L'âge de philosopher

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par poussbois le Sam 5 Avr 2014 - 14:22

Ha ben tu vois, là encore on s'est mal compris... ;)Je ne prends pas vraiment parti, c'est sûr, mais j'ai une préférence tout de même.

Je parle de deux approches :

- un approche où je vais picorer dans les textes d'un auteur, dans ce cas, je vais aller vers ceux "dont on parle". Platon me passionne mais pour peux que je puisse échanger dessus, je ne vais donc pas aller lire Hippias mineur ou le Critias. De même, si on me parle de Mill, je conseillerai à un lecteur qui ne le connait pas de commencer par l'utilitarisme. "Un texte est un texte en lui-même" oui, dans ce cas, ça fonctionne parfaitement. Je pense que les auteurs ne me démentiront pas : quand on écrit un ouvrage, ce n'est pas une suite du précédent. Ca peut être une continuité, il est préférable qu'il n'y ait pas de contradiction non justifiée, mais ces auteurs avancent dans leur oeuvre ouvrage par ouvrage, et non en forme de série américaine. Ca ne me dérange pas de ne connaitre Platon pratiquement que par ces textes sur l'amitié, l'amour, le désir, etc...
- et une approche de type circulaire ou on embrasse une œuvre, on la cerne. Et dans ce cas, je trouve que faire l’économie de l’œuvre, pondérer les ouvrages entre eux, les concepts du « pas encore » ou du « comme si » (ce dernier que je n’ai pas du tout compris en fait, ça veut dire quoi ? Courtial ?) faisant référence à une apogée, me semble une démarche faible et qui fait perdre en qualité de lecture et en compréhension globale. Mon texte sur le déclin n’est pas innocent : ce déclin me semble tout à fait nécessaire, désirable et être une fin en soi. Il fait partie de l’œuvre et peut même pour certain apparaître comme son apogée.

Que la première approche soit pratiquement rendue nécessaire pour s'orienter dans le dédale des lectures, j'en conviens. Que ce soit une démarche juste, je n'en suis pas sûr. Quand je pondérais les oeuvres de Mill ou de Guyau, c'est plus par dérision que pour démontrer une réalité.
Guyau est une énigme d’ailleurs à ce sujet. Sous la 3ème République, ce sont ses ouvrages sur l’éducation, la patrie, l’esprit militaire qui faisaient référence. Aujourd’hui, c’est plutôt son « esquisse d’une morale sans obligation ni sanction ». Le lien entre les deux ? Je cherche toujours. Je ne comprends pas cet auteur, et me garde bien de classer les ouvrages. Je pense qu’ils sont tous aussi importants et intéressants. Pour une approche libertaire, l’esquisse seule est pertinente ; mais pour une compréhension de Guyau et de la philosophie du début XXe, toute l’œuvre est nécessaire, même si les ombres portées des ouvrages les uns sur les autres sont difficiles à comprendre à mon niveau.
En fait, tout classement n’est qu’un classement d’opinion qui ne comporte pas grand-chose de juste à mon sens ; un(e) féministe avec peu d’attrait pour l’utilitarisme dira que le seul ouvrage intéressant de Mill est son « de l’assujettissement des femmes ». Scandale pour tout utilitariste bon teint ! Or, qui à part une personne intéressée par l’utilitarisme (et donc l’ouvrage central) lit Mill dans sa globalité ? Le classement est déjà orienté par la majorité des lecteurs spécialisés, eux-mêmes loin d’être représentatifs de TOUS les lecteurs
Et comme déjà dit, je trouve parfois une fraîcheur, une intensité, une clarté dans les ouvrages de jeunesse que l’on ne retrouve pas toujours ensuite ; peut-être conceptuellement incomplets, mais souvent plus enthousiasmant. La symphonie de Mahler que je préfère restera encore longtemps la 2éme.

poussbois
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1623
Date d'inscription : 18/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par hks le Sam 5 Avr 2014 - 17:23

à poussbois
Ha ben tu vois, là encore on s'est mal compris...
oui mais à qui réponds- tu ?

hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4510
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par Vargas le Sam 5 Avr 2014 - 19:06

Axiome a écrit:Mmmmmmmh,.....  


Merci pour cette belle réponse. Comme dirait l'autre, tout le reste n'est que littérature (et c'est justement la littérature que j'aime).

neopilina a écrit:J'ai moi-même, très souvent, eut recours à la métaphore sportive. Il y a de  " l'inné ", les dites prédispositions, affinités, mais elles doivent absolument être confortées par beaucoup de travail.
neopilina a écrit:Je ne parlerais pas en terme d'age, mais plutôt de prédispositions, affinités, constitutives, ontogéniques, puis d'implication..

Sportive, généalogiquement, je ne pense pas. Mais actuellement, le milieu sportif exprime un rapport à l'âge significatif. Par exemple, en foot, on doit débuter jeune, on a un pic moyen de maturation à 24 ans pour la plupart des postes, on est à son apogée à 27 ans, puis on est fini vers 32 ans.
En philosophie, la doxa est plutôt du côté du savon qui fait glisser à nos neurones que c'est un truc de vieux, de progression, que l'âge moyen pour débuter est plutôt de style napoléonien que moderne. Le philo, c'est un truc de vieux barbu ou de gars qui se la racontent mature. Bien pour se donner un style afin de serrer des jeunes femmes en manque de gars avec des poils au torse, qui pensent que les mecs ont génétiquement besoin de plus de temps pour être aussi matures qu'elles.
Dans les 2 côtés, ce sont des représentations de performance qui sous-tendent un esprit de carrière (sportif, politique, sexuel ou autre).
Bref, autre chose que la philosophie.

L'age de la philosophie est forcément l'âge de pouvoir aimer la sagesse.
La vraie question est "quand veut-on et peut-on vouloir commencer à savoir ?"
C'est donc l'âge d'être curieux et de vouloir faire quelque chose de ces crottes que produisent nos pensées.
Et ça peut débuter à 4 ans, à 15 ans, à 25 ans, jamais.

A partir du moment où parle de philosopher pour produire, là c'est autre chose.
SI on posait la même question en littérature, ne ferait-on pas facilement la différence entre "L'age pour écrire" et l'age pour être écrivain ?"
Pour ma part, je me tiens à l'intitulé de départ : philosopher et non pas produire des ouvrages de philosophie reconnus.
Les différents exemples de carrière fournis dans ce sujet montrent d'ailleurs que les carrières ont des durées, des successions, des séquences bien variables.

En ce sens, je rejoins Poussbois au tout début sur le fait que c'est très variable :

poussbois a écrit:Ce n'est pas parce que vous ne produisez rien d'essentiel pour l'humanité, la postérité, etc. que vous ne produisez rien, que vous ne faites ni mathématiques, ni philosophie.

poussbois a écrit:A une époque où j'allais énormément au cinéma, j'étais devenu complètement accro au "premier film". Premier film de J. Campione, premier film de Jarmush, de Wenders, de Kitano...
En philosophie, je n'ai pas encore ce bagage et j'aime surtout l'apogée des auteurs, là où on fait le plein de tout ce qu'ils ont à donner de la façon la plus évidente. Au risque de perdre le détail, de ne pas connaitre l'historique et donc de perdre en relief ce que l'on gagne en puissance de feu.


Et puis, il y a de rares cas, comme Guyau, qui produisent un OVNI très jeune (son Esquisse d'une morale sans obligation ni sanction), qui sert encore de référence quelques deux siècles plus tard, mais qui s'éteignent juste après et ne sortent plus qu'une espèce de purée à peine roborative et surtout particulièrement indigeste. C'est peut-être le cas de ton mathématicien qui a eu des intuitions formidables pendant une courte période, mais qui après les avoir suivi jusqu'où il pouvait c'est très rapidement trouvé démuni sans savoir comment les prolonger.

Mmmm, là, c'est pour moi un autre sujet : celui des premières œuvres de ceux dont on estime l'ensemble, aujourd'hui.
En littérature, on parle d'édition génétique pour étudier la question d'un ouvrage ou d'une œuvre dans l'histoire de sa constitution (dès étape d'écriture/réécriture d'un manuscrit ou tapuscrit à une édition jugée comme finale, par exemple), sans forcément considérer qu'une évolution est positive.
Mais en philosophie, on a encore beaucoup à faire pour avoir le même recul critique sur les productions.
Heureusement, ça rentre dans les t^tes, à commencer par le projet HyperNietzsche et l'étude de l'histoire éditoriale de la Volonté de puissance.
Mais, je le répète, c'est vraiment une tout autre question : celle de l'édition, de la production et non pas celle de l'activité de réflexion.

Courtial a écrit:(1) dit plus clairement : un jeune type qui est tout simplement moralement révolté par le fait qu'on asservisse les gens, qu'on les exploite, qu'on les fasse crever pour accumuler sans fin du pognon. Non, Marx est un scientifique, c'est la science, il n'a pas d'affects, sauf bien sûr quand il est jeune...
Voilà, tu as exprimé en 3 lignes le risque que je sous-entends dans mon paragraphe précédent.

Courtial a écrit:Lorsqu'on souligne que telle œuvre de Mozart ou de Beethoven est une œuvre de jeunesse, il y a l'idée sous-jacente qu'il faut les excuser, qu'ils n'étaient pas encore Mozart ou Beethoven tels que vous les entendez. Le petit air galant de Mozart, c'est pas la Symphonie Jupiter ou les Noces de Figaro, cela reste du sous-Mozart, du Mozart pas vraiment encore Mozart.
Il y a des encore des cons pour penser que Jupiter est une œuvre de d'jeuns :D ?

_________________
--------------------------------------------------------------------------------
L'effet dévore la cause, la fin en a absorbé le moyen.

Paul Valéry, Poésie et pensées abstraites
(cité par Herbert Marcuse, in L'homme unidimensionnel)

Vargas
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 01/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par poussbois le Dim 6 Avr 2014 - 0:29

hks a écrit:à poussbois
Ha ben tu vois, là encore on s'est mal compris...
oui mais à qui réponds- tu ?

A toi et à ça :
Comme le suggère poussbois il peut se trouver des textes de vieillesse inférieurs en qualité à des textes de jeunesse.
Inférieurs, je ne sais pas. C'est rare, vraiment rare, qu'un auteur qui a une réelle puissance de feu artistique, littéraire, philosophique, etc. produise des ouvrages de jeunesses totalement plats.
Comme déjà dit, c'est ce qui m'attire dans les premiers films : retrouver les leitmotiv et les obsessions de toute l'oeuvre, alors même qu'ils sont parfois amoindris ensuite, presque camouflés par la maitrise technique.

J'ai du mal à l'exprimer, mais je reconnais qu'il y a souvent, une période particulièrement prolifique, une explosion d'idée au travers d'un ou de quelques ouvrages "majeurs", mais je n'arrive pourtant pas à trouver que cela réduit en qualité ce qui vient avant ou après. Ca dépend principalement de l'attitude qu'on a en tant que lecteur, globalement si on s'intéresse à l'ouvrage que l'on choisit selon ses gouts et opinions, ou si on s'intéresse à l'auteur qu'il faut alors découvrir dans toute sa complexité.

Bon, c'est pas encore ça, c'est mal dit, mais je confirme : je n'aimais (oupsss, fatigue, je n'émets) aucun jugement de valeur sur les ouvrages de jeunesses ou de vieillesse, surtout en philosophie. Ils sont là, ils sont présents, on ne peut les éluder, les cacher, sauf si l'auteur lui-même le demande. C'est toute la thématique (ce droit à l'effacement) des testaments trahis de Kundera.

Vargas a écrit:Dans les 2 côtés, ce sont des représentations de performance qui sous-tendent un esprit de carrière (sportif, politique, sexuel ou autre).
Bref, autre chose que la philosophie.

Tout à fait, c'est d'après moi LE piège à éviter, tomber dans le performance, dans la réussite. Qu'est-ce qui a réussi ? Un livre qui s'est bien vendu, un concept qui a été largement repris, qui étaient dans l'air du temps ? Effectivement pas grand-chose à voir avec la pratique philosophique.

_________________
Le Nord, c'est par là.

poussbois
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1623
Localisation : Petites Antilles
Date d'inscription : 18/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par euthyphron le Dim 6 Avr 2014 - 10:32

La comparaison de la philosophie à l'art doit cependant être relativisée. Il est fréquent qu'un philosophe ait tendance à refaire le même livre, ou à compléter les précédents, alors qu'un artiste peut amorcer des virages spectaculaires dans son évolution.
Alors peut-être qu'il y a, pour chaque penseur, un moment optimum, où le système est assez mûr et encore nouveau. Cela ne voudrait pas dire qu'il y a un âge pour philosopher, mais un âge pour écrire sa pensée dans un texte de référence. Bien entendu, je pense à quelqu'un :
Descartes a écrit:Il y a déjà quelque temps que je me suis aperçu (noter ce début proustien, très inattendu en philosophie)que, dès mes premières années, j'avais reçu quantité de fausses opinions pour véritables (quand on est jeune on se fait avoir, c'est la loi de la nature), et que ce que j'ai depuis fondé sur des principes si mal assurés ne pouvait être que fort douteux et incertain; de façon qu'il me fallait entreprendre sérieusement une fois dans ma vie de me défaire de toutes les opinions que j'avais reçues jusques alors en ma créance (c'est donc cela, philosopher), et commencer tout de nouveau dès les fondements (nouvelle jeunesse?), si je voulais établir quelque chose de ferme et de constant dans les sciences. Mais cette entreprise me semblant être fort grande (l'oeuvre d'une vie), j'ai attendu que j'eusse atteint un âge qui fut si mûr, que je n'en pusse espérer d'autre après lui, auquel je fusse plus propre à l'exécuter (définition de l'âge idéal pour philosopher).

_________________
amicus plato sed magis amica veritas

euthyphron
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1507
Date d'inscription : 01/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par poussbois le Dim 6 Avr 2014 - 11:15

Oui, effectivement, et on reconnait bien ton approche et ton credo dans la philosophie.

Et comme souvent tu mets le doigts sur l'origine de la divergence, ce qui permet d'avancer ou au moins de comprendre.

C'est le principe de la tabula rasa et c'est une option.

J'aurais tendance à dire qu'il y a également chez toutes personnes, philosophes compris, des lignes de forces, un credo justement que nous avons tous, une courte liste de principes sur lesquels sont fondés nos opinions et nos règles de conduite. Et que ce credo se retrouve tout au long de l'oeuvre.
Que certains concepts qui servent à donner des fondations à ce credo s'avèrent fragiles voire pervers à l'usage, c'est effectivement l'expérience qui peut le montrer. Mais les bases de ce credo sont rarement attaquées, sauf accident, et encore, on peut reparler des happax qui ne sont pas à mon avis des remises en cause mais des renforcements de ce credo.

Tout cela une fois de plus est une question de degré de liberté : sommes nous indépendants, en perpétuelle construction et renouvèlement, ou sommes nous conditionnés, pré-construit par nos expériences infantiles et adolescentes ? Je penche plutôt vers la deuxième solution.

Et pourtant, ce que dit Descartes sur les "fondements" à reconstruire va totalement à l'inverse de mon opinion, or je pense qu'il n'utilise pas ce mot au hasard. De plus, comme tu le dis de son introduction proustienne, c'est d'une véritable introspection dont il nous parle. Il faut donc imaginer qu'il a été confronté à une expérience qui me donnerait tort.

_________________
Le Nord, c'est par là.

poussbois
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1623
Localisation : Petites Antilles
Date d'inscription : 18/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par toniov le Dim 6 Avr 2014 - 11:17

En fait, en quelques mots, Descartes répond parfaitement à la question - et sans qu'on lui ait demandé en plus - costaud !

Pour ce que tu dis sur les artistes, moi qui en suis un ( j'espère ... ) il faudrait savoir ce qu'on entend par '' virages spectaculaires ''.
J'ai l'impression qu'en dessin, en peinture, on fait toujours un peu la '' même chose '' . Dès le départ il y a la '' marque '' de ce que l'on fait, même si les artistes débutants n'en sont pas toujours conscients. Il y a bien sûr une évolution mais on ne sort jamais de cette marque de fabrique. Mozart n'a jamais composé comme  Chopin.
C'est d'ailleurs ce que dit Poussbois, dont je viens de découvrir le message: ''
J'aurais tendance à dire qu'il y a également chez toutes personnes, philosophes compris, des lignes de forces, un credo justement que nous avons tous, une courte liste de principes sur lesquels sont fondés nos opinions et nos règles de conduite. Et que ce credo se retrouve tout au long de l'oeuvre ''.

toniov
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 27/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par euthyphron le Dim 6 Avr 2014 - 12:05

On dit de Descartes, parce qu'il l'a raconté lui-même, que toute sa philosophie lui est apparue en songe, lors de ses jeunes années quand il guerroyait en Allemagne. C'est une expérience, même si elle peut étonner.
Je ne sais si les artistes ont éprouvé une intuition fulgurante de leur création future. Peut-être est-ce une ligne de démarcation à laquelle on ne pense pas souvent : les artistes qui accomplissent une mission dont la vocation s'est manifestée dès leur jeune âge d'un côté, et de l'autre ceux qui sont perpétuellement en recherche de nouvelles sources d'inspiration. Mais je n'oserais donner des exemples.

_________________
amicus plato sed magis amica veritas

euthyphron
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1507
Date d'inscription : 01/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par hks le Dim 6 Avr 2014 - 12:34

à poussbois
Je n'avais pas deviné que tu me répondais...  bref.

nférieurs, je ne sais pas. C'est rare, vraiment rare, qu'un auteur qui a une réelle puissance de feu artistique, littéraire, philosophique, etc. produise des ouvrages de jeunesses totalement plats.
Certes mais je parlais des oeuvres de "vieillesse".
il peut se trouver des textes de vieillesse inférieurs en qualité à des textes de jeunesse.

Ce qui n'est donc pas une supposée règle générale. Je ne sais pas si les philosophes ( disons ceux qui  passent à la postérité) s'améliorent tous avec le temps. J' ai vraiment du mal à citer des noms pour ne pas vexer les admirateurs éventuels de l'un ou l'autre. Mais chacun à peut être un exemple de l'un ou l'autre qu'il aime bien sauf sur la fin.

hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4510
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par hks le Dim 6 Avr 2014 - 12:41

Il est fréquent qu'un philosophe ait tendance à refaire le même livre, ou à compléter les précédents, alors qu'un artiste peut amorcer des virages spectaculaires dans son évolution.

D' accord avec çà. Il est assez rare de rencontrer des philosophes qui changent radicalement d' idées fondamentales en cours de route. Il y en a, j'ai cité Wittgenstein et Kant... je ne vois pas trop le tournant de Heidegger comme une volte face.
exemples et contre -exemples bienvenus.

hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4510
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par hks le Dim 6 Avr 2014 - 12:51

Je ne réponds pas à la question.
Je dirais qu'il n'y a pas d'âge précis pour philosopher, mais qu'il y a des hommes ( et des femmes évidemment ) qui sont faits pour ça et d' autres moins.

hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4510
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par Courtial le Dim 6 Avr 2014 - 14:11

hks a écrit:
Il est fréquent qu'un philosophe ait tendance à refaire le même livre, ou à compléter les précédents, alors qu'un artiste peut amorcer des virages spectaculaires dans son évolution.

D' accord avec çà. Il est assez rare de rencontrer des philosophes qui  changent radicalement d' idées fondamentales en cours de route. Il y en a, j'ai cité Wittgenstein et Kant...  je ne vois pas trop le tournant de Heidegger comme une volte face.
exemples et contre -exemples  bienvenus.

Avec raison. Lorsque Heidegger parle de "tournant" (Kehre), cela ne se rapporte pas à lui. Cela n'a rien d'auto-biographique (fût-ce une autobiographie philosophique), ce n'est pas chez lui qu'il faut chercher "le tournant", c'est pas Heidegger qui le fait, c'est l'être, hein...

Mais je souhaitais surtout rappeler des choses plus simples, tellement simples que, comme l'être, on les oublie un peu, dans nos débats.
Platon et Aristote nous disaient que la philosophie naît d'abord de l'étonnement (taumadzein). Pour être philosophe, il faut, comme Théétète, savoir s'étonner.
Or s'il y en a qui s'étonnent, ce sont surtout les enfants,(normal, ils n'ont affaire qu'à du nouveau, et ce qui étonne, c'est le nouveau) et, sous cet-angle, on conçoit qu'il n'y a pas d'âge plus philosophique que 3-4 ans : lorsque tout est nouveau, surprenant, qu'on n'a pas déjà de pseudo-réponses, etc. Dans son Introduction à la Philosophie, Jaspers souligne cette juvénilité constitutive de la philosophie ou, plutôt du philosopher. Ce n'est pas d'être assez vieux pour pouvoir lire Kant et Nietzsche qui dispose à la philosophie, mais être assez jeune pour pouvoir s'étonner.
Et lorsque Nietzsche, dans Zarathoustra, parle de redevenir enfant, du devenir enfant, il doit vouloir dire quelque chose comme cela.
Se défaire de toutes les opinions que nous avons reçues jusques alors en notre créance (Descartes), cela doit être plus facile si on ne les a que depuis 5 ans que si on les a depuis 50 ans. La vieillesse, cela signifie que l'on a accumulté beaucoup plus d'erreurs, et comme on vit sur celles-ci depuis 50 ans et pas 3 ans, il semble plus difficile de s'en défaire. Même narcissiquement, c'est beaucoup plus gênant : je pense une connerie depuis 30 ans, ce n'est pas très sympa, sur le plan narcissique.
Moi-même (sur mon existence, aujourd'hui, le soir tombe..) j'en fais l'expérience : je m'étonne beaucoup moins et j'ai tendance à ramener le nouveau à l'ancien.

Vous voyez l'idée ?

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1997
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par poussbois le Dim 6 Avr 2014 - 19:43

"de l'enfant retrouver un saint dire oui", "un esprit créateur"

L'enfant de Zarathoustra ne se préoccupe plus du passé, il n'est tourné que vers l'avenir pour accepter la vie et se créer lui et son monde. Il va donc même au-delà d'une remise en cause des erreurs du lion ou du chameau.

Car il faut être enfant pour se désintéresser de ce qu'on a pu construire sur des idées fausses et ne penser qu'à la joie de recréer autre chose qui fonctionne mieux. C'est tout l'intérêt du château de sable qui nous amuse tant petit, et des fois aussi plus grands.

_________________
Le Nord, c'est par là.

poussbois
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1623
Localisation : Petites Antilles
Date d'inscription : 18/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par hks le Dim 6 Avr 2014 - 22:09

à courtial


je pense une connerie depuis 30 ans,
Mon cycle est beaucoup pus court ... je me demande même si je suis capable de me souvenir ce que je pensais il y a trois jours, vu que je ne relis pas ce que j'écris et que ma mémoire est contrebattue par une inquiétude permanente. Je me vis dans une sorte d'amnésie philosophiques quant aux réponses. J' ai le sentiment qu'elles ne sont engrangées nulle part et qu'il me faut en produire ...en produire en quelques sortes qui seront fatalement celle du jour.
Inquiétude ( ni crainte ni angoisse ) mais remise à jour quotidienne.( ce qui tient aussi de l'inquiétude au sens de l'incertitude). Très différent du savoir mathématique.)

Alors peut- être des mêmes questions ! Ce qui donne quand même un semblant de stabilité.
Remarque bien qu'on peut  se reposer les mêmes questions idiotes ou insensées  pendant tente ans.

Bien sur que j' ai un stock  (probablement) mais il ne m'apparait pas comme le contenu de la mémoire de ce que  j'ai vécu. Pas plus comme une mémoire habitude, comme si j' avais appris une leçon par coeur. C'est une mémoire entre deux. Comme une habitude mais qui ne peut demeurer ainsi.

hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4510
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par Geo Rum Phil le Dim 6 Avr 2014 - 23:28

L’âge de philosopher, est-ce l’âge du corps ou l’âge de l’esprit ?!
On voit bien surtout, parmi les étudiants en philo, qu’ils n’ont pas tous le même âge d’esprit, même s’ils ont le même âge d’étude. Parmi les profs de philo on voit bien que certains gardent la puérilité de l’esprit jusqu’à l’âge de la retraite.
 
Un autre exemple évident est le fait que parmi les philosophes en herbe, il y aura pas mal de fumeurs d’herbe, qui deviendront de poètes fumistes de sophismes et de toute sorte de paralogismes, qui ont rempli le marché de livres avec tout sorte d’OGM de la pensée. 


Geo Rum Phil
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par poussbois le Lun 7 Avr 2014 - 0:53

hks a écrit:à courtial


je pense une connerie depuis 30 ans,
Mon cycle est beaucoup pus court ... je me demande même si je suis capable de me souvenir ce que je pensais il y a trois jours, vu que je ne relis pas ce que j'écris et que ma mémoire est contrebattue par une inquiétude permanente. Je me vis dans une sorte d'amnésie philosophiques quant aux réponses. J' ai le sentiment qu'elles ne sont engrangées nulle part et qu'il me faut en produire ...en produire en quelques sortes qui seront fatalement celle du jour.
Inquiétude ( ni crainte ni angoisse ) mais remise à jour quotidienne.( ce qui tient aussi de l'inquiétude au sens de l'incertitude). Très différent du savoir mathématique.)

Alors peut- être des mêmes questions ! Ce qui donne quand même un semblant de stabilité.
Remarque bien qu'on peut  se reposer les mêmes questions idiotes ou insensées  pendant tente ans.

Bien sur que j' ai un stock  (probablement) mais il ne m'apparait pas comme le contenu de la mémoire de ce que  j'ai vécu. Pas plus comme une mémoire habitude, comme si j' avais appris une leçon par coeur. C'est une mémoire entre deux. Comme une habitude mais qui ne peut demeurer ainsi.

Oui, enfin, les réponses et les questions, c'est le cadre général. Tu peux tout à fait avoir mauvaise mémoire, mais toujours faire le même choix moral devant des situations similaires qui se répètent. Ta mauvaise mémoire fait que tu fais partie comme moi de la masse de citoyens qui n'ont aucune légitimité à écrire des livres de philosophies, mais ton credo t'impose des choix, des jugements fixes. Ou alors, c'est encore pire que l'époché, c'est n'en avoir aucun (jugement) et là, il faut m'expliquer comment c'est possible.

Quand je lis un auteur, c'est ce que je recherche, ce credo qui traverse ses âges et qu'il porte chevillé en lui. Quelque chose qui fait l'unité d'un individu, sa constance et certainement également sa pertinence.

_________________
Le Nord, c'est par là.

poussbois
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1623
Localisation : Petites Antilles
Date d'inscription : 18/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par toniov le Lun 7 Avr 2014 - 7:53

J'ai même le sentiment que notre '' identité profonde '' , celle qui peut nous faire composer, peindre ou écrire d'une '' certaine façon '', se trouve - en partie du moins - au delà de notre volonté.

toniov
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 27/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par neopilina le Lun 7 Avr 2014 - 9:09

euthyphron a écrit:On dit de Descartes, parce qu'il l'a raconté lui-même, que toute sa philosophie lui est apparue en songe, lors de ses jeunes années quand il guerroyait en Allemagne. C'est une expérience, même si elle peut étonner.

Dans le cas de Descartes, c'est chez moi une conviction, on avait abordé le sujet : http://digression.forum-actif.net/t833-olympica-les-songes-du-10-11-1619

C'est en tout cas ce que j'ai vécu avec l'éléatisme.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ET Suspect, parce que Mien ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3771
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par hks le Lun 7 Avr 2014 - 13:56

à poussbois
Ta mauvaise mémoire fait que tu fais partie comme moi de la masse de citoyens qui n'ont aucune légitimité à écrire des livres de philosophies,
 Ce n'est pas ma mauvaise mémoire  qui m 'empêche d' écrire des livres de philosophie.
( et je me d' ailleurs demande où chercher une légitimité ...mais bref ce n'est pas la question )

Je peux écrire  un livre après tout, il me suffit de prendre quelques heures,  voire quelques jours plutôt qu' ici quelques minutes , neopilina qui est un courageux devant l'éternel a écrit un livre de philosophie .

Je dis  que si j 'écris ( quelle que soit la longueur du texte ) je ne sais pas quelle mémoire joue.
C est assez simple à comprendre par élimination.
Il me semble que si je pense  le cogito (ou tout autre départ ) je le fais à nouveau frais  ic et nunc.
 Je ne trvavaiille pas sur une mémoire-souvenir( consciente) , je ne me raconte pas comme celui qui a un jour pensée le cogito et qui se remémore comment il l'a pensé .
Ce n'est pas plus une habitude, une  mémoire habitude.
Ni une mémoire stockée telle celle des  démonstrations de théorème( là je vois bien que je me souviens de telle ou telle démonstration).

C'est une sorte de mémoire entre deux.
Et  je dis mémoire parce que je sais  très bien que je ne fonctionne pas ex nihilo.

Il se peut que je me souvienne d'un songe ou d'une expérience vive d'une intuition vive sans la dater expressément, mais qui me poursuit,  qui est présente, mais ça ne fait pas un livre.

 C'est tellement pas compliqué ( me semble- t - il ) ce que je dis que je te suggère de voir comment tu penses quand tu écris un message philosophique  ici ( pas  un souvenir de message ).

hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4510
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par hks le Jeu 10 Avr 2014 - 14:18

bon là j' ai coupé l' envi de continuer ...   me semble -t- il ... faut pas faire trop attention à mes digressions non plus ... je voulais seulement dire que le philosopher me parait a- temporel.
Bon je l'ai mal dit !
... mais les questions me paraissent aussi neuves maintenant que je suis âgé que quand j' étais jeune ... elles n'ont pas pris une ride .

hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4510
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par Xeroxe le Mer 16 Avr 2014 - 1:26

* Déjà, pour philosopher, il faut savoir écrire, ou à la rigueur, parler. Ça exclu les plus jeunes, et les plus vieux. Aussi, pour "philosopher", il faut une bonne dose d'ennuie. Pour cela l'adolescence tardive me paraît particulièrement adaptée.

* A propos de l'enseignement de la philosophie en classes scientifiques, j'ai trouvé que débuter la philo en terminale était un peu tard. Mais après tout, pour beaucoup d'élèves, c'est juste un cours chiant ou on passe 2 heures à jouer au tarot. L'effort doit plutôt être mis sur la pédagogie, quitte à tomber dans la vulgaire soupe commerciale à la Michel Onfray (il paraît que quelqu'un aime bien Michel Onfray sur ce forum: dédicace    ).

Xeroxe
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 17/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par poussbois le Mer 16 Avr 2014 - 1:40

"Aussi, pour "philosopher", il faut une bonne dose d'ennui."

C'est à dire ?

_________________
Le Nord, c'est par là.

poussbois
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1623
Localisation : Petites Antilles
Date d'inscription : 18/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par hks le Mer 16 Avr 2014 - 13:01

Je ne comprends pas ce :"il faut une bonne dose d'ennui"... ni le reste du message d' ailleurs.

hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4510
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par euthyphron le Mer 16 Avr 2014 - 19:28

Il y a au moins trois sens différents à "pour philosopher il faut une bonne dose d'ennui".
1) une platitude néanmoins vraie : quand on fait des études de philosophie on ne fait pas que rigoler, par exemple quand on se tape la Critique de la Raison pure, quelle barbe!
2) un alibi de professeur défaillant (ou de toute personne prétendant infliger son discours comme chose à retenir) : d'accord ce que je fais est ennuyeux, mais ce n'est pas moi c'est la philo.
3) une vieille lune nietzschéenne, en réalité platonicienne (Calliclès dans le Gorgias) : la vie est prioritaire par rapport à la philosophie, et si on préfère cette dernière c'est qu'on ne sait pas vivre, et donc qu'on s'ennuie.
Lequel faut-il prendre en compte?
Sinon, je veux bien qu'en effet la pratique de la philosophie exige que l'on parle au moins une langue, ce qui exclut les bambins. Mais pourquoi exclure aussi les enfants et les vieillards?

_________________
amicus plato sed magis amica veritas

euthyphron
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1507
Date d'inscription : 01/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par Xeroxe le Mer 16 Avr 2014 - 19:28

Disons qu'il y a moins de philosophes au Rwanda qu'en Suède. La philosophie est un sport de riche, pour des personnes ayant beaucoup de temps libre. Si on représente la pyramide des besoins, la philosophie vient tout en haut. D'abord manger, puis philosopher. La nécessité est l'ennemi de la philosophie. J'ai déjà défendu l'idée que la philosophie n'est qu'un divertissement parmi d'autre. Je pense que l'ennui profond et le besoin de spiritualité est un des moteurs de la philosophie. C'est une vision très personnelle, j'en conviens.

Xeroxe
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 17/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'âge de philosopher

Message par poussbois le Mer 16 Avr 2014 - 19:56

Pour le Rwanda et la Suède, je te laisse nous donner tes sources.

Ensuite, dire que la philosophie est une préoccupation de gens éduqués, oui certes, mais ta pyramide des besoins me parait un peu faible, ou comme tu le dis, une approche très personnelle. J'ai une impression personnelle exactement inverse, mais du coup, on ne pourra qu'opposer ces impressions, pas en discuter...

Et je ne crois pas que tu ais répondu à Euthyphron, ni complété sa liste.


Surtout, il faudrait que tu nous dises également si par "philosopher" tu entends la pratique quotidienne et souvent personnelle et silencieuse, ou si tu entends le développement d'une pratique formelle avec un corps doctrinaire et enseignants accompagné par des théoriciens rémunérés.

_________________
Le Nord, c'est par là.

poussbois
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1623
Localisation : Petites Antilles
Date d'inscription : 18/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum