Crise et douance...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Crise et douance...

Message par maraud le Lun 17 Fév 2014 - 13:54

Bonjour,
je viens de recevoir un mail de Digression qui m'indique qu'un sujet que je suivais il y a longtemps avait reçu un nouveau post...Deux ans après je constate que mon point de vue à évolué radicalement car depuis j'ai dépassé toutes les certitudes intimement liées au langage.Je pourrais bien sûr invoquer Platon,Kant...mais je crois que celui qui exprime le mieux l’écueil du langage n'est pas un philosophe ni un linguiste mais un artiste:G Braque disait : " la vérité existe,c'est le mensonge qu'on invente".Comment pourrions-nous dépasser tous ces obstacles que sont les mots lorsque nous visons un objectif qu'ils nous interdisent d'atteindre.Et tout comme il n'y a pas de méthode pour appliquer une méthode,il n'y a pas de figures de style pour dépasser le mensonge que produit le mot."Autant de mots, autant d'obstacles dirait l'autre".Est-ce parce que la dose de vérité que l'on peut supporter doit être diluée dans le mensonge ? Quel est cet art qui consiste à sacraliser le moyen alors qu'on entrevoit rien de la fin?

Je constate aujourd'hui que j'avais une croyance en une éthique selon laquelle il fallait communiquer,communiquer pour accompagner l'évolution vers plus"d'hominisation", vers plus d'émancipation vis à vis de l'ignorance.Mais,même le mot sincérité suinte le mensonge car il n'y a pas de parole ou d'acte qui ne dissimule le conflit d'intérêt.Je ne sais pas dire le vrai et je ne sais pas s'il faut le dire.

Pourquoi devrais-je ne pas fermer ma gueule ?

maraud
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 314
Date d'inscription : 04/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise et douance...

Message par Ataraxie le Lun 17 Fév 2014 - 15:19

Je ne comprends pas s'il s'agit d'un problème d'éthique de la communication ou de connaissance de la vérité.

Ataraxie
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 489
Date d'inscription : 18/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise et douance...

Message par maraud le Mer 19 Fév 2014 - 11:16

C'est en effet un problème d'éthique de la communication, subordonné à la vérité.Je distingue habituellement le fait de bavarder du fait de converser et du fait de discuter.Je peux bavarder de la pluie et du beau temps avec mon voisin,façon de lui exprimer que je suis là mais qu'il n'a rien à craindre de moi.Je peux converser avec un type au bar et faire connaissance avec lui et par là participer à maintenir la "cohésion" sociale.Je peux enfin discuter avec un individu de problèmes philosophiques en considérant que discuter est la forme la plus aboutie de la nécessité de communiquer.Puisque l'on peut communiquer pour différentes raisons, dans différentes situations, il devient nécessaire de poser un "cadre", une perspective pour espérer définir des invariants, ces invariants qui nous permettent de souligner nos connaissances dans le désordre général qu'est le monde. La question devient alors: Quelle forme de communication dois-je adopter pour quelle situation donnée ou choisie ? Galilée a opté pour la géométrie quand il s'est agi de comprendre la nature et en cela, il a amené une révolution qui nous détermine fortement même si l'on n'est pas tous mathématiciens et donc adeptes de la logique formelle. Avant Galilée, avant Piaget...La communication était essentiellement fondée sur le symbolisme, ce qui avait pour avantage d'éviter le réductionnisme scientifique étendu à tous les domaines humains.Ce réductionnisme très efficient quand il s'agit de chimie ou de physique est , à mon sens,dévastateur quand il s'applique à la subjectivité humaine.Dans toute communication humaine, il y a une dose de bavardage,de conversation,de discussion,de symbolisme,d'esthétique, et un "je" qui s'exprime et qui ne doute pas de ce que penser veut dire.

Le sujet qui m'a relancé par mail est celui de l'euthanasie.Le totalitarisme marchand a décidé de l'élimination "utilitariste" d'une partie de la population.Le seul fait d'en parler est déjà la moitié de la loi à venir.Selon le modèle actuellement mis en crise,la population active ne pourra plus assurer l'existence des "maillons faibles".Un verbalisme affectif déguisé sous un discours logique va nous aider à suicider une partie de la population.

l'antagonisme qui peut exister entre l'institution médicale désireuse de conserver des clients et le totalitarisme marchand touvera bien un compromis...

maraud
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 314
Date d'inscription : 04/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum