bonheur ; le rêve est en hiver alors que la réalité était en été). Ils quittent le billard grâce à la raquette de ping-pong magique donné par leur fils. Elle veut lui montrer la maison des amants qui tourne sur elle-même. Il voit un enfant remplir de pommes les sacs d'un cheval ; les pommes tombent, elle shoote dedans (sans doute par inversion du thème de la mère). On découvre alors qu'elle est chanteuse, comme dans la vraie vie. Là, une femme à moitié folle apparaît. C'est la mère, elle a les cheveux teints en rouge (comme évoqué dans la discussion avec la coiffeuse). Elle va retrouver son amant avec qui elle veut fuir. Le héros, donc son fils, la suit et l'aide à partir. Il rejoue donc la scène qu'il a vécu enfant, mais cette fois, aide sa mère. Il lui réclame un objet précieux. Elle lui donne une montre cassée. Elle part. Il pleure et mange la pomme qu'il voulait lui offrir. Il retrouve la femme qu'il aime et lui offre la montre cassée de sa mère. Elle l'emmène voir la maison des amants et sous-entend qu'elle l'a cambriolée (elle dit que le meuble avait beaucoup de cadenas mais qu'il n'y avait que du linge dedans). Il se souvient de l'incantation, la récite, ils s'embrassent et la maison tourne sur elle-même. Le film prend fin sur l'idée de l'éphémère de la vie

_________________
Henri Meschonnic : Sous la mer, toutes les îles se rejoignent
hks
hks
Admin
Admin

Nombre de messages : 8902
Localisation : Hauts de Seine
Date d'inscription : 04/10/2007

https://ashkaes.wixsite.com/ashkaes

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par Bergame le Dim 7 Juin 2020 - 11:26

Oui, le film est un sacré exemple de narration non-linéaire. Au premier visionnage, tu n'en comprends que des bribes. Mais, encore une fois, c'est surtout visuellement qu'il m'a impressionné. Et puis, , je vois de la prise de risque, rien à voir avec quelqu'un comme Tarantino. Le gars a, je crois, 28 ans, c'est son deuxième film ! Et il te sort un plan-séquence d'une heure ! Ce n'est pas un bon film, parce que, effectivement, c'est chiant !  Django unchained 2101236583  Mais c'est un sacré objet cinématographique, il me semble.

Merci pour le texte. Où est-ce que tu l'as trouvé, par curiosité ?
Accessoirement, j'avais compris pour ma part que "Le Chat" était le père du personnage principal, et non un "ami".

Je n'étais pas très sensible au cinéma asiatique jusqu'à présent, à part Zhang Yimou. "Parasites" m'a réveillé, je suis en train de m'en faire une cure. Django unchained 2101236583

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
Bergame
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 3625
Date d'inscription : 03/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par hks le Dim 7 Juin 2020 - 12:39

à bergame

 j'ai trouvé le spoiler sur  http://www.allocine.fr/film/fichefilm-259478/critiques/spectateurs/#review_61772426
premier commentaire ( un bel effort de sa part ).

..........................................................................
tiens, un autre que je n'aime pas du tout
Béla Tarr,
exemple le cheval de Turin



Le film décrit ensuite minutieusement, pendant six jours, la vie dans leur ferme, de cet homme, avec sa fille et leur cheval, tandis qu'au dehors le vent violent souffle sans relâche.

Chaque jour voit l'accomplissement des mêmes rituels : l'homme, paralysé d'un bras, se lève, sa fille l'habille et le déshabille avec obligeance. De la même manière, il se verse deux verres de pálinka (sorte de gnôle magyare) chaque matin. Sa fille prépare également deux pommes de terre pour le repas de chaque jour. Elle ne sort qu'une fois par jour lorsqu'elle va chercher de l'eau au puits avec ses deux seaux. Quand ils ne font rien, régulièrement, ils s'assoient à tour de rôle devant la fenêtre et regardent dehors.

Une seule visite vient rompre la monotonie de cette solitude silencieuse et est l'occasion d'un long monologue d'allure philosophique : un voisin leur annonce que la ville voisine a été complètement détruite et attribue la responsabilité de ce scénario apocalyptique à la fois à Dieu et à l'homme. Le fermier répond simplement par un laconique « Foutaises ! ». etc( voir wikipédia)


.............................................................................

.le cinema asiatique que je prèfère est le coréen
Parasite est un peu surévalué me semble -t- il
"Memories of murder" et "Mother" du même  Boog jon  Ho sont mieux
"Une histoire de famille" (sur le même thème que parasite/ film japonais), est meilleur

Park Chan-wook (presque tout) c'est excellent,  son "Mademoiselle" est un pur chef d 'oeuvre.

Kim Ki-duk plus cérébral


https://www.vodkaster.com/listes-de-films/le-meilleur-du-cinema-coreen/721393 je passe...sur les 5O cités je n'en ai vu que 22
mais d'autres non cités.

ce cinema coréen est plus accessible maintenant.
...............................................................................................................;

_________________
Henri Meschonnic : Sous la mer, toutes les îles se rejoignent
hks
hks
Admin
Admin

Nombre de messages : 8902
Localisation : Hauts de Seine
Date d'inscription : 04/10/2007

https://ashkaes.wixsite.com/ashkaes

Revenir en haut Aller en bas

Django unchained Empty Re: Django unchained

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum