Un centre d'usinage quotidien, "faire la vaisselle" (empirisme transcendantal)

Aller en bas

Un centre d'usinage quotidien, "faire la vaisselle" (empirisme transcendantal)

Message par Morologue le Dim 12 Aoû 2018 - 18:42

Je faisais la vaisselle ce matin, quand soudain m'est apparu l'usine, la chaîne de montage (coupure-flux, dans les termes de l'Anti-Œdipe) : une aire pour la vaisselle sale, une aire de nettoyage, une aire de séchage. Machines de la machine "lavage de vaisselle". Et dans la machine "vaisselle sale", une coupure-flux avec la table, elle-même en coupure-flux avec le meuble de stockage vaisselle lui-même en coupure-flux avec l'aire de séchage. Cette "dernière" aire est elle-même composée de la machine "disposoir à vaisselle" et du torchon, etc. Manifestement, l'aire de nettoyage fonctionne avec le robinet, où les coupures-flux sont patentes. Mais l'opérateur a priori, c'est l'humain "au milieu" ^^

Du moins est-ce un réflexe anthropocentrique humain, trop humain, que de songer ainsi. Mais l'empirisme transcendantal deleuzien va au-delà : l'humain-même, est dans une coupure-flux avec toutes ces machines, machine désirante, et pas que désirante : machine activatrice, source d'énergie (à la Matrix, où nous ne sommes "que" des piles, pour les robots et les IAs qui cultivent l'humanité). Mais rien d'horrible là ^^

Car là, on a un plan d'immanence, où se répartisse machiniquement l'ensemble des machines, humain ou aires. C'est une façon de dépersonnalisation, d'impersonnalisation, d'ergonomie, de vision globale, d'entrée "parmi" les choses, ontologiquement.

Où évidemment, un réflexe "kantiste" commun, dira : "Non mais han, qui c'est qui fait les relations, les subdivisions et les compositions, entre ces différentes machines ? Un Sujet, han." mais Guattari-Deleuze de reprendre, comme quoi le Sujet est lui-même une machine de machines : la production machinique, par exemple, d'un corps et d'une âme ; ou bien, d'un for intérieur et d'un entour extérieur (c'est moi qui défend la thèse guattaro-deleuzienne ainsi). Et encore, ce n'était que dans les termes simplistes de couples d'opposés. Imaginez ce que le physicalisme des sciences a à nous dire, sur les subdivisions et compositions, sans parler des psychanalyses ...

Il y a des agencements sur le plan d'immanence, lui-même méga-agencement d'agencements (ou "de machines"). Tout cela machine, comme une vaste machination, et une machination dans laquelle "Je" est soi-même machiné-machiniste. C'est la transcendantalité de cet empirisme sans transcendance : il n'y a pas de transcendance, parce qu'il n'y a pas autre chose que le plan d'immanence. Mais il y a transcendantalité, rapport au Sujet. Il y a une expérience "pure" qui se déploierait même sans Sujet, et qui de toutes façons se déploie sans Sujet ^^

Donc, a fortiori, sans Objets ! ... et c'est ainsi que les signes peuvent s'agencer, les réseaux, les liens, les coupures-flux, sans contradiction dans les termes. Les significativités font partie des agencements, ontologiquement (une chose que Deleuze reprend chez Sartre, qu'il admire, dans l'Être et le Néant, où l'Être dispose de qualités intrinsèques, indépendamment du pour-soi).

Il me semble que les informaticiens, les amateurs de Nick Bostrom et de singularité technologique, ou encore les adeptes scientifiques d'un réalisme structural, ne nieront pas ^^ mais c'est déjà un accaparement du débat ^^
avatar
Morologue
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 572
Date d'inscription : 02/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur https://www.agoravox.fr/auteur/mal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un centre d'usinage quotidien, "faire la vaisselle" (empirisme transcendantal)

Message par Crosswind le Dim 12 Aoû 2018 - 19:27

Je suis très intéressé, mais pris en l'état, je ne comprends rien au fond du texte. Qu'est ce qu'une machine, une coupure-flux, un Sujet, etc... ?

Crosswind
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1085
Date d'inscription : 29/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un centre d'usinage quotidien, "faire la vaisselle" (empirisme transcendantal)

Message par kercoz le Dim 12 Aoû 2018 - 20:56

Comprend pas tout non plus. En gros, tu la fait à la main ou à la machine ta vaisselle ?
Personnellement je la fait manuellement et m' efforce de la faire sans stress, avec un certain plaisir du geste. C'est une discipline. J' ai compris ça le jour ou j' ai emmené une amie, dans les landes chez une de ses connaissance. Genre vieux baba, pignon avancé pour l' ombre, maison ancienne et 2 chevaux qui erraient pas loin. Le type nous sert un verre de blanc frais, met un disque d' orgue, et retourne peler ses patates. Il mis bien 10 mn à peler une patate en discutant. Ca a été pour moi une révélation culinaire zen! Depuis je cuisine toujours avec un verre de blanc.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3355
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un centre d'usinage quotidien, "faire la vaisselle" (empirisme transcendantal)

Message par Crosswind le Dim 12 Aoû 2018 - 21:03

kercoz a écrit:Comprend pas tout non plus. En gros, tu la fait à la main ou à la machine ta vaisselle ?
Personnellement je la fait manuellement et m' efforce de la faire sans stress, avec un certain plaisir du geste. C'est une discipline. J' ai compris ça le jour ou j' ai emmené une amie, dans les landes chez une de ses connaissance. Genre vieux baba, pignon avancé pour l' ombre, maison ancienne et 2 chevaux qui erraient pas loin. Le type nous sert un verre de blanc frais, met un disque d' orgue, et retourne peler ses patates. Il mis bien 10 mn à peler une patate en discutant. Ca a été pour moi une révélation culinaire zen! Depuis je cuisine toujours avec un verre de blanc.

Copain !

Prendre son temps pour les choses simples, sans excès. Passer du temps dans sa cuisine, doucement, un verre en main, tout en échangeant les derniers potins, les dernières recettes ou la justesse de Spinoza avec ses proches. Le pied intégral pour peu qu'on dispose d'un climat propice (encore que, cela fonctionne tout aussi bien autour d'un foyer de chaumière).

Mais cela nous éloigne de la vaisselle.

Crosswind
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1085
Date d'inscription : 29/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un centre d'usinage quotidien, "faire la vaisselle" (empirisme transcendantal)

Message par Morologue le Lun 13 Aoû 2018 - 9:16

Non mais Gilles Deleuze parle des vitesses et des lenteurs, et des intensités, ce dont précisément vous faîtes état ^^ Ajoutez un verre de vin dans l'affaire, et vous obtenez une nouvelle coupure-flux : bouteille-verre-bouche. Ajoutez la bonne compagnie, et voici que vous développez le montage : bouche-accoustique-oreille-"esprit" ("l'échange"), qui par son heureuse distraction ralentit votre processus (heureux, du moins dans votre couplage avec "l'ambiance, l'atmosphère" ^^).

Ça n'est pas parce que ça parle d'usinage et de machine, que ça ne parlait pas de vaisselle sans lave-vaisselle (le torchon est évoqué). Le lave-vaisselle est une machine technique, sur laquelle de toutes façons "on" se couple, et qui est couplé à la table puis au mobilier de rangement, etc. significativement. Les amicalités sont des machines sociales. Le "zen" est une machine désirante, typiquement schizoïde, ce qui est très sain, au point de vue deleuzien (à moins que le "pratiquant" ne se fige sur une posture, ce qui, évidemment, "n'est pas très zen", mais qui arrive régulièrement chez les pratiquants ^^).
avatar
Morologue
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 572
Date d'inscription : 02/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur https://www.agoravox.fr/auteur/mal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un centre d'usinage quotidien, "faire la vaisselle" (empirisme transcendantal)

Message par Morologue le Jeu 30 Aoû 2018 - 12:38

Là où l'on voudrait (où j'ai voulu) reprendre Deleuze, c'est par le plan d'immanence. Je me suis dit : n'empêche, finalement, pour qui y a-t-il plan d'immanence ? Et ce plan, n'est-il pas effectivement un champ de conscience ? ... Mais le problème est vieux comme Kant, duquel s'inspire explicitement Deleuze, avec l'empirisme transcendantal : pour qu'il y ait sujet, il faut objet ; donc sans objet, point de sujet.

Ainsi l'objet est au sujet, ce que le plan d'immanence est au champ de conscience. Conscience et/ou noèse, dont Husserl avait déjà voulu souligner que c'était toujours une conscience de - conscience du plan d'immanence, en l'occurrence, qui récursivement soutient le champ de conscience en le rendant possible. Et finalement, nous voici de bon scepticisme antique, à devoir suspendre notre jugement : impossible de plaider véritablement pour l'un ou l'autre, du champ de conscience/sujet ou du plan d'immanence/objet.

D'aucuns auraient peut-être une solution ? Je vous écoute. En l'état, ça plaide en faveur d'une indifférence, voire d'une indistinction matérialisme-spiritualisme, réalisme-idéalisme : les voilà mêlés. Ce que Deleuze avait subsumé, en inscrivant le signe à même les choses, empiriquement. En fait, il n'y aurait que des interprétations, transcendantalement.
avatar
Morologue
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 572
Date d'inscription : 02/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur https://www.agoravox.fr/auteur/mal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un centre d'usinage quotidien, "faire la vaisselle" (empirisme transcendantal)

Message par Crosswind le Jeu 30 Aoû 2018 - 13:03

Morologue a écrit:
Ainsi l'objet est au sujet, ce que le plan d'immanence est au champ de conscience. Conscience et/ou noèse, dont Husserl avait déjà voulu souligner que c'était toujours une conscience de - conscience du plan d'immanence, en l'occurrence, qui récursivement soutient le champ de conscience en le rendant possible.

J'émets quelques réserves. Définissons ce "plan" deleuzien (auquel, humblement, je n'ai jamais compris grand-chose). Le mot "plan" n'est-il pas superflu, sachant que le terme "immanent", lorsqu'il vise le monde, sujet autant qu'objet, se suffit à lui-même? Ensuite, l'immanence n'étant rien d'autre qu'un concept qualifiant, je le vois mal pouvoir se rapporter au fait élémentaire qu'il y a. Encore une fois, la conscience n'est pas nécessairement conscience de...

Autrement dit, plan d'immanence ou pas, il n'est en rien lié à "la" conscience, cette dernière n'étant aucun objet du monde, elle n'est ni un cerveau, ni dans le cerveau, ni dans la totalité des choses.

Crosswind
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1085
Date d'inscription : 29/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un centre d'usinage quotidien, "faire la vaisselle" (empirisme transcendantal)

Message par Morologue le Jeu 30 Aoû 2018 - 13:29

Tu as raison de le dire. Non, c'est juste que plan réfère au déploiement de l'immanence pour-soi (Deleuze admire l'ontologie sartrienne, d'où l'usage du pour-soi ici). Si tu veux, c'est par empathie, qu'il nous dit : "Voilà l'immanence, qui se déploie sur son plan, qui est transcendalement le seul plan dont nous faisons l'expérience ... empiriquement." C'est afin que nous le comprenions pour nous-mêmes, car cela reste une philosophie pratique, en faveur d'une dynamique sociale-historique agie par les êtres humains. C'est évident dans l'Anti-Œdipe (recyclage du marxisme, qui fut déjà recyclé par Sartre d'ailleurs, sous forme existentialiste ; Deleuze le recycle sous forme empiriste transcendantale avec et après l'existentialisme sartrien).
avatar
Morologue
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 572
Date d'inscription : 02/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur https://www.agoravox.fr/auteur/mal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un centre d'usinage quotidien, "faire la vaisselle" (empirisme transcendantal)

Message par kercoz le Jeu 30 Aoû 2018 - 14:24

Crosswind a écrit: Encore une fois, la conscience n'est pas nécessairement conscience de...

Autrement dit, plan d'immanence ou pas, il n'est en rien lié à "la" conscience, cette dernière n'étant aucun objet du monde, elle n'est ni un cerveau, ni dans le cerveau, ni dans la totalité des choses.

Pour suivre sur ce thème je te conseille
https://www.college-de-france.fr/site/colloque-2015/symposium-2015-10-15-12h15.htm
Auquel je n' ai guère compris le 1/10 mais qui me semble suffisant pour saisir qqs infos majeures : La vue est le seul sens qui ne serait pas impacté ( transformé) par l' information. .... Libéra est génial quand on peut le comprendre.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3355
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un centre d'usinage quotidien, "faire la vaisselle" (empirisme transcendantal)

Message par Morologue le Ven 21 Sep 2018 - 13:55

N'empêche, sacré Deleuze. En faisant le café tout à l'heure, je me faisais cette remarque que nous avions industrialisé le quotidien. C'est-à-dire que les industriels, pour vendre du confort et du techno-progrès, en Occident, sur les cinq-six dernières décennies et deux derniers siècles plus largement, nous ont rendu accessible l'industrie quotidiennement. Qu'est-ce qu'une cafetière à filtres électrique, sinon une micro-industrie à faire couler le café ? et ainsi de tous les appareils ménagers.

Quant à nous, humains, nous en sommes les ouvriers volontaires et confortés, nous procurant un sentiment de puissance ou de jouissance sur nos vies, agentes micro-industrielles (domotiques - et pas que domotiques). A défaut d'être actionnaires, nous en sommes certainement les actionneurs, machines de machines dans "la Grande Machination" - conscience ou pas conscience. (Un tel propos ne peut que plaire à kercoz, j'imagine.)
avatar
Morologue
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 572
Date d'inscription : 02/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur https://www.agoravox.fr/auteur/mal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un centre d'usinage quotidien, "faire la vaisselle" (empirisme transcendantal)

Message par kercoz le Ven 21 Sep 2018 - 14:18

[quote="Morologue"
Quant à nous, humains, nous en sommes les ouvriers volontaires et confortés, nous procurant un sentiment de puissance ou de jouissance sur nos vies, agentes micro-industrielles (domotiques - et pas que domotiques). A défaut d'être actionnaires, nous en sommes certainement les actionneurs, machines de machines dans "la Grande Machination" - conscience ou pas conscience. [/quote]

Qui est conscient d' un plaisir à avoir de l'eau sous pression à son robinet ? Ce gain de productivité ne procure une satisfaction que les 3 mois qui suivent son installation, au cas ou l' on remplacé un transport manuel journalier ou, au mieux, un tirage au puits dans la cour. Un enfant ne perçoit pas ce "progrès" comme progrès mais comme un "du" ...Je ne suis pas d'accord avec ton "sentiment de puissance" ni de jouissance. La domotique domestique l'individu vers un état "moyen" ....si tu es actif, 16° sont tres agréables.....un peu actif est agréable par 19/20° ... inactif ( ordi) nécessite 22 ..inactif et vieux 23-24 °C.
Un thermostat ne peut gérer celà sinon à mesurer ton activité. Ceux qui ont fait de la voile savent que le plaisir n'est pas le but, mais le voyage et la maitrise de son environnement... là existe un sentiment de puissance-jouissance.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3355
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un centre d'usinage quotidien, "faire la vaisselle" (empirisme transcendantal)

Message par Morologue le Ven 21 Sep 2018 - 18:37

Crois-moi, les moindrement sophistiqués, quand ils ont un Occidental en face d'eux, ont largement le sentiment d'avoir affaire à un inconscient. Et ce n'est pas parce que c'est inconscient, que ça n'est pas senti comme puissant-jouissif. Précisément parce que la privation frustre d'un tel sentiment, et est alors exigée comme un dû - comme tu dis - par habituation. Façon de (se) vivre comme un Olympien, mais sans Olympe, donc avec cette croyance déclarative de "ne pas être un Olympien" (et la crainte confuse de perdre un tel statut, pas si confuse quand on sait aujourd'hui qu'1 Français sur 3 connaît et/ou a connu et/ou (re)connaîtra la pauvreté dans son existence).

Ce disant, on est à fond dans l'inconscient, ou disons le subconscient, qui intéresse Guattari-Deleuze.
avatar
Morologue
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 572
Date d'inscription : 02/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur https://www.agoravox.fr/auteur/mal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un centre d'usinage quotidien, "faire la vaisselle" (empirisme transcendantal)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum