Séparatisme adamique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Séparatisme adamique

Message par Tenzin Dorje le Jeu 26 Juin 2008 - 22:30

Un parti politique s'articule autour d'une tendance politique.
La tendance porte :


  1. Sur la modalité selon laquelle devraient s'articuler les acteurs sociaux (individus, groupes, entreprises, etc) : dans quel langage, selon quelle forme et quelle approche (distante ou familière), etc.
  2. Sur la distribution du pouvoir : centralisé ou non ; direct, semi-direct ou représentatif, etc.
  3. Sur le rapport que les acteurs sociaux devraient avoir á la propriété et a la production : communiste, libéral, corporatiste, etc.


Bref, une tendance est une formule d'une "psychologie des masses", selon l'expression de Miguel de Unamuo.
Personnellement, je suis incapable d'énoncer "les principes d'une psychologie des masses", de dire comment les acteurs sociaux devraient s'articuler, de dire quel devrait être leur rapport à la production et à la propriété (par exemple : "les places de parc devraient-elles être privées ou publiques ?"), de dire comment devrait être distribué le pouvoir, etc. Pourtant, je nourrit le désir de composer AVEC les acteurs sociaux (entreprises, services publics, individus), pas unqiuement contre ou derrière pour les niquer.
J'ai trouvé ma voie : c'est celle du dialogue.
Es théologie, certains auteurs décrivent les étapes du chemin jusqu'à Dieu, à la foi ou a la pureté morale. Ils créent des "programmes" théologiques constitués d'injonctions : "il faut", "puis il faut...", "enuite il faut se débarasser de ceci", "quitte la ternissure que te cause ta famille" (Luther), etc.
Mais a ces programmes, Michel de Certeau, et moi avec lui, substitue la Parole de Dieu. Simplement : il n'y a pas de programme, je fais chaque pas selon la Parole de Dieu, selon mon dialogue avec lui, sans savoir ce que sera le prochain, sans savoir ce qui viendra ensuite, ce que je serai appeler à être, a faire, etc.
En politique, je substitue les programmes au dialogue ! Exactement de la même manière que dans le domaine de la théologie.
Mais pour qu'il y ait dialogue, il faut qu'il y ait des acteurs sociaux avec qui dialoguer. Déja je constate qu'il faut (il faut, il faut) une pluralité d'acteurs sociaux. Je suis donc pluraliste. Il doit bien y avoir un éclatement du pouvoir, et fatalement, j'élis une "distribution du pouvoir" dans ma politique : je veux l'éclatement et, alors, je favoriserai les réseaux routiers, les medias, les imprimeries, l'internet, etc. La médiologie est au premier plan (et c'est l'intéret majeur de ma politique, et ses sujets-clés) : il faut donner au plus grand nombre les moyens de la parole.
C'est une politique pluraliste, disons même séparatiste : la séparation l'arrange, l'atomisation des acteurs sociaux l'arrange - elle en arrangrait même comme on peut arranger des divorces.
C'est le moyen du dialogue, le dialogue étant la fin (avant même les solution qui sont des synthèses, des compromis).

_________________
L'homme ordinaire est exigeant avec les autres.
L'homme exceptionnel est exigeant avec lui-même.

Marc-Aurèle

Tenzin Dorje
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 311
Localisation : Dharamshala, HP, India
Date d'inscription : 02/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://miettes-litteraires.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Séparatisme adamique

Message par SShut7pi le Sam 28 Juin 2008 - 17:03

Je veux bien répondre mais pour moi ce n'est pas un problème politique, ou tout cas pas un problème de normes. Le monde pluraliste que tu décris, où le pouvoir s'exerce réticulairement et non verticalement et à froid, il émerge tout seul... Effet de l'histoire, de la technique, de la démocratie... j'en sais rien... c'est une question métaphysique..

Je pencherais plutôt pour l'éclectisme "politique" suivant :

- une méfiance radicale envers les "tu dois" et "il faut" pensés comme des a priori fondamentaux, des "impératifs catégoriques" ( du libertarianisme sans immixtion de l'économique). Pas de surmoi. Pas de surmoi chrétien en tout cas.

- la "régulation" par une éthique existentialiste et émotionnelle, via le "lien", lien aux autres et lien au "moment" : je suis fondamentalement individualiste, et je veux m'"épanouir". D'abord, je pense qu'il faut manipuler et "niquer" les gens. Mais ça ne marche pas, ça me déséquilibre, c'est anxiogène, je perds la confiance des autres et leur amour. Alors je comprends que je dois respecter l'autre, et que j'ai besoin de lui pour m'accomplir. Ce n'est pas "aimez vous les uns les autres", c'est "aime toi, et tu aimeras les autres".

Voilà, c'est une question de "lien", l'exercice du pouvoir dans les réseaux sociaux.

Je t'avais prévenu que j'avais rien à dire sur le politique.

SShut7pi
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 27
Localisation :
Date d'inscription : 12/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum