Un goût morbide, les schopenhaueriens ?

Aller en bas

Un goût morbide, les schopenhaueriens ? Empty Un goût morbide, les schopenhaueriens ?

Message par Le Nietzschéen le Lun 18 Mar 2019 - 11:51

Nietzsche, le Voyageur et son ombre - HTH2, §62, a écrit:Avocat du diable. — « On ne devient sage que par le malheur, on ne devient bon que par le malheur des autres » — c’est ainsi que parle cette philosophie singulière qui fait découler toute morale de la compassion et toute intellectualité de l’isolement des hommes : par là elle intercède inconsciemment pour toutes les dégradations terrestres. Car la pitié a besoin de la souffrance et l’isolement du mépris des autres.
Dans ce paragraphe, il est question de Schopenhauer comme "avocat du diable", et entre guillemet est simulé un propos schopenhaurien en forme de synthèse. Car Arthur Schopenhauer estimait que la pitié fondait toute la moralité des mœurs, tandis qu'on pourrait le citer sur les malheurs de la grande individualité aux prises avec ce qu'on nommait alors la société, c'est-à-dire la compagnie des hommes.

Or, d'un point de vue logique, les conséquences ici présentées se tiennent, selon quoi "la pitié a besoin de la souffrance et l’isolement du mépris des autres", ce qui signifierait que le schopenhauerisme se soutiendrait effectivement d'une souffrance à entretenir, et du souhait d'être méprisé. Qu'est-ce à dire ?

_________________
"Je me suis cherché moi-même." - Héraclite
Le Nietzschéen
Le Nietzschéen
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 151
Date d'inscription : 15/03/2019

http://forum-philo-sophie.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Un goût morbide, les schopenhaueriens ? Empty Re: Un goût morbide, les schopenhaueriens ?

Message par Agathos le Lun 18 Mar 2019 - 16:34

C'est une vieille accusation de dolorisme. Je n'y prête pas (ou plus) attention ainsi qu'il appert chez Pascal ce que j'appelle le phénomène de l'embarquement, « nous sommes embarqués ». Il ne s'agit plus de dire si nous sommes pour ou contre la douleur, c'est simplement un fait d'expérience dont on se sert. Soit que c'est une question aussi incongrue que de dire « Si les chrétiens sont tenants de la gratuité de l'action, comment se fait-il qu'ils quêtent le paradis pour toucher tout au centuple ? » Une question, assurément, qui se pose, mais qui m'en touche une sans faire bouger l'autre. D'abord, métapsychologisons : comment sommes-nous arrivés à poser cela ? C'est bien en raison de l'ambiguïté de Dieu ainsi qu'elle apparaît chez Caïn et Abel, par exemple. Entendre : que Dieu, c'est l'Inconscient et le Conscient tout à la fois, c'est à savoir Volonté de puissance et Amour, auxquelles il faut accorder à égalité autant d'importance, pour comme de juste le Royaume des Cieux descendent sur nous. Ce qui est véritablement salvifique... Un pur sacrifice qui accroît la Conscience. Autrement dit : je me fous des paradoxes, à en faire, j'entends, les valorise enfin. Voilà.
Agathos
Agathos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 14/06/2017

https://lesaintchien.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Un goût morbide, les schopenhaueriens ? Empty Re: Un goût morbide, les schopenhaueriens ?

Message par Le Nietzschéen le Lun 18 Mar 2019 - 20:17

Je ne comprends pas ta réponse : c'était, dans le texte initial, non un paradoxe (rapport à quoi, d'ailleurs ?) mais une conséquence logique, qui se pourrait certes espiègle, taquine et malicieuse, de la part de l'auteur. Et pourtant, au final, ça donne bien ça, quand il ne reste plus que le témoignage de la lettre schopenhauerienne pour en juger.

_________________
"Je me suis cherché moi-même." - Héraclite
Le Nietzschéen
Le Nietzschéen
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 151
Date d'inscription : 15/03/2019

http://forum-philo-sophie.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Un goût morbide, les schopenhaueriens ? Empty Re: Un goût morbide, les schopenhaueriens ?

Message par Agathos le Lun 18 Mar 2019 - 20:27

Que les chrétiens soient paradoxaux, entendu hypocrites.

_________________
Mon blogMon profil Quora
Agathos
Agathos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 14/06/2017

https://lesaintchien.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Un goût morbide, les schopenhaueriens ? Empty Re: Un goût morbide, les schopenhaueriens ?

Message par Le Nietzschéen le Lun 18 Mar 2019 - 20:43

Mais ils étaient hors de propos —

_________________
"Je me suis cherché moi-même." - Héraclite
Le Nietzschéen
Le Nietzschéen
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 151
Date d'inscription : 15/03/2019

http://forum-philo-sophie.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Un goût morbide, les schopenhaueriens ? Empty Re: Un goût morbide, les schopenhaueriens ?

Message par Agathos le Lun 18 Mar 2019 - 20:55

C'était ta question pourtant, comment supporter le paradoxe à cette aune.

_________________
Mon blogMon profil Quora
Agathos
Agathos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 14/06/2017

https://lesaintchien.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Un goût morbide, les schopenhaueriens ? Empty Re: Un goût morbide, les schopenhaueriens ?

Message par Le Nietzschéen le Lun 18 Mar 2019 - 21:05

Il y avait une contradiction logique intention-conséquence, je crois, surtout. Mais le propos nietzschéen n'est généralement pas idiot. Tu convoques la métapsychologie : ne dit-on pas que l'on se cherche alentour les raisons de se valider à part soi ? C'est d'autosatisfaction à tort, retors et à raison, tout un. En quoi ta thèse jungienne d'une conjonction des opposés conscient-inconscient/amour-volonté de puissance (je ne les associerais évidemment pas aussi vite que tu le fais) est pourtant manifeste en cette autosatisfaction schopenhauerienne une, décrite dans le paragraphe. Et cohérente, avec ceci qu'Arthur Schopenhauer mena son existence de façon bien plus hédoniste que le pessimisme qu'il philosopha.

De manière générale, je pense que l'humain est infiniment moins dans des mécanismes de projections ou autres qu'on ne le prétend métapsychologiquement. Je prétends, avant tout, qu'on cherche à (s')arranger (d')un milieu et ses gens - mais c'est peut-être déjà trop fondé en volonté de puissance nietzschéenne, pour les non-nietzschéens ... en tout cas ça reste relativement de sagesse populaire : questions d'affinités et de rejets, de sympathies et d'antipathies naturelles - sans parler de la biologie évolutionnaire. Et les schopenhaueriens de se chercher des souffrances et des mépris pourtant : non par dolorisme, mais par ... hédonisme !

_________________
"Je me suis cherché moi-même." - Héraclite
Le Nietzschéen
Le Nietzschéen
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 151
Date d'inscription : 15/03/2019

http://forum-philo-sophie.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Un goût morbide, les schopenhaueriens ? Empty Re: Un goût morbide, les schopenhaueriens ?

Message par Agathos le Lun 18 Mar 2019 - 21:33

Teilhard de Chardin dit que la Conscience est d'abord douloureuse, et qu'avoir de la douleur dans la conscience c'est une bonne chose, nous faisant hommes totaux. En quoi Nietzsche le rejoint peu ou prou avec la valorisation de la connaissance de la douleur pour en faire de jolis. Après tu as raison, c'est des mécanismes, non pas de projection, mais d'élaboration conceptuelle du mythe, qui sont détenus (disais-je récemment) par les natures de prêtre de la tripartion dumézilienne des « Undeuxeuropéens » (Lacan). Là le sujet-supposé-savoir entre en jeu avec ses phallisteries, ses sceptres et ses odyssées orales.

Quand je vois le mal que je me donne à cérébraliser par des paradoxes, je n'imagine pas l'horreur des tribaux-nos-ancêtres dont les quelques druidiques s'esquintaient avec de grands mouvements à expliquer comment ceci ou cela marchait (s'ils se le demandaient seulement, car les choses sont beaucoup plus facilement compréhensibles quand on a pas l'idée approximative d'une Faute). L'hédonisme de Schopenhauer n'est pas un démenti, sinon le démenti de la politique, donc du parti de l'action et des faiseurs de bouc-émissaires.
Agathos
Agathos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 14/06/2017

https://lesaintchien.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Un goût morbide, les schopenhaueriens ? Empty Re: Un goût morbide, les schopenhaueriens ?

Message par Le Nietzschéen le Lun 18 Mar 2019 - 21:57

C'est trop compliqué.

_________________
"Je me suis cherché moi-même." - Héraclite
Le Nietzschéen
Le Nietzschéen
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 151
Date d'inscription : 15/03/2019

http://forum-philo-sophie.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Un goût morbide, les schopenhaueriens ? Empty Re: Un goût morbide, les schopenhaueriens ?

Message par Agathos le Lun 18 Mar 2019 - 22:08

Schopenhauer est arrivé à la maturation de l'idée d'une Faute. Je veux dire par là que le péché originel l'obsédait tellement qu'il le voyait partout, moyennant quoi il en a déduit sa fameuse Volonté méconnue du sujet dont il faut prendre conscience. Or, prendre conscience de cette Volonté, c'est prendre conscience de la communion et de la mâyâ, donc de la vraie violence du politique.

Le politique, selon René Girard, c'est la confection de bouc-émissaires pour faire Etat stable. La politique, c'est aussi l'action, l'agir, très directement. C'est un scepticisme moral, celui de Schopenhauer, si gros que, parfois, il aboutit au cynisme. Par conséquent, faut savoir quoi en faire. Si j'ai parlé de tribus et de leur heureuse vie spirituelle, c'est qu'il n'y a pas de dysfonctionnalité du clan par rapport au bouc-émissaire, puisqu'ils en ont un. Chez nous ça a changé. Voilà notre misère et voilà l'objet de notre discussion, de la philosophie même dans son entièreté : malaise symptomatique dans la civilisation. Symptôme qui vient du réel, selon Lacan, comme la psychanalyse.
Agathos
Agathos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 14/06/2017

https://lesaintchien.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Un goût morbide, les schopenhaueriens ? Empty Re: Un goût morbide, les schopenhaueriens ?

Message par Le Nietzschéen le Mar 19 Mar 2019 - 10:57

Voilà qui fait système de façon cohérente à ma connaissance.
Agathos a écrit:Schopenhauer est arrivé à la maturation de l'idée d'une Faute. Je veux dire par là que le péché originel l'obsédait tellement qu'il le voyait partout, moyennant quoi il en a déduit sa fameuse Volonté méconnue du sujet dont il faut prendre conscience. Or, prendre conscience de cette Volonté, c'est prendre conscience de la communion et de la mâyâ, donc de la vraie violence du politique.
Où l'on comprend bien qu'il devint pessimiste, sur la base d'une corporation (dirait Ph. Sollers) christianisée.
Agathos a écrit:Le politique, selon René Girard, c'est la confection de bouc-émissaires pour faire Etat stable. La politique, c'est aussi l'action, l'agir, très directement. C'est un scepticisme moral, celui de Schopenhauer, si gros que, parfois, il aboutit au cynisme. Par conséquent, faut savoir quoi en faire. Si j'ai parlé de tribus et de leur heureuse vie spirituelle, c'est qu'il n'y a pas de dysfonctionnalité du clan par rapport au bouc-émissaire, puisqu'ils en ont un. Chez nous ça a changé. Voilà notre misère et voilà l'objet de notre discussion, de la philosophie même dans son entièreté : malaise symptomatique dans la civilisation. Symptôme qui vient du réel, selon Lacan, comme la psychanalyse.
Au contraire ! à notre époque, je ne lui trouve que cela : des boucs-émissaires. L'islamo-gauchiste pour l'extrême-droitier, le fasciste pour l'extrême-gauchiste, le populisme pour le centriste, le macronisme pour le révolté, le progressiste béat pour l'intellectuel, le réac pour le mainstreamer, l’État des riches taxateurs pour le Gilet jaune, le sauvage émeutier citoyen lambda pour le médiacrate, etc. ad nauseam.

Que cela ne fasse pas bien société globalement, c'est une chose, mais cela fait innombrablement réseau entre les multitudes (Antonio Negri) affinitaires micro-sociales, et c'est de multiculturalisme - voire pour ainsi dire de transculturalisme - inhérent au libéralisme morel. C'est son vœu et son pain que de telles dissensions (voir aussi Alain de Benoist, Contre le libéralisme). Mais ça n'a rien à voir avec le schopenhauerisme autrement qu'une mise en perspective selon laquelle notre vie publique est de Volonté originellement pécheresse - pessimiste dans la démarche, mâtinée de girardisme. Finalement, on te croirait un théoricien étasunien neocon de l'ennemi nécessaire, Agathos, encore que je conçoive bien machiavéliennement le pouvoir de distraction d'un tel ennemi.

Une époque, en fin de compte, très propice à la souffrance et au mépris en question, où les pseudo-solitaires surabondent romantiquement (au hasard : Emmanuel Macron).

_________________
"Je me suis cherché moi-même." - Héraclite
Le Nietzschéen
Le Nietzschéen
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 151
Date d'inscription : 15/03/2019

http://forum-philo-sophie.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Un goût morbide, les schopenhaueriens ? Empty Re: Un goût morbide, les schopenhaueriens ?

Message par Agathos le Mar 19 Mar 2019 - 12:21

Lacan a écrit:Les psychologues, les psychothérapeutes, les psychiatres, tous les travailleurs de la santé mentale — c’est à la base, et à la dure, qu’ils se coltinent toute la misère du monde. Lui l’analyste, pendant ce temps ?

– Il est certain que se coltiner la misère, comme vous dites, c’est entrer dans le discours qui la conditionne, ne serait-ce qu’au titre d’y protester. Rien que dire ceci, me donne position — que certains situeront de réprouver la politique. Ce que, quant à moi, je tiens pour quiconque. Au reste les psycho — quels qu’ils soient, qui s’emploient à votre supposé coltinage, n’ont pas à protester, mais à collaborer. Qu’ils le sachent ou pas, c’est ce qu’ils font. C’est bien commode, me fais-je rétorsion. Trop facile, bien commode cette idée de discours, pour réduire le jugement à ce qui le détermine. Ce qui me frappe, c’est qu’en fait on ne trouve pas mieux à m’opposer, on dit : intellectualisme. Ce qui ne fait pas le poids, s’il s’agit de savoir qui a raison. Ce d’autant moins qu’à rapporter cette misère au discours du capitaliste, je dénonce celui-ci. J’indique seulement que je ne peux le faire sérieusement, parce qu’à le dénoncer je le renforce, — de le normer, soit de le perfectionner.
Agathos
Agathos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 14/06/2017

https://lesaintchien.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Un goût morbide, les schopenhaueriens ? Empty Re: Un goût morbide, les schopenhaueriens ?

Message par Le Nietzschéen le Mar 19 Mar 2019 - 19:02

Évidemment, mais Schopenhauer ?

_________________
"Je me suis cherché moi-même." - Héraclite
Le Nietzschéen
Le Nietzschéen
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 151
Date d'inscription : 15/03/2019

http://forum-philo-sophie.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Un goût morbide, les schopenhaueriens ? Empty Re: Un goût morbide, les schopenhaueriens ?

Message par Agathos le Mar 19 Mar 2019 - 19:33

Peur de la politique, de l'agir, donc hédonisme assimilé je-m'en-foutisme craintiste.

_________________
Mon blogMon profil Quora
Agathos
Agathos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 14/06/2017

https://lesaintchien.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Un goût morbide, les schopenhaueriens ? Empty Re: Un goût morbide, les schopenhaueriens ?

Message par Le Nietzschéen le Mar 19 Mar 2019 - 21:55

Cela expliquerait finalement la philosophie pessimiste non-exercée, dont il aurait eu peur aussi.

_________________
"Je me suis cherché moi-même." - Héraclite
Le Nietzschéen
Le Nietzschéen
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 151
Date d'inscription : 15/03/2019

http://forum-philo-sophie.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Un goût morbide, les schopenhaueriens ? Empty Re: Un goût morbide, les schopenhaueriens ?

Message par Agathos le Mar 19 Mar 2019 - 22:16

Oui.

_________________
Mon blogMon profil Quora
Agathos
Agathos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 14/06/2017

https://lesaintchien.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Un goût morbide, les schopenhaueriens ? Empty Re: Un goût morbide, les schopenhaueriens ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum