La danse

Aller en bas

La danse Empty La danse

Message par Kokof le Sam 11 Mai 2019 - 12:54

La danse

Tout le monde et tout l’univers dansent : les feuilles au vent, la surface dansante des flots, les planètes avec leurs satellites, les papillons et les scorpions en paradant, les enfants, les peuples, tout le monde, sauf les Français ! La danse est l’art le plus populaire et le plus pratiqué dans le monde, parce que c’est une expression artistique naturelle. Mais les Français boudent, préférant bouquiner ou faire de l’introspection sur le divan ! La France a une culture intellectuelle qui l’éloigne naturellement d’un art aussi vivant que la danse. En classe d’éducation physique à l’école, les enfants pratiquent tout sauf la danse (qui est pourtant un sport complet et mixte par nature). Notre culture masculine préfère les sports compétitifs, mais ces sports corrompent les enfants en avivant leur esprit de compétition et leur désir de domination. La danse éduquerait et pacifierait les enfants en leur apprenant la douceur et la maîtrise de soi. La danse est également méprisée par l’esthétique occidentale, centrée sur les arts littéraires. Pourtant, la danse est un art majeur, qui mérite une analyse. La danse mérite surtout d’être redécouverte et pratiquée.

La danse est un art vivant (la danse étant indissociable du danseur, contrairement aux arts productifs, dans lesquels l’objet d’art, une fois créé, se dissocie de l’artiste et devient autonome), ce qui est un paradoxe fondamental, l’art étant par définition inorganique. La danse réalise le rêve de Pygmalion : le danseur est une œuvre d’art vivante. Mais contrairement au comédien, le danseur n’imite rien (la danse peut être figurative, mais c’est une fonction dérivée) et n’interprète rien : il s’exprime lui-même (en cela, le danseur est plus proche du chanteur que de l’acteur).

La danse abolit la séparation entre l’artiste et son œuvre, mais aussi entre le corps et l’esprit. En effet, la danse exprime la vitalité du sujet. Son objet est donc primaire, essentiel. De ce point de vue, la danse est une expression pure, car elle n’exprime pas une passion particulière, mais des sensations et des sentiments primaires : la sensation de vivre et la joie de vivre. Contrairement à la figuration, qui n’est qu’un mode de connaissance, s’exprimer est vital. L’homme a besoin de s’exprimer. C’est pourquoi la danse et le chant (qui est également un art expressif) sont vitaux. L’art du comédien est un art vivant, mais pas vital, car il n’est pas expressif mais figuratif.

Le chant et la danse sont les deux arts vitaux, les deux expressions artistiques naturelles. Le chant exprime l’amour et la spiritualité, la danse l’amour et la vitalité. Concernant l’amour, le chant exprime la douleur (la douleur d’aimer, le désir, le regret, etc.), alors que la danse exprime l’érotisme, la séduction et l’harmonie du couple. Le chant est mélancolique, la danse est érotique. Par ailleurs, le chant, en tant qu’art spirituel et religieux, nous éloigne de la vie pour nous rapprocher de Dieu, tandis que la danse, en nous réconciliant avec notre corps, nous rapproche de la vie. La danse est donc un art à la fois vivant, vital et vitaliste.

La danse abolit aussi la séparation entre le spectateur et l’art, car il n’y a qu’une façon d’aimer la danse : danser. C’est le seul art pratique par nature (les autres arts sont aussi contemplatifs que pratiques). De plus, la danse est trop communicative pour que son spectacle ne donne pas envie de danser. Enfin, la danse abolit la séparation entre l’homme et la nature. En effet, l’homme en dansant se réapproprie son corps et son énergie vitale, qui le relient à la nature. Le danseur réintègre donc la nature en redevenant un être intégralement vivant.

La danse abolit donc les oppositions et les catégories esthétiques (sujet/objet, artiste/œuvre, spectateur/art). Cependant, elle n’annule pas la séparation naturelle des genres. L’homme et la femme restent libres et entiers dans la danse, mais ils s’harmonisent en dansant. La danse est une parade civilisée, distinguée. Elle incarne l’érotisme, qui est une sensualité pure, une exploration du désir. En effet, la danse attise et caresse le désir sans le satisfaire. La danse permet donc au couple d’avoir une relation intime mais pas charnelle, érotique mais pas sexuelle. Pour cette raison, elle est recommandée aux couples pour compléter leur sexualité et redécouvrir la séduction.

D’autre part, la danse parachève la musique, abstraite par essence, en la transformant en expression vivante (la danse étant un art vivant). Elle transforme aussi l’audition musicale (état contemplatif passif) en expression. Le danseur s’approprie physiquement et artistiquement la musique en dansant. Il ne l’écoute pas passivement, il l’interprète directement et activement.

Enfin, la danse a un effet cathartique. Toute émotion forte (comme celles qu’on ressent en écoutant de la musique) doit en effet être purgée physiquement (par des larmes, des exclamations, etc). C’est une régulation naturelle de nos émotions. Par conséquent, la catharsis (qui désigne la purgation des émotions esthétiques) ne se limite pas aux émotions négatives (la crainte et la pitié) : elle purge toute émotion forte. La danse est la catharsis de la musique. Elle évite de subir la musique. En dansant sur la musique, le sujet exprime immédiatement ce qu’il ressent, évacuant ainsi sa surcharge émotionnelle.

Kokof
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 75
Date d'inscription : 07/03/2019

Revenir en haut Aller en bas

La danse Empty Re: La danse

Message par maraud le Dim 12 Mai 2019 - 15:48


Danser et s'agiter, la même chose ?

Le contemplatif, par exemple, ne danse pas. Pourquoi ne danse-t-il pas ? Parce qu'il ne ressent pas la nécessité de distinguer le fait de se mouvoir du fait de "danser". Imaginons un individu qui, tout au long de sa journée est contraint dans son mouvement par son activité professionnelle, il est tenu de réaliser tels et tels mouvement mais pas d'autres, on alors comprendre le besoin qu'il peut ressentir d'aller danser en fin de semaine;idem pour celui qui, plus grave encore, est tenu de rester assis à son poste...

On devrait, si cela est vrai, pouvoir distinguer la danse joyeuse du " défoulement". Nietzsche distinguait, dans la musique, celle qui porte à danser de celle qui " console".

_________________
« Dans notre monde, il n'y aura plus de sentiments sauf la peur, la rage, le triomphe et l'auto-humiliation. Tout le reste, nous le détruirons - tout. » (George Orwell, 1984)
maraud
maraud
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1834
Date d'inscription : 04/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum