Apologie de Michel Onfray

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Page 4 sur 11 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par neopilina le Lun 1 Juil 2013 - 14:15

Je l'ai relu deux fois ... Si on s'en tient à ce texte, je me revendique comme libertaire. Enragé, forcené, ce pourquoi j'ai beaucoup sacrifié, etc. Et même si on ne le dit jamais, ON le " sait ", le sent, et nous le fait toujours payer.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4314
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par Philosophos le Lun 1 Juil 2013 - 14:37

neopilina a écrit:Je l'ai relu deux fois ... Si on s'en tient à ce texte, je me revendique comme libertaire. Enragé, forcené, ce pourquoi j'ai beaucoup sacrifié, etc. Et même si on ne le dit jamais, ON le " sait ", le sent, et nous le fait toujours payer.
Cela me semble normal, je sais que tu es de gauche, et pas de la gauche bobo-caviar. Or, Onfray ne cesse de dire que les politiques de gauche ne sont pas assez à gauche.


victor.digiorgi a écrit:.

Je ne crois pas qu'Onfray dise que Nietzsche est libertaire.

Ce qu'il dit, c'est que Nietzsche est dans l'arbre généalogique du libertaire, sous-entendu d'Onfray.

Je ne vois donc pas de récupération. Je vois par contre de la part d'Onfray une sélection dans Nietzsche de caractères fondamentaux pouvant établir un cheminement particulier, et forcément différent de celui de Nietzsche.

.

Où alors, il faudrait que tu m'expliques ...

.
A mon avis, il n'y a rien de libertaire chez Nietzsche (sa philosophie politique a l'épaisseur d'un trait). Mais je suis d'accord avec toi si on dit que la philosophie d'Onfray est "librement inspirée" de Nietzsche (et d'autres : Epicure, Montaigne, Stirner, Thoreau, Proudhon...).

Malgré tout, Onfray revendique un Nietzsche libertaire. Voici la partie qui est intitulée "Nietzsche libertaire" sur le CD d'Onfray consacré à Nietzsche :

D./ L’ANTICAPITALISME NIETZSCHÉEN

1872, Naissance de la tragédie :
«  La division du travail est le principe de la barbarie »

1873, Considérations intempestives (1) :
« La machine broie les os des ouvriers »
« Les mots d’usine, de marché du travail, d’offre et de demande, de productivité (relèvent) du jargon des négriers et des employeurs »

1879-1880, Voyageur (§.285) :
Propose :
L'accès de la petite fortune à tous
Empêcher l’enrichissement facile et subit
Nationaliser les « branches de transport et du commerce qui favorisent l’accumulation des grandes fortunes, donc avant tout le trafic d’argent ».
Diminuer les trop grandes richesses, un danger pour la sécurité publique
Diminuer l’extrême pauvreté, même risque…

1880, Aurore (§.206) :
Invite la classe ouvrière à se déclarer « impossibilité humaine en tant que classe »
Propose pour ce faire de lutter « contre la machine et le capital »
Puis de refuser de se faire l’esclave de l’Etat capitaliste autant que d’un Parti révolutionnaire
Une augmentation de salaire ou une révolution dans laquelle le travail resterait le même sont à refuser

C'est de bonne guerre entre philosophes, mais Onfray triche en choisissant le Nietzsche de l'époque d'Aurore, oubliant ce qu'a écrit le même Nietzsche sur les masses ouvrières dans le Crépuscule des idoles :

La question ouvrière. — C’est la bêtise, ou plutôt la dégénérescence de l’instinct que l’on retrouve au fond de toutes les bêtises, qui fait qu’il y ait une question ouvrière. Il y a certaines choses sur lesquelles on ne pose pas de questions : premier impératif de l’instinct. — Je ne vois absolument pas ce qu’on veut faire de l’ouvrier européen après avoir fait de lui une question. Il se trouve en beaucoup trop bonne posture pour ne point « questionner » toujours davantage, et avec toujours plus d’outrecuidance.
En fin de compte, il a le grand nombre pour lui. Il faut complètement renoncer à l’espoir de voir se développer une espèce d’homme modeste et frugale, une classe qui répondrait au type du Chinois : et cela eût été raisonnable, et aurait simplement répondu à une nécessité.
Qu’a-t-on fait ? — Tout pour anéantir en son germe la condition même d’un pareil état de choses, — avec une impardonnable étourderie on a détruit dans leurs germes les instincts qui rendent les travailleurs possibles comme classe, qui leur feraient admettre à eux-mêmes cette possibilité.
On a rendu l’ouvrier apte au service militaire, on lui a donné le droit de coalition, le droit de vote politique : quoi d’étonnant si son existence lui apparaît aujourd’hui déjà comme une calamité (pour parler la langue de la morale, comme une injustice —) ?
Mais que veut-on ? je le demande encore. Si l’on veut atteindre un but, on doit en vouloir aussi les moyens : si l’on veut des esclaves, on est fou de leur accorder ce qui en fait des maîtres. —
Autrement dit, il fallait laisser se constituer les ouvriers en tant que classe d'esclaves pour qu'ils ne se posent plus la question de l'ascension sociale.

_________________
La philosophie, l'art et la religion existent parce que la mort oblige les hommes à inventer des parades pour ne pas avoir à succomber et à trembler d'effroi devant elle. (Michel Onfray)

Philosophos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.michelonfray.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par neopilina le Lun 1 Juil 2013 - 17:54

Petite précision à toute berzingue : je vote à gauche par défaut, je ne saurais être réduit à cela ( Ce que tu n'as pas dit Philosophos. ), je suis un humaniste, un progressiste.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4314
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par Philosophos le Lun 1 Juil 2013 - 18:06

neopilina a écrit:Je suis un humaniste, un progressiste.
Qui à gauche ne l'est pas ?

PS (Post Scriptum, pour éviter le jeu de mots avec PS) : On peut être de gauche sans voter, la preuve avec Onfray.

_________________
La philosophie, l'art et la religion existent parce que la mort oblige les hommes à inventer des parades pour ne pas avoir à succomber et à trembler d'effroi devant elle. (Michel Onfray)

Philosophos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.michelonfray.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par neopilina le Lun 1 Juil 2013 - 19:32

Ha non ! Philosophos, ne faites pas l'enfant ! On ne vous croira pas : à gauche aussi il y a de sinistres personnages, vous le savez bien.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4314
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par Philosophos le Lun 1 Juil 2013 - 19:38

neopilina a écrit:Ha non ! Philosophos, ne faites pas l'enfant ! On ne vous croira pas : à gauche aussi il y a de sinistres personnages, vous le savez bien.
Il faut aller chercher bien bien à gauche, quand même ! En France, même Mélenchon est progressiste et humaniste. Alors qui ? Les nostalgiques du goulag ? Où et qui sont-ils ?

_________________
La philosophie, l'art et la religion existent parce que la mort oblige les hommes à inventer des parades pour ne pas avoir à succomber et à trembler d'effroi devant elle. (Michel Onfray)

Philosophos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.michelonfray.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par neopilina le Lun 1 Juil 2013 - 19:43

Mais toute la palette de gauche a ses vilains canards. Je ne dis pas de nom, je vais avoir un coup de sang ! J'ai vouvoyé pour la forme ! afro  .

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4314
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par Philosophos le Lun 1 Juil 2013 - 19:51

On peut être violent pour défendre le progrès et l'humanisme, certes, ou nostalgique de Staline, mais de toute façon, quelques cas ne font pas une majorité. A droite, on est en général conservateur et autoritaire, à gauche progressiste et humaniste. Il n'y a pas d'erreur possible. Je sais que je suis à gauche de façon presque instinctive, et pourtant, je hais le niais angélisme gauchiste du "tout le monde il est beau et gentil", mais je hais encore plus l'autoritarisme. Servir ou être servi est tout aussi méprisable. Je me retrouve parfaitement chez Onfray quand il dit cela, à la suite de Nietzsche.

_________________
La philosophie, l'art et la religion existent parce que la mort oblige les hommes à inventer des parades pour ne pas avoir à succomber et à trembler d'effroi devant elle. (Michel Onfray)

Philosophos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.michelonfray.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par victor.digiorgi le Lun 1 Juil 2013 - 22:13

Philosophos a écrit:
La question ouvrière. — C’est la bêtise, ou plutôt la dégénérescence de l’instinct que l’on retrouve au fond de toutes les bêtises, qui fait qu’il y ait une question ouvrière. Il y a certaines choses sur lesquelles on ne pose pas de questions : premier impératif de l’instinct. — Je ne vois absolument pas ce qu’on veut faire de l’ouvrier européen après avoir fait de lui une question. Il se trouve en beaucoup trop bonne posture pour ne point « questionner » toujours davantage, et avec toujours plus d’outrecuidance.
En fin de compte, il a le grand nombre pour lui. Il faut complètement renoncer à l’espoir de voir se développer une espèce d’homme modeste et frugale, une classe qui répondrait au type du Chinois : et cela eût été raisonnable, et aurait simplement répondu à une nécessité.
Qu’a-t-on fait ? — Tout pour anéantir en son germe la condition même d’un pareil état de choses, — avec une impardonnable étourderie on a détruit dans leurs germes les instincts qui rendent les travailleurs possibles comme classe, qui leur feraient admettre à eux-mêmes cette possibilité.
On a rendu l’ouvrier apte au service militaire, on lui a donné le droit de coalition, le droit de vote politique : quoi d’étonnant si son existence lui apparaît aujourd’hui déjà comme une calamité (pour parler la langue de la morale, comme une injustice —) ?
Mais que veut-on ? je le demande encore. Si l’on veut atteindre un but, on doit en vouloir aussi les moyens : si l’on veut des esclaves, on est fou de leur accorder ce qui en fait des maîtres. —
Autrement dit, il fallait laisser se constituer les ouvriers en tant que classe d'esclaves pour qu'ils ne se posent plus la question de l'ascension sociale.

Je t'avouerais que ce passage de Nietzshce m'a pas mal travaillé. Il m'a fait prendre conscience (à tort ou à raison, je ne sais pas...) de deux états particuliers caractérisant l'ouvrier.

Le premier, et le plus visible, c'est celui de la masse moutonnière, mais vue sous l'angle de la difficulté de s'échapper d'un déterminisme presque absolu voulant que lorsqu'on est ouvrier d'usine, on le reste pour la vie, et que donc on est forcé d'être éternellement le mouton du berger, qui est le patron des machines en tant que possédant de la bergerie.

Le second, c'est celui de la noblesse des ouvriers du genre des compagnons du tour de France, qui cultivent leur métier en vue de devenir un des meilleurs ouvriers de France, sinon LE meilleur.

Cela dit, Onfray retient en Nietzshce une chose fondamentale, à savoir que toute la pensée et tout le système du philosophe, c'est la confession du philosophe, et que lorsque celui-ci parle, c'est toujours sa corporéité qui s'exprime.

Or, si nous en croyons le fils Onfray, toute la trame de la vie du père Onfray est tissée d'un état double permanent, à savoir celui du mouton forcé d'aller au champ pour nourrir sa famille sur le modèle de l'ouvrier d'usine se tuant à petit feu pour le bien d'un possédant et celui de l'artisan aimant son travail jusqu'à en continuer les modalités en homme libre de cultiver la terre selon sa propre volonté dans son propre verger.

Et si par ailleurs nous en croyons le philosophe Onfray, sa vie est elle aussi tissée sur un état double, à savoir celui du travailleur de force travaillant dur dans une usine où il a vu des gens traités comme quantités plus négligeables que des bêtes à cornes (Simone Weil n'est pas loin, dans les usines Renault) et aussi du fonctionnaire d'État confronté à la bêtise de toutes les polices virtuelles de l'enseignement officiel, d'une part, et d'autre part l'état d'artisan que confère le métier d'écrivain à succès libre de choisir son ou ses éditeurs.

Vu sous l'angle d'une psychologie, ou même d'une psychanalyse, on ne peut pas dire qu'Onfray triche vis-à-vis de lui-même et donc de sa corporéité, qu'il place tout entière et sans voile dans toutes ses pensées et toutes ses actions.

Mais cela implique que le texte de Nietzshce sur la question ouvrière ne peut pas être approuvé sans condition par Onfray.

Car, et en résumé, si le fait d'être nietzschéen consiste à philosopher en admettant qu'on ne fait en réalité que se confesser sur sa propre vie, et que ça consiste par ailleurs à examiner ce que propose Nietzsche sans en devenir le clone, comme le dit Nietzsche lui-même en affirmant clairement qu'il n'indique aucun chemin à suivre et qu'il ne fait que parler du chemin qu'il a suivi, lui, et lui seul, alors on ne peut pas dire qu'Onfray trahit Nietzsche, il me semble.

.
.
.

_________________
.
.
.
Au nom de l'ART, de la SCIENCE et de la PHILOSOPHIE. (Ainsi soit-il.)
.
.
.
avatar
victor.digiorgi
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 23/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par victor.digiorgi le Lun 1 Juil 2013 - 22:21

Philosophos a écrit:On peut être violent pour défendre le progrès et l'humanisme, certes, ou nostalgique de Staline, mais de toute façon, quelques cas ne font pas une majorité. A droite, on est en général conservateur et autoritaire, à gauche progressiste et humaniste. Il n'y a pas d'erreur possible. Je sais que je suis à gauche de façon presque instinctive, et pourtant, je hais le niais angélisme gauchiste du "tout le monde il est beau et gentil", mais je hais encore plus l'autoritarisme. Servir ou être servi est tout aussi méprisable. Je me retrouve parfaitement chez Onfray quand il dit cela, à la suite de Nietzsche.

Pour avoir le point de vue libertaire sur une GRANDE politique de gauche :

http://digression.forum-actif.net/t675-grande-politique

J'ai omis de signaler que c'était d'Onfray, cette liste.

Voilà qui est réparé.

.

_________________
.
.
.
Au nom de l'ART, de la SCIENCE et de la PHILOSOPHIE. (Ainsi soit-il.)
.
.
.
avatar
victor.digiorgi
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 23/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par Philosophos le Mar 2 Juil 2013 - 11:47

victor.digiorgi a écrit:Or, si nous en croyons le fils Onfray, toute la trame de la vie du père Onfray est tissée d'un état double permanent, à savoir celui du mouton forcé d'aller au champ pour nourrir sa famille sur le modèle de l'ouvrier d'usine se tuant à petit feu pour le bien d'un possédant et celui de l'artisan aimant son travail jusqu'à en continuer les modalités en homme libre de cultiver la terre selon sa propre volonté dans son propre verger.
Et aussi du fonctionnaire d'État confronté à la bêtise de toutes les polices virtuelles de l'enseignement officiel, d'une part, et d'autre part l'état d'artisan que confère le métier d'écrivain à succès libre de choisir son ou ses éditeurs.
Ce qui explique parfaitement qu'il ne sélectionne que les passages de la période post-bâloise et pas de la période finale, quand Nietzsche se radicalise à Turin.

Vu sous l'angle d'une psychologie, ou même d'une psychanalyse, on ne peut pas dire qu'Onfray triche vis-à-vis de lui-même et donc de sa corporéité, qu'il place tout entière et sans voile dans toutes ses pensées et toutes ses actions.
Mais cela implique que le texte de Nietzshce sur la question ouvrière ne peut pas être approuvé sans condition par Onfray.
D'accord, mais dans ce cas, il aurait fallu qu'Onfray mentionne aussi le texte que j'ai cité, mais cela aurait impliqué qu'il se contredise en présentant une autre facette de la pensée de Nietzsche, l'amateur de masques. Or, cela va aussi à l'encontre de l'homme Onfray, qui est à la différence de Nietzsche, une personnalité entière, franche et sincère, comme tu le signales justement, à commencer par la vie qu'il mène, en accord avec les convictions qu'il professe. Anecdote à ce sujet : Onfray rappelle que Nietzsche, qui se disait végétarien, raffolait de charcuteries allemandes, qu'il se faisait envoyer par sa mère !

Car, et en résumé, si le fait d'être nietzschéen consiste à philosopher en admettant qu'on ne fait en réalité que se confesser sur sa propre vie, et que ça consiste par ailleurs à examiner ce que propose Nietzsche sans en devenir le clone, comme le dit Nietzsche lui-même en affirmant clairement qu'il n'indique aucun chemin à suivre et qu'il ne fait que parler du chemin qu'il a suivi, lui, et lui seul, alors on ne peut pas dire qu'Onfray trahit Nietzsche, il me semble.
Certes, Onfray applique la philosophie de Nietzsche, un philosophe qui n'a et n'aura jamais aucun disciple, dont la doctrine ne peut donc pas être récupérée : parler de la récupération de Nietzsche est un contresens, il ne peut y avoir que des falsifications. La seule chose qui me gêne, là, c'est qu'Onfray nous fait une contre-histoire de la philosophie, or l'histoire moderne demande de la rigueur, et d'ailleurs, Onfray est rigoureux quand il parle d'Epicure ou de Schopenhauer. Serait-ce Nietzsche qui le contraint à ne plus l'être ? Je le crois bien.

_________________
La philosophie, l'art et la religion existent parce que la mort oblige les hommes à inventer des parades pour ne pas avoir à succomber et à trembler d'effroi devant elle. (Michel Onfray)

Philosophos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.michelonfray.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par neopilina le Mar 2 Juil 2013 - 12:14

Philosophos a écrit : " La seule chose qui me gêne, là, c'est qu'Onfray nous fait une contre-histoire de la philosophie, or l'histoire moderne demande de la rigueur, et d'ailleurs, Onfray est rigoureux quand il parle d'Epicure ou de Schopenhauer. Serait-ce Nietzsche qui le contraint à ne plus l'être ? Je le crois bien ".

Il y a même peut être pire : Onfray lui aussi est en train de se radicaliser. A propos de Sade, il nous ressort un des fantasmes de l'époque, les ossements dans le jardin, chez Ruquier. Alors que le travail des historiens a tordu le coup depuis belle lurette à cette histoire ( On a le détails chez " Sade " ici. ), donc Onfray serait-il prêt à méconnaître des sources BETON pour faire valoir sa perspective, qui est toujours la même. Peut être qu'en ce moment même il y réfléchi alors qu'il se propose de commettre un Sade. Et il aurait bien raison, la vie de Sade est prodigieusement documentée.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4314
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par Philosophos le Mar 2 Juil 2013 - 12:48

neopilina a écrit:Philosophos a écrit : " La seule chose qui me gêne, là, c'est qu'Onfray nous fait une contre-histoire de la philosophie, or l'histoire moderne demande de la rigueur, et d'ailleurs, Onfray est rigoureux quand il parle d'Epicure ou de Schopenhauer. Serait-ce Nietzsche qui le contraint à ne plus l'être ? Je le crois bien ".

Il y a même peut être pire : Onfray lui aussi est en train de se radicaliser. A propos de Sade, il nous ressort un des fantasmes de l'époque, les ossements dans le jardin, chez Ruquier. Alors que le travail des historiens a tordu le coup depuis belle lurette à cette histoire ( On a le détails chez " Sade " ici. ), donc Onfray serait-il prêt à méconnaître des sources BETON pour faire valoir sa perspective, qui est toujours la même. Peut être qu'en ce moment même il y réfléchi alors qu'il se propose de commettre un Sade. Et il aurait bien raison, la vie de Sade est prodigieusement documentée.
C'est fort possible que tu aies raison, de toute façon, un philosophe ne devrait pas s'appuyer sur des faits, c'est trop risqué à notre époque de transparence et d'objectivité à tout crin, et trop partiel en même temps, on a trop à craindre l'effet de loupe. D'ailleurs, je m'étonne qu'Onfray tombe dans le piège de la citation qu'il dénonce très justement, le morceau isolé qui serait une preuve de la vérité d'une idée ou pire, d'une personne, qui, il devrait le savoir en tant que nietzschéen, est multiple.

Cela dit, cette méthode a parfois du bon, quand il nous rappelle par exemple que plusieurs pré-socratiques sont morts après Socrate. Par contre, il commet une énorme erreur historique quand il prétend que le christianisme est responsable de la perte des manuscrits antiques, alors que c'est l'Antiquité elle-même qui a très tôt perdu la majeure partie des textes. On ne peut pas gagner à tous les coups.

A propos de bouffe, Onfray n'est pas végétarien, mais il ne mange que rarement de la viande, uniquement quand il est invité, par contre, il consomme beaucoup de poisson, ce qui après tout est normal pour un Normand. On en sait encore plus de nos jours sur la vie des philosophes contemporains qu'au temps de Nietzsche, dont on connait déjà la vie presque à la journée près, surtout après l'enquête minutieuse de Janz.

Le philosophe moderne est nécessairement quelqu'un dont la vie sera scrutée et qui a donc l'obligation de mettre sa philosophie en pratique s'il veut être crédible. Onfray n'achètera donc jamais de maison dans le Lubéron (cf. le reportage d'Envoyé spécial) Pourtant, cela aurait montré son ascension sociale, lui dont le père était ouvrier agricole et la mère femme de ménage, mais irait à l'encontre de ses convictions de (vrai) gauchiste.

_________________
La philosophie, l'art et la religion existent parce que la mort oblige les hommes à inventer des parades pour ne pas avoir à succomber et à trembler d'effroi devant elle. (Michel Onfray)

Philosophos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.michelonfray.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par neopilina le Mar 2 Juil 2013 - 13:40


Cet homme est suspect. Il se dit hédoniste, rien de plus faux.
Moi, j'en suis un, j'ai dévoré et dévore encore la vie, et je n'ai jamais éprouvé le besoin même de le dire, sauf à cette occasion.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4314
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par victor.digiorgi le Mar 2 Juil 2013 - 13:43

.

T'es un peu rapide, dans le jugement, ho !

.

_________________
.
.
.
Au nom de l'ART, de la SCIENCE et de la PHILOSOPHIE. (Ainsi soit-il.)
.
.
.
avatar
victor.digiorgi
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 23/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par neopilina le Mar 2 Juil 2013 - 13:52

victor.digiorgi a écrit:.

T'es un peu rapide, dans le jugement, ho !

.

Non, pour dire ce que je viens de dire, il a fallu tout le temps qu'il y a entre mon retour actif sur " Digression " et donc aujourd'hui, soi plusieurs mois.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4314
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par Philosophos le Mar 2 Juil 2013 - 14:18

neopilina a écrit:
Cet homme est suspect. Il se dit hédoniste, rien de plus faux.
Moi, j'en suis un, j'ai dévoré et dévore encore la vie, et je n'ai jamais éprouvé le besoin même de le dire, sauf à cette occasion.
C'est une critique que tu pourrais adresser à n'importe quel philosophe, car le philosophe, quel qu'il soit, a décidé de parler de la vie. Tu peux même trouver la motivation inverse d'un Onfray :
Schopenhauer a écrit:La vie est une si triste affaire que j’ai décidé de la passer en y réfléchissant.
Le philosophe peut donc parler de la vie comme une première mort, comme le pendant de la vie et son reflet inversé. Je ne citerai donc pas le célèbre "Philosopher c'est apprendre à mourir", de Platon, ni la réponse de Spinoza, "La sagesse est méditation, non de la mort, mais de la vie". Apprendre à vivre, c'est donc apprendre à mourir, ou inversement.

Et nous trouvons enfin celui qui met tout le monde d'accord :
Epicure a écrit:Celui qui proclame qu’il appartient au jeune homme de bien vivre et au vieillard de bien mourir est passablement sot, non seulement parce que la vie est aimée [de l’un aussi bien que de l’autre], mais surtout parce que l’application à bien vivre ne se distingue pas de celle à bien mourir.
"Celui qui proclame", Epicure s'en prend donc comme toi à quelqu'un qui ose parler de la façon de vivre, alors que lui pense à la pratique (vivre et bien vivre). Néanmoins, comme nous le rappelle Onfray, Epicure a écrit une masse considérable d'ouvrages, tous perdus, sauf quelques fausses lettres.

_________________
La philosophie, l'art et la religion existent parce que la mort oblige les hommes à inventer des parades pour ne pas avoir à succomber et à trembler d'effroi devant elle. (Michel Onfray)

Philosophos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.michelonfray.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par victor.digiorgi le Mar 2 Juil 2013 - 15:08

.

Tu penses vraiment qu'en disant « rien de plus faux », tu dis vrai ?

.

_________________
.
.
.
Au nom de l'ART, de la SCIENCE et de la PHILOSOPHIE. (Ainsi soit-il.)
.
.
.
avatar
victor.digiorgi
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 23/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par neopilina le Mar 2 Juil 2013 - 15:39

" Le libertaire veut une vie dans laquelle un maximum de liberté puisse être vécue sans que ce projet existentiel coûte à autrui en désagrément. Si l’autre se construit des châteaux de servitudes inhabitables quand on prend soin de lui proposer une chaumière libertaire habitable, c’est son affaire, il ne tient qu’à lui de se souvenir des termes du contrat ".

Il sait de quoi il parle. Sade est dépossédé de sa vie dés la première affaire, je dirais qu'aujourd'hui, Onfray est prisonnier de la holding Onfray. Il n'y a que 24 h dans la journée ... Onfray a fait des choix de vie peu conciliables avec l'étiquette hédoniste. Et je pense même que le malaise est plus profond ( Je suis convaincu qu'il a son diététicien. ); il n'a pas eu une alerte du genre infarctus, je ne me souviens plus ? L'oeuvre d'Onfray est la vie rêvée d'Onfray.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4314
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par Philosophos le Mar 2 Juil 2013 - 16:22

neopilina a écrit:il n'a pas eu une alerte du genre infarctus, je ne me souviens plus ?
C'est son propre"hapax existentiel", LE concept phare d'Onfray. Infarctus à 28 ans, inhabituel, à partir de cette expérience, il devient hédoniste. Tous les philosophes ont eu de ces "hapax", qu'on pourrait appeler "expérience fondatrice".

_________________
La philosophie, l'art et la religion existent parce que la mort oblige les hommes à inventer des parades pour ne pas avoir à succomber et à trembler d'effroi devant elle. (Michel Onfray)

Philosophos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.michelonfray.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par neopilina le Mar 2 Juil 2013 - 16:47

Philosophos a écrit:
neopilina a écrit:il n'a pas eu une alerte du genre infarctus, je ne me souviens plus ?
C'est son propre"hapax existentiel", LE concept phare d'Onfray. Infarctus à 28 ans, inhabituel, à partir de cette expérience, il devient hédoniste. Tous les philosophes ont eu de ces "hapax", qu'on pourrait appeler "expérience fondatrice".

Oooooooooooooooooh comme j'entends bien cela : je lis le poème de Parménide à 21 ans ( Je dévore de la philo depuis 17, mais les " présocratiques " ont encore cette vilaine étiquette. Alors que c'est Parménide qui donne la mesure, Heidegger dit " pierre de touche ". ), c'est parti.

Et donc depuis, il serait hédoniste !? Faux, il a trop peur de mourir ! Et il sait qu'il ne sera pas sur la liste des " Briseurs de Murs ".

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4314
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par Philosophos le Mar 2 Juil 2013 - 16:59

neopilina a écrit:Et donc depuis, il serait hédoniste !? Faux, il a trop peur de mourir !
Non, il a compris dans ce moment là que "la mort n'était rien", que se sentir mourir était même une sensation très agréable. Il a éprouvé dans sa chair la parole d'Epicure. Il est arrivé la même chose à Montaigne après une chute de cheval.

Sur sa postérité, il sait très bien qu'écrire des livres de philo n'est que "poursuite du vent", surtout quand on a un proche qui est gravement malade. Voir le reportage d'Envoyé spécial.

_________________
La philosophie, l'art et la religion existent parce que la mort oblige les hommes à inventer des parades pour ne pas avoir à succomber et à trembler d'effroi devant elle. (Michel Onfray)

Philosophos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.michelonfray.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par neopilina le Mar 2 Juil 2013 - 17:13

Hé, sincèrement tu me fais douter. Peut-être. Dans ce cas, je dois réfléchir à ce qui motive sa démarche, somme toute sa réussite sociale, ce n'est pas rien, à commencer pour lui.
Il a désormais largement les moyens de faire ce qu'il veut de son temps. J'insiste donc tout de même sur le fait qu'il est prisonnier de la holding Onfray, alors qu'il pourrait la congédier, donc il a fait des choix qui vont dans ce sens, et qu'à partir de là, 24 h ne sont pas suffisantes pour faire tout ce qu'il fait et prétend faire; surtout de la bonne philosophie ce qui est en soi très exigeant, il en coute.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4314
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par Philosophos le Mar 2 Juil 2013 - 17:54

neopilina a écrit:somme toute sa réussite sociale, ce n'est pas rien, à commencer pour lui.
Il dit que la philosophie l'a sauvé (du travail en usine). Son succès lui a ensuite permis de se libérer de l'Education nationale, cad de la notation, de l'appel, de toutes ces formalités.

24 h ne sont pas suffisantes pour faire tout ce qu'il fait et prétend faire; surtout de la bonne philosophie ce qui est en soi très exigeant, il en coute.
Pourquoi 24 h ne seraient pas suffisantes ? Que faisait Schopenhauer de son temps libre ? Il se promenait, allait au théâtre, la philo c'était seulement pour le matin, et pas trop longtemps, pour économiser le cerveau.

Onfray avait déjà écrit beaucoup de livres, lorsqu'il a créé l'UPC, qui représente une charge beaucoup plus importante que les cours d'un prof de philo de Terminale. Quand il ne donne pas ses cours, qu'il doit préparer, il voyage beaucoup, il intervient dans les médias, et... il tweete, ce média convient à merveille à son sens de la polémique. Pour le découvrir, je te renvoie à ces 2 reportages :

"Philosophe ici et maintenant" :



"Michel Onfray - Vivre en philosophe".

Comment expliquer le succès de Michel Onfray ?

Chaque semaine, un millier de personnes se pressent à son cours de l’université populaire de Caen. Ils sont plombiers ou ingénieurs. La plupart n’a jamais fait de philosophie. Abandonnant le jargon des universitaires, Michel Onfray enseigne une contre-histoire de la philosophie. Mais surtout, il semble vivre selon les idées des philosophes rebelles qu’il étudie. Ses livres l’ont rendu riche et célèbre, cependant, il a choisi une vie simple, fidèle à ses principes.



Qu’est-ce qu’une vie de philosophe ?"

Ce n'est qu'un extrait, malheureusement :


Comme ça, tu pourras estimer s'il vit en philosophe ou pas.

_________________
La philosophie, l'art et la religion existent parce que la mort oblige les hommes à inventer des parades pour ne pas avoir à succomber et à trembler d'effroi devant elle. (Michel Onfray)

Philosophos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 23/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.michelonfray.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par victor.digiorgi le Mar 2 Juil 2013 - 21:23

.

Un jour, Antoine de Saint-Exupéry se trouve sur une plage du Maroc, non loin d'un aérodrome qui sert de relais à l'Aéropostale. Il vient de poser sur le sable un livre de Friedrich Nietzsche. Il se met à écrire une lettre destinée à une amie. Il lui parle de ce livre. Et de son auteur. Il note : « J'aime ce type énormément. »

Comprenne qui pourra ...

.

_________________
.
.
.
Au nom de l'ART, de la SCIENCE et de la PHILOSOPHIE. (Ainsi soit-il.)
.
.
.
avatar
victor.digiorgi
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 23/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Apologie de Michel Onfray

Message par neopilina le Mar 2 Juil 2013 - 21:52

Vos efforts ne sont pas vains : mon regard sur Michel Onfray a évolué !

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4314
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 11 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum