Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Aller en bas

Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par philodingue le Sam 7 Juin 2008 - 17:08

Le meilleur moyen d'ignorer la profondeur de pensée d'un penseur qui gêne le train-train verbeux de tous nos philosophes contemporains comme celui de se donner à bon compte l'apparence de posséder une opinion sur une oeuvre si difficile est d'en appeler au tribunal de l'histoire pour condamner Heidegger et par là même rendre son oeuvre sulfureuse et infréquentable aux jeunes pour en bout de course se satisfaire du voile de silence qui peu à peu recouvre son travail pour se concentrer sur son comportement . Il faut le dire et le crier Heidegger est, que cela nous fasse plaisir ou non, le plus grand philosophe depuis Aristote, qu'il surpasse d'ailleurs en de nombreux points même si dans sa vie il ne fut malheureusement qu'un médiocre nazi . Le paradoxe est fort mais il est réel et insoluble .

Revenir à Heidegger, c'est revenir à une pensée innovante et bouleversante ,qui laisse loin derrière tous le fatras académique , toute la dialectique et même la plus grosse partie de la phénoménologie ,comme tout le verbiage de nos "philosophes" médiatique .

Philosopher n'est ni discours politique ni discours de sagesse ni discours idéologique ,c'est laborieusement ,pas à pas ,viser à l'essentiel sans se laisser détourner pour une satisfaction personnelle et passagère , c'est préférer le difficile voire l'informulable au simple sans intérêt , c'est être à l'écoute du mystère de l'être et du monde qui nous constitue dans ce que nous sommes ,là où nous sommes dans notre temps et non dans un ciel métaphysique épuré de toutes les contingences .Comment , par exemple, pouvons nous répéter que nous sommes des "animaux raisonnables" , alors que nous ne savons même pas le sens philosophique d' "animal" et de"raisonnable" sans compter celui du mot"vie" et du mot "esprit " qui nous compléterait ?. Le grand Descartes considère tout ceci comme allant de soi, que nous avons une double nature ,pas Heidegger !Tant de questions nous assaille quand nous faisons retour sur nous même ,comme l'enfant qui naïvement mais génialement s'interroge sur ce qu'est une chose, qu'est-ce qui fait qu'une chose est . Avant d'écrire toute sa physique et sa métaphysique Aristote aurait dû se poser cette question toute enfantine .

C'est à cette discipline , à cette déconstruction de nos à priori , de nos évidences qu'Heidegger nous invite .Aucun thème essentiel qui touche à notre condition humaine ne lui est étranger .
questions possiblement à débattre
qu'apporte le Dasein dans le débat sur l'homme et la nature du Monde ?
Qu'en est-il du temps ?
Qu'en est-il de notre liberté ?
Qu'en est-il de dieu ?

philodingue
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 07/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par Vargas le Lun 9 Juin 2008 - 9:42

Salut !
C'est par ici pour les présentations Wink

Ah bah tiens.
Tu soulèves quelque chose qui m'interpelle

Je ne reviens pas sur le fait de savoir si Heidegger est le plus grand philosophe ou non depuis Aristote.
A mon sens, non, lui-même est tombé dans un tout autre verbiage peu communicable durant la 2ème moitié de son oeuvre, mais peu importe.

Au sujet de l'attitude visant à mettre entièrement sa philosophie au banc des accusés, que dire, sinon qu'on sait désormais que c'est un problème qui demande de la patience et de l'intégrité intellectuelle pour ne rien concéder à l'oubli de l'inexcusable d'une part, à celui de la bienpensance d'autre part.

Cependant, l'expression conspiration du silence est forte.
Une grande part de ce silence est due à la langue volontairement difficile d'Heidegger.
C'est son projet, il a persévéré dans ce sens, très bien, mais il n'y a rien d'étonnant dans le fait qu'il ne soit pas aussi lu que d'autres dont la réception est plus facile, et l'oeuvre profonde.


En revanche, je suis curieux de savoir "pourquoi Aristote ?"
Qu'est-ce qui fait continuité entre les 2, outre l'importance de l'oeuvre ?
Les catégories, une articulation entre l'ontologie et la poétique, etc...
Bref qu'est-ce qui est en jeu chez les 2 à la fois ?

Quand je pense la place d'Heidegger en philo, dans son contexte, quand je lis des pages de certaines de ses oeuvres, il y a effectivement la figure d'Aristote qui se dessine, mais comme intuition des sensibilités philosophiques, sans avoir assez de matière pour comprendre l'enjeu d'un tel rapprochement de leur projet.

_________________
--------------------------------------------------------------------------------
L'effet dévore la cause, la fin en a absorbé le moyen.

Paul Valéry, Poésie et pensées abstraites
(cité par Herbert Marcuse, in L'homme unidimensionnel)

Vargas
e-Vok@teur
e-Vok@teur

Nombre de messages : 777
Localisation : Vocalisation
Date d'inscription : 01/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par Pierre Rivière le Lun 9 Juin 2008 - 20:05

Puisque Philodingue semble si passionné par cet illustre oncologue (désolé, je voulais dire ontologue), Pierre Rivière a envie de répondre en questionnant la question qui ouvre le questionnement.

philodingue a écrit:Qu'apporte le Dasein dans le débat sur l'homme et la nature du Monde ?
ou plus précisément: En quoi le dasein renouvelle la conception traditionnelle du sujet? Scolairement, on nous (nous, étudiants en philosophie) enseigne à comprendre sommairement le dasein comme l'être humain, mais il y a certainement plus que cela. Donc, j'apprécierais que vous partagiez avec nous votre conception de la spécificité de la conception heideggerienne de l'être humain par son idée du dasein.

En souhaitant qu'Alètheia, avec ses formes bien arrondies, m'éclaire par la voix de votre voie,
Monsieur Rivière
avatar
Pierre Rivière
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 24/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par philodingue le Mer 11 Juin 2008 - 18:15

A Vargas
Aristote ,parce que pour Heidegger une fois sa Métaphysique reconnue comme moment indépassable de la vérité de l'Être ( vérité de l'étant, vérité du temps ), tout est joué , de la philosophie ultérieure ,y compris de celles qui pensent la renverser alors qu'elle n'en sont qu'une illustration particulière .En remontant en deçà auprès des premiers penseurs de la Grèce ,Heidegger vise rien de moins qu'à dévoiler les fondements originaires de de la pensée aristotélicienne , fondements oubliés qui mis à jour , nous autorise une appropriation véritablement nouvelle des questions éternelles de la philosophie . Celle du Sophiste , que dit-on quand on parle de l'étant ? Qu'est-ce que l'être de l'étant ? La solution aristotélicienne de la substance est-elle la plus adéquate ? D'autres questions relatives au sujet et au concept de Temps , qui découlent des premiers principes posés quant à l'être, se pressent tour à tour . C'est pourquoi , contrairement aux autres il est difficile de parler de continuité entre les deux philosophes même si ponctuellement on peut faire des rapprochements . Une fois déconstruite la métaphysique n'offre plus, à mon sens, de véritable intérêt pour la réflexion heidegerrienne et ce n'est plus à partir de ses conclusions qu'elle organise son projet .Si nous les rapprochons c'est que nous vivons dans un monde aristotélicien , que ce monde étouffe la pensée des origines ,ainsi qu'une pensée véritablement nouvelle de notre humanité . J'en ai fait l'amère expérience avec son fidèle interprète scolastique , je veux parler de Thomas d'Aquin et sa vision orientée du message chrétien .
J'espère pouvoir m'étendre un peu plus sur la question du dasein et sur l'éclairage nouveau qu'elle nous apporte à la compréhension du (sujet) et de notre condition

philodingue
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 07/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par philodingue le Jeu 12 Juin 2008 - 15:13

Je reviens sur ce rapprochement entre Aristote et Heidegger , qui par certain côté peut trouver une justification.

C'est je crois dans une bonne compréhension du concept le plus innovant de l'ontologie fondamentale ,celui de Dasein, que l'on peut sans doute saisir quelque chose comme une espèce de parenté , je veux parler du rapprochement que l'on peut faire entre la notion de puissance chez Aristote et la perspective que nous avons à conquérir d'un dasein comme pure possibilité qui est son sens final

Malgré les traductions françaises ,tout à fait pauvres, de ce qu'a voulu exprimer heidegger , dans la série des déterminations de l'existant que nous sommes aussi , on devine le contour d'une entité qui se cherche sans contenu de quid ( d'essence ) thématisé en premier lieu chez les premiers traducteurs par l'expression "être là" puis par celle "d'avoir à être" ,enfin par H lui-même à partir d' un des traits spécifiques mais incomplet du Dasein , par un impossible "'être -le- là "ou l'être de l'ouvert dont la visée tend à évacuer définitivement la subjectivité du sujet

Il semble que le consensus actuel des traducteurs se soit fixé sur une 'expression privilégiée tendant à fournir un accés simplifié à la notion de Dasein à savoir ,"avoir-à-être", expression qui porte en elle l'idée d'une obligation à une certaine positivité que personnellement je conteste . C'est ici que l'on peut recourir à Aristote et à son célèbre distinguo entre l'acte et la puissance pour nous éclairer sur ce que Dasein doit vouloir dire si l'on veut être absolument respectueux de la démarche du philosophe et de ce qu'il a fondamentalement en tête .

Nous avons la possibilité en français de rapprocher l'être et la possibilité qui nous donne, tout d'abord , un "être possible" trés satisfaisant pour la plupart d'entre nous . le Dasein aurait dans ses possibilités à être ceci ou cela selon cette manière d'être ou un autre .Adopter ce registre c'est opter pour une définition existentielle tout à fait compatible avec les traditionnelles définitions appelant au retour sur soi et au renforcement de son soi ,que d'aucun (Spinoza ) appelle la "puissance d'être " ."L'avoir à être" de nos traducteurs peut être compris ainsi et il l'est le plus souvent comme çà d'ailleurs .Mais le voir ainsi nous fait réintégrer dérechef la métaphysique traditionnelle en nous éloignant de ce qui meut fondamentalement Heidegger , imprégné des exigences éthiques de son luthéranisme d'adolescent .

On peut sans doute avoir une autre compréhension de cet "avoir à être" , plus fine, qui consiste en nous appuyant sur l'idée d'obligation à entendre "l'avoir -à-être" comme un appel simple à un comportement , qui correspond à cette expression tout aussi utilisé et alternative de nos traducteurs de "manières d'être" .Un Dasein non dénaturé ,pourrait être ainsi abordé par le biais des "manières d'être" qui aurait le mérite d'écarter de la détermination recherchée toute intrusion d'un quelconque contenu existentiel déterminé .Là aussi le danger est grand de solidifier positivement par ce détour, cette "manière d'être" ou ce comportement en quelque chose qui se rapproche d'un jugement moral sur le caractère mauvais ou bon d'un acte dit intentionnel quel que soit sa visée concrète .

Dans l'eau froide Aristote pas plus que nous ne perçoit directement l'eau chaude qu'elle pourra être , C'est en transposant dans les choses ce qu'il pressent dans son esprit et en l'élevant à son niveau formel et universel qu'Aristote découvre le couple Acte - puissance qui fonde toute sa métaphysique ainsi que la compréhension du mouvement et du temps .Il ne lit pas directement cette disjonction dans les choses mais dans les profondeurs de son âme . Tout étant est à la fois être en acte et être possible (en puissance ) Arrivé à ce point , il y a encore concordance d'analyse et unité de l'être qu'il s'agisse de l'homme ou du sensible . Mais l'expression ÊTRE-POSSIBLE rate totalement la notion qu'Heidegger cherche à dégager , il faut encore aller plus loin et se dégager de l'emprise aristotélicienne .

Le Dasein n'est pas être-possible mais pure possibilité d'ÊTRE . Cette notion n'est pas tout à fait étrangère à la tradition philosophique , il suffit de se souvenir de la conception de Dieu chez Thomas d'Aquin ACTE PUR ou POSSIBILITÉ PURE , où le plein de l'acte rejoint le vide de la puissance .En tant que pure possibilité d'Être le Dasein échappe à toute catégorisation métaphysique , catégories ou genre , il est d'un autre ordre , ordre qu'Heidegger s'efforcera d'éclairer dans toute la première partie de son oeuvre .

philodingue
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 07/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par Pierre Rivière le Ven 20 Juin 2008 - 3:04

Il me semble n'y avoir qu'une fragile frontière entre la caractérisation du dasein comme pure possibilité d'être et la liberté ontologique (ou plus précisément celle du néant) de Sartre...

J'ai l'impression que cette caractérisation du dasein comme pure possibilité d'être met de côté l'être-face-à-la-mort. La possibilité de son impossibilité révèle qu'il n'est pas l'être, mais l'être en tant qu'il déchoit dans et vers l'étant. L'être de l'étant n'est, tout au moins, pas pur, pas l'être pur. Par ailleurs, en tant que le dasein est l'ouverture comme site de donation de l'être à l'étant, c'est ce face-à-face avec son impossibilité même qui lui révèle la forme de sa possibilité d'authenticité. Il se révèle non pas comme un objet dans le monde qui peut disparaître à loisir, mais ce sur quoi repose la présence ontologique du monde, c'est-à-dire le site de son ouverture qui est l'essence du dasein comme être face au temps. Être qui se dévoile sous la forme du temps en tant qu'il est l'être qui déchoît perpétuellement de lui-même vers l'étant. Autrement dit, à partir de la forme temporelle primordiale du futur comme destin.
avatar
Pierre Rivière
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 24/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par philodingue le Jeu 26 Juin 2008 - 22:48

Ne pas confondre l'Etre face à la mort de l'existentialisme avec ETRE-POUR-LA-MORT d'Heidegger. Etre-pour-la-mort ,est un tout indissociable et un existential au même titre que être-au-monde ,.être-au-monde ou être-pour-la mort , sont des perspectives sur le dasein .L'être-pour-la mort est constitutivement libre , liberté qu'il ne peut en aucun cas perdre même et y compris dans l'affairement auprés du monde .C'est devant le vertige de cette liberté originaire que le dasein fuit le plus souvent.et non pas comme on le croit le plus souvent devant la conscience de sa mort .
Sartre confond les niveaux existentiel et existential .

philodingue
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 07/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par Tenzin Dorje le Jeu 26 Juin 2008 - 23:04

En tous cas, je vous remercie, votre blabla me faire rire et sourir.

C'est un humour un peu élitiste, mais bon, c'est comme ça, j'ai eu accès à tous les bouquins du monde alors je suis un élite.

_________________
L'homme ordinaire est exigeant avec les autres.
L'homme exceptionnel est exigeant avec lui-même.

Marc-Aurèle
avatar
Tenzin Dorje
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 311
Localisation : Dharamshala, HP, India
Date d'inscription : 02/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://miettes-litteraires.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par Pierre Rivière le Jeu 26 Juin 2008 - 23:31

Si la philosophie peut faire rire, alors au moins elle a une utilité. :)
avatar
Pierre Rivière
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 24/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par philodingue le Ven 27 Juin 2008 - 11:47

C'est vrai cela peut être considéré comme du bla-bla ,question d'appétence pour l'originaire , ainsi moi je m'assoupis dans les considérations générales , les idées conformistes, les sujets dits de société, le ron ron des discours la philosophie historisante d'Onfray , la médiologie , la sociologie etc . J'aime creuser jusqu'à l'absurde , trouver la source , dévoiler les contradictions au risque de me perdre , m'y plonger , Heidegger est ce compagnon nécessaire et si rare , toujours surprenant , défricheur de la pensée , souvent jargonnant mais jamais pour ne rien dire , ne rien signifier . Il n'est pas de ceux qui ont tout compris, tout vu , tout entendu , il ne fait pas de la philosophie comme on fait son marché au bazar des idées générales , il tente de penser à partir de rien ,de son expérience vivante de penseur solitaire sur son chemin de campagne indifférent aux gloussements des imbéciles sourd à ceux qui osent le jauger selon un autre critère que le sérieux de sa quête personnelle .

philodingue
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 07/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par Bergame le Lun 7 Juil 2008 - 11:47

Tout cela est très intéressant et, personnellement, j'aimerais bien vous demander, aux uns et aux autres, une petite contribution synthétique quant à votre interprétation de l'ontologie heideggerienne : En quoi Heidegger, au-delà du jargon -mais qui est partie intégrante de la théorie, on le sait- peut-il nous aider à penser ? Est-ce que l'un ou l'autre se sentirait d'attaque pour lancer quelque chose là-dessus ?

Mais à part cela, et pour rester sur la question qui nous intéresse ici, philodingue. Je n'adhère franchement pas aux procès en sorcellerie, et évaluer une oeuvre philosophique au regard des affinités politiques de son auteur me semble bien peu exigeant, intellectuellement.
Toutefois, quitte à réagir à ce procès, ne faudrait-il pas faire référence à cette pièce du dossier que constitue le récit de la période nazie par Heidegger lui-même ? Je ne connais l'Introduction à la Métaphysique que de seconde main, mais il me semble qu'au vu de ce que cette période signifie pour l'histoire de l'Allemagne, l'histoire de l'Europe et même, éventuellement, l'histoire du monde, Heidegger, étrangement, n'y pense pas très loin, non ?
avatar
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 3315
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par cedric le Mar 8 Juil 2008 - 9:19

Heidegger, ou comment faire encore de l'ontologie après Nietzsche.

Ce qui peut être intéressant chez Heidegger, c'est qu'il maintient une universalité par le Da-sein. En gros, à un stade de l'histoire des idées qui tend à basculer vers le subjectivisme, il maintient une universalité située au niveau de l'être, le Da-sein étant une structure a priori de l'être que tout humain possède, structure étant mue par diverses qualités,l'angoisse...Le mieux chez Heidegger, sa magnifique analyse du temps, qu'il oppose au paradigme aristotélicien de la temporalité conçue de manière physique. On peut trouver cette analyse dans Etre et Temps mais surtout dans le dernier chapitre de son bouquin intitulé Les problèmes fondamentaux de la phénoménologie. Ce qui est drôle avec ce penseur, c'est qu'il est capable d'analyses splendides, mais aussi, d'autre part, de travaux plutôt pitoyables, voir Le principe de raison suffisante.



cedric
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 440
Date d'inscription : 02/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par philodingue le Ven 11 Juil 2008 - 8:14

A Bergame

A ce procès en nazisme Heidegger ne peut opposer que sa pensée spéculative , certainement entre toutes celles des grands philosophes la plus imperméable à toute espèce de considérations sur les valeurs , la biologie , les distinctions raciales ou les thématiques de la puissance . Du dasein avec ses existentiaux rien d'autre ne peut être tiré qu'une lucidité tragique de l'homme face à une liberté constitutive .Mais l'homme n'est pas toujours dans la vérité du Dasein et l'Heidegger historique pas plus que les autres , il peut aussi mal penser et mal agir , vivre médiocrement, cela n'enlève rien à la profondeur exceptionnelle de son oeuvre .

philodingue
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 07/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par nakor le Lun 4 Aoû 2008 - 12:11

Bonjour.


Quelle découverte que ce forum ! Cela fait quelques
temps que je viens lire des débats, et j’apprécie particulièrement les petits « cours »
de Olaf. Mon intérêt pour la philosophie étant récent je n’ai pas encore les
connaissances ni les capacités réflexives pour vous suivre dans la profondeur
des analyses. Cependant j’ose enfin m’inscrire afin d’avoir votre avis sur un
livre polémique : Pourquoi des
philosophes
de Jean-François Revel
datant de 1957. Et plus particulièrement sur la question de Heidegger. Je
précise que je n’ai pas lu Heidegger, je commence tout juste à lire la
philosophie et des amis m’ont déconseillé de m’attaquer tout de suite à lui !



Revel reproche à Heidegger de ne rien dire sur l’Etre et
très peu de choses nouvelles sur l’Etant. Sur la question de l’art il observe
la « platitude » de ses analyses (L’origine de l’œuvre d’art).
Il est compatissant envers les Heideggériens qui se froissent quand on cherche à savoir plus
précisément ce que signifie tel ou tel point de sa pensée, car il sait que l’ontologie
Heideggérienne devait être véritablement traitée dans le second volume de Etre
et Temps
, volume qui n’a pas vu le jour. De plus il constate l’omniprésence
de tautologies dans les développements.


Pour terminer, et ça sera dans la thématique de Heidegger et
le Nazisme, Revel avance dans un autre livre (La connaissance inutile)
cette idée : « ou bien l’engagement politique de Heidegger découle de
sa philosophie, et cela met en question le sens de cette philosophie ; ou
bien elle n’en découle pas, et si un philosophe peut faire un choix aussi grave
qui soit dénué de toute relation avec sa pensée, alors cela démontre la
futilité de la philosophie même. »





Tout cela pique ma curiosité.

nakor
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 04/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par Pierre Rivière le Mar 5 Aoû 2008 - 0:04

nakor a écrit:« ou bien l’engagement politique de Heidegger découle de
sa philosophie, et cela met en question le sens de cette philosophie ; ou
bien elle n’en découle pas, et si un philosophe peut faire un choix aussi grave
qui soit dénué de toute relation avec sa pensée, alors cela démontre la
futilité de la philosophie même. »

Sophisme du faux dilemne, basée sur l'absence de créativité de la part du lecteur pour trouvé une autre possibilité. Les arguments disjonctifs (ou..., ou...) sont souvent louches.

Solution: ou bien la politique et la philosophie, pratiquée d'une certaine façon, sont étrangères, et la pensée philosophique ne donne aucune certitude pratique, aucune règle de conduite. L'un ne découle pas nécessairement de l'autre (philosophie et politique).

Affirmer que le sens de l'être est la temporalité ne vous aide pas à savoir comment préparer un gâteau.

D'ailleurs, Heidegger avait répondu à une question au sujet de l'apport de la philosophie en politique (ou qqc du genre) et il répondait, tout simplement, qu'en philosophie les arguments d'autorité sont interdits.

Heidegger est simplement maladroit de ne pas avoir fait une déclaration publique au moment de son engagement disant que ce n'est pas en tant que philosophe qu'il s'engageait dans le partie nazi, mais en tant que citoyen. Ce que les surréalistes ont faits lors de leur engagement dans le PC français. De plus, Martin était politiquement stupide.



Mais une fois qu'on a établit le débat sur un terrain neutre, il y avait certainement des raisons découlant de sa pensée qui le portait à vouloir prendre politiquement part à son époque. Mais, dans le cadre ennuyant des papa-professeurs de la castration universitaire, c'est le genre de choses dont il est impossible de discuter (ce n'est pas complètement impossible, mais les détails sont des détails) sans tomber dans les banalités les plus stupides que les anti-Martin H. et pro-Martin H. ne cessent de se lancer depuis quelques décennies.
Les arguments sont depuis toujours les mêmes et se réduisent à dire Martin était un nazi ce qui invalide sa pensée contre son engagement nazi fut de courte durée et ce fut une erreur car il s'était trompé sur la nature du régime. Et puis là ils vont sortir des citations et des références de n'importe quelle origine pour défendre une affirmation ou l'autre.

Le comble du malheur étant que ce sont les deniers publics (les nôtres en théorie, ou les vôtres parce qu'on a pas ce débat public chez nous :gsdgr: ) qui financent ces gros cons en chair(e).

Mon conseil: éloigne-toi de ce débat.

ÉDIT: Si tu peux t'éloigner de Jean-François Revel tout court, c'est encore mieux.
avatar
Pierre Rivière
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 24/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par Bergame le Jeu 7 Aoû 2008 - 22:37

J'aimerais quand même ajouter une pièce au dossier. C'est presque ennuyeux de le faire, effectivement, dans l'ambiance actuelle autour de Heidegger, mais je trouve que l'analyse de H.Arendt sur son ancien maitre est quand même sacrément jolie, et surtout, qu'elle dépasse largement le seul cas Heidegger. J'essaie de la retrouver en quelques mots.

Arendt commence par expliciter ce qu'est la phénoménologie pour Heidegger : Dire (logos) ce qui apparait (phaenomenon). Elle rappelle ce que disait Heidegger de cette méthode : "Aristote doit préparer à Platon".
Or, Arendt conteste la dépréciation heideggerienne de la vie qui est derrière la notion d'authenticité, et qui lui semble typique d'une attitude envers le monde fondée sur le bios theoreticos (vita contemplativa). Elle oppose alors Socrate à Platon -une opposition classique chez Arendt- et pose que l'opposition entre doxa et vérité n'est pas socratique, mais platonicienne -ce, qu'au reste, enseignait Heidegger, dit-elle.
En effet, la doctrine de Socrate serait que le monde est commun à tous, mais se manifeste différemment à chacun. Pour Socrate, la doxa est donc synonyme de pluralité des points de vue, et le sage d'Athènes serait un rhétoricien qui enseigne à prendre en compte cette pluralité, ce que montrerait bien son procès. De fait, sur le plan politique, la doctrine socratique fait du philosophe un aiguillon de la Cité -à ses risques et périls.
Au contraire, la doctrine platonicienne fait du philosophe le régisseur de la Cité. Ce qui, dans les termes d'Arendt, signifie qu'elle donne à la philosophie un horizon qui est totalement éloigné de la politique. En effet, elle consiste en une méthode pour s'arracher de la doxa, multiple, afin d'atteindre à une vérité, unique. Une méthode représentée métaphoriquement par exemple dans le Mythe de la Caverne.
Or, ce mythe, dit Arendt, dans sa signification globale, montre aussi combien le bios théoreticos se vit seul au monde : C'est seul que le philosophe s'extrait de la caverne, et c'est parce qu'il "dépasse" la doxa qu'il s'extrait de la caverne. Aussi, lorsqu'après avoir contemplé la Vérité, il s'en revient parmi les hommes, le philosophe a-t-il détruit en lui la pluralité des points de vue qui est part de la condition humaine. Comment, dès lors, demande Arendt, pourrait-il ne pas être enclin à la tyrannie ?
avatar
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 3315
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par Bergame le Mer 18 Fév 2009 - 12:25

Un peu naïvement, je pensais que les questionnements sur les liens idéologiques entre Heidegger et les nazis étaient récents, mais il semble qu'en Allemagne, ils aient une longue histoire, je ne mesurais pas cela.
Par exemple, je découvre ce qu'écrivait Löwith dans Ma Vie en Allemagne avant et après 1933 , qui considérait que pour offrir à Hitler sa bénédiction, il suffisait à Heidegger de "sortir de l'isolement encore semi-religieux et à transposer le Dasein "propre à chacun" et son devoir en Dasein proprement allemand, avec son destin historique, pour introduire, dans le mouvement général de la vie allemande, la course à vide des catégories de l'existence ("se décider pour soi-même", "s'en tenir à soi devant le néant", "vouloir son destin", et "s'en remettre à soi-même") pour se mettre à pratiquer la destruction sur une base politique."
Indépendamment de ce qu'on en pense donc, le questionnement n'est pas nouveau.

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
avatar
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 3315
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par Courtial le Ven 20 Fév 2009 - 20:18

Cela va plus loin que tu ne le dis, il me semble, en particulier quand tu parles de "questionnement", car à ma connaissance, il n'y a pas de question en Allemagne, sur ce sujet.
D'où l'ahurissement des Allemands devant l'apparition de polémiques récurrentes en France sur "L'affaire Heidegger", à chaque fois que sort une biographie de cet auteur. Pour eux, l'Affaire est entendue, depuis longtemps.Ahurissement qui a partie liée avec un autre, de leur côté : ils se demandent vraiment ce que les Français "trouvent" à Heidegger, pourquoi ils apprécient tant son genre de beauté...

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2004
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par Bergame le Ven 20 Fév 2009 - 20:32

:gsdgr: Ah oui ? Oh quand même, je ne saurais pas comparer l'influence de Heidegger en France et en Allemagne, mais on le commente, quand même, outre-Rhin, non ? Et puis il a quand même une postérité, je pense à des gens aussi différents que Gadamer, Sloterdijk, Apel donc, etc. Non ? Tu as le sentiment qu'il n'est pas prophète en son pays ?

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
avatar
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 3315
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par Courtial le Mar 24 Fév 2009 - 20:38

Disons, pour garder la métaphore, un petit prophète alors. Son influence en Allemagne n'est pas nulle sans doute, mais moindre qu'en France (il n'y a qu'à suivre les parutions, les articles, etc.) et en tous cas la question de son adhésion au nazisme ne suscite aucun débat passionné. Ce n'est pas un sujet d'étonnement pour eux.
Et on sent à interroger certains Alllemands qu'ils considèrent que les Français confondent l'obscurité avec la profondeur, à son propos.

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2004
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par philodingue le Mer 20 Mai 2009 - 16:36

Les choses difficiles ne sont pas obscures mais difficiles d'accés . Ce qui est obscur demande de la lumière ou de la divination .Ce qui est difficile réclame simplement du travail .Heidegger n'est pas accessible dans une conversation de salon ni même dans un cercle de philosophes pressés , il est difficile .C'est lentement et péniblement que se dévoile l'ampleur de sa pensée et le gigantisme du travail de terrassement qu'il applique à la tradition philosophique occidentale pour en dévoiler les non dits et les sous-bassements impensés.
H ne construit pas une philosophie supplémentaire , il ne construit pas de système , il n'a aucun principe fondamental d'où tout pourrait être déduit à la manière d'un Spinoza ou d'un Hegel, il dévoile et découvre l'étrangeté de l'être à travers son concept phare du dasein que peu de philosophes pressés comprennent . C'est tout, c'est peu mais cela embrasse une oeuvre gigantesque d'environ une centaine de volumes .
A la question pourquoi les français sont_ils si interessés par H , je crois que l'on peut répondre que compte tenu de notre héritage culturel ,Heidegger est le seul a pouvoir engager un dialogue critique constructif avec notre idole nationale à savoir le cartésiannisme ,non Hegel, non Spinoza qui n'en sont que des développements et des amplifications outrancières .

philodingue
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 07/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par nakor le Mar 26 Mai 2009 - 19:53

Heidegger, qui comme Sartre refuse de prendre originairement la substance pour penser "le sujet", l'existence précédant l'essence, n'est-il pas lui aussi conduit à une philosophie qui ne saurait penser la responsabilité ? Sartre de son côté a annoncé un livre d'éthique à la fin de l'Etre et le néant, il n'est jamais paru, et on saît également qu'il a eu du mal à réintégrer le marxisme dans sa philosophie existentielle du fait que ses prémisses ne permettent pas de prendre en compte les conditionnements, et donne des difficultés également pour penser l'engagement politique d'ailleurs. Mais je me demande si de son côté, Heidegger, n'est pas lui aussi en difficulté en refusant toute la subjectivité classique et l'humanisme. Et puis quand il nous invite seulement à "attendre" en guise d'action politique c'est aussi un peu curieux.

nakor
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 04/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par philodingue le Mer 27 Mai 2009 - 21:50

Nakor dit <>

A mon sens c'est tout à fait l'inverse, seule l'analytique existentiale autorise la pensée d'une responsabilité pour autrui sans réciprocité sans quoi il est difficile de parler d'amour ou d'amitié pur . Il suffit de rappeler la place de la pensée d'Heidegger dans la pensée même de celui qui pourrait lui être le plus opposé à savoir Lévinas .Sans Heidegger jamais Lévinas n'aurait pu développer ses thèmes préférentiels de la prééminence d'autrui sur soi-même et de sa seigneurie .
Tout au contraire la philosophie traditionnelle y compris chrétienne échoue fondamentalement à fonder une éthique qui ne peut que maladroitement se greffer sur le corps principal du système , la solidarité et un véritable amour dont l'objet principal serait l'épanouissement de l'autre même au détriment de soi-même . Regardez les pauvres palinodies de Kant sur l'impératif catégorique .
Heidegger n'a pas à développer une éthique à part car dans sa pensée du Dasein comme "être-ensemble" et notamment dans S Z , autrui est constamment présent .

La morale ne s'impose qu'à ceux qui veulent bien s'y soumettre , ceux qui décident de passer outre ne trouveront aucun obstacle dans les philosophies de la substance , où tout est affaire

A mon sens c'est tout à fait l'inverse, seule l'analytique existentiale autorise la pensée d'une responsabilité pour autrui sans réciprocité sans quoi il est difficile de parler d'amour ou d'amitié pur . Il suffit de rappeler la place de la pensée d'Heidegger dans la pensée même de celui qui pourrait lui être le plus opposé à savoir Lévinas .Sans Heidegger jamais Lévinas n'aurait pu développer ses thèmes préférentiels de la prééminence d'autrui sur soi-même et de sa seigneurie .
Tout au contraire la philosophie traditionnelle y compris chrétienne échoue fondamentalement à fonder une éthique qui ne peut que maladroitement se greffer sur le corps principal du système , la solidarité et un véritable amour dont l'objet principal serait l'épanouissement de l'autre même au détriment de soi-même n'y a aucune part . Regardez les pauvres palinodies de Kant sur l'impératif catégorique , pour cacher les motivations égoistes de son analyse .

Heidegger n'a pas à développer une éthique à part car dans sa pensée du Dasein comme "être-ensemble" et comme être-au-monde ,notamment dans S Z , autrui dans son autonomie et sa liberté est constamment présent .

La morale ne s'impose qu'à ceux qui veulent bien s'y soumettre , ceux qui décident de passer outre ne trouveront aucun obstacle dans les philosophies de la substance , où tout est affaire d'équilibre et de réciprocité .

Sartre qui n'a rien compris à Heidegger offre peu d'intérêt .

philodingue
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 07/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rompre la conspiration du silence sur Heidegger

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum