Idioties remarquables, chez Kant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Idioties remarquables, chez Kant

Message par victor.digiorgi le Sam 11 Jan 2014 - 2:20

.

La dignité humaine selon Kant

[À propos du meurtre d’un enfant né hors mariage] : « L'enfant né en dehors du mariage est né hors la loi (qui est le mariage) et par conséquent aussi en dehors de sa protection. Il s'est, pour ainsi dire, glissé dans la république (comme une marchandise interdite) ; de telle sorte que (puisque légitimement il n'aurait pas dû exister de cette manière) l'État peut ignorer son existence et par conséquent aussi l'acte qui le fait disparaître »

Kant, Doctrine du droit

.

Kant et la liberté de philosopher

« Il faut que la police veille attentivement à ce que ceux qui s’arrogent le droit de prescrire quelle philosophie on doit étudier, soient des médecins habilités et non des amateurs qui bousillent un art dont ils ignorent les rudiments »

Kant, d’un traité de paix perpétuelle

.

Kant, défenseur des idéaux de la révolution française ?

« La monarchie est la meilleur constitution politique »

Kant, Doctrine du droit

« La démocratie est nécessairement un despotisme »
Kant, Vers la paix perpétuelle

« L'origine du pouvoir suprême est insondable pour le peuple qui y est soumis… toute autorité vient de Dieu »

Kant, Doctrine du droit

« L'homme est un animal qui, du moment où il vit parmi d'autres individus de son espèce, a besoin d'un maître. »

Kant, Idée d'une histoire universelle d'un point de vue cosmopolitique

.

La citoyenneté selon Kant

« Le serviteur, le mineur, toutes les femmes et, en général tout individu qui n'est pas forcé d'entretenir son existence par sa propre activité, mais le doit aux dispositions d'autrui, n'ont pas accès à la liberté civile et leur existence n'est en quelque sorte qu'inhérence  »

Kant, Doctrine du droit

« Le droit d'utiliser quelqu'un pour ses besoins domestiques équivaut à un droit sur la chose, parce que le domestique, comme membre de la société domestique, n'est pas libre de s'en séparer, et qu'on a par conséquent le droit de l'y amener de force »

Kant, lettre à Schutz

.

« Les gens de Palestine qui vivent parmi nous se sont fait depuis leur exil, la plupart d'entre eux du moins, par leur inclinaison à l'usure, une réputation de trompeurs qui n'est que trop méritée. »

Kant, Anthropologie d'un point de vue pragmatique, faiblesses et maladies de l'âme

L’universel selon Kant

« Les Nègres d’Afrique n’ont reçu de la nature aucun sentiment qui s’élève au-dessus de la niaiserie (...) Les Noirs (...) sont si bavards qu’il faut les séparer et les disperser à coups de bâton ».

Kant, Observations sur le sentiment du beau et du sublime

.


La justice selon Kant

« Le crime ne peut rester impuni ; si le châtiment ne frappe pas le criminel, ce sont ces descendants qui devront payer… la dette du péché doit être acquittée, un parfait innocent  dû-il pour cela s’offrir en victime expiatoire »

Kant, Doctrine de la vertu

.

Réaction de Kant aux analyses de Beccaria contre la peine de mort

« Tout cela n’est que sophisme et fausse interprétation du droit »

Kant, Doctrine du droit

.

La paix selon Kant

« Au degré de culture auquel est parvenu le genre humain, la guerre est un moyen indispensable pour la perfectionner encore; et ce n'est qu'après l'achèvement (Dieu sait quand) de cette culture qu'une paix éternelle nous serait salutaire et deviendrait possible. »

Kant, Conjectures sur les débuts de l'histoire humaine

« La guerre quand elle est faite avec ordre et respect du droit civil a quelque chose de sublime, et elle rend l'esprit du peuple qui la fait ainsi, d'autant plus sublime qu'il y est exposé à plus de dangers et qu'il s'y soutient courageusement : au contraire, une longue paix a ordinairement pour effet d'amener la domination de l'esprit mercantile, des plus bas intérêts personnels, de la lâcheté et de la mollesse, et elle abaisse la manière de penseur du peuple. »

Kant, Critique de la faculté de juger

.

_________________
.
.
.
Au nom de l'ART, de la SCIENCE et de la PHILOSOPHIE. (Ainsi soit-il.)
.
.
.

victor.digiorgi
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 23/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Idioties remarquables, chez Kant

Message par Courtial le Sam 11 Jan 2014 - 5:11

Ce florilège relève de la méthode habituelle, antiphilosophique.
On cite ici une série d'opinions (des phrases détachées de leur contexte, de ce qui les légitime), dont certaines sont stupides, d'autres fausses, d'autres avec lesquelles on est seulement pas d'accord, comme par exemple quand Kant dit (oh quelle horreur!) qu'il n'aime pas la démocratie ou qu'il la juge inférieure à autre chose.


« L'homme est un animal qui, du moment où il vit parmi d'autres individus de son espèce, a besoin d'un maître. »

Kant, Idée d'une histoire universelle d'un point de vue cosmopolitique


Si je lis cette phrase, surtout citée dans le présent "contexte" (ou ce dé-texte, ce dis-texte, faudrait-il dire), j'en conclus que Kant prône l'esclavage.
Je cite celle-ci parce que c'est la seule dont je me souviens où on la trouve. C'est la Sixième proposition de cette oeuvre.

Voici ce texte particulièrement stupide


L'homme est un animal qui, lorsqu'il vit parmi d'autres membres de son espèce, a besoin d'un maître. Car il abuse à coup sûr de sa liberté à l'égard de ses semblables; et quoique en tant que créature raisonnable il souhaite une loi qui pose les limites de la liberté de tous, son inclination animale égoïste l'entraîne cependant à faire exception pour lui-même quand il le peut. Il lui faut donc un maître pour briser sa volonté particulière, et le forcer à obéir à une volonté universellement valable ; par là chacun peut être libre. Mais où prendra-t-il ce maître ? Nulle part ailleurs que dans l'espèce humaine. Or ce sera lui aussi un animal qui a besoin d'un maître. De quelque façon qu'il s'y prenne, on ne voit pas comment, pour établir la justice publique, il pourrait se trouver un chef qui soit lui-même juste, et cela qu'il le cherche dans une personne unique ou dans un groupe composé d'un certain nombre de personnes choisies à cet effet. Car chacune d'entre elles abusera toujours de sa liberté si elle n'a personne, au-dessus d'elle, qui exerce un pouvoir d'après les lois. Or le chef suprême doit être juste en lui-même et pourtant être un homme. Cette tâche est donc bien la plus difficile de toutes et même sa solution parfaite est impossible : dans un bois aussi courbe que celui dont est fait l'homme, on ne peut rien tailler de tout à fait droit. La nature ne nous impose que de nous rapprocher de cette idée. Et si cette tâche est mise en oeuvre en dernier, c'est qu'elle exige des concepts exacts de la nature d'une constitution possible, une grande expérience acquise au cours de nombreux voyages à travers le monde et, par dessus tout, une volonté bonne préparée à accepter cette constitution ; ces trois points ne peuvent se trouver réunis que fort difficilement, et si c'est le cas, ne peuvent l'être que fort tardivement, après de nombreux essais infructueux.


Je me joins à d'autres, Victor, pour t'inciter à lire d'abord, au lieu de balancer des phrases qui comme telles, peuvent vouloir dire n'importe quoi, et auxquelles tu fais dire n'importe quoi en effet.
Quant à la méthode, elle est extrèmement simple : on se saisit d'abord du contenu, et ensuite on se demande ce qu'il vaut (s'il est vrai ou faux, etc.). Et éventuellement on ricane. Mais on ne ricane pas à la place de l'analyse. Faut essayer de ricaner intelligemment, autant que possible.

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1997
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum