Philosophie du savoir

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Philosophie du savoir

Message par neopilina le Ven 15 Aoû 2014 - 1:58

Courtial a écrit: Essayer de voir un peu ce qu'il y a dans la Critique de la raison pure, c'est refuser de penser.

Ouais, c'est vrai ça. Et même que pour voir qu'entre A et B, Kant " rentre au bercail ", il faut s'appeler Nietzsche. J'ai essayé, j'ai jamais vu ,  lol!  . Mais lui, je le crois sur parole, sur le coup là !

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3933
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philosophie du savoir

Message par Courtial le Ven 15 Aoû 2014 - 2:22

Un autre caractère du "savoir", c'est qu'il peut se transmettre, et que l'on peut l'apprendre.
Le fait, pour les philosophes, de souvent recourir à la citation, à la référence, témoigne de cette idée.
Les intuitions géniales, en revanche, ne sont pas suscpetibles d'un apprentissage.
Elles autorisent au contraire à se replier sur le cher moi et "mon savoir à moi".

Nous en arrivons donc à l'opposition entre les grouillots de la philo, qui se contentent d'apprendre par coeur Kant et Leibniz, et par ailleurs l'élite de ceux qui pensent et n'ont qu'à se référer à leur savoir à eux.

Dans cette perspective, "le prof" est évidemment l'Ennemi (on le sait, Deleuze lui-même était agent immobilier...) puisqu'il représente l'idée qu'il y aurait quelque chose à apprendre et par conséquent un savoir.

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1997
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philosophie du savoir

Message par neopilina le Ven 15 Aoû 2014 - 2:29

Courtial a écrit:Nous en arrivons donc à l'opposition entre les grouillots de la philo, qui se contentent d'apprendre par coeur Kant et Leibniz, et par ailleurs l'élite de ceux qui pensent et n'ont qu'à se référer à leur savoir à eux.

Ne cherchez pas ! Pile-poil au milieu, y'a moi ! Je suis d'excellente humeur ! Il est où Aldo !?    ,    .

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ET Suspect, parce que Mien ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3933
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philosophie du savoir

Message par neopilina le Ven 15 Aoû 2014 - 2:57

Aldo a écrit:Toujours aussi incompréhensible, ce cher Neo : comment respecter quelqu'un dont on n'a pas lu une ligne ? Sinon il paraît qu'il y a même des mégalomanes sur les forum philo... j'te jure, quelle promiscuité !
Allez... à la prochaine !

Je n'ai jamais lu un livre entier de Deleuze, oui. A contrario, j'ai lu bien plus qu'une ligne. " Nuance ". Deleuze le dit haut et fort, il tente sa chance autrement, et j'ai moi-même, à de très nombreuses reprises, admis que la philosophie académique, officielle, continentale, était très très mal en point. Du point de vue de cette tradition là donc, ma liste personnelle s'arrête à Sartre. Qui sait très très bien ce qu'il fait : cette homme a voulu faire date, et ce donc dans le cadre encore permis a priori par cette tradition là, et il faut constater qu'il l'a fait. Mille fois oui au diagnostic donc, mais j'ai fais un autre choix : la dite tradition est riche de ses remèdes propres à la sortir de la mouise où elle s'est mise elle-même. Ce qui est comprendre donc.


Dernière édition par neopilina le Ven 15 Aoû 2014 - 12:58, édité 1 fois

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ET Suspect, parce que Mien ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3933
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philosophie du savoir

Message par euthyphron le Ven 15 Aoû 2014 - 10:30

Aldo a écrit:: ô Poussbois, je te réinvite cordialement à venir me commenter au lieu de fayoter avec gros lapin. Tu n'es pas sans savoir que je ne lance pas à tout le monde ce type d'invitation.   
... et je te jure sur la tête à Courtial que je serais vachement sympa avec toi (n'ai pas peur)  
Ah ça y est, enfin j'ai compris Aldo! pourquoi ce prétendu défenseur de la pensée libre traite-t-il obstinément toute objection, question, tentative de dialogue comme une offense personnelle. C'est qu'il veut et exige qu'on le commente!
Il ne faut cependant pas commenter Descartes, Leibniz ou Hegel, ah non! ça c'est ne pas penser, c'est être un professeur coincé qui ne sait que réciter sa leçon, ça c'est très mal. En revanche, commenter Aldo qui essaye de commenter Deleuze, ça c'est bien, c'est la preuve d'un tempérament philosophique. De toute façon ne cherchez pas de logique, la logique c'est mal.
Commenter le vide est un bel exercice post-moderne en effet.
Quant aux agressions à l'égard de Courtial, elles ne relèvent pas du commentaire mais de l'illustration, en l'occurrence du ressentiment : l'inférieur aime mépriser le supérieur. Parce que quel que soit l'intérêt qu'on éprouve pour le contenu, entre Courtial et Aldo il n'y a pas besoin d'un long examen pour savoir duquel on peut apprendre quelque chose, lequel pense et lequel anathématise. Digression n'a pas vocation à accueillir l'expression du ressentiment.

_________________
amicus plato sed magis amica veritas
avatar
euthyphron
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1507
Date d'inscription : 01/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philosophie du savoir

Message par Courtial le Ven 15 Aoû 2014 - 10:58

Pour ce qui se rapporte au mode génial de pensée, Kant a parlé à ce propos du "ton grand seigneur" de ceux qui, dispensés d'avoir à présenter leurs titres, vont partout se prévalant de leur seul oracle intérieur. Le texte est un peu long, je l'ai coupé :


Kant a écrit:C'est que non seulement la paresse naturelle, mais aussi la présomption des hommes (liberté mal entendue), font que ceux qui ont de quoi vivre, que ce soit largement ou chichement, se prennent pour des seigneurs quand ils se comparent aux gens qui doivent travailler pour vivre. […] En un mot, tous se prennent pour des seigneurs dans la mesure où ils se croient dispensés de travailler; et suivant ce principe on est récemment allé si loin dans cette voie que voici que s'annonce de façon ouverte et déclarée une prétendue philosophie pour laquelle point n'est besoin de travailler; il suffit de prêter l'oreille à l'oracle au-dedans de soi-même et d'en faire son profit pour s'assurer l'entière possession de toute la sagesse qu'on peut attendre de la philosophie; et cela sur un ton qui montre que ses tenants entendent bien ne pas être mis au rang de ceux qui sur le mode scolaire -s'estiment tenus de progresser lentement et prudemment de la critique de leur faculté de connaître à la connaissance dogmatique, mais que -sur le mode génial- ils se font fort d'effectuer d'un seul regard pénétrant sur leur intérieur tout ce qu'un travail appliqué peut jamais procurer et bien davantage encore. Des sciences qui exigent du travail, comme les mathématiques, la science de la nature, l'histoire ancienne, la philosophie, etc. beaucoup peuvent bien s'enorgueillir de façon pédante; mais il est réservé au philosophe de l'intuition de jouer les grands seigneurs, lui dont la démonstration n'a pas à gravir la pente par le travail herculéen de la connaissance de soi, mais à qui une gratuite apothéose permet en son survol de la dispenser d'en haut: car il y parle de sa propre autorité et, de ce fait, il n'est tenu de rendre raison à personne.( ... ) Au fond, c'est bien toute philosophie qui est prosaïque, et proposer aujourd'hui de se remettre à philosopher poétiquement pourrait bien passer pour proposer au boutiquier de ne plus écrire désormais ses livres de compte en prose, mais en vers

Par ailleurs, pour revenir une dernière fois sur la citation de Deleuze, on conçoit le courage insigne qu'il faut pour se rebeller contre le Pouvoir hénaurme de l'Institution philosophique académique (dont il fut lui-même un des plus beaux rejetons), mais si l'on a quelque révolte de reste ou en mal d'emploi, je proposerais qu'on la dirigeât sur quelques autres pouvoirs, certes plus prosaïques, mais non moins réels. Qu'on laisse Kant tranquille et qu'on aille un peu s'occuper de Pierre Gattaz, de Goldman Sachs et de Manuel Valls.

Qu'on ne s'y trompe pas : je souhaiterais, pour ma part, que la philosophie représente un immense pouvoir, mais je n'y crois guère. Je rêverais, par exemple, que l'on puisse faire reculer Poutine en lui démontrant que son attitude, en Ukraine, n'est pas très kantienne.Que Spinoza a montré que la liberté d'expression était indispensable pour instaurer une paix véritable au sein de l'Etat, etc.
Mais encore une fois, je ne l'espère pas trop.

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1997
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philosophie du savoir

Message par Aldo le Ven 15 Aoû 2014 - 12:15

euthyphron a écrit:la logique c'est mal.
Mort de rire :
http://digression.forum-actif.net/t985p75-penser-sans-les-mots#18147
Après cette belle claque, je savais bien que tu y reviendrais... mais ailleurs bien sûr (jamais de face, jamais d'argument).  

En résumé, on a bien vu à travers ces réactions diverses comment les philosophes du pouvoir voudraient museler ceux de la pensée, ici représentée par Deleuze et Foucault. Finalement d'excellent exemples qui valident avec beaucoup d'à propos le sens de ce fil, par la pauvreté voire la médiocrité des interventions (toujours aucun argument, juste des attaques ad personam et une mauvaise foi risible : où il est même suggéré que ce serait moi qui agresserait Courtial   comme si les gens ne savaient pas lire : quelle prétention). On aura même entendu que Deleuze inciterait à ne pas lire les philosophes, c'est un sommet ! (penser à faire un fil : Deleuze vs les fonctionnaires de la philo)

Mieux vaut donc en rire et ne pas s'engager plus avant dans des réponses personnelles à ces attaques personnelles et récurrentes à mon encontre. Bref, je ne dois pas être le seul à me marrer en lisant ce fil...
Bon. Disons que peut-être que je ferai un package de toutes ces perles, si l'envie me prenait de ne plus philosopher ici et de rejoindre ainsi le niveau moyen de malhonnêteté qui fait rage chez quelques pelés qui squattent les forum philo de toute leur importance (d'où ma demande à Poussbois, qui est un type honnête je pense).

Comment disais Vargas ? Ah oui, la sagesse...

J'espère que j'aurais l'occasion de poursuivre ce fil que j'espérais d'une autre tenue (qui en tous cas était parti sur d'autres bases que ce qu'on en a fait, malgré moi), où même d'en faire d'autres sans qu'ils soient pollués par ces incessantes attaques en dessous de la ceinture. Quitte à le faire tout seul : ça sera au moins lisible...

Bref, à tous les cheffaillons de ce forum, vous pouvez bien me censurer pour imposer vos chères vérités au monde, vous aurez plus de mal à censurer Deleuze, du haut de vos gribouillages sémantiques.
Quant à le comprendre, je pense que vous allez avoir un léger problème... qui Dieu merci n'est pas le mien
Le mieux, c'est de faire comme s'il n'avait jamais existé, ce que vous faites à merveille d'ailleurs... et de continuer cette petite mascarade entre vous.

_________________
Jimi Hendrix is God, et Deleuze est son prophète

Aldo
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 985
Date d'inscription : 26/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philosophie du savoir

Message par Vargas le Ven 15 Aoû 2014 - 13:37

Je vois que vous êtes en forme. Puisque le fond de la communication semble avoir été touché, on s'arrête là pour le moment. Je boucle le sujet et le rouvrirai dans quelques temps.
On verra bien ce que cela donnera alors.

Et pour rappel : si vous n'aimez pas discuter avec quelqu'un, rien ne vous y force. Vous n'êtes même pas obligé de le lire.
Mais il ne faut pas non plus trop s'entendre parler pour discuter avec les autres.

_________________
--------------------------------------------------------------------------------
L'effet dévore la cause, la fin en a absorbé le moyen.

Paul Valéry, Poésie et pensées abstraites
(cité par Herbert Marcuse, in L'homme unidimensionnel)

Vargas
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 01/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum