Les critiques à l'endroit de la sociologie Bourdieusienne.

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les critiques à l'endroit de la sociologie Bourdieusienne.

Message par Albâtard le Dim 20 Juin 2010 - 15:03

Hé, le prends pas mal, ma couille !
Je n'ai jamais dit être spécialiste de Bourdieu, j'ai seulement fait le constat modeste que l'on ne trouve pas un ouvrage qui sorte des sentiers battus de l'ad hominem pour le démolir.

Albâtard
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 24/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les critiques à l'endroit de la sociologie Bourdieusienne.

Message par Bergame le Dim 20 Juin 2010 - 17:23

La couille est en train de dire à la tête de noeud que pour l'instant, il ne nous a pas beaucoup fait profiter de ses lectures de dizaines de bouquins de Bourdieu, sans parler des commentateurs et des biographes, et qu'il s'est surtout satisfait d'attaques ad testiculum. La question étant donc maintenant : Peut-on attendre autre chose d'un gland, ou faudra-t-il se contenter de cette petite giclée stérile ?

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
avatar
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 2924
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les critiques à l'endroit de la sociologie Bourdieusienne.

Message par Albâtard le Dim 20 Juin 2010 - 17:48

C'est marrant, mais tu ne m'as toujours pas lu; je n'ai pas prétendu être un spécialiste ! Seulement un amateur !
En tout cas, tu as l'air quand même remonté - pour rien, mais bon.

Albâtard
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 24/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les critiques à l'endroit de la sociologie Bourdieusienne.

Message par Solal Solal le Dim 20 Juin 2010 - 20:38

Je calme le jeu et relève un article intéressant de "Sciences Humaines", un entretien avec Bernard Lahire, disciple de Bourdieu qui élabore un critique de l'œuvre de ce dernier. Notamment sur la notion d'"individu pluriel", comprendre : nous sommes le fruit de nombreux "champs". Enfin bon, je relis ça et résumerai - pour ceux qui veulent le lire, un extrait (et la possibilité de l'acheter) ici.
avatar
Solal Solal
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 16/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les critiques à l'endroit de la sociologie Bourdieusienne.

Message par Bergame le Sam 10 Juil 2010 - 15:01

Evidemment, personnellement, j'aime bien Lahire, qui tire la sociologie vers la psychologie. Enfin, qui tend à fonder la sociologie sur la psychologie plutôt que sur la philosophie. Pour moi, c'est une démarche logique à partir de Bourdieu, parce que l'homo sociologicus de Bourdieu est une entité cognitiviste, mais constituée à partir d'une réflexion informée par un background philosophique -Leibniz, Pascal, etc. Il me semble que Bourdieu est alors toujours à la recherche d'un dépassement ou d'une subversion du sujet, mais qu'il y est constamment ramené. Ce n'est alors peut-être pas sans influence sur le contenu théorique, et l'orientation "pessimiste" de l'oeuvre.
Le problème d'une construction théorique qui ignore l'apport de la psychologie me semble de plus en plus en effet qu'elle laisse devant une alternative : Soit l'individu est un sujet rationnel, capable de réflexivité, et par conséquent, d'une action autonome ; soit il ne l'est pas, et il ne peut alors être envisagé que comme objet, c'est-à-dire mu par une force externe. Dans ce dernier cas, il est nécessairement victime : de la contrainte, de la manipulation, de préférences exogènes, etc. C'est typiquement, à mon sens, la construction neo-marxiste, axée sur la dénonciation, que d'envisager l'homme commun comme une victime. Et quelques soient les postulats de départ, on aboutit à la présentation d'une société comme clivée en dominants et dominés, les premiers capables d'action autonome, les seconds soit suiveurs, soit exclus de l'analyse comme quantité négligeable.

C'est ce qu'on trouve, chez Bourdieu. Ses postulats se donnent au départ comme vocation de dépasser le sujet rationnel, et au final, on trouve des analyses sur les champs qui ne traitent que de la compétition entre détenteurs de capital symbolique. La meilleure illustration, c'est la fameuse conférence "L'opinion publique n'existe pas" où Bourdieu explique que l'homme moyen ne disposant pas des ressources qui lui permettraient de s'exprimer dans le champ politique, et les méthodes de son questionnement étant manipulées, il est escamoté de ce même champ. Bien sûr, la visée est critique. Mais le résultat aboutit bien à recentrer l'analyse du champ politique sur les seuls "dominants" : Partis, medias, dirigeants, etc.

Ce n'est à mon avis pas un hasard, donc, si Lahire, adoptant d'autres présupposés, peut revenir vers l'homme du commun.

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
avatar
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 2924
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum