Je ne suis pas un numéro, je suis aaaaargh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Je ne suis pas un numéro, je suis aaaaargh

Message par Bergame le Mar 3 Fév 2009 - 19:32

Est-ce qu'on fait quelque chose pour le 100e inscrit ? On offre un truc, non ? Une nuit en chambre d'hôtes, une green card, un MBA de l'Université de Phoenix ? Un super cadeau mystère qui l'attend au 08.34.45.67... ?

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...

Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 2424
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un numéro, je suis aaaaargh

Message par Vargas le Mer 4 Fév 2009 - 0:27

Tu deviens marketing, Bergame. Tu me déçois :triste:

( :langue: )

_________________
--------------------------------------------------------------------------------
L'effet dévore la cause, la fin en a absorbé le moyen.

Paul Valéry, Poésie et pensées abstraites
(cité par Herbert Marcuse, in L'homme unidimensionnel)

Vargas
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 01/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un numéro, je suis aaaaargh

Message par Bergame le Jeu 12 Fév 2009 - 17:19

Ah le marketing ! Quelle belle discipline que le marketing ! J'en aurais, des choses à raconter sur le marketing. Tiens, savez-vous qu'on fait exactement la même marge sur un hamburger MacMachin -pas citer de marque, surtout celle-la, ça peut coûter cher !- que sur un parfum ? Idem. Le hamburger, vous ne le saviez pas, mais c'est un produit de luxe. Et avez-vous une idée du taux de marge ? Environ 85%. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi la moindre petite starlette, à peine rhabillée, lance ou sa marque de fringue ou son parfum ? Ben maintenant vous savez : Ca coûte rien, et ça peut rapporter beaucoup.
Ah oui, ça coûte rien, parce qu'aujourd'hui, plus personne ne fabrique de parfum. Bon, il paraît qu'il existe encore un ou deux artisans qui réalisent leurs mélanges dans l'arrière-boutique, je veux bien y croire. Mais pour toutes les grandes marques, le business est pas compliqué : Les fragrances sont réalisées par des industriels (ils sont 4 qui se partagent le marché) qui proposent divers échantillons selon le type de femme (ou d'homme) qu'on veut adresser -entre parenthèses, écouter des responsables marketing de la parfumerie, c'est tout un poème ("ben tu vois, il y a la femme active, celle qui fait son jogging le week-end, la femme-femme qui aime son chien, la citadine qui a du temps pour les expos, la romantique qui rêve de vivre à la campagne, etc.") remarquez bien que ça change agréablement des pitchs de proctériens- on fait donc réaliser la fragrance par un fragrancier, on fait fabriquer le liquide par un sous-traitant, on fait concevoir et réaliser le flacon par un flaconnier, on fait embouteiller le liquide dans le flacon par un embouteilleur, on fait réaliser de belles photos par l'agence de pub, et on achète de l'espace dans les magazines féminins -enfin, on fait acheter de l'espace par une centrale. Mais surtout, surtout ! on inscrit le nom du parfumeur sur l'étiquette. Un parfumeur dont n'existe donc que le nom, mais qui représente 85% du prix des parfums. C'est pas beau le marketing ?
D'ailleurs, le parfum devient de plus en plus un business de grande consommation. Enfin, ça devient une affaire d'industriels de la grande consommation, mais ça reste un produit de luxe, c'est ça qui est beau. Quand vous vendez des lessives à 5% de marge grand maximum, pourquoi vous refuseriez-vous de vendre des parfums à 85% ? De toutes façons, ce sont vos mêmes sous-traitants qui réalisent l'une et l'autre. Mais oui ! Les fragranciers produisent aussi bien les fragrances de parfums destinés à la "distribution sélective" que les douces senteurs de lavande ou de brise marine qui embaument vos désodorisants toilette et vos produits vaisselle. D'ailleurs, ce sont également les mêmes qui confectionnent les saveurs fruits de vos yaourts et les goûts bacon de vos chips mais c'est une autre histoire. Alors donc, vous vendez de la lessive, pourquoi ne pas vendre du parfum ? Ben en fait, c'est ce qu'ils font.
Tiens d'ailleurs, qui s'est déjà amusé à regarder quelles entreprises se cachaient derrière les différentes marques d'un rayon ? C'est le choix du consommateur, ça, comme ils disent. Vous faites vos courses, et vous souvenez brusquement que vous n'avez plus de dentifrice. Hop, un tour au rayon hygiène-beauté-santé-machin. Vous êtes là devant un rayon de 2m de haut, proposant des centaines de références, de marques, de produits différents. Que de choix que de choix ! vous dites-vous l'oeil embué et tout de même un peu fier, avouons-le, d'être petit maillon dans la grande chaine civilisationnelle qui a su ériger ce mode de vie unique dans l'histoire de l'humanité. Mais avez-vous déjà été tenté de retourner les emballages pour savoir qui fabrique les produits ? Derrière les centaines de marques alignées devant vos yeux éblouis, shampoings, laques, dentifrices, brosses à dent, crèmes pour le corps, le visage, les mains, mousse à raser, after-shave, savons, huilles essentielles, bains moussants, gels douche et le reste se cachent allez, 6 ou 7 entreprises, pas plus. Les mêmes que vous retrouverez au rayon produits ménagers, lessives, nettoyants en tous genres. C'est pas beau le marketing ?
MacMachin a résolu le problème. Pour éviter les tracas liés à d'éventuelles positions plus ou moins monopolistiques, ils s'astreignent à une politique de la concurrence qui force le respect : Dans chaque pays où ils sont implantés, ils laissent 15% de parts de marché à un concurrent. Jamais plus, mais toujours. Vous n'aviez pas remarqué ? Dans tous les pays "civilisés" aujourd'hui, il y a deux enseignes de fast-food hamburger, pas trois, deux : MacMachin et un local. Parfois même, il parait que MacMachin aide l'heureux élu à atteindre les 15% en éliminant les autres, ils préfèrent n'avoir qu'un seul concurrent en face d'eux, c'est plus facile à gérer. Non, sérieusement, il y a une forme d'esthétique dans le marketing.

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...

Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 2424
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un numéro, je suis aaaaargh

Message par Vargas le Jeu 12 Fév 2009 - 22:10

L'esthétique de l'incontinence (ou in-contenance, c'est au choix) ?

_________________
--------------------------------------------------------------------------------
L'effet dévore la cause, la fin en a absorbé le moyen.

Paul Valéry, Poésie et pensées abstraites
(cité par Herbert Marcuse, in L'homme unidimensionnel)

Vargas
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 01/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un numéro, je suis aaaaargh

Message par Bergame le Sam 14 Fév 2009 - 13:44

Oui, l'esthétique du masque. :clind'oeil: Donner à voir ce qu'on veut montrer, pour mieux disparaitre derrière. On croit connaitre la chose parce qu'on la nomme. On croit atteindre à une identité parce qu'on connait un nom. Mais le nom est un leurre. Les "stars", par exemple, le savent très bien, l'essentiel, c'est de "se faire un nom". Et ce nom, ce n'est pas elles -c'est d'ailleurs souvent un pseudonyme. Mais qu'il soit connu et les gens vous connaissent, ou plutôt, ils ont ce sentiment diffus -et erroné bien sûr- de vous connaître, vous faites partie de leur vie. Oh bien sûr, le nom ne suffit pas à lui seul, il faut aussi fabriquer le discours qui va avec, il faut que le nom évoque quelque chose, peu de choses d'ailleurs, deux-trois idées fortes : Honnêteté, dynamisme, force, beauté, famille, transgression... Le problème essentiel, c'est la constance, disparaitre entièrement derrière le masque. Qu'un peu de réel se laisse entrevoir, et c'est le scandale, le dévoilement, la tromperie. La star n'est pas véritablement ce qu'elle disait être, la marque d'équipements de sports fait travailler des gosses !

C'est assez fascinant, d'ailleurs, je trouve, la différence de stratégies qu'Etats et Entreprises ont adoptés et adoptent toujours, de ce point de vue. L'Etat a plutôt tendance à s'affirmer, si j'ose dire, à se montrer en tant que tel. Il pense que sa justification est à trouver dans le rôle qu'il joue pour la collectivité, en termes de services rendus. Bien sûr, tout n'est pas bon à dire et le bon peuple n'est d'ailleurs pas près à tout entendre, mais qu'on le sache : L'Etat, c'est les commissariats de police, les hopitaux, les casernes de pompier, les routes, les voies ferrées, les infrastructures en tout genre, les administrations, sans parler bien sûr des services sociaux, et des impots bien connus. Les responsables politiques, ceux qui sont au gouvernement comme ceux qui sont dans l'opposition, sont tout autant connus, ils passent à la TV, ils ont des idées et des programmes qu'ils présentent bien comme étant les leurs -et surtout pas celles de leurs conseillers- et qu'ils défendent en long large travers contre les autres, leurs concurrents, etc. j'en passe. A la limite, de l'Etat et des politiques, on en sait trop, on est gavé. Et des entreprises, que sait-on ? Bien peu de choses en comparaison, non ? Je ne sais s'il existe des études sur ce sujet -sûrement- mais je mets mon chapeau à couper que la très grande majorité des individus de ce pays connaissent des Entreprises essentiellement ce qu'en dit la publicité -qui, elle-même, bien entendu, ne parle jamais des Entreprises, mais uniquement des marques. Le marketing, c'est un art de la dissimulation.

Tiens, je me suis amusé à faire la liste des marques "bodycare" et "homecare" des principaux intervenants du FMCG (fast-moving consumer goods, baby !) :

Unilever : Signal, Brut, Rexona, Timotei, Axe, Dove, Sunsilk, Cajoline, Domestos, Skip, Cif, Omo, Sun

Henkel : Fa, Mont Saint-Michel, Diadermine, Le Chat, Vademecum, Teraxyl, Mir, X-Tra, Super Croix, Minidou, Decap Four, Bref vitres, Terra

Reckitt Benckiser : O’Cedar, Cillit Bang, Destop, Harpic, Jex, Saint Marc, Calgon, Fabulon, Maison Verte, Vanish, Woolite, Calgonit, Baranne, Air Wick, Intima, Steradent, Veet

Procter & Gamble : Always, Ariel, Braun, Duracell, Gillette, Head & Shoulders, Pampers, Pantene, Wella, Camay, Febreze, Monsieur Propre, Oil of Olaz, Fluocaril, Oral-B, Tampax, Zest, Vizir

L'Oréal : L’Oréal, Maybelline (Gemey), Garnier, Lancôme, Biotherm, Vichy, La Roche Posay, Elsève, Studio Line, Fructis, Ushuaïa

Colgate-Palmolive : Action, Ajax, Colgate, Génie, La Croix, Paic, Palmolive, Soupline, Tahiti, Tonygencyl, Ultra-Brite

Sara Lee : Monsavon, Sanex, Ambipur, Catch, Kiwi, Williams

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...

Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 2424
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un numéro, je suis aaaaargh

Message par Vargas le Sam 21 Fév 2009 - 0:31

bienvenue à masqueno, notre 100ème membre Wink

_________________
--------------------------------------------------------------------------------
L'effet dévore la cause, la fin en a absorbé le moyen.

Paul Valéry, Poésie et pensées abstraites
(cité par Herbert Marcuse, in L'homme unidimensionnel)

Vargas
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 01/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un numéro, je suis aaaaargh

Message par Bergame le Jeu 11 Juin 2009 - 10:34

Je crois bien être l'auteur du 2000e post. Ca me fait tout drôle. J'ai un peu peur de bugger.

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...

Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 2424
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un numéro, je suis aaaaargh

Message par Vargas le Jeu 11 Juin 2009 - 13:44

 

_________________
--------------------------------------------------------------------------------
L'effet dévore la cause, la fin en a absorbé le moyen.

Paul Valéry, Poésie et pensées abstraites
(cité par Herbert Marcuse, in L'homme unidimensionnel)

Vargas
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 01/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum