La philosophie de Hegel : par où débuter ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La philosophie de Hegel : par où débuter ?

Message par Chesnay le Jeu 29 Avr 2010 - 23:12

Il faut avouer que la philosophie hégélienne tient une place particulière dans l'histoire de la philosophie. Hegel est souvent présenté comme le couronnement d'une certaine philosophie métaphysique, pour ne pas dire de la philosophie ; c'est une philosophie d'extension extrême, c'est tout ou rien. Dans les études de philo, on la rencontre généralement à deux occasions : ou bien de façon minimale, en terminale, dans les concepts de "ruse de la Raison", de "dialectique du maître et de l'esclave" ; ou bien de façon maximale, avec des profs plus hégéliens que philosophes, plus hégéliens que profs, qui vous diront "Ça, Hegel l'a déjà dit" ou "Tout est dans Hegel".

Il s'ensuit un véritable vertige pour le jeune étudiant (je parle pour moi), qui n'arrive pas à se repérer dans cette articulation infiniment trinitaire de concepts majusculés tels que Idée, Concept, Absolu, En-soi, Pour-soi, etc. On rétorquera qu'il s'agit d'une "philosophie sans évidence", manière de baptiser le problème plutôt que de le résoudre.

Je me suis tourné vers le Vocabulaire de Hegel en collection Ellipses par Bernard Bourgeois : cet outil, généralement très pratique pour aborder un auteur, s'avère dans ce cas précis assez aride, supposant une connaissance préalable des principales intuitions hégéliennes. Or il semble bien que tout se joue avec des intuitions, des connivences, qui entourent d'un certain mysticisme cette philosophie.

J'imagine faire partie de cette fraction étudiante réfractaire aux discours pro-hégéliens qui n'arrive pas à entrer dans une réflexion, parce qu'on lui demande d'abord d'y croire, de s'y convertir avant même que de la lire, de la comprendre et l'incarner. Ma question est la suivante : y a-t-il un texte particulièrement accessible pour entrer dans sa philosophie ? Généralement, il y a deux réponses : la première consiste à dire qu'il faut lire L'Esthétique, j'en ai déjà lu mille pages, et me sens toujours aussi loin de le comprendre ; la seconde à éconduire vers La Logique, mais le texte est incontestablement difficile.

Chesnay
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 01/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La philosophie de Hegel : par où débuter ?

Message par Tenzin Dorje le Ven 30 Avr 2010 - 11:15

Chesnay a écrit:J'imagine faire partie de cette fraction étudiante réfractaire aux discours pro-hégéliens qui n'arrive pas à entrer dans une réflexion, parce qu'on lui demande d'abord d'y croire, de s'y convertir avant même que de la lire, de la comprendre et l'incarner. Ma question est la suivante : y a-t-il un texte particulièrement accessible pour entrer dans sa philosophie ? Généralement, il y a deux réponses : la première consiste à dire qu'il faut lire L'Esthétique, j'en ai déjà lu mille pages, et me sens toujours aussi loin de le comprendre ; la seconde à éconduire vers La Logique, mais le texte est incontestablement difficile.

Schelling : les âges du monde.
Paracelse (càd. Theophrastus Bombastus van Hohenheim).
Kojève : Introduction à Hegel.
Wahl : Études kierkegaardiennes.
Au 4ème chapitre de la Phéno de l'Esprit de Hegel, Marx, Le Capital.

_________________
L'homme ordinaire est exigeant avec les autres.
L'homme exceptionnel est exigeant avec lui-même.

Marc-Aurèle
avatar
Tenzin Dorje
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 311
Localisation : Dharamshala, HP, India
Date d'inscription : 02/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://miettes-litteraires.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La philosophie de Hegel : par où débuter ?

Message par Plus Oultre le Ven 30 Avr 2010 - 11:44

Tu me sembles déjà très familier avec la philosophie et le lexique hégéliens, donc je me vois vraiment mal te conseiller tel ou tel bouquin... Je suis entré dans la Phénoménologie grâce à Kojève, c'est indéniablement stimulant mais il faut ensuite du temps et pas mal de lectures pour s'en déprendre. Bref c'est plutôt une lecture de complément.

Or il semble bien que tout se joue avec des intuitions, des
connivences, qui entourent d'un certain mysticisme cette philosophie.

Effectivement. Disons qu'il y a dans la lecture de Hegel beaucoup à "deviner". Comme dans toutes les mystiques, c'est cette difficulté, cette opacité du langage mêmes qui garantissent la plasticité de la doctrine, et donc son pouvoir de séduction. Le lecteur de la philosophie hégélienne doit y mettre beaucoup de lui-même, et c'est cela qui la différencie de beaucoup de ses homologues, ou qui en fait au contraire, pour certains, le "summum" de la philosophie (un universel à même d'accueillir et d'absorber l'infinité des particuliers). On ne peut pas pour autant accuser Hegel, même si c'est tentant, de "logomachie" ou de "terrorisme langagier" (c'est en somme le reproche que lui faisait Schopenhauer, pour lequel cette philosophie n'était qu'un miroir aux alouettes, un langage affranchi de tout contenu) : son langage fait système et c'est une condition, un aspect du système. "Penser, c'est généraliser", écrit-il quelque part. Et cette généralisation s'exerce dans et par le langage, par l'intermédiaire du concept.

Le mieux serait peut-être encore de se familiariser avec les principales lectures et les principales intuitions de Hegel, en revenant à sa vie. On ne peut pas comprendre sa philosophie, je crois, et notamment son esthétique, sans prendre la mesure de son admiration pour l'Antiquité gréco-latine. Et on ne peut pas non plus prendre conscience de ce que cette philosophie a de "merveilleusement concret" (dixit l'un de ses plus féroces critiques, Rudolf Haym) sans se confronter à la culture véritablement encyclopédique de Hegel, sans toucher du doigt sa capacité à régenter une somme de connaissances qui faisait aussi de lui l'un des érudits les plus extraordinaires de son temps.
Outre les biographies de Rosenkranz (ancienne) et de Jacques d'Hondt (récente), tous deux hégéliens, est parue il y a peu la première traduction française (par Pierre Osmo) d'une oeuvre importante : Hegel und seine Zeit de Rudolf Haym, un hégélien "repenti". Lorsqu'il écrit les cours qui constituent ce livre, dans les années 1860, Haym est un kantien qui manque sans doute de documentation (il est moins disert que les biographes modernes sur les sources de la pensée hégélienne) mais qui analyse de façon particulièrement pénétrante et le discours, et l'intention fondamentale, et la genèse de la philosophie hégélienne.
Il y a des pages magnifiques mais surtout limpides sur le langage hégélien ("une sphère lisse plus facile à faire rouler qu'à saisir"), un inventaire des grands événements de la pensée de Hegel (l'appropriation de la tragédie grecque, la réflexion sur la figure du Christ, la Révolution française, la rupture avec Schelling, etc). Cela peut être une entrée intéressante, avant de se confronter au reste.

(En ce qui concerne encore le "vocabulaire" de Hegel, a paru récemment chez les Empêcheurs de penser en rond un nouveau commentaire de la Phénoménologie de l'Esprit, que je n'ai pas encore lu, mais qui en reprend le fil par explication successive des concepts et des figures employés par Hegel : Jean-Clet Martin, Une intrigue criminelle de la philosophie. Lire la Phénoménologie de Hegel. Tu peux en consulter les premières pages sur le site de La Découverte : http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Une_intrigue_criminelle_de_la_philosophie-9782359250008.html)

Plus Oultre
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La philosophie de Hegel : par où débuter ?

Message par Courtial le Lun 10 Mai 2010 - 0:10

De Hegel lui-même, je conseille : Encyclopédie des sciences philosophiques, Concept préliminaire (édition de 1827-30), trad. Bourgeois, pp 283-345.
Il y donne une vue d'ensemble de son système, de son rapport avec les autres philosophies, et ceci d'une façon relativement abordable, pas trop jargonnante.
D'une manière générale, quand Hegel s'adresse à des étudiants (donc dans les Leçons : Esthétique, Histoire de la philo, Philo de l'histoire, Philo de la religion), il est naturellement plus lisible que quand il publie un bouquin, qui est à destination des philosophes (Phéno, Grande logique).

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2004
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La philosophie de Hegel : par où débuter ?

Message par Frédéric le Sam 2 Fév 2013 - 0:15


Bonjour,

Le plus solide point de départ pour aborder l'oeuvre hégélienne, et de loin, m'apparaît être le suivant :

G.W.F. HEGEL. BIBLIOGRAPHIE D’INITIATION
Bibliographie sélective, méthodique, progressive et commentée proposée au néophyte francophone des études hégéliennes


Site accessible en : dx.doi.org/doi:10.1522/030141321

Espérant avoir été utile, je salue la confrérie.




Frédéric
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 01/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum