Orwell aujourd'hui

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Orwell aujourd'hui

Message par SShut7pi le Lun 10 Mai 2010 - 17:50

Instant paranoïaque (oui, j'aime Baudrillard, beaucoup) :

La démocratie libérale constituerait notre horizon indépassable. Notre système mène désormais une vie
autonome : malheureusement pour nous, il n'y a plus de têtes à couper, et aucun lobby, aussi puissant soit-il, ne semble en mesure de pouvoir prétendre diriger le cours du monde, hyper-complexe et imprévisible. La fenêtre de tir est étroite, et l'action collective visant à diriger un changement requiert une mobilisation de savoirs hétérogènes : économiques, historiques, psychologiques, sociologiques, éthiques,
environnementaux.


Pendant que nous discutons des possibilités résiduelles de l'action, le système tend à se refermer sur lui-même, s'appuyant sur la logique combinée du marché et des médias : les médias donnent envie, le marché fournit. Ce système prétend former un espace total, un substitut artificiel à la réalité, un espace suffisant et satisfaisant. C'est la disparition de la réalité.

Pour se refermer complètement, le système a besoin de deux choses : liquider l'humain en le réduisant à la jouissance individualiste (victoire de Sade), et réécrire l'histoire.

- - - - - -
Une citation :

« Une société totalitaire qui parviendrait à se perpétuer instaurerait probablement un système de pensée schizophrénique dans lequel les lois du sens commun demeureraient valables dans la vie quotidienne et dans certaines sciences exactes, mais dont politiciens historiens et sociologues pourraient ne tenir aucun compte. Il existe déjà une foule de gens qui jugeraient scandaleux de falsifier un manuel scientifique mais ne trouveraient rien à redire à la falsification d'un fait historique. C'est au point de confluence de la littérature et de la politique que le totalitarisme exerce la plus
forte pression sur les intellectuels
» George Orwell.

- - - - - -

La présentation d'un dossier d'une revue auquel Oos de Philautarchie a contribué (Cliniques méditerrannéens, numéro 81, L'imposture dans le siècle)

"Que le sujet soit, de structure, en position d'imposture, n'implique pas qu'il assume toujours de la même façon cette position. Qu'il s'en arrange et en vive, le mène tout droit sur les rives de l'imposture dite « pathologique ». Ce qui éclaire certainement d'un jour nouveau le rapport de la science à l'imposture, la science en acceptant de jouer le rôle de garante de la vérité, ne peut que la mettre alors en position d'imposture structurelle. Position dont elle cherche ensuite à se démettre en en accusant « l'autre », par exemple sous couvert d'« évaluation ». Ce siècle naissant, s'il entend se donner la science pour religion, ne peut dès lors que faire le lit, et le succès annoncé, de l'imposture - précisément."

- - - - -

Il me semble que tout ceci s'accomplit sous nos yeux. Je reprends l'exemple d'Onfray, mais ce n'est pas le seul.

On a là quelqu'un qui est présenté comme un rebelle s'opposant à l'intelligentsia parisienne. Pourtant, si l'on regarde bien, il n'est absolument pas opposé au système, il s'intègre parfaitement dans le capitalisme et le brosse dans le sens du poil : il prône une jouissance individualiste sous couvert d'un engagement avec Mélenchon; il a entrepris de réécrire et de simplifier grossièrement l'histoire (Kant précurseur d'Eichmann, Jésus augurant Hiroshima), et vend très très bien. Mais Onfray n'est pas ici l'élément important, il est interchangeable.

Ce qui est subversif de nos jours, c'est de refuser de jouir en individualiste, d'accepter le manque et la frustration.

Ce qui est inquiétant, c'est que le spectacle fonctionne parfaitement. La mémoire des journalistes est de plus en plus courte. Je crois qu'à ce rythme, on va pouvoir réinventer l'existentialisme dans 4 ans, le marxisme dans 10 ans, voire, pourquoi pas, la Réforme protestante dans 15 ans. La puissance d'absorption du capitalisme semble infinie. Je suis à la fois complètement fasciné et terriblement effrayé.

Je trouve que les écrits d'Orwell, les travaux de l'école de Francfort, ceux de Jean Baudrillard et le "Kant avec Sade" de Lacan sont de merveilleux outils pour interpréter ce qui nous arrive.

SShut7pi
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 27
Localisation :
Date d'inscription : 12/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orwell aujourd'hui

Message par Vargas le Mar 11 Mai 2010 - 0:04


_________________
--------------------------------------------------------------------------------
L'effet dévore la cause, la fin en a absorbé le moyen.

Paul Valéry, Poésie et pensées abstraites
(cité par Herbert Marcuse, in L'homme unidimensionnel)

Vargas
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 01/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum