Rwanda 1994

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par Dewey le Mar 24 Déc 2013 - 17:02

Tout simplement parce que l'injustice est un concept, c'est en cela même une idée. C'est quelque chose de normé une injustice, c'est quelque chose qui n'est pas juste, donc c'est l'analyse d'une situation. C'est la volonté de décréter que rationnellement la situation est injuste et que par conséquent on doit se révolter par rapport à cela.
Un sentiment c'est une réaction émotionnelle, ce n'est pas analysé c'est ressenti et cela ne demande pas d'explication.
Logiquement l'injustice ne peut être un sentiment, sinon l'on accepte que la justice également le soit.

Dewey
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 230
Date d'inscription : 16/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par victor.digiorgi le Mar 24 Déc 2013 - 17:04

.


« Joyeux renouveau solaire » et joyeuse lecture à ceux qui savent lire (Re-LoL) :

[...]



(Et qui sont capables d'accepter le fait que la science est en train d'organiser la faillite définitive de la philosophie traditionnelle, notamment au rayon de l'éthique et de la morale.)



.

_________________
.
.
.
Au nom de l'ART, de la SCIENCE et de la PHILOSOPHIE. (Ainsi soit-il.)
.
.
.
avatar
victor.digiorgi
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 23/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par victor.digiorgi le Mar 24 Déc 2013 - 17:07

Dewey a écrit:Tout simplement parce que l'injustice est un concept, c'est en cela même une idée. C'est quelque chose de normé une injustice, c'est quelque chose qui n'est pas juste, donc c'est l'analyse d'une situation.
C'est la volonté de décréter que rationnellement la situation est injuste et que par conséquent on doit se révolter par rapport à cela.
Un sentiment c'est une réaction émotionnelle, ce n'est pas analysé c'est ressenti et cela ne demande pas d'explication.
Logiquement l'injustice ne peut être un sentiment, sinon l'on accepte que la justice également le soit.

Quelle rigolade ! ...

.

_________________
.
.
.
Au nom de l'ART, de la SCIENCE et de la PHILOSOPHIE. (Ainsi soit-il.)
.
.
.
avatar
victor.digiorgi
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 23/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par victor.digiorgi le Mar 24 Déc 2013 - 17:16

Galatée a écrit:Pourquoi débattez-vous sur le meurtre en pensant à l'homicide ?



Parce que ça, aux dernières nouvelles, ce n'était pas un meurtre : (LoooLLL)







C'était une tradition. (Re-LoooLLL)



.

_________________
.
.
.
Au nom de l'ART, de la SCIENCE et de la PHILOSOPHIE. (Ainsi soit-il.)
.
.
.
avatar
victor.digiorgi
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 23/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par euthyphron le Mar 24 Déc 2013 - 17:24

Dewey a écrit:
Logiquement l'injustice ne peut être un sentiment, sinon l'on accepte que la justice également le soit.
Ceci n'est absolument pas nécessaire.
De fait, l'injustice se vit d'abord comme un sentiment. Si l'on veut expliquer le mot à un enfant, rien de plus efficace que de le faire pleurer en le punissant alors qu'il n'a rien fait.
Or, de même que l'absence de douleur n'est pas une douleur, l'absence du sentiment d'injustice n'est pas un sentiment.
Lorsque l'on parle de justice, l'on prend en compte une exigence que le sentiment d'injustice a fait apparaître. Et à ce niveau intervient nécessairement, j'en conviens, la pensée, pour se représenter l'idée de justice que l'injustice ressentie avait niée. La relation entre la justice et l'injustice n'est donc pas celle de deux entités contraires substituables l'une à l'autre par un simple changement de signes (comme l'est la relation pair-impair).

_________________
amicus plato sed magis amica veritas
avatar
euthyphron
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1507
Date d'inscription : 01/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par hks le Mar 24 Déc 2013 - 17:27

à Dewey
Je comprends . Tu ne veux pas ramener l'injustice comme la justice à l' émotion. Oui mais dans ce cas on a bien du mal à nommer  une émotion  causée par quelque chose qui ne semble pas convenir au bon ordre du monde.
Serait-ce le sentiment  de quelque chose qui ne va pas dans le monde ou là devant moi ...longue périphrase
. L'expression "un sentiment d'injustice" me semble plus économique.

 Je comprends bien que l'injustice en soi  n'est rien hors de l 'appréciation. Mais c'est que justement l' appréciation commence par une émotion ( à mon avis ).
Si tu veux par  analogie ( avec la justice ): l' amour est un concept ( à un certain niveau d 'intellection ) mais c'est d' abord une émotion.
Il me semble que John Dewey accorde une place fondamentale à l'impulsion non réductible à l"instinct ( on est bien d"accord sur ce que "instinct" pour l' homme a d' ambigu ) et puis aux émotions ( ( mais je ne connais pas bien John Dewey )
avatar
hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 5415
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par Dewey le Mar 24 Déc 2013 - 17:32

Mais ce qui nous provoque un sentiment de rejet ce n'est pas que ce soit injuste mais anormal.

Pour Dewey les deux seules qualités vraiment innées sont l'instinct de survie et celui de reproduction. Le reste c'est de l'acquis. Il y a bien quelques exceptions mais il se contredit un peu là-dessus.

Victor je ne discute pas avec toi, tu t'es fait jeté comme une quiche de forumdephilosophie car tu n'avais à dire que des inepties. Et quand on fait l'éloge d'Onfray on peut davantage rire que discuter.

Dewey
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 230
Date d'inscription : 16/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par euthyphron le Mar 24 Déc 2013 - 18:04

Dewey a écrit:Mais ce qui nous provoque un sentiment de rejet ce n'est pas que ce soit injuste mais anormal.
Non, pas d'accord, ou disons que l'injuste est un cas particulier de l'anormal. Lorsqu'il se passe quelque chose d'anormal, cela provoque toutes sortes de sentiments possibles, d'abord la surprise, mais aussi bien sûr la peur, la curiosité, le dégoût, etc.
L'enfant puni sans raison fait très bien la différence entre le sentiment d'injustice et le sentiment d'étrangeté, même si la punition lui paraît, en même temps qu'injuste, étrange.
La question n'est donc pas tellement de savoir si le sentiment d'injustice est inné, mais plutôt ce que l'on entend par inné. Au sens normal (dont je ne dis pas qu'il est juste  ) du mot, le sentiment d'injustice est inné même s'il n'existera pas tant que le sujet bambin n'aura pas fait l'expérience de l'injustice.

_________________
amicus plato sed magis amica veritas
avatar
euthyphron
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1507
Date d'inscription : 01/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par neopilina le Mar 24 Déc 2013 - 18:30

Dans le cas de l'injustice, ce qui est inné c'est bien la possibilité chez les espèces les plus complexes ( On ne dit plus " évoluées ", c'est un regrettable anthropocentrisme, les espèces simples qui n'évoluent plus, n'évoluent plus parce qu'elles sont parfaitement adaptées à leur environnement. ) de faire cette expérience. Essayez pour voir d'être injuste avec des orques en bassin.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4268
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par Aldo le Mar 24 Déc 2013 - 18:36

victor.digiorgi a écrit:
Dewey a écrit:Tout simplement parce que l'injustice est un concept, c'est en cela même une idée. C'est quelque chose de normé une injustice, c'est quelque chose qui n'est pas juste, donc c'est l'analyse d'une situation.
C'est la volonté de décréter que rationnellement la situation est injuste et que par conséquent on doit se révolter par rapport à cela.
Un sentiment c'est une réaction émotionnelle, ce n'est pas analysé c'est ressenti et cela ne demande pas d'explication.
Logiquement l'injustice ne peut être un sentiment, sinon l'on accepte que la justice également le soit.

Quelle rigolade ! ...

.

Lu et approuvé

(ceci dit Victor, t'aurais pu te manifester avant, moi je m'en vais de ce forum)

Aldo
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 985
Date d'inscription : 26/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par Aldo le Mar 24 Déc 2013 - 19:07

.

Aldo
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 985
Date d'inscription : 26/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par Aldo le Mar 24 Déc 2013 - 22:05

euthyphron a écrit:Lorsque l'on parle de justice, l'on prend en compte une exigence que le sentiment d'injustice a fait apparaître

Bravo !
Ça fait trois jours que j'explique ça et qu'on me balade en retour. Nul doute que si c'est un habitué des forums qui le dit, ça sera enfin lu.
Je te laisse continuer Euthyphron, moi j'en ai ma claque de ce cinéma.

Aldo
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 985
Date d'inscription : 26/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par hks le Mer 25 Déc 2013 - 1:04

à Dewey

Mais ce qui nous provoque un sentiment de rejet ce n'est pas que ce soit injuste mais anormal.

Je dis  à peu près la même chose. C est la rupture d' un ordre  qui provoque le sentiment  de désarrois. La situation n'est pas juste au sens ou le juste est ce qui est la normalité.
La normalité peut être comprise (par l' intellect ) mais aussi senti ( par sentiment ).Je crois qu'il y a une intelligence dans le sentiment.

Il faut avoir le sens de la normalité ( donc du juste) pour éprouver un sentiment de désarrois ( un malaise).
Et après ?
Il faut bien le nommer ce malaise ... et on dit  "c'est injuste".
avatar
hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 5415
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par Dewey le Mer 25 Déc 2013 - 3:14

Avoir le sens de la normalité c'est juste être déterminé culturellement et moralement.
Donc je ne suis pas d'accord avec euthyprhon, ce n'est pas le sentiment d'injustice expression douteuse qui fait apparaître une exigence mais un besoin d'ordre, de justice et l'un n'implique pas nécessairement l'autre.

Aldo c'est quand que tu te casses enfin ?

Dewey
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 230
Date d'inscription : 16/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par victor.digiorgi le Mer 25 Déc 2013 - 3:48

Dewey a écrit:Aldo c'est quand que tu te casses enfin ?

Cette interrogation est remarquable par la profondeur de sa remarquable sagesse philosophique ...

Bravo ! Et joyeuses fêtes de fin d'année ! ...

.

_________________
.
.
.
Au nom de l'ART, de la SCIENCE et de la PHILOSOPHIE. (Ainsi soit-il.)
.
.
.
avatar
victor.digiorgi
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 23/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par Aldo le Mer 25 Déc 2013 - 5:22

victor.digiorgi a écrit:
Dewey a écrit:Aldo c'est quand que tu te casses enfin ?

Cette interrogation est remarquable par la profondeur de sa remarquable sagesse philosophique

Oui Dewey me remplacera avantageusement. En plus il suscite déjà plein de problématiques enrichissantes et qui passionnent le forum. C'est bien. Je veux dire ontologiquement parlant.

Joyeux Noël à tous (et merci pour votre accueil)  

Aldo
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 985
Date d'inscription : 26/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par euthyphron le Mer 25 Déc 2013 - 11:53

Dewey a écrit:Avoir le sens de la normalité c'est juste être déterminé culturellement et moralement.
Donc je ne suis pas d'accord avec euthyprhon, ce n'est pas le sentiment d'injustice expression douteuse qui fait apparaître une exigence mais un besoin d'ordre, de justice et l'un n'implique pas nécessairement l'autre.
Pardon mais je ne comprends rien à ce message, en particulier aux liens logiques qui y figurent.
La première phrase est assez embrouillée, mais je crois qu'elle veut dire que pour juger une situation anormale il faut avoir été informé par une culture. Si c'est bien cela, je ne vois pas le problème, le cas d'hommes non informés par une culture étant purement virtuel.
Le "donc" qui suit est donc nébuleux. D'autant que la deuxième phrase quitte la question générale de la normalité pour revenir au problème plus précis de la justice.
Je ne vois pas ce qu'il y a de douteux dans l'expression "sentiment d'injustice", qui renvoie à une expérience commune et n'a d'autre ambition. Et je ne comprends pas clairement qui est celui qui n'implique pas nécessairement l'autre.
Toujours est-il, si c'est ceci qui est en question, qu'on ne peut identifier le besoin d'ordre à l'exigence de justice. Dans le second cas se trouve une question d'imputation. Au minimum, quelqu'un est considéré comme victime. "On m'accuse de ce que je n'ai pas fait, c'est injuste" ne signifie pas la même chose que "je ne parviens pas à retrouver mes affaires". Tu as sûrement tes raisons pour nier cette différence évidente, mais tant qu'elles ne sont pas exprimées je ne peux les deviner.

_________________
amicus plato sed magis amica veritas
avatar
euthyphron
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1507
Date d'inscription : 01/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par hks le Mer 25 Déc 2013 - 23:16

"On m'accuse de ce que je n'ai pas fait, c'est injuste" ne signifie pas la même chose que "je ne parviens pas à retrouver mes affaires".


Hélas je trouve des similitudes dans les sens comparés de ces deux  affirmations.
Car "Je ne parviens pas à retrouver ce que j' ai fait  dans ce qu'on m' accuse d'avoir fait."
et
" Quelle injustice ! Moi qui suis si ordonné, je ne parviens pas à retrouver mes affaires".
avatar
hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 5415
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par euthyphron le Jeu 26 Déc 2013 - 11:34

Constater des ressemblances ne supprime pas les différences.
"Je savais que c'est moi que l'on accuserait, et pourtant je n'y suis pour rien".
"J'ai vraiment la manie du désordre, bien fait pour moi si cela me joue des tours".
Et pourquoi "hélas"?

_________________
amicus plato sed magis amica veritas
avatar
euthyphron
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1507
Date d'inscription : 01/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par hks le Jeu 26 Déc 2013 - 12:08

é euthyphron

si c'est ceci qui est en question, qu'on ne peut identifier le besoin d'ordre à l'exigence de justice. Dans le second cas se trouve une question d'imputation.

Pour "justice" je comprends que tu la distingues sous l'aspect de l'imputation à une cause extérieure et probablement  humaine. Sous cet aspect injustice est causée à et par l' extérieur.
(pour toi ) dans mon monde personnel privé  s'il y a du désordre, justice et injustice ne s appliquent pas.
Je dis hélas parce que tant qu'on ne s' est pas expliqué mutuellement on arrive toujours à trouver des jeux de langage qui interrogent.

Dewey parle de justice et d'injustice comme d' un élément conceptuel (et de plus culturel ) qui interpréte des faits bruts  lesquels en eux même, hors de nous, n' ont pas de signification .

Donc le monde n' y signifie pas en soi  ( ce qui n'est pas ta philosophie me semble- t il ). Le sentiment /émotion / affect  sans cette interprétation  n' a pas de contenu ( ou alors très confus = le contenu mental d' une émotion)

Alors Dewey dit que " sentiment d'injustice" ça n 'a pas de sens ( ça n' existe pas ), sinon comme un sentiment de désordre ...par rapport à  un sentiment de l'ordre qui lui précède le sentiment du désordre.

Le sentiment de l'ordre c' est un état de bien être non troublé.
 Autrement dit quand ça va bien on ne se pose pas de questions.
avatar
hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 5415
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par euthyphron le Jeu 26 Déc 2013 - 12:36

hks a écrit:é euthyphron
Pour "justice" je comprends que tu la distingues sous l'aspect de l'imputation à une cause extérieure et probablement  humaine. Sous cet aspect injustice est causée à et par l' extérieur.
Je ne comprends pas ce que tu veux dire, ni ce que tu veux me faire dire. Un effort d'expression serait le bienvenu, ou bien un exemple.
hks a écrit:(pour toi ) dans mon monde personnel privé  s'il y a du désordre, justice et injustice ne s appliquent pas.
Pourquoi pas? Là encore je ne comprends pas.
hks a écrit:Dewey parle de justice et d'injustice comme d' un élément conceptuel (et de plus culturel ) qui interpréte des faits bruts  lesquels en eux même, hors de nous, n' ont pas de signification .
Toute signification requiert un interprétant, au moins virtuel (il arrive qu'on parle à un mur). Et alors? Quel rapport? Est-ce pour dire qu'il n'y a pas de justice sinon par convention? Je ne me rends pas à cette thèse, en effet.
hks a écrit:Donc le monde n' y signifie pas en soi  ( ce qui n'est pas ta philosophie me semble- t il )
Je ne sais pas. Tout dépend de ce que cela veut dire.
hks a écrit: Le sentiment /émotion / affect  sans cette interprétation  n' a pas de contenu ( ou alors très confus = le contenu mental d' une émotion).
Un contenu confus n'est pas une absence de contenu. Tout sentiment est confus, le sentiment d'injustice n'est pas le plus confus des sentiments, loin s'en faut.
hks a écrit:Alors Dewey dit que " sentiment d'injustice" ça n 'a pas de sens ( ça n' existe pas ), sinon comme un sentiment de désordre ...par rapport à  un sentiment de l'ordre qui lui précède le sentiment du désordre.
C'est ainsi que j'ai compris ce qu'il a dit. Mais je ne vois aucune raison de le croire. Je ne dis pas que c'est faux. Il est clair que cela arrive parfois : un ordre connu fait que je m'attends à quelque chose, j'en suis privé par la volonté d'autrui, donc le désordre ici coïncide avec un sentiment d'injustice. Mais il n'en reste pas moins que cela fait deux choses différentes. Et que dans ce cas le sentiment d'injustice existe. C'est bien la question?
L'enjeu, c'est qu'évidemment bousculer un ordre établi sera parfois juste (ou défendre l'ordre sera parfois injuste), ce qui n'a aucun sens si l'on pose que la justice n'est que l'approbation de l'ordre tel qu'il est. Le sentiment d'injustice peut alors jouer le rôle d'un avertisseur.

_________________
amicus plato sed magis amica veritas
avatar
euthyphron
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1507
Date d'inscription : 01/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par Bergame le Jeu 26 Déc 2013 - 12:40

Si je peux me permettre, je pense que dans cette discussion -qui me semble avoir été passablement embrouillée il est vrai- il manque quelques distinctions préalables. En particulier, la distinction entre le fait et la cause.

Il me semble -c'est une proposition- que nous faisons tous, ou que nous avons tous fait à un moment ou un autre, l'expérience de l'injustice. Voila, je crois, le fait.
Cette expérience, on peut l'appeler effectivement "sentiment", ou "ressenti", ou "affection", ou que sais-je. En tout cas, elle est de l'ordre... de l'expérience.

Maintenant, question : Quelle est la cause de ce ressenti ? Pourquoi ressentons-nous de l'injustice dans certaines situations et pas dans d'autres ? La logique voudrait que nous ressentions de l'injustice vis-à-vis d'une conception préalable de la justice. D'une manière ou d'une autre, nous avons une conception -certes vague, mais avec un contenu positif- de ce qui est juste, et lorsque nous assistons à une scène, nous comparons ce qui se déroule sous nos yeux avec ce qui devrait être, d'après cette conception préalable de la justice. Cette "conception", il me semble qu'on peut l'appeler "idée", ou "représentation", ou "vision", ou etc. Peu importe : A ce niveau d'analyse, les problèmes ne sont évidemment pas d'ordre terminologique.

Et on peut même considérer que cette conception du juste n'est, en fait, qu'une dérivation d'une conception plus... profonde, logiquement antérieure, de l'ordre. Pourquoi pas ? Il me semble qu'à ce niveau de profondeur, les choses deviennent difficiles à justifier, mais en tout cas, on a le droit, subjectivement, de le penser.

Mais, plus important me semble-t-il, plus classiquement discuté en tout cas, 2nde question : Avons-nous tous la même conception de la justice ? Il me semble que c'est la question la plus ardue. Pour moi, la réponse est : Oui, et non. Oui, parce qu'il y a des situations qui, manifestement, engendrent le sentiment d'injustice chez les hommes dans leur généralité. Mais non, parce qu'il y a d'autres situations qui engendrent le sentiment d'injustice chez certains hommes et d'autres pas, ou pas avec la même intensité, etc.
Et ce qui me semble le manifester, encore une fois, c'est que les hommes peuvent vraisemblablement s'accorder sur l'injustice de certaines situations, sur ce qui est injuste. Par exemple exercer violence, sans raison, sur un être plus faible. Cela entre dans ce que toutes les civilisations ont considéré comme proscrit = ce qu'il ne faut pas faire.
En revanche, il est apparemment plus difficile de s'accorder sur ce qui est juste, sur ce qu'il faut faire.

C'est ma réponse, les opinions divergent, je crois, grandement, sur cette question. Et sans doute, d'ailleurs, que la culture et la socialisation y ont quelque chose à voir. Mais je pense que, sur cette question en particulier, il faut bien distinguer entre le sentiment de l'injustice, ce dont nous faisons effectivement l'expérience dans certaines situations, et la cause de ce sentiment, c'est-à-dire la raison pour laquelle nous faisons cette expérience dans certaines situations et non dans d'autres.

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
avatar
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 2891
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par hks le Jeu 26 Déc 2013 - 15:06

à euthyphron
Je ne comprends pas ce que tu veux dire, ni ce que tu veux me faire dire. Un effort d'expression serait le bienvenu, ou bien un exemple.
Tu donnes toi même un exemple:"On m'accuse de ce que je n'ai pas fait, c'est injuste" ne signifie pas la même chose que "je ne parviens pas à retrouver mes affaires" Et il me semblait que tu estimais que dans le  second cas on ne pouvait parler de justice . C 'est tout .
Un contenu confus n'est pas une absence de contenu. Tout sentiment est confus, le sentiment d'injustice n'est pas le plus confus des sentiments, loin s'en faut.
Je parle d'un contenu conceptuel. L 'amour pour quelqu'un n'est pas confus, c'est l'intelligence conceptuelle qui peut l'être.
j'en suis privé par la volonté d'autrui,
A mon avis c'est toi ( le sujet  de l'affect ) qui interprète la privation comme étant une privation. Tu es privé parce que ton point de vue tu estimes nécessaire de posséder ceci ou cela. C est bien pour et par cela que le sentiment d'injustice est  singulier ( c est le tien il n'est pas universel )
avatar
hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 5415
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par hks le Jeu 26 Déc 2013 - 15:22

à  bergame

C'est ma réponse, les opinions divergent, je crois, grandement, sur cette question.

Pas forcément. Si nous ne sommes pas très différents( et nous ne mes sommes pas tant dans une culture donnée) il y aura  similitude des sentiment d'injustice. Le sentiment d' injustice m'est propre mais comme je te ressemble on va réagir émotionnellement ( dans le même sens )  dans telle situation ( nonobstant notre émotivité potentielle propre..parce qu'il y a aussi des différences de tempérament  ).

Il me semble que sur des cas simples on s'accordera sur la justice qui rétablit l'ordre. Mais que ça devient compliqué sur des cas compliqués, ceux qui  impliquent toute la société.

Un passant en colère bat son chien, c est simple, la justice est qu'il se calme , cesse de frapper  et caresse son chien pour se faire pardonner .
Mais : le chômage de mon voisin je trouve ça injuste ... quelle réponse apporter qui soit simple ?
avatar
hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 5415
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par Dewey le Jeu 26 Déc 2013 - 15:23

Il suffit simplement de voir une décision de justice rendue, les deux camps trouveront cela injuste ou juste de manière opposée... Il n'y a pas de sentiment commun parce que les déterminismes sont propres à chacun.

Dewey
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 230
Date d'inscription : 16/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rwanda 1994

Message par neopilina le Jeu 26 Déc 2013 - 15:33

Mmmmmh, en tant que naturaliste, je me suis beaucoup penché sur ce genre de questions, ce que les éthologues font à titre professionnel. J'ai par exemple participé à une étude de l'O.N.C.F.S sur la stratégie des poules meneuses de grands tétras, etc. Chez moi, observer mes animaux et ceux à qui je ménage gîtes et couverts, est une seconde nature, une passion ( Un des éléments de mon autre passion : la nature, sans majuscule, sauf qu'avec les animaux on est très vite forcé de mettre une majuscule, c'est à dire entériner l'avènement du Sujet, sauf à ne plus rien y comprendre. ).
En observant de jeunes animaux, de notre espèce ou pas, on s'aperçoit que l'injustice est une découverte, bien traumatisante, problématique, qui va a contrario provoqué l'intuition du juste, qui donc était présente en tant que possibilité, que l'injustice a permis d'actualiser.
Prenons le cas de l'empathie. Dans la nature on a toutes les gradations. Chez des espèces proies, un sujet comprend parfaitement ce qui arrive à un congénère malchanceux victime d'un prédateur : il va prendre la fuite. Passons à un degré supérieur, si la proie est un jeune, on verra des mères prendrent des risques, même vitaux, pour tenter de sauver leur progéniture. Encore un degré, chez certaines espèces très grégaires et complexes, on verra le groupe entier tenter de sauver le jeune. Jusqu'au moment où la femelle estime que le moment est venu : elle rejette radicalement ses jeunes. Une femelle crocodile défend ses oeufs puis ses jeunes, qu'elle pourra consommer sans la moindre hésitation après le dit rejet. Chez les poules, on voit les jeunes rejetés harceler pendant plusieurs jours leurs mères, ne comprenant pas ce qui se passe. Chez certaines espèces, un individu connaît le lien de parenté qui l'unit aux autres membres du groupes. Et chez les cétacés, on a découvert, qu'un individu pouvait spécifiquement interpeller, converser, à un autre, précis, au sein du groupe. Et si on passe aux singes, et encore plus précisément aux chimpanzés, au gorille et à l'orang-outan, ça se complexifie très sérieusement. On a vu deux chimpanzés tenter, en toute discrétion, de convaincre un troisième pour éliminer le pacha du moment, ceci fait les trois conspirateurs ont proposé à la troupe une partie de chasse, au cours de laquelle, la victime sera le mâle dominant, ce qui déclenchera chez les femelles, quand elles comprennent subitement ce qui se passe, un mouvement de panique. Etc, etc.

Si on laisse ses préjugés aux vestiaires, l'observation du monde animal, dont nous sommes, est édifiante. Le Sujet, dialectiquement dit, advient longtemps avant notre espèce. La position inverse n'est plus aujourd'hui tenable. Notre espèce fait un sacré bond, oui, tout ce qu'il vous plaira, mais ça ne rompt pas la solution de continuité.
C'est ce que j'ai tenté de dire et d'illustrer ici : http://digression.forum-actif.net/t671-de-l-emergence-phylogenetique-scientifique-du-sujet-dialectiquement-philosophiquement-dit


Dernière édition par neopilina le Jeu 26 Déc 2013 - 15:38, édité 1 fois

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4268
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum