Éthique et théorie, quel rapport ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Éthique et théorie, quel rapport ?

Message par AnythingK le Mer 5 Déc 2007 - 13:22

Allons, un peu d'épistémologie...

Selon vous, devons-nous distinguer un appareil théorique d'une argumentation éthique, lorsqu'on fait de la science sociale ? C'est-à-dire produire des concepts sans connotation éthique, critique ou politique, mais définis selon une signification précise, neutre et générale, de sorte qu'ensuite, il devient possible de leur donner un "contenu" éthique selon les époques, ou un contenu critique selon les positions politiques de celui qui parle ? Ou si c'est tout simplement devenu "vieux-jeu"... et qu'il vaut mieux ne faire qu'un de tout ça ?

_________________
Nous ne pénétrerons jamais à l'aide de mots et de concepts derrière le mur des relations et pour ainsi dire dans quelque chimérique fond originel des choses Nietzsche

AnythingK
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 11/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éthique et théorie, quel rapport ?

Message par paradox le Lun 27 Oct 2014 - 11:29

AnythingK a écrit:Allons, un peu d'épistémologie...

Selon vous, devons-nous distinguer un appareil théorique d'une argumentation éthique, lorsqu'on fait de la science sociale ? C'est-à-dire produire des concepts sans connotation éthique, critique ou politique, mais définis selon une signification précise,  neutre et générale, de sorte qu'ensuite, il devient possible de leur donner un "contenu" éthique selon les époques, ou un contenu critique selon les positions politiques de celui qui parle ? Ou si c'est tout simplement devenu "vieux-jeu"... et qu'il vaut mieux ne faire qu'un de tout ça ?

Pour commencer, ce n'est pas une question "vieux-jeu", ou "old school" pourrait-on dire, mais il existe un autre concept pour définir cela, concept régulièrement utilisé notamment en science contemporaine (et en médecine expérimentale plus particulièrement) : celui de bénéfices/risques.

Ainsi, il devient plus simple de formuler de la sorte : à qui profitera la théorie (une fois celle-ci faisant consensus) si elle est mise en pratique et selon quel pourcentage de la population concernée ?

Là où tout se complique, c'est jusqu'à quelle proportion l'idée devient-elle acceptable ? Et quelle tolérance de nuisance peut supporter l'échantillonnage concerné ?

De toute évidence, le gain doit être au moins strictement supérieur à l'enjeu. Mais cela suffit-il ? Quid du ou des perdants ?

A quel sacrifice devient acceptable ladite théorie ?

En cela, toute théorie moderne doit, inévitablement, apporter réponse, si ce n'est en préambule, à ses conclusions. Car c'est l'enjeu même d'une théorie.

Cependant, il ne faut jamais oublier que toute résolution de problème, ce qui est l'objectif de toute théorie, impliquera son propre lot de conséquences; j'entends par là son lot de dommages collatéraux, qui n'ont pas obligatoirement à voir directement avec le problème à éluder. Par exemple, l'éradication mondiale de la variole par la vaccination semble avoir apporté une réponse définitive à la maladie; toutefois, se pose maintenant le problème du bioterrorisme.

paradox
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 27/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éthique et théorie, quel rapport ?

Message par Bibo le Mer 4 Mar 2015 - 18:53

Détacher la création pure du but de la création (si tant est qu'elle en ai un, et que ce but puisse être assimilé à un objet raisonnant éthiquement, politiquement) est, je pense, nécessaire à tout analyse qui se voudrait un tantinet objective.
Fondamentalement, il est impossible de savoir si un individu donne un connotation ou non au concept/à la théorie créée. On ne peut qu'inférer et supposer sans vérification possible.
Analyse scientifique vous avez dit ?

Bibo
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 04/03/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éthique et théorie, quel rapport ?

Message par neopilina le Sam 7 Mar 2015 - 14:04

Bibo a écrit:Détacher la création pure du but de la création (si tant est qu'elle en ai un, et que ce but puisse être assimilé à un objet raisonnant éthiquement, politiquement) est, je pense, nécessaire à tout analyse qui se voudrait un tantinet objective.

Je trouve l'assertion très surprenante. A contrario, j'imagine mal une création sans motif. Je fais même un parallèle stricte entre puissants motifs et qualité de la création. Mais je conçois bien que les motifs puissent ne pas être clairs y compris pour le créateur.

Bibo a écrit:Fondamentalement, il est impossible de savoir si un individu donne un connotation ou non au concept/à la théorie créée. On ne peut qu'inférer et supposer sans vérification possible.
Analyse scientifique vous avez dit ?

Euh ... quant on me demande de faire une étude sur la stratégie de poules meneuses de grand tétras c'est bien pour mieux connaître cette espèce afin de mieux la protéger, prendre des mesures concrètes, etc. Enfin bref, ton propos m'étonne beaucoup, encore une fois.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ET Suspect, parce que Mien ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3670
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum