Vers une définition de l'intelligence...

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vers une définition de l'intelligence...

Message par contrexemple le Lun 16 Juil 2012 - 19:41

Bonjour,
Voilà un essai de définition de cette notion :
L'intelligence est la capacité de mettre en évidence des dépendances.
Une dépendance est un lien déterministe ou probabiliste entre deux phénomènes.
Pour faire avancer la définition il suffit de donner un contre exemple d'un comportement manifestement intelligent et qui ne consiste pas en la mise en évidence de dépendances.
Cordialement.

contrexemple
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par Chut le Mar 17 Juil 2012 - 20:57

Il faut proposer ça pour la prochaine édition du Larousse.

Chut
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 297
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par Vargas le Mer 18 Juil 2012 - 21:41

Quid de la création de nouvelles dépendances ?
Ceci dit, le concept de dépendance ne me plait pas trop.
Être assez intelligent pour savoir comment utiliser un livre, c'est avoir mis en évidence la dépendance entre livre et lecteur ?
Certaines choses peuvent être en relation tout en étant autonomes. On parle alors d'interdépendance. Bref, des relations entre phénomènes, systèmes, objets, concepts. La conscience tournée vers la matière, dixit Bergson.

Un moment et je me tourne vers la doxa moderne (Un coup sur Wikipédia, en d'autres termes) :
Sémantiquement, l'intelligence signifie la capacité à lier des choses entre elles.
Bref, ta définition en est très proche. Le choix des mots est autre.

Ensuite, il y a "des intelligences". Zidane était d'une intelligence exceptionnelle avec ses pieds, Coluche avait une intelligence du cœur incontestable quand il a jugé nécessaire de mettre en place l'initiative des restos du cœur. On parle aussi d'intelligence pratique de l'homo faber. Une intelligence au quotidien. Il y a des écarts entre intelligence hyper spécialisée dans un domaine et adaptabilité extrême. Selon les modes d'affects, de concept et de percept, l'intelligence s'exprime de façon très différente. Le niveau d'aisance, la faculté d'usage immédiat de son intellect sont des attributs qu'on présente souvent pour quantifier un niveau d'intelligence.

Enfin, il y a version hégélienne de Jean Lacroix :
"L'intelligence n'est pas seulement la faculté d'expliquer le monde, mais la faculté de s'expliquer avec lui"

_________________
--------------------------------------------------------------------------------
L'effet dévore la cause, la fin en a absorbé le moyen.

Paul Valéry, Poésie et pensées abstraites
(cité par Herbert Marcuse, in L'homme unidimensionnel)

Vargas
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 01/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par contrexemple le Jeu 19 Juil 2012 - 14:11

Bonjour,

Je n'ai pas les mots pour faire comprendre mon approche, je suis trop formaté (par les sciences dures).
Je continue ce débat sur futura-forum, car j'avoue malheureusement manqué un peu de patience.

En attendant de trouver les mots, cordialement.

un_homme.

contrexemple
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par Geo Rum Phil le Ven 20 Juil 2012 - 14:44

contrexemple a écrit:
L'intelligence est la capacité de mettre en évidence des dépendances.
Une dépendance est un lien déterministe ou probabiliste entre deux phénomènes.

Il est vrai que la mésintelligence et l'intelligence sont deux phénomènes en interdépendance (dépendance réciproque).

Il y a aussi la 1ère règle de la dialectique qui dit que chaque mot doit être penser avec son contraire. Penser l'intelligence par la mésintelligence ou vice-versa, on aura toujours de définitions mal définies, car définir c'est fixer de limites. Une intelligence limitée ne peut être que la mésintelligence qui n'aime pas qu'on dépasse ses limites définitivement définies.

avatar
Geo Rum Phil
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par Chut le Dim 22 Juil 2012 - 19:58

Contrexemple va manqué.


Dis-donc Geo, "définir c'est fixer des limites" je ne comprends pas bien, tu veux bien développer un peu stp ? merci

Chut
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 297
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par Geo Rum Phil le Lun 23 Juil 2012 - 12:43

Chut a écrit:Dis-donc Geo, "définir c'est fixer des limites" je ne comprends pas bien, tu veux bien développer un peu stp ? merci

Si tu ne comprends pas bien, ce n'est pas moi qui a fixé tes limites ! ;-)

La 1ère règle de la dialectique dit que chaque mot doit être penser avec son contraire.

définir <=> redéfinir

Exemple:

Redéfinis ...l'homme est un animal social ! ...en le débarrassant des ses limites qui ont été fixé.

avatar
Geo Rum Phil
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par Chut le Lun 23 Juil 2012 - 13:10

L'animal social ça peut aussi définir une abeille .

Chut
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 297
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par Geo Rum Phil le Lun 23 Juil 2012 - 13:39

Chut a écrit:L'animal social ça peut aussi définir une abeille .

L'abeille sait-elle définir l'animalité qui régne dans la mésintelligence humaine ?...même si au figuratif on peut dire que cette dernière a du miel . ;-)
avatar
Geo Rum Phil
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par toniov le Ven 27 Juil 2012 - 19:53

Vargas a écrit:
Ensuite, il y a "des intelligences". Zidane était d'une intelligence exceptionnelle avec ses pieds, Coluche avait une intelligence du cœur incontestable quand il a jugé nécessaire de mettre en place l'initiative des restos du cœur. On parle aussi d'intelligence pratique de l'homo faber. Une intelligence au quotidien. Il y a des écarts entre intelligence hyper spécialisée dans un domaine et adaptabilité extrême. Selon les modes d'affects, de concept et de percept, l'intelligence s'exprime de façon très différente. Le niveau d'aisance, la faculté d'usage immédiat de son intellect sont des attributs qu'on présente souvent pour quantifier un niveau d'intelligence.


"

Oui, c'est la que ça se complique. Il y a en effet des intelligences. Il faudrait définir également laquelle de ses intelligences se rapproche le plus de ce qui serait " l'intelligence ". Dans des domaines précis on peut se révéler plus ou moins " intelligent ". Par exemple, dans la musique, on peut être plus ou moins apte à jouer du piano, à composer...etc. L'intelligence me semble donc toujours relative et on ne peut pas définir d'intelligence en soi, me semble t-il.

toniov
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 27/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par contrexemple le Mar 4 Sep 2012 - 16:42

Bonjour,
L'intelligence n'est pas une fin en soi, mais un moyen.
Tout le monde est-il d'accord avec cette affirmation ?
Cordialement.

contrexemple
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par Vargas le Mar 4 Sep 2012 - 17:07

Un moyen s'exprime en fonction d'une fin. Il n'y a pas nécessairement de fin pour que l'intelligence soit ce qu'elle, pour qu'elle soit employée ou non.
C'est une faculté. Comme d'autre, elle ne demande qu'à être employée mais je ne parlerais pas de moyen pour ma part :)

Cf. la dernière phrase de Qu'est-ce que la littérature :

Mais, après tout, l’art d’écrire n’est pas protégé par les décrets immuables de la Providence ; il est ce que les hommes le font, ils le choisissent en se choisissant. S’il devait se tourner en pure propagande ou en pur divertissement, la société retomberait dans la bauge de l’immédiat, c’est-à-dire dans la vie sans mémoire des hyménoptères et des gastéropodes. Bien sûr, tout cela n’est pas si important : le monde peut fort bien se passer de la littérature. Mais il peut se passer de l’homme encore mieux.

_________________
--------------------------------------------------------------------------------
L'effet dévore la cause, la fin en a absorbé le moyen.

Paul Valéry, Poésie et pensées abstraites
(cité par Herbert Marcuse, in L'homme unidimensionnel)

Vargas
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 01/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par Geo Rum Phil le Mar 4 Sep 2012 - 17:50

contrexemple a écrit:
L'intelligence n'est pas une fin en soi, mais un moyen.
Tout le monde est-il d'accord avec cette affirmation ?

Tout le monde ne participent pas au débat. Va savoir pourquoi !

Un contre exemple à l'intelligence est la mésintelligence, un vrai moyen pour le fin de son possesseur ou pour le moi de s'élever en soi, car il y a en puissance un vrai potentiel d'intelligence dans la structure du mot mésintelligence.

Entre l'ignorance et la connaissance se déplace l'opinion. (Kant)

L'opinion/doxa est pareille à l'avatar de Vargas, bien trouvé via le mythe de Sisyphe. Wink

avatar
Geo Rum Phil
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par Vargas le Mar 4 Sep 2012 - 18:49

Geo Rum Phil a écrit:
contrexemple a écrit:
L'intelligence n'est pas une fin en soi, mais un moyen.
Tout le monde est-il d'accord avec cette affirmation ?

Un contre exemple à l'intelligence est la mésintelligence, un vrai moyen pour le fin de son possesseur ou pour le moi de s'élever en soi, car il y a en puissance un vrai potentiel d'intelligence dans la structure du mot mésintelligence.

Entre l'ignorance et la connaissance se déplace l'opinion. (Kant)

L'opinion/doxa est pareille à l'avatar de Vargas, bien trouvé via le mythe de Sisyphe. Wink


Ah mais justement, il faut aller jusqu'au bout et parler de l'essentiel : le déplacement, ce n'est pas la doxa. Dans la bouche de Kant, cela signifie une relativité, un non catégorique. Sa phrase signifie "l'opinion est moins que la connaissance. N'ayez que la connaissance comme ligne d'horizon et vous vous rendrez sensible ce qui se dégrade à partir de cela".
Mais dans le mythe de Sisyphe, "il faut imaginer Sisyphe heureux". C'est la notion de progrès, c'est l'expérimentation par erreur et révision.
Soit on parle d'absolu et on case les choses en parlant de déplacement en ôtant le sens et la direction du mouvant, soit on sort de sa bulle et on tente d'enrichir le concept d'intelligence avec celui d'innovation.

_________________
--------------------------------------------------------------------------------
L'effet dévore la cause, la fin en a absorbé le moyen.

Paul Valéry, Poésie et pensées abstraites
(cité par Herbert Marcuse, in L'homme unidimensionnel)

Vargas
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 01/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par Courtial le Jeu 6 Sep 2012 - 11:09

Vargas a écrit:Quid de la création de nouvelles dépendances ?
Ceci dit, le concept de dépendance ne me plait pas trop.
Être assez intelligent pour savoir comment utiliser un livre, c'est avoir mis en évidence la dépendance entre livre et lecteur ?
Certaines choses peuvent être en relation tout en étant autonomes. On parle alors d'interdépendance. Bref, des relations entre phénomènes, systèmes, objets, concepts. La conscience tournée vers la matière, dixit Bergson.

Je dirais même plus : l'intelligence est uniquement dans le fait d'établir des dépendances nouvelles. La simple reproduction d'une dépendance ou d'un lien donné aboutit, au contraire, à l'exact opposé de l'intelligence. A l'instinct, par exemple : en voyant surgir le lion, la gazelle l'associe immédiatement à la mort (ou disons, à l'idée de danger) et s'enfuit. Ou, autre exemple : à la bêtise (autre terme qu'on oppose à l'intelligence), par exemple celle du préjugé : en voyant un Rom, je l'associe immédiatement au vol de poules de la semaine dernière, etc.

L'intelligence n'est pas une fin en soi, mais un moyen.
Tout le monde est-il d'accord avec cette affirmation ?

Non.
Sont d'accord ceux qui se donnent une image essentiellement technicienne et instrumentiste (utilitariste) de l'intelligence. C'est peut-être la signification dominante - au moins à ce qu'en croit Bergson, par exemple. Il dit que l'intelligence est essentiellement fabricatrice, tournée vers la pratique, etc. (donc un moyen et pas une fin). Il en cite comme un signe le fait que, par exemple, nous mesurons l'intelligence que nous attribuons aux animaux à cette aune : on trouvera que le chat - capable par exemple d'ouvrir une porte en sautant sur la poignée - est un animal plus intelligent que le papillon qui va se cogner pendant trois heures à la vitre alors que l'autre côté de la pièce est grand ouvert, etc.
Mais la pensée calculatrice et technicienne n'est pas la seule pensée. Aristote prétendait que comprendre pouvait être une fin en soi. Même sentiment chez Auguste Comte, au demeurant, qui affirme que, s'il est certain que les sciences apportent à l'homme de grands moyens d'action sur son environnement, leur origine réside essentiellement dans le besoin fondamental de notre intelligence de comprendre les phénomènes, et ceci comme une fin en soi.

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1997
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par Chut le Sam 8 Sep 2012 - 13:23

Socrate quant à lui me parait partagé entre l’intelligence et la science. Tout en respectant hautement cette dernière, il se tourne en pratique vers l’intelligence car il pressent que la science est un abime sans fin fait d’efforts d’accumulations, et on peut dire que l’accélération observée lors des deux derniers siècles lui donne raison.
La science est proprement inhumaine dans ce sens (elle dépasse en taille ce que peut gérer le cerveau humain), on peut peut-être lire le développement actuel d’internet comme une sorte de détachement en acte de la partie « connaissante » des cerveaux individuels au profit d’une valorisation de l’intelligence (qui va donc plus dans le traitement de données extérieures que dans l’intégration des données) qui reste elle à dimension humaine : l’homme renonce à prendre l’océan dans ses mains, il choisit de nager le mieux possible.

Devant une situation inattendue ou pas, mais nouvelle (et en pratique nous nous trouvons en permanence devant des situations nouvelles, même l’ermite au fond d’une grotte n’est plus le même de jour en jour et doit décider quotidiennement ce qu’il compte faire) nous nous trouvons mis en demeure de juger ou (et) d’agir, et dans ce cas l’intelligence me parait renvoyer à deux possibilités :

soit à l’application d’un préjugé ou d’un complexe de préjugés, un préjugé n’étant pas ici pris comme synonyme d’opinion connaissance bête et simpliste mais l’expression du bilan à l’instant t d’une accumulation d’expériences et de réflexions antérieures. Je pense qu’on juge et agit toujours en fonction d’un préjugé, pensé non péjorativement donc. Un préjugé longuement muri et travaillé reste un préjugé même s’il a des chance en général d’avoir plus de valeur qu’un préjugé construit avec peu d’informations,

soit à l’expression du doute et à la mise en œuvre d’un raisonnement qui a pour effet de suspendre l’action ou le jugement, à le différer dans le but de faire le mieux possible. Ceci nécessite de disposer de temps.

De cette constatation on tire qu’il convient sans doute de tâcher d’augmenter quotidiennement, par une sorte de devoir euthyphronesque :) , la richesse, la complexité et la valeur de nos préjugés en exerçant notre intelligence et en accumulant des connaissances, afin que le cas échéant on puisse produire une action ou un jugement le plus adéquat et de grande valeur possible concernant la survenue d’un événement. On effectue ainsi un travail « d’avance », en prévention.

Là, on est dans la vue plutôt utilitariste évoquée plus haut, mais l’événement propre à utiliser l’intelligence ne survient pas forcément, on peut alors dire que l’intelligence a constitué une fin en soi mais inutile.
L’intelligence ainsi conçue peut quand même être considérée comme un objet d’art en soi ce qui peut sauver de son inutilité.
Une autre fin en soi étant de construire un soi encore plus performant et plus à même d’être possiblement utile dans une fin seconde (c’est tout le dilemme du discours d'éducation : crois-moi, apprend, ça te servira un jour… mais qu’est-ce qui le prouve ?) : il y a donc une première fin circulaire : le moi a pour but de s’améliorer soi-même, afin de pouvoir s'améliorer encore plus, et une fin ultime supposée qui est d’être utile à quelque chose dans un temps ultérieur.

D'une autre manière, l’exercice du jugement et de l’action participent au développement de l’intelligence dans un mouvement que je qualifierais (peut-être à tort) de dialectique avec elle, ces éléments apparaissant ainsi à la fois et tour à tour comme moyens et comme buts ultimes mais paradoxalement en même temps toujours intermédiaires, d’un point de vue temporel et qualitatif. Et d'une certaine façon le présent est notre ultime permanent.

Chut
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 297
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par contrexemple le Mer 2 Jan 2013 - 19:42

Bonsoir,

Voilà ou j'en suis resté sur l'autre forum :

définition de l'auto-suffisance :

La qualité d'auto-suffisance est détenu par un seul être.
La qualité d'auto-suffisance concentre tout nos désirs (c'est ceux à quoi on aspire).
La qualité d'auto-suffisance ne peut être atteinte si ce n'est par cette être qui est déjà auto-suffisant.
L'être auto-suffisant ne donne pas un autre être auto-suffisant et L'être auto-suffisant ne vient pas d'un autre être auto-suffisant.
L'être auto-suffisant n'est semblable qu'a lui même.

Cette caractérisation de l'être auto-suffisant permet de définir ce qu'est un critère :
un critère permet de connaître sa position relative par rapport à la qualité d'auto-suffisance qui ne peut être atteinte que par l'être auto-suffisant.
L'intelligence consiste à trouver des critères, càd permet de nous renseigner quand à sa position relative par rapport à l'auto-suffisance que seul l'être auto-suffisant atteint.

Cordialement.

contrexemple
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par Chut le Jeu 3 Jan 2013 - 11:39

Mais quel est donc ce forum magnifique d'où l'on revient comme toi si chargé d'usage et de raison, cette terre d'exception, cet eldorado mythique existe-t-il donc finalement ? l'espoir renait, dis-le moi de suite, ma valise est prête, ainsi que mon masque et ma combinaison homologuée grande profondeur, je suis prêt à plonger comme toi jusque dans les plus grands fonds de la connaissance et de la réflexion pour en ramener les perles rares de la vérité.

Chut
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 297
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par contrexemple le Jeu 3 Jan 2013 - 12:10

Chut a écrit:Mais quel est donc ce forum magnifique d'où l'on revient comme toi si chargé d'usage et de raison, cette terre d'exception, cet eldorado mythique existe-t-il donc finalement ? l'espoir renait, dis-le moi de suite, ma valise est prête, ainsi que mon masque et ma combinaison homologuée grande profondeur, je suis prêt à plonger comme toi jusque dans les plus grands fonds de la connaissance et de la réflexion pour en ramener les perles rares de la vérité.

Je suppose que c'est de l'ironie, parce que je suppose que tu ne te risquerais pas à répondre sur le fond...

Voilà, j'ai une définition de l'intelligence que je soumets à vos critiques constructives...

contrexemple
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par Geo Rum Phil le Jeu 3 Jan 2013 - 16:20

contrexemple a écrit: Voilà ou j'en suis resté sur l'autre forum :

définition de l'auto-suffisance :

La qualité d'auto-suffisance est détenu par un seul être. (...)

Voilà, j'ai une définition de l'intelligence que je soumets à vos critiques constructives...

...et, par la suite, nos critiques constructives, les transféreras-tu sur l'autre forum ?

Pourquoi faire ? lol!
avatar
Geo Rum Phil
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 226
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par Chut le Jeu 3 Jan 2013 - 17:54

contrexemple a écrit:
Je suppose que parce que je suppose que

Voilà, j'ai une définition de l'intelligence

Chut
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 297
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par contrexemple le Jeu 3 Jan 2013 - 19:48

Geo Rum Phil a écrit: ...et, par la suite, nos critiques constructives, les transféreras-tu sur l'autre forum ?

Pourquoi faire ? lol!

Je comprends mais je ne vous force pas à participer à ce fil...

contrexemple
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par maraud le Jeu 3 Jan 2013 - 20:18

contrexemple a écrit:Bonsoir,

Voilà ou j'en suis resté sur l'autre forum :

définition de l'auto-suffisance :

La qualité d'auto-suffisance est détenu par un seul être.
La qualité d'auto-suffisance concentre tout nos désirs (c'est ceux à quoi on aspire).
La qualité d'auto-suffisance ne peut être atteinte si ce n'est par cette être qui est déjà auto-suffisant.
L'être auto-suffisant ne donne pas un autre être auto-suffisant et L'être auto-suffisant ne vient pas d'un autre être auto-suffisant.
L'être auto-suffisant n'est semblable qu'a lui même.

Cette caractérisation de l'être auto-suffisant permet de définir ce qu'est un critère :
un critère permet de connaître sa position relative par rapport à la qualité d'auto-suffisance qui ne peut être atteinte que par l'être auto-suffisant.
L'intelligence consiste à trouver des critères, càd permet de nous renseigner quand à sa position relative par rapport à l'auto-suffisance que seul l'être auto-suffisant atteint.

Cordialement.

Je crains de ne pas avoir bien saisi,mais cela ressemble en quelque sorte à un solipsisme "heureux".

Ta définition de l'intelligence est-elle compatible avec l'idée que la Nature est Intelligence et que : être intelligent, c'est comprendre la nature?
avatar
maraud
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 632
Date d'inscription : 04/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par contrexemple le Dim 8 Fév 2015 - 11:01

Salut,

L'intelligence c'est reconnaître, connaître et faire avec ses points faibles.
Qu'en pensez-vous ?

contrexemple
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 13/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vers une définition de l'intelligence...

Message par neopilina le Jeu 26 Fév 2015 - 3:26

C'est plutôt lapidaire !
Oui, entre autres. Ensuite on peut décider de remédier un tant soi peu à ses points faibles, ou pas. J'ai fait l'impasse sur la phénoménologie, elle est fille du cogito, et il se trouve que celui-ci en l'état ne me convient pas, c'est donc à lui que j'ai consacré mes efforts.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ET Suspect, parce que Mien ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3926
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum