Quel est le problème avec la philosophie ?

Page 1 sur 14 1, 2, 3 ... 7 ... 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par Bergame le Ven 27 Déc 2013 - 19:02

Comment expliquer les réactions qu'on peut voir ici et là à propos de la philosophie ? Pourquoi le premier péquin venu peut-il très sérieusement se croire autorisé à réaliser la critique de la philosophie ? Non mais, c'est une vraie question, je suis très étonné : Les philosophes ne sont vraiment pas les auteurs les plus simples à lire. C'est beaucoup de travail de lire et d'essayer de comprendre un philosophe -j'entends un "classique", l'un de ceux que le tamis du temps a sélectionnés. Vous imaginez un quidam proclamer : "Bon, je ne connais rien aux mathématiques, je ne sais pas résoudre une équation à deux inconnues, mais je vais vous expliquer pourquoi les mathématiques sont vides de sens, et qu'il vaut mieux passer son temps à apprendre la peinture à l'huile."
Ridicule !

Peut-être le problème réside-t-il, au moins partiellement, dans le fait que la philosophie est rédigée en langue vernaculaire. Ca donne l'illusion qu'elle est accessible sans effort. Mais il me semble qu'il y a autre chose. Enormément de gens ne comprennent rien à la musique ou à la mécanique automobile, à la cuisine ou à la biologie moléculaire, et, simplement, ils s'en fichent : Ca n'engendre pas le même genre de frustration.

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...

Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 2313
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par neopilina le Ven 27 Déc 2013 - 19:19

Premièrement, très paradoxalement, eut égard à son ancienneté, la philosophie contrairement à la majeure partie des disciplines, sciences dites dures ou humaines, ne dispose toujours pas de son Domaine propre clairement explicité, délimité. On constate même parfaitement, historiquement, que l'avènement progressifs des dites disciplines a réduit a contrario le terrain de jeu de notre philosophe, qui chez les Grecs est tout " simplement " celui de la connaissance ( Voir l'oeuvre complète d'Aristote, la litanie des " De la Nature " présocratiques, en clair " De tout " ! Et tout bêtement l'étymologie du mot. ). Déjà une raison pour que le premier venu puisse ramener sa fraise.
Deuxièmement, il est convenu de penser qu'elle s'occupe des questions essentielles ( Le sens de la vie, la vie, la mort, le Dieu, la morale, les endives au jambon etc. ). A partir de là, on peut supposer qu'elle va susciter un intérêt particulier, et que, formellement, c'est un peu comme la prose, tout le monde en fait, y touche sans en avoir l'air, ne serait-ce qu'à titre simiesque.

Cruel paradoxe que la discipline centrale soit la dernière dans les choux.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ET Suspect, parce que Mien ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3681
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par Ataraxie le Ven 27 Déc 2013 - 20:14

Parce que la philosophie se pose des questions essentielles et inutiles à la fois.
Parce qu'elle se méfie de la popularité et que ne pas s'en inquiéter fait son authenticité.
Parce qu'on confond philosophie et activité d'opinion.

Ataraxie
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 489
Date d'inscription : 18/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par neopilina le Ven 27 Déc 2013 - 22:23

Ataraxie a écrit:Parce qu'on confond philosophie et activité d'opinion.

J'isole celle-là, mais les trois sont bien !
L'un des irréductibles problèmes pour notre aventurier, et sans conteste l'un des pires, c'est que forcément pour pratiquer la première, il lui faudra batailler ferme avec la seconde, à commencer par la sienne.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ET Suspect, parce que Mien ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3681
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par hks le Sam 28 Déc 2013 - 0:34

Il y a aussi les philosophes qui ont prétendu scier la branche sur laquelle il ne cessait d' en faire (de la philo). Des plus grands (Heidegger ou Wittgenstein ) aux plus petits ( je ne cite personne ).

hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4354
Localisation : souvent ailleurs
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par Aldo le Sam 28 Déc 2013 - 2:02

Parce que le premier péquin venu est obnubilé (non tout à fait sans raison d'ailleurs, il faut bien l'admettre) par le régime du vrai et du faux, auquel il n'a de cesse d'affirmer son jugement quant à la vérité.
…. et que la philosophie ne fait peut-être pas grand chose pour le persuader de voir les choses autrement, en se prétendant souvent maître en matière de vérité. Elle est donc vue comme une simple querelle d'opinion.

Comme si, avant de s'attaquer enfin au problème du, des sens des choses, qui est sans doute plus son domaine, elle était empêchée, bloquée par celui de la vérité... et ne pouvait jamais en finir avec ce problème (comme le problème de la bêtise d'ailleurs).

Aldo
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 985
Date d'inscription : 26/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par Dewey le Sam 28 Déc 2013 - 2:41

La philosophie ne se fait jamais garante de vérité au contraire elle ne le prétend même pas.

Dewey
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 228
Date d'inscription : 16/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par victor.digiorgi le Sam 28 Déc 2013 - 3:35

.



Je revendique solennellement le titre de premier péquin venu :



http://digression.forum-actif.net/t837-reflexion-sur-la-question-de-la-philosophie-ii



.

_________________
.
.
.
Au nom de l'ART, de la SCIENCE et de la PHILOSOPHIE. (Ainsi soit-il.)
.
.
.

victor.digiorgi
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 23/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par euthyphron le Sam 28 Déc 2013 - 11:19

Bergame a écrit:Comment expliquer les réactions qu'on peut voir ici et là à propos de la philosophie ? Pourquoi le premier péquin venu peut-il très sérieusement se croire autorisé à réaliser la critique de la philosophie ? Non mais, c'est une vraie question, je suis très étonné : Les philosophes ne sont vraiment pas les auteurs les plus simples à lire. C'est beaucoup de travail de lire et d'essayer de comprendre un philosophe -j'entends un "classique", l'un de ceux que le tamis du temps a sélectionnés. Vous imaginez un quidam proclamer : "Bon, je ne connais rien aux mathématiques, je ne sais pas résoudre une équation à deux inconnues, mais je vais vous expliquer pourquoi les mathématiques sont vides de sens, et qu'il vaut mieux passer son temps à apprendre la peinture à l'huile."
Ridicule !

Peut-être le problème réside-t-il, au moins partiellement, dans le fait que la philosophie est rédigée en langue vernaculaire. Ca donne l'illusion qu'elle est accessible sans effort. Mais il me semble qu'il y a autre chose. Enormément de gens ne comprennent rien à la musique ou à la mécanique automobile, à la cuisine ou à la biologie moléculaire, et, simplement, ils s'en fichent : Ca n'engendre pas le même genre de frustration.
Le premier point à signaler est que la philosophie n'est pas une science. Elle ne dispose donc pas de l'arsenal d'intimidation qui est le lot des disciplines se proclamant scientifiques. Tant mieux, elle intimide suffisamment comme cela, rien qu'en étant elle-même.
Si la philosophie n'est pas une science, c'est pour cette raison-ci, énoncée en creux par neopilina.
neopilina a écrit:Premièrement, très paradoxalement, eut égard à son ancienneté, la philosophie contrairement à la majeure partie des disciplines, sciences dites dures ou humaines, ne dispose toujours pas de son Domaine propre clairement explicité, délimité.
Un mot me semble de trop cependant, le mot "toujours", qui sous-entend que ce n'est que provisoire. Il est au contraire essentiel à la philosophie de n'avoir pas de domaine propre, pas plus que le langage n'en a. Le jour où la philosophie aura un domaine propre, ce ne sera plus de la philosophie. Ce qui la distingue de la science est donc ce qui la rapproche de la sophistique, la capacité à parler de tout.
Et voici l'origine de la confusion. Parler de tout, tout le monde en est capable. Car tout le monde est capable d'avoir des opinions, même sur ce qu'il ne connaît pas. La philosophie parle de tout, l'opinion parle de tout. Le sot, ou disons le piètre logicien, en déduit que la philosophie c'est la même chose que l'opinion. Il est pourtant évident que l'étape suivante de la réflexion est de trouver au contraire ce qui les distingue.
Récapitulation : si n'importe quel ignorant se pose en maître dès qu'il s'agit de philosophie (c'est même souvent à cela qu'on le reconnaît), c'est pour tout un tas de mauvaises raisons bien sûr, liées à l'amour-propre; mais aussi pour une bonne : la philosophie est une activité, et non une doctrine, en droit accessible à tous, à condition toutefois de la pratiquer cela va de soi, donc de mettre l'opinion entre parenthèses.

_________________
amicus plato sed magis amica veritas

euthyphron
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1507
Date d'inscription : 01/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par Bergame le Sam 28 Déc 2013 - 12:23

Ataraxie a écrit:Parce que la philosophie se pose des questions essentielles et inutiles à la fois.
Pour ma part, je retiens surtout celle-là.
Il y a des philosophes qui essaient de vendre l'idée que la philosophie apprend à vivre. Il me semble que c'est totalement faux. On n'a absolument pas besoin de la philosophie pour vivre, pour être au monde. Et même, je me demande jusqu'à quel point l'horizon de l'activité philosophique n'est pas le retrait du monde. Parce que l'activité philosophique est une activité fondamentalement contemplative. Au vrai, je pense qu'il serait même plus exact de dire que ce n'est pas une "activité", que, comme toutes les disciplines qui ont pour finalité la production intellectuelle et/ou artistique, elle nécessite une attitude passive.

L'"anti-philosophie" me semble souvent procéder à partir de ce point de départ : Elle se présente comme une philosophie qui enseignerait à vivre, et à bien vivre, en ce monde. Elle insisterait sur le plaisir, la jouissance, le travail productif, l'entrepreneuriat, la liberté, etc. Pressentant ce que la philosophie implique de retrait au monde, de "refuge dans des arrières-mondes" comme elle le dit souvent en réinterprétant Nietzsche, l'antiphilosophie se présente comme une philosophie résolument dans le monde.
Et cependant, paradoxe, l'antiphilosophie reste une philosophie. C'est-à-dire qu'au moment où elle s'élabore, se pense, se constitue, elle reste une activité fondamentalement contemplative, qui nécessite une attitude passive, et dont l'horizon est le retrait du monde.
En somme, l'antiphilosophie est sujette à ce qu'on appelle une auto-contradiction performative : Ce qu'elle fait contredit ce qu'elle dit.

Par conséquent, l'"antiphilosophie" ne peut exister que comme antithèse auto-proclamée à la philosophie. Elle ne peut avoir de contenu positif, se suffire à elle-même. Que serait une véritable antiphilosophie, une antiphilosophie assumée ? L'économie, peut-être, ou bien tous ces manuels de développement personnel à visée managériale qui fleurissent sur les étals des grandes librairies.
Aussi longtemps qu'elle ne verse pas dans cette discipline, l'antiphilosophie ne peut être que contre. Elle n'a de sens que vis-à-vis de la philosophie, et en tant qu'activité philosophique elle-même. Supposons un "antiphilosophe" qui expose sa doctrine à un quidam. En substance : "Fais du blé, éclate-toi comme un âne, profite de la vie."
- Of course, man, tout à fait d'accord avec toi, moi mon kif, c'est les voitures de sport, tu vois, dès que j'ai de la thune, je m'achète etc."
En somme, l'"antiphilosophe" ne fait qu'exposer le discours commun, le discours de la trivialité. Ce discours ne peut avoir de sens que vis-à-vis du "philosophe" qui, lui, et extraordinairement, pratique une activité dont l'horizon est le retrait du monde. C'est seulement pour lui que le discours de la jouissance, de l'immédiateté, de l'amoralisme peut apparaître antithétique.

En somme, l'"antiphilosophie" n'est que le discours de la banalité, du commun, exposé dans le champ de la philosophie et à destination de "philosophes". Par conséquent, c'est un discours qui peut être tenu par le premier quidam venu, pourvu qu'il trouve un endroit où se réunissent des "philosophes". Ce faisant, le-dit quidam peut se donner l'impression de "faire de la philosophie", voire même d'enseigner à des "philosophes" -leur enseigner la "vraie vie"- alors même qu'à leurs yeux, il ne fait rien d'autre qu'exposer des banalités mille fois battues et rebattues.

Et pourtant, reste le paradoxe. Qui est que l'antiphilosophie reste une philosophie. Non pas tant par le contenu -banal, trivial- mais par la forme, le processus cognitif. En exposant ses banalités devant des "philosophes", l'"antiphilosophe" montre incidemment que quelque chose, là, lui est familier. Que quoiqu'il en dise, il pense "philosophiquement". Il ne se contente pas de vivre, de faire du fric, et de jouir, non, il lui faut manifestement de surcroît convaincre autrui, arguments (maladroits) et références (superficielles) à l'appui, que telle est la meilleure manière de vivre. Il est encore pris dans l'auto-contradiction performative, mais le fait même qu'il y soit pris, ou plus exactement qu'il s'y prenne lui-même, témoigne en faveur de son appétence pour la philosophie.
Il est juste trop fainéant ou trop narcissique pour commencer à l'étudier et/ou à penser sérieusement.

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...

Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 2313
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par neopilina le Sam 28 Déc 2013 - 13:30

victor.digiorgi a écrit:Je revendique solennellement le titre de premier péquin venu.

Accordé.

Sinon, Dewey, Euthyphron et Bergame viennent de m'en boucher un gros coin. Ca fait beaucoup ! Une contre-offensive énergique s'impose ! Faut que j'y pense !

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ET Suspect, parce que Mien ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3681
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par Aldo le Sam 28 Déc 2013 - 14:48

Ataraxie a écrit:Parce que la philosophie se pose des questions essentielles et inutiles à la fois.

Comment une question inutile pourrait être essentielle ?

(PS : l'anti-philosophie, c'est les autres)


Aldo
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 985
Date d'inscription : 26/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par neopilina le Sam 28 Déc 2013 - 15:08

Prenez TOUTES les sciences humaines : chacune à sa façon constitutive remonte sa rivière vers sa source, et cette source, il n'y en a qu'une, commune, la première cause de leurs Etants constitutifs : le Sujet de notre espèces. Sciences humaines.
La philosophie occupe cette place centrale, c'est cela son Domaine, le Sujet de notre espèce en tant que tel. Et je vais plus loin, au centre de la philosophie on trouvera la métaphysique, cette branche de la philosophie qui va à la conquête du non-dit. Ce qui a posteriori sera philosophiquement positif, inducteur ( Ethiquement, politiquement, économiquement, etc. ).
Si la philosophie était seulement ce que viennent d'en dire les trois camarades sus-cités, je ne serais pas en train de taper ce message,    .

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ET Suspect, parce que Mien ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3681
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par Dewey le Sam 28 Déc 2013 - 15:11

Tu peux même parler d'ontologie pour la recherche du sujet...
Mais la philosophie ce n'est pas que la métaphysique.

Dewey
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 228
Date d'inscription : 16/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par neopilina le Sam 28 Déc 2013 - 15:56

Dewey a écrit:Mais la philosophie ce n'est pas que la métaphysique.

Je n'ai rien dit d'autre,   . Elle en est la cheville ouvrière, elle fournit au reste de la philosophie " matière à ".
Prends l'exemple du cogito, il est le fruit d'une quête d'ordre métaphysique et regarde à quel point, " ensuite ", il a été inducteur, fécond. Fécondité qui épuisée permet de remarquer qu'il a été au moins aussi réducteur a priori. Le métaphysicien conquiert ... des possibilités philosophiques.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ET Suspect, parce que Mien ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3681
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par euthyphron le Sam 28 Déc 2013 - 15:59

Bergame a écrit:
Il y a des philosophes qui essaient de vendre l'idée que la philosophie apprend à vivre. Il me semble que c'est totalement faux. On n'a absolument pas besoin de la philosophie pour vivre, pour être au monde.
Je dirai en nuançant que c'est relativement faux. Bien vivre n'est pas le but premier de la philosophie, puisque celui-ci est de bien penser. Or, bien penser n'exclut pas, par exemple, la dépression.
Mais bien penser n'est pas indifférent à la qualité de la vie non plus, au point qu'une vie passée sans philosopher peut sembler une vie bien médiocre, voire ratée. Ce pourquoi je maintiens que toute personne peut légitimement s'y essayer.
Bergame a écrit:Au vrai, je pense qu'il serait même plus exact de dire que ce n'est pas une "activité", que, comme toutes les disciplines qui ont pour finalité la production intellectuelle et/ou artistique, elle nécessite une attitude passive.
Je préfère dire "réceptive", car cela n'exclut pas l'activité, au contraire cela la rend possible.
Bergame a écrit:Et cependant, paradoxe, l'antiphilosophie reste une philosophie.
En somme, l'antiphilosophie est sujette à ce qu'on appelle une auto-contradiction performative : Ce qu'elle fait contredit ce qu'elle dit.
Ou bien l'anti-philosophie est contre une déviation de la philosophie, auquel cas elle est en fait celle qui prétend garder le temple de la vraie pensée, donc elle est tout sauf une anti-philosophie (je pense qu'on pourrait lire Nietzsche ou Wittgenstein ainsi), ou bien elle est vraiment anti-philosophie, c'est-à-dire sophistique. Auquel cas la contradiction est levée mais le masque avec.
Bergame a écrit:Il est juste trop fainéant ou trop narcissique pour commencer à l'étudier et/ou à penser sérieusement.
Ou il estime avoir trop à y perdre. La pratique de la philosophie effraie le bourgeois qui songe à son prestige et à son compte en banque, ou bien le croyant qui sait bien au fond de soi que ses croyances sont de gigantesques blagues.
neopilina a écrit:La philosophie occupe cette place centrale, c'est cela son Domaine, le Sujet de notre espèce en tant que tel.
Mais je répète que la philosophie n'est pas une science, et j'ajoute que l'homme n'est pas plus son domaine de prédilection que la matière ou le vivant ou Dieu ou l'être en tant qu'être.
neopilina a écrit:Si la philosophie était seulement ce que viennent d'en dire les trois camarades sus-cités, je ne serais pas en train de taper ce message,  
Mais tu n'es pas en train de taper ce message! 

_________________
amicus plato sed magis amica veritas

euthyphron
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1507
Date d'inscription : 01/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par Dewey le Sam 28 Déc 2013 - 16:13

Pour moi Descartes n'a servi qu'à une chose, faire briller Spinoza. tellement d'erreurs dans la philosophie de Descartes...

Dewey
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 228
Date d'inscription : 16/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par neopilina le Sam 28 Déc 2013 - 16:35

Dewey a écrit:Pour moi Descartes n'a servi qu'à une chose, faire briller Spinoza. tellement d'erreurs dans la philosophie de Descartes...

Je ne fais que constater : De Descartes, du cogito, à Sartre, ce n'est pas un fil que nous avons mais une chaine, et du genre amarre de porte-avions, hein. Toujours dans le registre du constat, c'est elle qui tient le haut du pavé, la philosophie académique, officielle, c'est elle. " Après " on peut en penser ce qu'on veut, et je ne me gène pas, mais il faut le motiver en bonne et due forme, sinon elle n'entendra même pas. Prodigieux gâchis, contre-temps, etc, encore des constats, mais il en a été et il en est ainsi. On fait avec ou sans, en dehors, ce qui fut fait, tenté par beaucoup et pas des moindres.

à Euthyphron :      .

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ET Suspect, parce que Mien ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3681
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par Dewey le Sam 28 Déc 2013 - 16:48

Il n'y a pas que la philosophie cartésienne qui est académique... De même que toute la philosophie ne place pas le sujet au centre.

Dewey
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 228
Date d'inscription : 16/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par euthyphron le Sam 28 Déc 2013 - 17:06

La dénégation de la philosophie sous forme de l'allusion n'est pas de la philosophie.
Je veux bien qu'on discute des "erreurs" de Descartes, encore faudrait-il ouvrir un sujet pour cela, et préciser lesquelles, une à la fois de préférence.
neopilina a écrit:Je ne fais que constater : De Descartes, du cogito, à Sartre, ce n'est pas un fil que nous avons mais une chaine, et du genre amarre de porte-avions, hein. Toujours dans le registre du constat, c'est elle qui tient le haut du pavé, la philosophie académique, officielle, c'est elle.
Ce ne sont évidemment pas des constats, mais des interprétations. Le problème dans ton cas est qu'elles tournent à l'idée fixe. Bref, Dewey, lui, constate objectivement que tu t'es planté sur le coup, et il a raison. Au passage, je voudrais bien savoir à quelle époque et en quel lieu la philosophie cartésienne a été enseignée comme officielle.
Tout ceci relève de l'allusion, comme je viens de le dire, et donc du trolling.

_________________
amicus plato sed magis amica veritas

euthyphron
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1507
Date d'inscription : 01/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par neopilina le Sam 28 Déc 2013 - 17:25

Dewey a écrit:Il n'y a pas que la philosophie cartésienne qui est académique.

Ce que j'ai dis aussi. Mais grâce à un ancrage métaphysique, le cogito, il faut reconnaître qu'elle s'est imposée, de Descartes à Sartre. Sa fécondité intrinsèque quelque peu épuisée, il a pu, du, advenir des philosophies essayant de dire ce qu'elle n'était plus en mesure de dire, non plus " grâce " mais à cause du cogito. Exemple archétypal, Marx, pur produit de l'académie, hégélien, qui comprend qui lui est impossible dans ce Cadre de formuler une Critique économique, et qui donc, claque la porte ( Sur ce point, ce qui est publié sous le titre " Manuscrits de 1844 " est un indispensable : on a le mots à mots de ce dilemme puis donc de cette rupture chez le jeune Marx. ).
Et, ceci dit avec tout le respect du à des Nietzsche, Arendt, Deleuze, Foucault, etc, etc, je ne connais pas d'autres philosophies ( Exceptée la mienne,    . ), ayant des ancrages métaphysiques explicites et dument motivés.

à Euthyphron,

Quelques maillons de la " chaine " : Kant, Hegel, Husserl, Heidegger, Sartre ( Qui termine son étrillage du Dasein dans " L'être et le néant " par : " Nous voilà renvoyés au cogito. Quels qu'en soient les inconvénients c'est de là qu'il faut partir ". ).
Je ne dis pas qu'elle a été explicitement enseignée comme telle, je dis que ce fut significativement le cas dans la mesure où au sein de la nébuleuse philosophie, il y a cet élément remarquablement unique, cohérent, structuré, circonscrit métaphysiquement par le cogito.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ET Suspect, parce que Mien ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3681
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par euthyphron le Sam 28 Déc 2013 - 17:39

Soit, je ne veux pas ergoter sur ce point d'histoire de la philosophie, si tu le réduis à dire que la question de la représentation s'accompagnant de la conscience de soi a occupé une place importante.
Mais si on l'admet, pour te faire plaisir, et parce que j'y vois en effet un éventuel motif d'étonnement virtuel qui serait à dégager, il n'empêche que toute la philosophie ne se réduit pas à cette question. Il y a une philosophie avant Descartes, et il en y a une après qui n'est pas obsédée par Descartes.
Et surtout, ce n'est pas la question. La question, c'est ça :
Bergame a écrit:Pourquoi le premier péquin venu peut-il très sérieusement se croire autorisé à réaliser la critique de la philosophie ?
C'est une vraie question, avec de vrais enjeux. Je retiens donc méchamment la réponse qui se dégage en creux de tes interventions : parce qu'on se croit, à tort bien entendu, aisément autorisé en philosophie à se contenter de simples allusions, ce qui est peut-être un cas particulier de la confusion entre la philosophie et l'opinion, ou bien entre la philosophie et la science, je ne sais (tout discours à prétention scientifique est allusif, loi empirique dont les exceptions ne se sont pas manifestées sur ce forum).

_________________
amicus plato sed magis amica veritas

euthyphron
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1507
Date d'inscription : 01/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par neopilina le Sam 28 Déc 2013 - 17:49

Bien sûr qu'il y a eu avant et après le cogito une foule de philosophies non tributaires dialectiquement dit du cogito. Je constate que celle-ci occupe une place notoire, ou tout autre terme qu'il te plaira.

Mes reprises du cogito, mon interprétation du poème de Parménide, ma critique du " Sophiste " de Platon, etc, où j'attends désespérément des objections, sont tout ce que tu voudras, sauf des allusions et/ou des opinions et/ou du bavardage.

Mais tu as raison, revenons au sujet.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ET Suspect, parce que Mien ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3681
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par Courtial le Sam 28 Déc 2013 - 18:50

Soit, je ne veux pas ergoter sur ce point d'histoire de la philosophie, si tu le réduis à dire que la question de la représentation s'accompagnant de la conscience de soi a occupé une place importante.
Mais si on l'admet, pour te faire plaisir, et parce que j'y vois en effet un éventuel motif d'étonnement virtuel qui serait à dégager, il n'empêche que toute la philosophie ne se réduit pas à cette question. Il y a une philosophie avant Descartes, et il en y a une après qui n'est pas obsédée par Descartes.
Et surtout, ce n'est pas la question. La question, c'est ça :
Bergame a écrit:Pourquoi le premier péquin venu peut-il très sérieusement se croire autorisé à réaliser la critique de la philosophie ?

Hegel y a répondu, dans la Phénoménologie de l'esprit : c'est parce que tout le monde a un entendement.
Tout le monde n'a pas bénéficié d'une apparition de la Vierge (comme Pascal) ou d'un don artistique, comme Picasso, ou d'un caractère de feu, comme Alexandre (ou Jean-Marc Ayrault), ou du génie militaire (comme Napoléon ou, mieux, François Hollande en Afrique) mais tout le monde a un entendement. Entendement qui ne réclame ni apprentissage (comme pour les techniciens, les artistes) ni une information (comme celui des scientifiques), mais seulement d'être un entendement.
Ce en quoi je diffère de Victor : je ne peux pas poser comme sujet philosophique un sujet déféquant, "je défèque donc je suis", cela ne fonctionne pas plus que "je sais résoudre une équation du second degré donc je suis", "j'ai peint la Joconde donc je suis" : il y a des types avec intestins artificiels, des pas artistes et des pas scientifiques.
Mais le sujet philosophique il a juste besoin de penser et ça fait l'affaire. Et cela tout le monde peut le faire ou croit pouvoir le faire.

Descartes commence par là, autant dans les Regulae, où il dit que la science ou la philosophie n'est autre que l'universelle sagesse humaine, comme, bien sûr, dans le Discours de la Méthode :

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux mêmes qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils n'en ont. En quoi il n'est pas vraisemblable que tous se trompent ; mais plutôt cela témoigne que la puissance de bien juger, et distinguer le vrai d'avec le faux, qui est proprement ce qu'on appelle le bon sens ou la raison, est naturellement égale en tous les hommes ...[/quote]

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1997
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel est le problème avec la philosophie ?

Message par euthyphron le Sam 28 Déc 2013 - 19:12

Hegel et Descartes, toutefois, me paraissent ici susciter un soupçon légitime. L'un comme l'autre ne sont-ils pas en train de fermer la porte à tout candidat à l'apprentissage, et ne se réservent-ils pas abusivement le droit de décréter qui est philosophe et qui ne l'est pas?
Hegel part en guerre contre les prétentions du bon sens (qui relève de l'opinion) alors que Descartes semble vanter le bon sens. Une lecture précipitée de ces deux auteurs nous laisserait croire alors que leurs conceptions de la philosophie sont radicalement incompatibles, et qu'ils ne sont donc même pas capables de s'entendre sur l'activité qui les a rendus célèbres. Au moins le péquin pourra-t-il espérer que les exclus de l'un seront les inclus de l'autre.
Et pourtant telle n'est pas la situation. Hegel défend la pensée véritable, qui est la pensée vivante. Descartes demande que l'on s'exerce à bien juger, et il faut évidemment faire la part de l'ironie dans le texte que tu nous envoies. Tous deux, Hegel et Descartes, soutiennent au fond le même paradoxe, qui est que c'est parce que la philosophie est universelle et savoir de l'universel qu'elle n'est pas à portée de tous, mais qu'elle réclame un effort.
Que penser soit un effort ne saute pas aux yeux de tout le monde en effet. Et une fois qu'on a dit ça on n'a pas encore dit lequel.

_________________
amicus plato sed magis amica veritas

euthyphron
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1507
Date d'inscription : 01/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 14 1, 2, 3 ... 7 ... 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum