Verdi et Wagner, anniversaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Verdi et Wagner, anniversaire

Message par Courtial le Dim 25 Aoû 2013 - 2:19

2013, c'est le double anniversaire de la naissance de Verdi et de Wagner (1813).

Une occcasion pour les comparer et confronter nos expériences.

Mon propre cas est irrécupérable. J'ai été mordu, happé, griffé par Wagner dès mon plus jeune âge, y a plus rien à faire.On ne s'en remet pas, il n'y a pas d'antidote connu, si bien que je vois bien ce que Nietzsche a voulu dire sur cette question.

Pour vous dire : je conserve encore, dans un tiroir de mon bureau, le principal, celui que j'ouvre tous les jours, deux petits billets du Festival de Bayreuth que j'ai pu voir, en 1978, de Tannhäuser et de Parsifal. (Il y avait aussi le Vaisseau Fantôme, cette année-là, mais je n'avais pas assez de thune et on voulait me l'échanger contre un Rheingold, ou même contre Parsifal, et là, faut pas non plus me prendre pour un con).
NB : à Bayreuth, il y a toujours le Ring, et le reste tourne. L'année suivante, il y avait peut-être les 3 autres, je n'en sais rien : Lohengrin, , Tristan et les Meistersinger. Le reste est négligeable et n'a pas les honneurs de Bayreuth. On joue donc 10 opéras, à Bayreuth.

J'ai aimé Verdi plut tard. Avec une prédilection marquée pour Don Carlo d'abord, et surtout pour Otello.
Falstaff un peu aussi, où il y a des très bonnes choses, mais ce que je trouve bon, ce sont des choses qui me rappellent les Maîtres Chanteurs, ce qui me fait revenir au point initial.

Un petit morceau pour la route ?

http://www.youtube.com/watch?v=OeqHvN5qGFw

Pas la peine de me dire que les chanteurs sont très mauvais, je le sais. (Le ténor n'est d'ailleurs pas mauvais : il est épouvantable).
Aucune importance : Jones était la créature de Chéreau, qui la reconduite parce que c'était la meilleure actrice, qu'elle avait un charisme époustouflant et ébouriffant, même si les moyens vocaux sont très contestables.
Jones, c'est Brunnhilde.
Et même s'ils chantent mal, il reste la musique et il me semble qu'il ne peut y avoir là-dessus aucune contestation.
Normalement, Brunnhilde est ici entourée de feu, ce qui devrait la protéger des ténors ridicules, mais ils nous ont épargné le feu, ici. Pas les mauvais chanteurs. (Vous entendez qu'il vient de franchir un feu pour conquérir la Fille du Ciel, dese Dieux, la Walkyrie soi-même, là ? Vous sentez une force quelconque ? Non, juste de la brutalité, celle d'un type qui n'a pas la voix pour être Siegrfried, il est à chier. A vrai dire, après la question : wer ist der Held, der mich erweckt  ? et sur sa réponse, je m'étonne que Gwyneth ne lui mette pas direct sa main dans la gueule)
Mais, encore une fois, ça ne change rien à la conception musicale

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2004
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par euthyphron le Dim 25 Aoû 2013 - 10:43

Merci pour cette belle vidéo. Au fait, quand est-ce qu'Arte nous rediffuse la tétralogie dont c'est extrait? Avec Boulez à la baguette, pour faire oublier tous les défauts du chant. Tu ne peux pas nier la qualité de la direction de Boulez, n'est-ce pas?

_________________
amicus plato sed magis amica veritas
avatar
euthyphron
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1507
Date d'inscription : 01/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par victor.digiorgi le Dim 25 Aoû 2013 - 15:46

.

C'est aussi l'anniversaire de naissance de Camus, 2013 ...

Le 7 novembre.


------------


« Certains soirs, sur la mer, au pied des montagnes, la nuit tombe sur la courbe parfaite d'une petite baie et, des eaux silencieuses, monte alors une plénitude angoissée.

On peut comprendre en ces lieux que si les Grecs ont touché au désespoir, c'est toujours à travers la beauté...

Nous avons exilé la beauté. Les Grecs avaient pris les armes pour elle... »


Albert Camus
L'exil d'Hélène




-------------








.

_________________
.
.
.
Au nom de l'ART, de la SCIENCE et de la PHILOSOPHIE. (Ainsi soit-il.)
.
.
.
avatar
victor.digiorgi
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 23/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par Courtial le Dim 25 Aoû 2013 - 16:16

Tu ne peux pas nier la qualité de la direction de Boulez, n'est-ce pas?
J'aime bien Boulez, je veux dire ses idées (pas le bonhomme, rarement vu un type aussi antipathique) et il a apporté quelque chose, c'est indéniable. Une forme de dépoussiérage, qui était nécessaire.
Au début, ça s'est plutôt mal passé à Bayreuth (sa version est un live), avec un orchestre qui n'était pas prêt du tout à collaborer. S'il y a plus antipathique au monde, plus encore que Boulez,  c'est bien les pontes de Bayreuth, la Société des Amis de Bayreuth (GFB) et les musiciens, le public, ici encore je vois parfaitement de quoi parle Nietzsche.
Après, tout ce beau monde a fini par s'y faire et comprendre ce qu'il pensait.

Mais le problème, comme tu y fais toi même allusion, c'est qu'il est très difficile depuis très longtemps de trouver des chanteurs qui assurent vraiment dans ce répertoire. L'âge d'or du chant wagnérien étant les années 20 et 30, et un peu au début des années 50 le wagnérien de base se voit vite contraint à aller chercher son bonheur dans des trucs très poussiéreux, non seulement sur le plan musical, mais surtout au plan technique : il faut qu'il se mette au son monophonique (les tentatives pour stéréophoniser ont été des échecs totaux, cf l'horrible version des Meistersinger par Knappertsbusch) et qu'il accepte d'entendre un son souvent franchement dégueu.
Il n'y a qu'un Hans Hotter, un Lauritz Melchior (1), un Max Lorenz, il n'y a qu'une Flagstad,  c'est comme ça, on n'en a pas de rechange.

Pour les conseils discographiques sur le Ring, le meilleur compromis est d'écouter la version de Clemens Krauss, Bayreuth 1953. C'est Hotter qui joue Wotan, je crois que c'est Varnay qui chante Brunnhilde (donc des chanteurs immenses), mais Krauss est un straussien et il dégraisse beaucoup (malheureusement, on a très peu de témoignages de Strauss lui-même, qui était un grand chef dans Wagner et d'ailleurs dans tout ce qu'il touchait), il limite les effets (il n'y a aucune vulgarité), il a un tempo assez rapide, c'est plus audible pour nos critères actuels que Kna ou Keilberth, par exemple.
Et après, il y a les regrets : Furtwängler est mort trop tôt, c'est ça, le drame.  Il a fait ce qu'il a pu (et il pouvait beaucoup) avec ce qu'on lui a donné, mais il n'a pas bénéficié des conditions optimales pour faire quelque chose à sa mesure.
J'avais lu à l'époque une interview de Boulez où on lui demandait s'il avait écouté les grandes versions de ses prédecesseurs (Furt, Kna, Karajan, Solti).
Il avait répondu : le moins possible. Je ne possède que la version de Furtwängler. (A mon grand desespoir, il ne disait pas laquelle : il y a celle de la RAI et celle de la Scala). Donc : intolérant, antipathique, pontifiant, désagréable,  mais pas con, le mec...

(1) Il est impossible d'entendre, depuis 50 ans, quelqu'un qui chante comme ça :

http://www.youtube.com/watch?v=z8CYkkgFzG4

Et encore, j'ai mis là quelque chose d'assez facile à chanter. Timbre magnifique, articulation parfaite (on comprend tout ce qu'il chante), il chante piano (il ne hurle pas, c'est aussi vrai quand il doit passer "au dessus" de 120 musiciens déchaînés, dans des passages fortissimo, vaillance absolue du Heldentenor dans l'aigu (il n'attaque pas la note en dessous comme le font ceux qui n'ont pas les moyens du rôle)

Si vous n'avez qu'un disque, un seul de Wagner à mettre dans votre discothèque, il vous faut l'enregistrement de Vienne, 1935 d'où est extrait ce petit morceau : direction de Bruno Walter, La Walkyrie, acte I. La fille qui fait Sieglinde, Lotte Lehmann (tiens, encore une straussienne), est sublime.
J'ai coutume de dire à ceux qui me disent qu'ils n'aiment pas Wagner : écoutez cela, si vous n'aimez pas, vous avez le droit de dire que vous n'aimez pas Wagner.


Dernière édition par Courtial le Dim 25 Aoû 2013 - 16:35, édité 1 fois

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2004
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par euthyphron le Dim 25 Aoû 2013 - 16:26

J'ai personnellement un gros faible pour Boehm 1966, en attendant un jour de découvrir Karajan en studio, dont je n'ai jamais entendu dire que du bien. La version Krauss, je l'ai aussi, dans un son un peu pourri. Elle est parfois indépassable, mais faiblit sur la fin, donc dans le Crépuscule des Dieux.
Sinon, dans les versions récentes, je suis très satisfait du Lohengrin d'Abbado.

_________________
amicus plato sed magis amica veritas
avatar
euthyphron
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1507
Date d'inscription : 01/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par Courtial le Dim 25 Aoû 2013 - 16:54

euthyphron a écrit:J'ai personnellement un gros faible pour Boehm 1966, en attendant un jour de découvrir Karajan en studio, dont je n'ai jamais entendu dire que du bien. La version Krauss, je l'ai aussi, dans un son un peu pourri. Elle est parfois indépassable, mais faiblit sur la fin, donc dans le Crépuscule des Dieux.
Sinon, dans les versions récentes, je suis très satisfait du Lohengrin d'Abbado.
C'est avec Domingo, non ? Bonne idée. Il a chanté Siegmund aussi. Et Walther (Meistersinger) aussi Très bon chanteur et un type intelligent, il ne s'est pas mis en tête de chanter Siegfried rien que pour se faire du pognon, c'est un vrai musicien, pas un escroc, et j'adore Abbado. Très fin, assez analytique mais sans faire chier parce que c'est associé à un vrai sens musical. Je l'ai pris parfois en train de faire du "beau son", mais pas souvent.

Faut écouter la version de Karajan. C'était aussi dans la logique du "dépoussiérage" que j'évoquais plus haut. Mais cela me paraît parfois un peu arbitraire. Mais je n'ai bien écouté que Rheingold et Die Walküre. Le prélude, dans l'Or du Rhin est très étonnant, et plus encore celui de la Walkyrie. Lui, il avait tous les moyens, les moyens illimités. Furtwängler, c'était un prince, lui, c'est un milliardaire...

Boehm, oui, c'est bien. Dans le passage que j'ai posté (Heil dir Sonne, Heil dir Licht), (Crépuscule, acte III) ce que fait Boehm, sa manière de jouer "tiré" à l'extrême (schleppend) est absolument magnifique et n'a rien à voir avec la direction pourrie que j'ai citée.
(Pour info, chez les ayatollahs que j'ai fréquentés pendant tant d'années, et dont j'ai fait moi-même partie, faut avouer, Boehm n'est pas aimé. On le trouve lourd et "bourgeois").

Mais dis moi (attention attention : vanne), tu as une prédilection pour les salauds ? On ne fait pas de bonne musique avec des bons sentiments, c'est ça ?
Parce que c'était quand même une belle ordure, l'ami Carlito. On a reproché à Karajan comme à Furtwängler leur attitude pendant le nazisme (alors qu'il n'y avait là qu'un opportuniste d'un côté, et une vieille buse politique de l'autre, ni l'un ni l'autre enthousiasmés par le nouveau régime), mais on a toujours respecté un silence suspect sur le comportement tout à fait dégueulasse de Boehm, à cette époque.

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2004
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par Courtial le Dim 25 Aoû 2013 - 17:04

victor.digiorgi a écrit:.

C'est aussi l'anniversaire de naissance de Camus, 2013 ...

Le 7 novembre.


------------


« Certains soirs, sur la mer, au pied des montagnes, la nuit tombe sur la courbe parfaite d'une petite baie et, des eaux silencieuses, monte alors une plénitude angoissée.

On peut comprendre en ces lieux que si les Grecs ont touché au désespoir, c'est toujours à travers la beauté...

Nous avons exilé la beauté. Les Grecs avaient pris les armes pour elle... »


Albert Camus
L'exil d'Hélène




-------------








.
En effet. Il n'y a pas grand chose d'un peu solide là-dessus.
Même sentiment avec Trenet (né en 1913 aussi), sur lequel je m'attendais à ce que ça bouge un peu plus.

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2004
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par Courtial le Dim 25 Aoû 2013 - 17:42

Faut écouter la version de Karajan. C'était aussi dans la logique du "dépoussiérage" que j'évoquais plus haut. Mais cela me paraît parfois un peu arbitraire. Mais je n'ai bien écouté que Rheingold et Die Walküre. Le prélude, dans l'Or du Rhin est très étonnant, et plus encore celui de la Walkyrie. Lui, il avait tous les moyens, les moyens illimités. Furtwängler, c'était un prince, lui, c'est un milliardaire...
Oublié de dire que Karajan a été tout à fait partie prenante (bien avant son enregistrement de studio) dans le Nouveau Bayreuth, à la réouverture en 1951, avec Wieland Wagner, etc.
Je ne sais pas si l'on trouve encore son enregistrement live de 1951 de Siegfried (le reste est perdu. Testament avait annoncé un Crépuscule -ils ont publié celui de Kna dans un très bon son, ils le jouaient en alternance avec Karajan -  mais je ne l'ai pas vu, ils ont peut-être renoncé, je ne sais pas).
Le Siegfried, je l'ai en disque noir. Magnifique interprétation. Malheureusement, le ténor (Aldenhoff) est absolument épouvantable, le plus immonde de toute la discographie. Ce qu'il fait me fait douter de mes positions politiques humanitaires,  contre la peine de mort, etc...

J'ai en revanche été déçu par son Tristan de 1952, que les critiques portent aux nues. Le ténor, Vinay, a beaucoup de moyens, il est dans la tradition un peu barytonnante du ténor wagnérien, il attaque la note (et pas "en dessous") comme les vrais chanteurs (italiens), mais il a quand même un timbre ingrat.

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2004
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par victor.digiorgi le Dim 25 Aoû 2013 - 18:01

Courtial a écrit:
victor.digiorgi a écrit:.

C'est aussi l'anniversaire de naissance de Camus, 2013 ...

Le 7 novembre.


------------


« Certains soirs, sur la mer, au pied des montagnes, la nuit tombe sur la courbe parfaite d'une petite baie et, des eaux silencieuses, monte alors une plénitude angoissée.

On peut comprendre en ces lieux que si les Grecs ont touché au désespoir, c'est toujours à travers la beauté...

Nous avons exilé la beauté. Les Grecs avaient pris les armes pour elle... »


Albert Camus
L'exil d'Hélène




-------------








.
En effet. Il n'y a pas grand chose d'un peu solide là-dessus.
Même sentiment avec Trenet (né en 1913 aussi), sur lequel je m'attendais à ce que ça bouge un peu plus.
Je pense que pour Trenet, ça a mille fois plus bougé en Amérique du Nord francophone (Louisianne, Québec, Nouveau-Brunswick, Ontario, Manitoba) que dans toute la francophonie européenne. Je n'en ai pas parlé parce que nous sommes ici sur un forum de philosophie et que Trenet n'est pas un philosophe, alors que Camus en est un, et que, par ailleurs, qui sait, peut-être, Verdi et Wagner en sont, moi, je ne sais pas ...

Côté Camus, par contre, je pense que ça ne bouge pas trop nulle part dans le monde.

Même pas sur les forums de philosophie des deux côtés de l'Atlantique.

Bien dommage.

Mais je crois qu'ils organisent un petit quelque chose en Norvège.

Quelle misère ! ...

.

_________________
.
.
.
Au nom de l'ART, de la SCIENCE et de la PHILOSOPHIE. (Ainsi soit-il.)
.
.
.
avatar
victor.digiorgi
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 23/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par neopilina le Dim 25 Aoû 2013 - 21:03

Victor a écrit : " Je n'en ai pas parlé parce que nous sommes ici sur un forum de philosophie ... "

T'as mal lu le menu. Dans au moins la moitié de celui-ci tu pourrais ouvrir un sujet à propos de Camus.
J'ai entamé une profonde réflexion sur le troll. Pathologie qui peut effectivement m'affecter, travers que j'essaye de corriger. Par exemple en ne postant pas ici ( Ah les mots ... ). Comment reconnait t-on le troll pathologique ? Hé ben lui, il essaye pas de se tenir à l'oeil. Chez lui c'est tellement étouffant, qu'il va troller, etc.
De façon générale en respectant le format, le cadre, les choix éditoriaux, ... les autres.
Bon, je vais commencer par arrêter de troller ce sujet. " Ne fais pas aux ... etc ".

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4331
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par Courtial le Dim 25 Aoû 2013 - 21:17

J
e pense que pour Trenet, ça a mille fois plus bougé en Amérique du Nord francophone (Louisianne, Québec, Nouveau-Brunswick, Ontario, Manitoba) que dans toute la francophonie européenne. Je n'en ai pas parlé parce que nous sommes ici sur un forum de philosophie et que Trenet n'est pas un philosophe, alors que Camus en est un, et que, par ailleurs, qui sait, peut-être, Verdi et Wagner en sont, moi, je ne sais pas
Bah, à vrai dire, il y a une section "musique" dans le forum, ce qui autorise à parler de musiciens comme Verdi ou comme Trenet. J'aime bien Trenet et je le connais assez bien, je suis tout à fait prêt, et cela m'étonnerait que je sois le seul, à en discuter ici. On ne l'a pas mis dans la section des "grands" philosophes entre Kant et Nietzsche, mais il y a d'autres sections.

Considère aussi le fait que ce forum n'est pas un forum de philosophie. Il s'appelle "Digression", et pas "philotrucmuche" ou "philomachin".
Ce qui est vrai, c'est que ce forum, qui était plutôt "sciences humaines" dans un sens très ouvert, a viré (par "ma faute" aussi, ceci faisant partie de ce que j'explique) plus philo.

Mais si tu veux exposer un problème de linguistique ou d'anthropologie sans le voir sous l'angle philosophique, tu es parfaitement fondé à le faire sur les sections dédiées.
Mais il arrivera très probablement que ce sont des philosophes qui te répondront et voudront discuter avec toi. Et à cela, je ne vois pas très bien ce qu'on peut faire...

Et moi, tout cela m'enchante. Ce qui m'a très vite plu, avec la philosophie (autre façon de répondre au fil sur : pourquoi vous faîtes de la philo), c'est que je pouvais pratiquer ce genre de discipline sans renoncer en rien à tout ce qui m'intéressais, c'est-à-dire à peu près tout.
Je pouvais très bien passer ma vie au cinéma et (sans me prendre non plus pour Deleuze) faire de la philosophie. Ou passer une demi-journée à réparer avec des amis la boîte de vitesses de ma bagnole et apprendre des tas de choses. Ca m'évitait complètement l'angoisse de "perdre du temps" (qui est une connerie, hein, mais on a, ou plutôt j'ai dans la tête des tas de conneries). Et je n'avais aucun mal à écouter, jusqu'à m'en saoûler, Trenet, Aznavour ou Brel.

Et je n'ai jamais eu besoin d'Héraclite pour comprendre tout seul que les Dieux sont aussi dans la cuisine.

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2004
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par Courtial le Dim 25 Aoû 2013 - 22:15

Très joli document et ô combien émouvant.

http://www.youtube.com/watch?v=XRXJyw200TI
(Brassens à 3')

Brassens connaît mieux Trenet que Trenet.
Il a toujours son regard à me faire devenir pédé, mais là il y a en plus le regard du gamin devant son idole.

Question au passage : vous expliquez comment que les plus grands auteurs de la chanson française soient souvent des types du sud, comme Trenet, Brassens, Nougaro, Ferré et bien d'autres ?

Un des aspects rigolos (par exemple, ici, les "poils du duc"), c'est la jonglerie permanente de Trenet, autant avec les notes qu'avec les mots.
C'est un recueil de contrepètries, de petits décalages et rigolades un peu cachées (dans un esprit infiniment moins "littéraire" que celui de Brassens, où le sous-texte et les allusions renvoient pratiquement systématiquement à des oeuvres, que Brassens a lues et aimées. Quand il dit "je suis hanté, le rut, le rut le rut le rut", c'est drôle en soi, mais plus si on a lu Mallarmé, ou quand il dit "le presbytère, sans la latin, a perdu de son charme", c'est plus rigolo si on connaît Leroux : "le presbytère n'a rien perdu de son charme, ni le jardin de son éclat").

Cette anecdote est peut-être très connue, je vous la cite tout de même.
Trenet était absolument et totalement homo. Il a vécu, paraît-il, un ébranlement charnel intense avec un type qui s'appellait André. C'était la vraie folie sexuelle, ils tiraient des coups dans tous les sens et tout le temps.
Il a fait un énorme succès, à cette époque, avec la chanson : Je t'attendrais à la porte du garage (je tâte André à la porte du garage).

Nota : il y a une erreur dans la suite, jamais rectifiée, je ne sais pour quoi : Trenet chante que "toute la nuit, le moteur vrombrira" ("le lendemain, sur la route de Narbonne/toute la nuit, le moteur vrombrira).
C'est une faute de français : le moteur vrombit, il ne vrombrit pas.

Dernière chose : nul n'a jamais vu les Tours de Carcasonne à partir de Barbeyrat. (Toute la nuit, le moteur vrombrira, ça je l'ai dit, mais la suite est : Et nous verrons les Tours de Carcassonneu/ Se profiler à l'horizon de Barbeyrat). Mais personne n'a jamais vu les tours de Carcassonne se profiler à l'horizon de Barbeyrat, et ceci parce qu'à Barbeyrat, il n'y a aucun profil ni aucun horizon qui fait voir les Tours de Carcassonne.
(Elles sont superbes et c'est une belle visite, allez-y. Mais vous ne les verrez jamais "se profiler à l'horizon de Barbeyrat").

(Je comprends mieux pourquoi ma femme m'a quitté, en y réfléchissant. Discourir sur Cioran, c'est une chose, la forcer à arrêter la bagnole parce que l'on passe à Barbeyrat et que je veux absolument voir les Tours de Carcassonne qui se profilent, je conçois que cela puisse faire un petit peu chier)

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2004
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par neopilina le Dim 25 Aoû 2013 - 23:01

O.K. , de Barbeyrat on ne voit pas les tours de la citadelle, O.K., Trenet le savait ( ? ), O.K. Courtial est suffisamment chiant pour demander à sa femme de s'arrêter à Barbeyrat pour vérifier ( J'ai fait pire, dans le genre lubie masculino-intellectuelle, en fait si elle n'exige pas de se faire photographier devant une certaine gendarmerie, nos vacances ne sont faites que de mes lubies, faudra que je songe à partager ... ), après, désolé, tu éludes, on reste sur notre faim, comptablement dit. Bah si.

Bon, Trenet savait que ... , alors pourquoi il le dit ?

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4331
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par Courtial le Dim 25 Aoû 2013 - 23:50

Pourquoi il le dit ?
Ben parce que c'était un poète.
Il n'y a pas là le moindre mystère, c'est juste la poésie.

Brassens en faisait encore plus.
Le Forestier, qui connaissait un peu Püppchen (la femme de Brassens) disait que Brassens (qui ne vivait pas avec elle) était tout de même content, quand il venait la visiter, que la soupe soit prête, et qu'il y ait de quoi manger, et toujours Le Forestier dixit, Püppchen réputait la non-demande comme de "la littérature".

La non-demande, c'est cela :
Ca commence très fort, très très fort :

Ma mie de grâce ne mettons
Pas sous la gorge à Cupidon
Sa propre flèche...

http://search.yahoo.com/search?ei=utf-8&fr=aaplw&p=la+non+demande+en+mariage

Ou encore :
A aucun prix moi je ne veux
Effeuiller dans le pot-au-feu
La marguerite...

Ou aussi :
Il peut sembler de tout repos
De mettre à l'ombre au fond d'un pot
De confiture....


Dernière édition par Courtial le Lun 26 Aoû 2013 - 0:14, édité 1 fois

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2004
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par victor.digiorgi le Lun 26 Aoû 2013 - 0:12

neopilina a écrit:Victor a écrit : "  Je n'en ai pas parlé parce que nous sommes ici sur un forum de philosophie ... "
Interprète ça comme ça, si tu veux. « L'envie de parler de Trenet ne m'est pas venue à l'esprit à cause du contexte philosophique qu'on pouvait imaginer autour de Verdi et Wagner. »

.

_________________
.
.
.
Au nom de l'ART, de la SCIENCE et de la PHILOSOPHIE. (Ainsi soit-il.)
.
.
.
avatar
victor.digiorgi
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 23/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par neopilina le Lun 26 Aoû 2013 - 0:19

Je n'y connais rien à Wagner, Verdi, et Trenet. Donc, pas de Neo. Mais j'apprécie suffisamment ce forum, pour bien en connaître le menu, la ligne, etc.
Je ne me suis pas gêné pour ouvrir un " Russ Meyer ", un " Sade ", un " Zénon ", etc, Wink .

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4331
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par victor.digiorgi le Lun 26 Aoû 2013 - 0:23

Courtial a écrit: Considère aussi le fait que ce forum n'est pas un forum de philosophie. Il s'appelle "Digression", et pas "philotrucmuche" ou "philomachin".
Écoute, commence pas à faire chier, Courtial (prends ça sur le ton ironique mais amical que je veux y mettre).

Et regarde les noms qui s'affichent en arrière plan, sur l'écran de Digression.

.

_________________
.
.
.
Au nom de l'ART, de la SCIENCE et de la PHILOSOPHIE. (Ainsi soit-il.)
.
.
.
avatar
victor.digiorgi
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 23/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par neopilina le Lun 26 Aoû 2013 - 0:31

Détendez-vous les couillus !

Bah vi les noms , mais " Digression " quand même,  'tain, il est le smiley " Peace and love " !?
Rhoooo, les vieux, de vrais gosses; faut tout faire tout seul,  .

Bonne nuitée, moi, j'y go !

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4331
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par victor.digiorgi le Lun 26 Aoû 2013 - 1:00

.

Les vieux, s'ils ne s'entraînent pas un peu à la rhétorique et à l'écriture, leur carcasse neuronale se délabre vite ...

Mais il leur faut marcher aussi, comme disait le camarade Nietzsche. Ça fait mieux fonctionner le machin de leur machine désirante.

l

_________________
.
.
.
Au nom de l'ART, de la SCIENCE et de la PHILOSOPHIE. (Ainsi soit-il.)
.
.
.
avatar
victor.digiorgi
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 23/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par Courtial le Lun 26 Aoû 2013 - 2:52

Mais moi, je me tue à te dire que la philosophie, c'est pas imaginer un contexte. Ca a quel intérêt, d'imaginer des contextes ?
Quand on écoute la Traviata, on n'imagine pas des contextes, on écoute Verdi.  Et quand on écoute du Wagner, on écoute Wagner.
Ce qui est déjà très suffisant et ne nécessite nullement la charge d'imaginer des contextes.
C'est pas genre imaginer des contextes pour "faire philosophique", ça ne marche pas comme ça. C'est la pire manière de le comprendre, l'assurance définitive qu'on ne comprendra rien. Faut écouter Verdi d'abord. Si ça t'emmerde parce que ça fait pas "philosophique", j'en suis désolé, mais il n'y aura rien de mieux en imaginant des contextes.

Ce ne sont pas des questions d'imaginations de contextes, c'est juste de l'attention.
C'est quand même bizarre qu'un nietzschéen comme toi ne le comprenne pas.
Gib Acht, mon pote : fais plus attention, écoute, regarde :

O Mensch, gib Acht !
Was spricht die tiefe Mitternacht !
Ich schlief, Ich schlief
Aus tiefem Traum bin Ich erwacht
Die Welt ist tief
Und tiefer noch als Tag gedacht!
Tief ist ihr Weh
(là je ne me souviens plus, je cite de mémoire : und tiefer noch als Herzeleid ? un truc dans ce genre : la souffrance du coeur, la véritable souffrance du coeur, les plaies, les vraies plaies,  est ou sont moins profonde (s) que la nuit)
Weh spricht vergeh'
Doch alle Lust will Ewigkeit
Will tiefe, tiefe Ewigkeit !

Toi, tu as plutôt retenu Ich schlief, Ich schlief (je dormais, je dormais) ou je me gourre ? Et le "aus tiefem Traum bin Ich erwacht" (je suis réveillé d'un profond rêve, mais la formulation, avec "aus", peut vouloir dire que je suis éveillé à partir de mon rêve, que c'est de lui-même que je tire mon éveil, "aus" a le sens d'une provenance), tu n'as pas trop connu ni pratiqué, ou alors, une fois de plus je me gourre ?

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2004
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par victor.digiorgi le Lun 26 Aoû 2013 - 10:52

Courtial a écrit:Faut écouter Verdi d'abord. Si ça t'emmerde parce que ça fait pas "philosophique", j'en suis désolé,
À qui tu t'adresses, là ? À moi ? Tu dérailles ou quoi ?

.

_________________
.
.
.
Au nom de l'ART, de la SCIENCE et de la PHILOSOPHIE. (Ainsi soit-il.)
.
.
.
avatar
victor.digiorgi
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 23/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par Courtial le Jeu 29 Aoû 2013 - 21:11

Au vrai, je plaisantais grassement.
N'est pas ce que j'ai fait de mieux.

A ne pas retenir dans mon best off

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2004
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par neopilina le Sam 31 Aoû 2013 - 0:34

J'ai lu avec intérêt : j'aime bien m'instruire.
Mais bon, c'est vrai, à la fin tu claques des couches, genre expert qui assène.

Je te montre, je m'ennuie et je suis de bonne humeur !

Je t'ai parlé de la géométrie de la voie au fait ?
Tiens une courbe, sur le papier facile, mais essayes de faire rouler un train dessus !
Dans le coeur de courbe l'écart de devers, la différence de hauteur entre les deux files de rails est constante, mais il y a une entrée et une sortie de courbe où le dit devers va croitre de 0 au coeur de courbe puis décroitre pour retourner à 0. Eh ben l'entrée et la sortie, et vice versa, ça dépend dans quel sens tu viens, qui peuvent ne pas être égaux, à cause du terrain par exemple, la pente, etc, ça s'appelle un raccordement parabolique. J'aime bien la géométrie, .

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4331
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par victor.digiorgi le Sam 31 Aoû 2013 - 1:07

.

Surtout qu'en plus, il faut bien calculer la résistance en traction des traverses reliant les deux rails entre eux, pour que, lorsque la force centrifuge du train roulant dans la courbe pousse le rail extérieur à la courbe vers l'extérieur de cette courbe, cette traverse tire bien sur le rail intérieur à la courbe pour conserver intacte au quart de millimètre la distance séparant les rails et empêcher en conséquence le train de dérailler à la suite d'un enfoncement des bogies entre les deux rails.

J'aime bien la mécanique et les trains ...

Surtout qu'entre Paris et Venise, dans l'Orient Express, tu peux écouter un allegro de Vivaldi pour rythmer ta cadence sexuelle lors d'une levrette offerte à une femme regardant par la fenêtre de ton wagon-couchette les Alpes défiler vers le nord alors que vous allez tous les deux vers le sud en vertu d'un relativisme des points de vue ne devant rien à l'Esthétique de Hegel.

.

_________________
.
.
.
Au nom de l'ART, de la SCIENCE et de la PHILOSOPHIE. (Ainsi soit-il.)
.
.
.
avatar
victor.digiorgi
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 23/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par neopilina le Sam 31 Aoû 2013 - 1:19

Victor a écrit : " Surtout qu'entre Paris et Venise, dans l'Orient Express, tu peux écouter un allegro de Vivaldi pour rythmer ta cadence sexuelle lors d'une levrette offerte à une femme regardant par la fenêtre de ton wagon-couchette les Alpes défiler vers le nord alors que vous allez tous les deux vers le sud en vertu d'un relativisme des points de vue ne devant rien à l'Esthétique de Hegel ".

Joli !  Franchement mieux que le devers de courbe ! La zik, tout hein, j'y go, obligations " demain ",  .

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4331
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Verdi et Wagner, anniversaire

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum