De l'En-Soi, du Sujet a priori

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: De l'En-Soi, du Sujet a priori

Message par neopilina le Mer 21 Sep 2016 - 0:49

J'en ai lu des bons, et même très bons, des forts, et même très forts, et même carrément parfois géniaux. Et puis un jour, je m'aperçois qu'il y a toujours en eux des éléments constitutifs, ontogéniques, profondément et radicalement inducteurs, causants, etc., relevant de la moraline. C'est toujours une déception, une tristesse. Nous héritons constitutivement via histoire, culture, famille, de ses éléments quand bien même on serait parmi les plus grands contempteurs, ennemis, etc., et ils sont foule, des origines, des fondements, représentants, de celle-ci. Sade ( Que Flaubert qualifie de " dernier mot du christianisme ". ), Nietzsche, pour ne citer qu'eux, sont de tels produits hurlants, tragiques, phénoménaux, de ce paradoxe déchirant. Mais il y a aussi le vulgus pecus ! Rien de moins que les sociétés occidentales, profondément ainsi déchirées, paradoxales, souffrantes.
Mais la dite déception, tristesse, mérite une bipartition. Le critère discriminant est le sujet, l'auteur, etc., est-il antérieur ou postérieur à l'avènement de la perspective psychiatrique - psychanalytique - psychothérapique - etc. ( Puisque qu'il n'y a toujours pas de solides bases théoriques, un langage, tronc, etc., communs dans ce domaine. ) ? Si le sujet considéré est antérieur, je suis franchement clément, s'il est postérieur, je le suis beaucoup moins.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4219
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'En-Soi, du Sujet a priori

Message par neopilina le Jeu 9 Mar 2017 - 20:25

Philosophiquement, le " je ", central sur mon schéma, la conscience, etc., est une foule de choses, dont celle-ci : le produit le plus manifeste de la relation au Monde génératrice du Sujet. Parfois, un peu agacé, énervé, Lacan parle de, je cite, " déchet ". Et il faut le dire, parfois, il a parfaitement raison. Un exemple au hasard ( Nan, je déconne ! ), le Sujet mâle sorti d'une usine culturelle d'obédience monothéiste croupit dans l'infâme, mortifère pour lui, vénéneux pour les autres, cloaque du péché, de la moraline, plus finement le Sien, et, nec plus ultra, il s'en félicite. Voilà comment on génère des civilisations entières d'êtres bicéphales, à deux têtes violemment antagonistes ( D'une part un gnome qui glorifie ses chaines chez Calypso, de l'autre un pourceau de Circé, sachant que le discours du premier omet toujours le second. ), et donc radicalement amoindris, petits, entravés, autodestructeurs, déprimés, maniaques, agressifs, vindicatifs, mélancoliques, etc. ad libitum et ad nauseam. Le désir d'exclusivité sexuelle n'a aucune autre ( Et si on veut me démontrer le contraire, je suis tout ouï. ) source, motivation, origine, justification, etc., que sa possibilité névrotique, elle n'a donc pas à être dogmatisée. Ce qui fut fait et on sait à quel point. Et donc les dits dogmatismes, d'abord religieux, puis culturels, ont sciemment généré des populations entières où cette option était la norme, la règle, sociétales, a été privilégiée dogmatiquement, constituant donc une donnée constitutive du Monde et donc de la Relation formatrice du Sujet, etc. Et des exemples de sociétés passés ou présents où cette exclusivité n'est pas dogmatique, exigée, montrent que celles-ci sont parfaitement, concrètement, gérables et parfaitement viables en tant que telles. A contrario, tout un chacun peut juger par lui-même de ce qu'ont donné ces tentatives.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4219
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'En-Soi, du Sujet a priori

Message par neopilina le Ven 5 Mai 2017 - 2:16

Prenons le cas de l'hypocondriaque. Il est intimement convaincu d'être condamné, médicalement donc. Dans une certaine mesure, il a raison. Il se sait condamné parce qu'il se " sait ", je mets des guillemets, on entre ainsi dans le second cercle, coupable. Et il l'est coupable ! De quoi ? De certaines Intentions constitutives, on a compris, peu reluisantes, d'ordre névrotique. Le thérapeute cherchera celles-ci et ensuite y conduira le patient lui-même. Et on peut en faire autant avec le racisme ou une autre forme de violence, de ressentiment, etc., compulsive, on trouvera une origine névrotique, on s'apercevra que le racisme ou autre était un exutoire, autorisé par le " je ", la conscience, etc., au sein du troisième cercle, à une " Pulsion " ( Personnellement je dis " Intention constitutive ". ).C'est un art, une tekhnè, un discours, etc., absolument comme tous les autres : adapté à ses objets, propres donc. Et on peut penser tout ce qu'on veut des pionniers, moi le premier, c'est les pionniers. Et, déjà dit, il est toujours intéressant de se pencher une fois dans sa vie sur l'histoire d'une discipline positive, c'est toujours pareil : comme il se doit, ça rame, tâtonne, s'égare, etc., etc., etc.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4219
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'En-Soi, du Sujet a priori

Message par neopilina le Mer 21 Juin 2017 - 13:56

" Connaissance de la psyché " ( Sujet qui a été censuré par le forum " Liberté - Philo ", pour des raisons d'ordre, je cite, " moral ", ça ne s'invente pas ! ).

Dans le fil " De la moraline " ( Dans cette même section. Fermé. ), l'un des arguments les plus récurrents du membre Bergame c'est, je cite, " l'homme, la femme et le couple naturels ". On peut encore très régulièrement entendre, lire, etc., que " la sodomie, l'homosexualité, etc., c'est contre nature ". Je vais donc me dévouer pour expliquer deux, trois, trucs à Bergame et compagnie. Jeter un caillou en l'air, dans les conditions habituelles sur cette planète, et qu'il ne retombe pas, ça, c'est contre nature. Dés 1783 dans une lettre à la marquise, Sade dit très bien à celle-ci à propos des passions : " Comme si la nature se mêlait de tout cela ". Effectivement, on va le voir. " Sodomie " est un terme objectif qui définit l'introduction d'un objet, il est vrai, assez souvent un pénis, à des fins, le plus souvent aussi, sexuelles, dans un anus. C'est un fait, voilà pour la science, la nature, sans majuscule ni guillemets, en tous cas ( On y viendra. ), c'est un terme objectif, descriptif. Ce qui est important, c'est Ce qui la motive, surtout chez notre espèce ( Et pas chez les lions ou encore chez les cygnes, où 15% des couples sont homosexuel/le/s, le double des populations humaines, etc. ). Il s'agit donc de la ou des Intentions constitutives du Sujets ainsi actualisées. Il y a d'une part l'Intention constitutive actualisée ainsi et d'autre part comment, le " ainsi ", même si on ne voit que le second, même si on croit que c'est le principal, la finalité en soi. " La ou les ", effectivement, non seulement l'inconscient ne connaît pas le principe de non-contradiction, mais c'est un remarquable cuisinier, bricoleur, et un très très grand rusé. Quitte à en souffrir toute sa vie, il n'est pas de Sujets qui abandonne un de Ses Éléments constitutifs, il faut l'extirper, et il ne peut l'être que via la connaissance, de Soi donc ici. Je tiens à préciser que je suis un hétérosexuel strict, que je n'ai jamais été tenté par la sodomie. A contrario je suis un garçon circonspect et tolérant ( Ce qui n'est pas forcément visible ici, j'en conviens, puisque la présence de certains énergumènes que je pourrais fuir dans d'autres circonstances m'est imposée, autre débat. ). En tous cas, je connais quelques wagons d'hétérosexuels, coté Réaction ( Chez qui on peut être, je cite, " homosexuel par mode " !!, etc. J'y reviendrais. ) pour tout dire, je me targue d'être clair, qui vont se prendre quelques douches froides, du genre mémorables, peut être même sans précédent.

Après 30 ans ( Pile-poil. ) de pratique assidue de la philosophie, je sens poindre un tout petit peu d'ennui. Et, entre temps, j'ai eu l'occasion de constater qu'il régnait en matière de " Connaissance de la psyché " à peu près le même prodigieux bordel, confusion, dispersion, extrêmes, etc. qu'en philosophie quand je découvre celle-ci. Je me propose donc ouvertement de tenter dans ce domaine ce que j'ai tenté en philosophie. Réussi ? Je laisse au seul tribunal compétent, celui de la raison et de l'histoire, en juger. La nouveauté relativement aux petits textes qui précédent, constats, idées, réflexions, etc., épars, c'est que je vais tenter d'être systématique.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4219
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'En-Soi, du Sujet a priori

Message par aliochaverkiev le Dim 25 Juin 2017 - 9:35

neopilina a écrit:" l'inconscient ne connaît pas le principe de non-contradiction, mais c'est un remarquable cuisinier, bricoleur, et un très très grand rusé. Quitte à en souffrir toute sa vie, il n'est pas de Sujets qui abandonne un de Ses Éléments constitutifs, il faut l'extirper, et il ne peut l'être que via la connaissance, de Soi donc ici. Je tiens à préciser que je suis un hétérosexuel strict, que je n'ai jamais été tenté par la sodomie.

Quelques remarques sur votre discours.
La division inconscient/conscient est une méthode analytique, cette division n'existe pas pour moi sur le plan du fonctionnement global de l'esprit. C'est une méthode de physicien, ou de mathématicien, une méthode intéressante mais qui, appliquée à l'esprit, me parait dangereuse. Elle crée une division artificielle.
Les hétérosexuels pratiquent aussi la sodomie. Pas tous mais beaucoup.

aliochaverkiev
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 24/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'En-Soi, du Sujet a priori

Message par neopilina le Dim 25 Juin 2017 - 15:46

aliochaverkiev a écrit:La division inconscient/conscient est une méthode analytique, cette division n'existe pas pour moi sur le plan du fonctionnement global de l'esprit. C'est une méthode de physicien, ou de mathématicien, une méthode intéressante mais qui, appliquée à l'esprit, me parait dangereuse. Elle crée une division artificielle.
Les hétérosexuels pratiquent aussi la sodomie. Pas tous mais beaucoup.

C'est moi qui souligne " analytique ". Surtout pas !! Même médiocre, je suis un continental pur sucre. Il va bien sur de soi que cette division, je te cite, " sur le plan du fonctionnement global de l'esprit n'existe pas " : il n'y a pas de cloisons, de ridelles, etc. ad libitum et ad naudeam dans le cerveau. J'adore ce mot d'un scientifique à son propos, il parle de " massivité massivement interconnectée ". Sur ce point, nous sommes tout à fait d'accord. Ma distinction repose sur la réalité, l'expérience la plus commune, elle est prudente, descriptive, : il y a des choses, des faits, etc., émanant de l'activité du cerveau qui sont inconscientes et d'autres qui ne le sont pas. Je ne veux surtout pas aller plus loin. Dans la tentative qui est la mienne, et que je me propose de soumettre, je refuse même la notion de  " topique ", j'entérine les données de l'expérience en distinguant deux " domaines " ( Oui, je sais, " domaine " est une notion spatiale, mais je vais préciser. ), disons registres, très relatifs, qui sont intimement, radicalement, reliés donc, ainsi décrits, définis : en vertu de l'expérience la plus commune qui soit, empirique, il y en a un où se passe des choses inconscientes et un autre où il se passe des choses conscientes, c'est tout. Absolument, catégoriquement, rien de plus. On a assez vu que des " topiques " plus prononcées se heurtaient effectivement de front à " la massivité massivement interconnectée " et finissaient par générer plus de problèmes que de solutions. On sait que ce qui distingue ces deux registres, permet, autorise, de les distinguer, c'est des activités, des processus, psychiques, tels que résistances, refoulements, réinvestissements économiques, etc., etc. C'est l'activité globale du cerveau qui génère elle-même la distinction, qui est donc dynamique et non " topique ".

aliochaverkiev a écrit:Les hétérosexuels pratiquent aussi la sodomie. Pas tous mais beaucoup.


Tout à fait. En fait, j'ai beaucoup hésité à dire que j'était hétérosexuel strict, etc. Je le regrette, ce n'était pas nécessaire. Et je suis certain qu'en me lisant tu as bien compris l'intention. C'était destiné à mes adversaires dans ce type de débats. Pour s'en tenir à un seul exemple, j'ai deux cousins homosexuels. L'un d'eux est adorable, l'autre est un exécrable petit con. Je pense que tu m'as compris. Mes distinctions, que je vais préciser et argumenter, je ne les fais pas où mes adversaires les font.
La sodomie est un fait scientifiquement descriptible. Et il se trouve qu'il n'y a pas de " fait scientifiquement descriptible contre nature " : c'est un oxymore. En fait, tous ces gens qui utilisent ainsi " contre nature ", même s'ils n'en ont pas conscience ont bien pensé, écrit ou dit " contre Nature " avec une majuscule, on va vite comprendre, telle que décrétée par l'Ancien Testament, Moïse, Christ et autres, descendants historiques ( Un islamophobe homophobe est toujours bien plus musulman, via Ses héritages constitutifs monothéistes, qu'il ne veut bien l'imaginer, etc. ) et compagnie. Et l'ironie de l'histoire, c'est que ces anathèmes vont se retourner contre eux : émanant d'eux, ils traduisent une culpabilité d'ordre névrotique qui est la leur. Comme je l'ai dit ci-dessus, ce n'est pas tant le fait scientifique de la sodomie qui pose problème, ce qui est un euphémisme, le scientifique s'en fout de la sodomie ( Si un scientifique y pense, ça sera éventuellement en terme de lubrifiants, etc., c'est tout. ), mais bien Ce qui la motive, Ce qui est ainsi actualisé par le Sujet. Et pour que les prophètes et compagnie anathèmisent à ce point, ça devait effectivement être du très lourd, chez eux. C'est donc, stricto sensu pour le coup, la " Nature " de la ou des Intentions constitutives du Sujet ainsi actualisées qui comptent. Ces gens ont accablé, maudit, métaphysiquement, le Sexe, ils avaient leurs raisons ? Sans doute, oui : mais qu'ils se souviennent bien que c'étaient les Leurs. Et on les examinera d'un peu plus près. C'est l'histoire d'un délinquant sexuel qui vient nous expliquer que le sexe c'est mal. C'est un " peu " gonflé, le prix de gros est un " peu " outrancier, et il y a vice de forme, ça commence à faire beaucoup.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4219
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'En-Soi, du Sujet a priori

Message par aliochaverkiev le Mar 27 Juin 2017 - 18:41

Tout à fait d'accord avec toi Neopilina, tu expliques avec plus d'aisance que moi l'unité de l'esprit (le mot n'est peut-être pas approprié ?) mais aussi son fonctionnement différencié. Il y a en effet des processus conscients et d'autres inconscients. Ce qui m'agace en fait dans la distinction inconscient/conscient c'est qu'on en vient à créer une hiérarchie de valeur entre l'inconscient (animal) et le conscient (humain) comme s'il s'agissait de deux continents séparés. Je crois même que tout surgit de l'inconscient, et soit y reste, soit pénètre notre conscience. Je ne nie pas l'existence de résistances, de refoulements, etc. c'est-à-dire de verrous entre l'activité consciente et l'activité inconsciente bien sûr, mais l'existence de tels verrous ne justifie pas une séparation nette entre l'activité consciente et l'activité inconsciente.

aliochaverkiev
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 24/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'En-Soi, du Sujet a priori

Message par neopilina le Mar 27 Juin 2017 - 19:00

aliochaverkiev a écrit:Je crois même que tout surgit de l'inconscient, et soit y reste, soit pénètre notre conscience.

Oui.

aliochaverkiev a écrit:Je ne nie pas l'existence de résistances, de refoulements, etc. c'est-à-dire de verrous entre l'activité consciente et l'activité inconsciente bien sûr, mais l'existence de tels verrous ne justifie pas une séparation nette entre l'activité consciente et l'activité inconsciente.

Ma distinction est basique, d'une extrême prudence, humilité, et comme il se doit, d'abord expérimentale : il y a des faits inconscients et qui peuvent le rester longtemps, voire toujours chez certains, et d'autres inconscients qui deviennent conscients. Les dits " verrous ", processus, relèvent déjà du questionnement provoqué par ce constat, cette distinction, initial expérimental. Et, oui, cette distinction est effectivement tout sauf, je te cite, " nette ", comme j'avais pris soin de le préciser.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4219
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum