Confiance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Confiance

Message par cedric le Mer 16 Jan 2013 - 10:25

Juste pour partager une petite remarque qui ouvre sur une réflexion.

J'ai remarqué qu'une des entrées dans la névrose et sans doute d'autant plus dans la psychose se caractérisait chez l'individu par une perte de confiance vis à vis du prochain, qui devient une angoisse et une menace et non plus un alter ego avec qui il est possible de partager dans le jardin humain des sentiments et de la fragilité.

On peut mettre ça en parallèle à l'époque moderne où, précisément, la vie économique est une sorte de traquenard constant où si chacun baisse sa garde, il est lésé. Jungle urbaine.

Question : accepte t'on ou refuse t'on un rendez vous amical ou amoureux comme on refuse ou accepte un produit de consommation ? C'est à dire par le même processus mental. Est-il question, dans ce processus de mesurer le danger éventuel que l'on va encourir ? Le danger prend-il une part prédominante dans la possibilité du rapport à autrui au sein de notre société ? Une sorte de déni de la réalité à l'échelle collective de la société orchestré par la naturalisation de la violence portée par le darwinisme socio-économique. Manger ou être mangé.


cedric
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 440
Date d'inscription : 02/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Confiance

Message par Tenzin Dorje le Mer 16 Jan 2013 - 11:00

Je ne crois pas.

Dans le bouddhisme, on met pas mal l'accent sur le fait que tout contact avec un objet arrose certaines graines qui sont en nous. On écoute Saez, on devient triste : ça arrose les graines de la tristesse. Eh bien il me semble précisément que la grande majorité des gens est complètement ignorante de "quel contact arrose quoi". En d'autres termes, la mesure du danger, si elle existe, est complètement biaisée. On regarde des films, on lit des bouquins, on écoute des musiques, on favorise toutes sortes de contacts sans même nous rendre compte qu'ils ne sont pas bons (subjectivement s'entend) pour nous.

Tiens, j'ai aussi un ami qui m'a fait remarquer, l'autre jour, un truc rigolo. La plupart du temps, quand on te demande "tu veux un biscuit ?" et qu'on te l'offre, ou "tu veux un bonbon ?", la réponse classique est "pourquoi pas ?" et tu le prends. Non pas que tu aies besoin du biscuit, du bonbon, etc. mais la réponse est un "pourquoi pas ?". Eh bien je crois que c'est dangereux, cet éloignement des nécessités.

Bref, je ne crois pas que cette notion de danger/menace que tu soulèves soit prédominante dans notre société. Nous sommes trop engourdis pour ça. S'il y a un sens du danger, il est engourdi lui aussi.

_________________
L'homme ordinaire est exigeant avec les autres.
L'homme exceptionnel est exigeant avec lui-même.

Marc-Aurèle

Tenzin Dorje
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 311
Localisation : Dharamshala, HP, India
Date d'inscription : 02/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://miettes-litteraires.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Confiance

Message par Geo Rum Phil le Jeu 17 Jan 2013 - 19:11

cedric a écrit: Une sorte de déni de la réalité à l'échelle collective de la société orchestré par la naturalisation de la violence portée par le darwinisme socio-économique. Manger ou être mangé.

C'est pour ça que philosophiquement il faut savoir faire et savoir quelle est la distinction entre l'animalisme et l'humanisme.

Les darwinistes disent que l'homme est un animal social ou politique. C'est faux, ceci est un sophisme parmis d'autres. Par contre, l'animal politique ou social n'est pas encore un homme, mais il fait semblant y être pour mieux tromper ses victimes.

La vigilence est un concept moult superieur à celui de méfiance. Pour mieux les mettre en rélation, je dirais, une méfiance-vigilante. Wink

Geo Rum Phil
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Confiance

Message par cedric le Ven 18 Jan 2013 - 10:43

En parlant de comportement animal, hier je mattais envoyé spécial, le reportage sur la montée du salafisme en Tunisie. Ca fait peur ! Les types semblent avoir fait la révolution pour rien. En passant, le comportement des jeunes barbus au regard démoniaque et leur manière de rabaisser leurs ainés pacifistes qui essayaient de discuter avec eux dans la rue, qui essayaient car c'était impossible tant leur doctrine équivaut clairement à une psychose, leur comportement correspond exactement à la définition que donne Aristote de la tyrannie dans les politiques, et qui donne à peu près que la tyrannie advient dans une société lorsque la jeunesse ne respecte plus du tout ses ainés.

cedric
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 440
Date d'inscription : 02/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Confiance

Message par maraud le Ven 18 Jan 2013 - 12:15

Je pense, à l'inverse de Geo que l'homme est bien un animal, un animal imaginant.

Question : accepte t'on ou refuse t'on un rendez vous amical ou amoureux comme on refuse ou accepte un produit de consommation ? C'est à dire par le même processus mental.

Je pense que le refus de l'amitié et de l'amour éventuel, ne peut être lié qu'à une expérience négative, nociceptive qui place le psychisme dans un état de catastrophe quand on évoque cette expérience passée/présente.

Le refus de consommer vulgairement participe d'une démarche volontaire et consciente.

La brutalité des "barbus" est l'expression d'une agressivité négative.( sachant qu'il "existe" aussi l'agressivité positive, dans un registre plus harmonieux)

maraud
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 563
Date d'inscription : 04/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Confiance

Message par Geo Rum Phil le Sam 19 Jan 2013 - 15:03

maraud a écrit:Je pense, à l'inverse de Geo que l'homme est bien un animal, un animal imaginant.

Peux-tu penser aussi ta phrase à l'envers en disant que l'animal est bien un homme ?!
Oui, le chien quand il dort dans le lit de son maître il s'imagine peut-être qu'il est un homme, pareille pour tout darwiniste qui s'imagine qu'il est un animal ! Wink

Penser n'est pas réflechir, mais un souvenir d'une formule toute faite !

Geo Rum Phil
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Confiance

Message par Vargas le Dim 20 Jan 2013 - 20:33

Avec des peut-être, on peut en raconter des conneries.

cedric a écrit:On peut mettre ça en parallèle à l'époque moderne où, précisément, la vie économique est une sorte de traquenard constant où si chacun baisse sa garde, il est lésé. Jungle urbaine.

On peut remonter bien avant : la poignée de main trouve son origine dans le fait de déclarer qu'on n'est pas armé. "Tendre la main" dans la continuité du biblique "tendre la joue".

Pour moi, la confiance est issu d'une impulsion profonde, c'est un désir. De paix, de reconnaissance, de refus de l'inconnu.
C'est bien mais cela peut aussi être une geôle.
Non pas seulement dans le sens du risque accru de trahison, la démocratie eunuquienne, de l'humain qui rejette son animalité, de l'aseptisation qui est le meilleur moyen de devenir sensible aux microbes. Mais comme acceptation de tout, même de l'inacceptable La théorie de Milgram, par exemple.


Dans Fight Club, cette idée de se battre pour se sentir exister, ça me plaisait. Pas mal de critiques ont trouvé ça nietzschéen. Je dirais que ça l'est dans le sens où Nietzsche est héraclitéen (la théorie de la contrariété).

cedric a écrit:Question : accepte t'on ou refuse t'on un rendez vous amical ou amoureux comme on refuse ou accepte un produit de consommation ? C'est à dire par le même processus mental. Est-il question, dans ce processus de mesurer le danger éventuel que l'on va encourir ? Le danger prend-il une part prédominante dans la possibilité du rapport à autrui au sein de notre société ? Une sorte de déni de la réalité à l'échelle collective de la société orchestré par la naturalisation de la violence portée par le darwinisme socio-économique. Manger ou être mangé.
Hmmmm. Actuellement, oui, c'est possible. Ça s'appelle les sites de rencontre en ligne et de façon général les sites de réseau social. Bref, c'est une partie du web 2.0 ^^.
Avec les services payants, c'est le même processus que pour tout produit de consommation : donner au consommateur le sentiment qu'ils ont le choix, qu'ils maitrisent leur choix et que, plus ils peuvent contrôler ce qu'ils choisissent, plus ça se paie.
Ceci dit, considérer que c'est exactement le même processus mental entre se décider sur sa paire de chaussure pendant les soldes et accepter de revoir une connaissance d'enfance avec qui on a eu un passé par toujours facile, la frontière n'est pas mince.

Les relations sociales ne se monétarisent pas dans l'absolu. Quand on achète telle paire de chaussure ou pas, on l'échange contre une valeur richesse. On sait exactement ce que cette valeur à débourser pourrait nous permettre d'acheter autrement (tant de pains dans l'année, tant de films érotiques, tant de tickets de bus, etc.). Quand on accepte ou non un rendez-vous social, on sait très bien que cela peut engager notre stabilité dans la société. Par exemple, "Si je revois mon ex comme ami, quels sont les risques pour mon couple ?".

Dans le premier cas, ça reste mathématique,calculable, et substitutif. C'est de la quantité. Ceci vaut X. J'ai X confiance en cette marque. X me permettrait d'avoir tout ceci dans telle quantité. Si je ne prend pas cela aujourd'hui, je peux le prendre demain mais en acceptant que la valeur change. Et de toute façon, j'ai d'autres choix possibles.
Dans le deuxième cas, c'est du qualitatif,de l'unique et de l'imprévisible : si je vais voir cette conférence, je ne sais pas ce qui va résonner en moi. peut-être que ça va me bouffer mon inspiration pour mon sujet de mémoire parce que je pense qu'on est assez proche. L'exemple de Freud qui ne voulait pas lire Nietzsche par peur que cela l'empêche d'avancer sur ses travaux. Du possible "à tout jamais", "game changer"

_________________
--------------------------------------------------------------------------------
L'effet dévore la cause, la fin en a absorbé le moyen.

Paul Valéry, Poésie et pensées abstraites
(cité par Herbert Marcuse, in L'homme unidimensionnel)

Vargas
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 01/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Confiance

Message par cedric le Lun 21 Jan 2013 - 11:12

Vargas a écrit:Avec des peut-être, on peut en raconter des conneries.

Si tu veux être dans le vrai personne t'empêche de devenir muet et d'arrêter de parler et d'écrire Twisted Evil

cedric
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 440
Date d'inscription : 02/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Confiance

Message par Vargas le Lun 21 Jan 2013 - 11:15

Avec des si ... :D

_________________
--------------------------------------------------------------------------------
L'effet dévore la cause, la fin en a absorbé le moyen.

Paul Valéry, Poésie et pensées abstraites
(cité par Herbert Marcuse, in L'homme unidimensionnel)

Vargas
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 01/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum