Epistémologie (II)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Epistémologie (II)

Message par Bergame le Lun 26 Jan 2009 - 20:19

Croire, c'est assimiler la pensée à l'être.

:?:

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
avatar
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 2806
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epistémologie (II)

Message par lanK le Lun 26 Jan 2009 - 20:30

Je crois qu'il n'y a pas de pensée sans être,mais peut-être peut-on être sans pensée ? :ogjyt

_________________
Soyez patient envers tout ce qui n'est pas résolu dans votre cœur et essayez d'aimer les questions elles-mêmes
avatar
lanK
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 285
Date d'inscription : 12/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epistémologie (II)

Message par Bergame le Lun 26 Jan 2009 - 22:09

Oui, mais est-ce que tu considères par exemple que les deux propositions suivantes sont équivalentes :
- Je pense que X existe
- X existe.
C'est ce que j'entends par "assimiler la pensée à l'être".

Prenons l'exemple classique de l'existence de Dieu.

(1) On ne peut pas ne pas penser vrai : Lorsque je pense p, je pense que p est vrai. Ce que je pense est donc vrai -subjectivement, pour moi. Si je pense :
p= Dieu existe
alors p est vraie pour moi.

(2) Mais que je pense p n'implique pas encore que Dieu existe. Pour la raison que Kant a donnée à propos de l'argument ontologique : De la pensée, on ne peut déduire l'être.
Il y aurait donc une nuance à trouver entre une vérité subjective (valable pour moi seul, une conviction ou une certitude) et une vérité objective (= réel).

Croire p, ce serait donc juger p vraie absolument, objectivement. Lorsque je crois que Dieu existe, je ne suis pas dans la situation cognitive qui puisse me permettre d'envisager l'alternative.
Dans ce cas, les postulats mathématiques, par exemple, seraient plutôt des propositions du type (1). Les hypothèses également.
Ca a l'air de rien, mais le statut a priori de l'hypothèse m'a toujours posé problème.

Si cela vous évoque des références théoriques, je suis très preneur.

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
avatar
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 2806
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epistémologie (II)

Message par Bergame le Lun 26 Jan 2009 - 22:17

Ah non, zut, c'est n'importe quoi ! Je vais reformuler.
Ca m'énerve, cette question ! :colère:

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
avatar
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 2806
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epistémologie (II)

Message par Bergame le Mar 27 Jan 2009 - 14:37

Donc, l'exemple classique de l'existence de Dieu.

(1) On ne peut pas ne pas penser vrai : Lorsque je pense p, je pense que p est vrai. Ce que je pense est donc vrai pour moi -subjectivement. Si je pense :
p= Dieu existe
alors p est vraie pour moi.

Cela me parait ressembler à une certitude au sens cartésien.

(2) Lorsque je dis : "Cela me parait ressembler à une certitude", j'introduis une proposition que je crois vraie, mais à laquelle, manifestement, j'attache un degré de conviction plus faible que dans le cas (1).
Pourquoi ? Parce que je sais que cette proposition porte sur un objet dont l'existence peut être vérifiée empiriquement. Et je le sais parce que j'ai déjà rencontré cet objet. Seulement, je me souviens plus précisément de son contenu, je ne suis pas certain de la validité de mon information -par exemple dans le cas présent, parce que je n'ai pas envie de vérifier et que je dispose d'une "mémoire de poisson rouge", comme dit ma femme, bref.

Je ne sais pas comment qualifier ce type de proposition. Proposition douteuse ?

(3) Que je pense p n'implique pas encore que Dieu existe. Pour la raison que Kant a donnée à propos de l'argument ontologique : De la pensée, on ne peut déduire l'être.
Il y aurait donc une nuance à trouver entre une vérité subjective (valable pour moi seul, une conviction ou une certitude) et une vérité objective.

Mais cette vérité objective n'est pas encore le réel (= empirique). En effet, qu'une proposition p soit valable pour tout le monde, y compris pour moi, n'implique pas encore qu'elle corresponde à un état de fait dans le monde.
Si tout individu en ce monde était persuadé que Dieu existe, cela n'impliquerait pas encore qu'une entité transcendante ait une quelconque réalité empirique en quelqu'endroit de l'univers.
En revanche, tout se passerait dans le monde comme si cela était effectivement le cas. Et à dire vrai, Dieu existerait.
Pourtant : Il n'y aurait eu nul besoin de vérification empirique à cette proposition pour qu'elle soit vraie.

Ceci me semble correspondre à la croyance.

(4) Lorsque je formule une proposition que je crois être vraie, mais qui est destinée à être vérifiée empiriquement, je formule une hypothèse.
Elle est similaire à (1) mais doit être vérifiée par expérience.
Elle est différente de (2) car je n'ai pas encore jamais rencontré l'objet empirique.
Elle est différente de (3) car elle n'est pas validée par l'accord général, mais par l'expérience.

C'est pas encore ça. Il faut distinguer la certitude et l'hypothèse.

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
avatar
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 2806
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum