L'une-bévue

Aller en bas

L'une-bévue

Message par Agathos le Mar 5 Mar 2019 - 22:16


Le vingt-quatrième séminaire de Jacques Lacan s'intitule : « L'insu que sait de l'une-bévue s'aile à mourre ».

Je ne vais pas en faire le commentaire proprement dit, ni y ajouter à l'oeuvre lacanienne une vue soi-disant experte... Déjà parce que Lacan lui-même disait qu'il n'écrivait pas pour être compris mais pour être lu, et là-dessus (je parle du style) il était parfaitement lucide et a répété qu'y comprendre ça ne veut rien dire, encore moins qu'on a réellement compris l'enjeu de telles ondulations linguistiques.

Il déclare plutôt que ça doit servir d'outils, à ouvrir quelques perspectives.

Ça serait drôle d'en faire justement le commentaire, n'est-ce pas, ainsi qu'à ce qui paraît l'Unbewusst dont la bévue dénote par lapsus, veut dire la caverne grosse de puissances quasi fluidiques auxquelles le long des siècles on a attribué divers noms à plus ou moins juste titre. N'est-elle pas révélée par là ?

Je vais faire au lieu de ça un métacommentaire.

Donc parler de commentaire quant à l'inconscient, il faudrait se demander pourquoi on en arrive là. Qu'à analyser de tels mots signifie, encore, que ça n'est pas rien de pouvoir en parler ainsi.

Ne pas prendre l'acquis pour de l'inné signifie également faire montre d'une chose fort précise, à savoir la pointe du Conscient au nom duquel le saint décharite cordialement. Car, en effet, disait Lacan jadis lors d'un entretien avec Jacques-Alain Miller et filmé par Benoît Jacquot, le saint ne fait pas la charité. Non seulement il ne l'a fait pas (la charité) mais il décharite, c'est-à-dire qu'il fait le déchet.

Prenez-en la mesure : entendre que le saint ne fait pas la charité ! En un tournemain, c'est dire à quel point le saint ne s'échine pas à faire le commentaire hypocrite d'une phrase obscure, moyennant laquelle on se sent bien pédant à y introduire dans les cervelles d'un supposé lecteur n'importe quoi.

Au contraire, que le saint fait le déchet induit qu'en vivotant il ne s'insère pas dans la Volonté de puissance. Autrement dit : non-insertion par quoi la sainteté fait tomber les mâchoires.

Car qu'est-ce à dire sinon que par là il met au jour l'inconscient en n'y parlant pas ou en y parlant qu'à contrecœur du moment où de la gourmandise il en sent le démon ?

Le saint montre, ceci indirectement, la force des instincts inexpugnables de l'Inconscient contre la Conscience. Je soutiens les grosses majuscules : l'Inconscient ça n'est pas que l'en-dessous de votre iceberg, c'est une force dont la capacité d'attraction dépasse la sphère restreinte des boîtes crâniennes.

Qu'on ne se méprenne surtout pas quant à ces correspondances micro-/macro-...

Le caillou lui-même, quelquefois, détonne suffisamment pour révéler l'une-bévue à l'âme !

Bon, où va-t-on avec ça ?

Le discours analytique ne laisse pas de brocarder les tenants de la puissance, qui conditionnent leur vie de misère en protestant. On ne s'extrait d'aucun discours capitaliste par quiconque lors même que contre son gré l'on maintient son existence (audit discours). Pour découper en rondelles ce discours, il faut le connaître à fond. Si bien qu'à force d'objurgations intérieures, qu'on appelle avec un mépris certain la pénitence, on change (pour sûr) la donne. À la vérité, on a parlé avant moi de porte étroite.  

Qu'est-ce que vous dites ?
Agathos
Agathos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 246
Date d'inscription : 14/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'une-bévue

Message par Jans le Ven 8 Mar 2019 - 11:13

Freud a déjà abordé l'irruption de l'inconscient dans le langage. Il y a peut-être des pépites chez Lacan, il y a a sûrement beaucoup d'esbrouffe, de tape-à-l'oeil, de jeux de mots totalement vides qui semblent indiquer une profondeur... et une avidité pécuniaire hors du commun. Son génie : mélanger mathématiques, linguistique, hégélianisme liés à la sauce freudienne pour se donner une allure de génie. Au passage, il lui arrive de dire des âneries sur l'allemand de Freud ; ainsi, il déclare quelque part que dans le verbe "abwarten", on ressent l'angoisse du sujet qui attend ! de l'absurdité pure et simple, abwarten signifiant simplement qu'on n'agit pas avant de voir venir : wait et see.
Site de concpets freudiens : http://freudtraduction.wifeo.com/
Jans
Jans
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 136
Localisation : IdF
Date d'inscription : 27/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'une-bévue

Message par Agathos le Ven 8 Mar 2019 - 17:39

Pourquoi pas ? Je ne parle pas l'allemand. En revanche, je sais que Lacan parlait avec Heidegger, et l'a traduit, ce qui signifie probablement* qu'il avait une grande maîtrise de la langue (serait-ce au moins de lalangue ?). Je m'en remets à un argument d'autorité.

Du reste, je suis convaincu que Lacan dit vrai. Lorsqu'on le comprend, ça saute aux yeux. Même quelqu'un d'aussi allergique à l'obscurité stylistique qu'est Clément Rosset a dit qu'on « tirera quelque chose de Lacan quand on l'aura traduit en français ». Quant à moi, je parle de sorte à faire sensation, c'est-à-dire à produire des théophanies de type sacrificiel dans la caboche du lecteur.

* J'ai dit probablement.
Agathos
Agathos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 246
Date d'inscription : 14/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'une-bévue

Message par Agathos le Mar 12 Mar 2019 - 1:04

Lacan a écrit:Y a que le saint qui reste sec, macache pour lui. C'est même ce qui épate le plus dans l'affaire. Épate ceux qui s'en approchent et ne s'y trompent pas, le saint est le rebut de la jouissance. Parfois, il a un petit relais – il jouit. Il ne s'en contente pas pour autant plus que tout le monde. Il n'opère plus pendant ce temps-là. Il n'y a que les petits malins qui le guettent alors pour en tirer des conséquences à s'en regonfler eux-mêmes. Mais le saint il s'en fout. Autant que ceux qui dans ce relais voient sa récompense, ce qui est à se tordre. Parce que de se foutre de la justice distributive c'est de là le plus souvent d'où il est parti. À la vérité le saint ne se croit pas de mérite, ce qui ne veut pas dire qu'il n'ait pas de morale...

Lacan évoquerait-il ici les nietzschéens ?
Agathos
Agathos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 246
Date d'inscription : 14/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'une-bévue

Message par Jans le Mar 12 Mar 2019 - 17:12


Du reste, je suis convaincu que Lacan dit vrai. Lorsqu'on le comprend, ça saute aux yeux
je vous suis d'avance fort reconnaissant s'il vous est possible de m'indiquer un auteur pédagogique.. qui ne ferait pas du lacanisme.
Une des grandes réserves que j'ai, et qui vaut d'après mes constatations aussi pour nombre de freudiens français, c'est ce débordement sociologique, linguistique, littéraire, philosophique, de parallèles avec les grand auteurs philosophiques, voire mathématique permanent dans le discours, la pensée et les références qui inonde au point de la diluer totalement une réflexion et une méthodologie (la métapsychologie freudienne) et le tout exprimé dans un sabir qui se veut certainement à la pointe de la culture et de l'érudition (d'ailleurs farcies de néologismes passablement absurdes), qui laisse chez l'honnête homme tel que moi (mais bac +7) un malaise qui est en fait une forte suspicion d'escroquerie.. et que certaines affirmations fausses ou tronquées concernant des traductions de l'allemand ou concernant Freud ne font que conforter.

Freud ne parle ni ne raisonne ainsi, ni Bourdieu, ni Jankélévitch, ni Bachelard, ni C.G. Jung. Et quel florilège d'incongruités, de balourdises, de sottises, faute d'une grande familiarité avec l'allemand et les problèmes de traduction, dans le "vocabulaire de la psychanalyse" de Laplanche et Pontalis (deux grandes figures universitaires éminemment respectables), référence française ! Un seul exemple :

"la perception-conscience" tiré de http://freudtraduction.wifeo.com/
Spoiler:
das Wahrnehmungsbewußtsein
la conscience dans sa fonction perceptive
Le mot composé allemand désigne chez Freud la conscience considérée dans sa fonction perceptive. Plusieurs traductions sont possibles: la conscience en tant qu'appareil de perception / en tant qu'aptitude à percevoir / dans sa fonction perceptive.
Dans la 31ème des Nouvelles Conférences, Freud dit de celle-ci :
In der Erfüllung dieser Funktion muß das Ich die Außenwelt beobachten, eine getreue Abbildung von ihr in den Erinnerungsspuren seiner Wahrnehmungen niederlegen...
Traduction : "Dans l'accomplissement de cette fonction, le moi doit observer le monde extérieur, déposer une reproduction fidèle de celui-ci dans les traces mnésiques de ses perceptions..." La traduction "perception-conscience" du Vocabulaire ne signifie absolument rien.
Jans
Jans
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 136
Localisation : IdF
Date d'inscription : 27/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'une-bévue

Message par Agathos le Mar 12 Mar 2019 - 17:54

Lacan était d'une très grande lucidité à ce sujet. Voici ce qu'il déclare dans sa Conférence sur la psychanalyse et la formation du psychiatre (1967) :
Pour certains d’ailleurs [mon enseignement] a un autre usage : on peut toujours développer – et justement parce que ce que je formule est si incompréhensible – autour de ce que j’enseigne, un certain snobisme. Alors quand on est distingué, comme ça, on enseigne Lacan, à l’Institut de Psychanalyse de Paris par exemple, ça fait distingué ; seulement ça ne veut pas dire qu’on comprenne ce que je dis, d’ailleurs comme je suis en train de vous le dire c’est pas fait pour ça, c’est fait pour qu’on s’en serve et, avec le temps, il finira bien par arriver ceci qui arrive toujours quand des formules fonctionnent, c’est qu’on finit par s’en servir, tout bêtement. Alors on s’aperçoit que ça éclaire quelques perspectives, aucun besoin qu’on ait à ressentir auparavant le choc intuitif de la vérité.
Agathos
Agathos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 246
Date d'inscription : 14/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'une-bévue

Message par neopilina le Mar 12 Mar 2019 - 17:55

- La désinvolture, etc., tout ce qui agace tant chez Lacan, masque mal une désespérance : la psychanalyse en général et lui en particulier n'avancent plus, marquent le pas. Et ils ne savent pas pourquoi. J'ai donné mon avis à ce sujet dans la petite série de textes " De la moraline, 2 ".
- Pour les traductions françaises de Freud, je l'ai déjà dit et motivé ailleurs, il faut privilégier les premières, les plus anciennes, elles émanent des premiers freudiens français et la plupart ont connu Freud. Cette proximité en lieu et temps leur donne un avantage incontestable. Plus on s'en éloigne, plus la lecture de Freud en français devient problématique. Et on les trouve pour une poignées d'euros sur les plates formes spécialisées dans le livre d'occasion ( Maxichoice, etc.).

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 5150
Date d'inscription : 31/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'une-bévue

Message par Jans le Mer 13 Mar 2019 - 9:15

Pour les traductions françaises de Freud, je l'ai déjà dit et motivé ailleurs, il faut privilégier les premières, les plus anciennes, elles émanent des premiers freudiens français et la plupart ont connu Freud. Cette proximité en lieu et temps leur donne un avantage incontestable
C'est juste, et cela tient en grande partie au fait que ces traducteurs savaient.. traduire (on en trouve chez Payot). Les PUF ont sorti en oeuvres complètes une monstruosité inimaginable, partant du point de vue (récusé par tous les instituts de traducteurs, j'y suis passé) qu'un terme allemand devait toujours être traduit par un seul et même mot français. D'où une myriade de néologismes d'une rare imbécillité et qui nécessite un glossaire spécial d'explication ! o tempora, o mores !
Jans
Jans
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 136
Localisation : IdF
Date d'inscription : 27/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'une-bévue

Message par Agathos le Mer 13 Mar 2019 - 20:58

Vous êtes au chaud ?
Agathos
Agathos
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 246
Date d'inscription : 14/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'une-bévue

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum