Ontologie, Scénalité ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ontologie, Scénalité ?

Message par Vargas le Dim 9 Sep 2007 - 15:43

Ontologie, Scénalité ?


Qu'est-ce que l'ontologie ? L'étude de l'être en tant qu'être, soit. Mais comment se constitue l'ontologie ? Qu'est-ce qu'implique pour l'homme la constitution d'une ontologie ? Comment s'implique-t-il à travers elle ?

Prenons Heidegger : "le Dasein s'organise dans un appel de la conscience, pour fuire l'angoisse du rien". Ou bien "le Dasein se jette dans le bavardage du On". Ce que nous voyons dans ces propositions, c'est un agencement, une articulation entre différents éléments. Ces éléments entretiennent entre eux des rapports dynamiques qui feront partie intégrante de l'ontologie.

Il me semble ainsi que cette ontologie du Dasein est une scène, c'est-à -dire le rapport d'un être à un autre (le On ou la conscience) organisé dans un scénario (l'appel, le devancement...). Tout fonctionne chez Heidegger comme si dans la face existentielle de l'homme se déroulait une scène...

Mais nul besoin d'impliquer l'homme pour créer une scène. Prenons Descartes : "Dieu créé de manière continue le monde". Ne voit-on pas également une scène à l'oeuvre dans cette ontologie du monde ? Ne voit-on pas un scénario qui présente les dynamiques transcendantales ?

Or ces scènes n'ont aucune existence palpables. C'est quand même incroyable. À la limite, elles ne veulent rien dire. Pour certains, Heidegger c'est vraiment du vent. Comment constitue-t-on la scène Heideggerienne ? Parler de l'être-avec de l'être-là s'opère par une réduction de l'existence empirique vers ses plus petits composants. Lorsque Heidegger voit l'homme qui fait sa petite vie, il en déduit que le Dasein est un être avec. C'est l'un de ses composants primordials, originaires.

Mais cet ensemble d'éléments originaire une fois dégagé et organisé dans un scénario, peut-on encore parler de réalité ? Personne n'a jamais rencontre Dieu, et nombres de philosophes ont fait de jolis scénario. Le propre de la scène ontologique est de toucher le mythique.

Bref, l'homme s'invente, s'explique et justifie son existence au travers d'une scène qui unifie les multiples de son expérience, qui vient faire tenir toutes cette explosion d'éléments empiriques qui pose problèmes lorsqu'ils ne sont pas liés. L'homme est un animal théorisant et il ne peut vivre sans une ontologie, qu'elle soit naïve ou très abstraire. L'homme se raconte et raconte son monde en posant une scène qui le porte, le contient. C'est bien la scénalisation qui constitue l'opération primordiale de l'être humain.



Edit : par Olaf


Dernière édition par le Dim 11 Nov 2007 - 13:05, édité 1 fois

Vargas
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 01/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ontologie, Scénalité ?

Message par nicoG le Dim 11 Nov 2007 - 0:38

je crois que heidegger doutait même de la capacité de la philosophie à apporter quelque chose d'utile.

Pour ma part, je ne vois la philosophie que comme une discipline qui met des mots à l 'oeuvre pour construire des idées, des concepts qui suivent ensuite leur petit chemin, parfois sanglant...
Comme le disait Pascal, les discours sont des associations de mots donnant différents effets de phrases et des associations de phrases soulevant différentes idées.
Dans qu'est ce que penser?, heidegger montre aussi toute la genèse des concepts que porte le mot: Quand il parle de l'apport de la "Tra-duction" de terme grec en des termes allemands , il entend révélé toute l'ambiguité de certains termes grecs, tout l 'impact qu'ils avaient dans la philosophie de leur époque.
Par exemple ce verbe être qui se boucle sur lui même que ce soit dans l'Ethique ou dans la bible pour donner ce concept du "Dieu".
Un peu vite expédié pour heidegger, sans doute, qui en outre soutenait dans le livre évoqué plus haut que la science ne pensait pas! Toujours est -il que je fais davantage confiance aux sciences de la matière qu'aux élucubrations de Heidegger sur l'être.
Les mécaniques quantiques reposent sur des abstractions mathématiques qui me semblent plus cohérentes que des abstractions de mots: lorsque planck met en évidence que les échanges d'énergie se font par "niveaux" à l'échelle atomique , il utilise des données neutres , statistiques.
Il élabore alors un outil qui permettra d'investir certaines propriétés de la matière qui donneront naissance au laser et à la fission et pose également la limite physique des études expérimentales.
Bref il n'y a pas d'interrogation sur un concept nébuleux mais sur un phénomène et la réponse apporté est un outil qui modifie notre approche du phénomène et nom un best-seller qui modifie notre approche d'un concept.
De plus l'idée même d'esprit est aujourd'hui abordé par cette "vulgaire" méthode. A qu'il était naif ce socrate de se moquer de son ancien maitre ! Rolling Eyes

nicoG
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 10/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum