Nietzsche, la destruction du sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nietzsche, la destruction du sujet

Message par Bergame le Jeu 20 Sep 2007 - 22:10

Déterré de Philautarchie


Nietzsche se place dans une étrange posture, en marge de ceux qui l'ont précédé : loin de Platon dans sa quête de l'anhypothétique, dans sa quête du "Bien" ; de Descartes aussi, dans sa recherche d'une "vérité", d'un point d'appui, de croyance ; et à l'écart de Kant qui a "platonisé" Hume pour le rendre acceptable, tolérable ;

L'un des points sur lequel Nietzsche se distance de Descartes et de Kant, c'est le sujet : Nietzsche est à cent lieux d'une philosophie du sujet, de l'ego ; pire ! Il ne croît pas au Moi, ou tout du moins en son statut d'universel.

    Rien n'est plus illusoire que ce "monde interne" que nous observons à l'aide de ce fameux "sens interne".
    Nietzsche, La Volonté de Puissance, Livre I, $95, 1888

L'unité est chimère, le moi un leurre, et c'est ainsi à l'ego cogito que Nietzsche s'attaque, pilier des philosophies du sujet. Mais nien loin des critiques logique / ontologique que Gassendi adressa à Descartes, Nietzche critique l'attribution de la pensée au sujet qui ne va pas de soi :

    Dans ce célèbre cogito il y a : 1° quelque chose pense ; 2° je crois que c'est moi qui pense ; 3° mais en admettant même que ce deuxième point soit incertain, étant matière de croyance, le premier point : quelque chose pense, contient également une croyance, celle que "penser" soit une activité à laquelle il faille imaginer un sujet, ne fût-ce que "quelque chose" ; et l'ergo sum ne signifie rien de plus [...] Faisons donc abstraction de ce "quelque chose" problématique et disons cogitatur, pour constater un état de fait sans y mêler d'articles de foi [...]
    Nietzsche, La Volonté de Puissance, Livre I, $98, 1888

Ça pense, quelque chose pense. Pourquoi serait-ce moi ? Ou plutôt pourquoi serait-ce seulement moi ? Pourquoi serais-je le centre de ma pensée, la cause de ma pensée ? Car en bien des endroits, Nietzsche fait dériver la pensée d'une activité organique, pulsionnelle. La pensée est un plan second, l'homme apparaissant comme un ensemble de strates. L'erreur consiste ainsi à autonomiser le plan de la pensée, à la couper de ses racines pulsionnelles, des instincts profonds qui la motive, l'anime (on peut évoquer par exemple l'instinct de domination qui régit le logicien).

Bref, Nietzsche décentre le sujet, le place en périphérie :

    Poser comme cause de la vue une perspective de la vue ; c'est le coup de maître par lequel on a inventé le "sujet", le "moi".
    Nietzsche, La Volonté de Puissance, Livre I, $100, 1888

Ça pense, la perception est une perspective, la pensée un dérivé : nous sommes confronté à une multiplicité. Croire en une unité du Moi, en un Je Transcendantal, c'est finalement ascétiser les organisations énergétiques et les hiérarchies internes qui ont conduit à cette pensée.

Car le Cogito est une espèce d'accident de parcours, de contingence historique. C'est un montage issu des formations de pouvoir. Par exemple, Nietzsche entreprend la généalogie de la mauvaise conscience, au regard de l'exigence des "vieux instincts" et de la pacifisation de l'ordre sociale :

    Tous les instincts qui ne se déchargent pas vers l'extérieur se tournent vers l'intérieur — c'est là ce que j'appelle l'intériorisation de l'homme : c'est alors seulement que pousse en l'homme ce qu'on appellera son "âme". Tout le monde intérieur, aussi mince à l'origine que s'il était tendu entre deux membranes, s'est élargi et gonflé, a acquis de la profondeur ; de la largeur, de la hauteur à mesure que la décharge vers l'extérieur des pulsions de l'homme a été inhibée.
    Nietzsche, La Généalogie de la Morale, Second traité, $16, 1887

L'intériorité est une formation historique, un compromis entre l'exigence pulsionnelle et l'ordre sociétal. L'intériorité est un accident et non pas le point de départ de toute chose, de toute réflexion. Prendre comme sol apodictique l'ego cogito, c'est s'engouffrer de plein pieds dans l'illusion. Car l'unité est organisation, coopération, elle assure la coexistence des multiples rapports de forces qui animent un même individu.

L'unité est une "contrition" de l'énergétique, un noeud qui lie sans dissoudre. L'intériorité apparaît comme un gant que l'on retourne, créant une poche dans laquelle se dessine un monde interne avec des différentes zones géographiques, comme la mauvaise conscience. Mais l'intériorité est un accident, le sujet un point de vue, car en premier lieu sévit un ordre énergétique ponctué de faits (ça pense).

C'est bien un matérialisme énergétique que nous livre Nietzsche en brisant l'illusion du moi : les instances dites "supérieures" du sujet, de la raison, plongent en vérité leur racine dans des rapports sociaux, des rapports de forces, de pouvoir. L'entreprise de Nietzsche consiste finalement à creuser pour débusquer ces rapports, à se montrer interprète de la morale, géologue.
avatar
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 2625
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum