La tyrannie des minorités

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

La tyrannie des minorités

Message par Bergame le Mar 19 Déc 2017 - 20:02

Les années 80-90 ont fait grand usage du concept de "tyrannie de la majorité". Pour les théoriciens du libéralisme, il s'agissait de justifier la nécessaire protection des minorités contre une majorité qu'ils se sont plu à dépeindre comme lyncheuse, criminelle, fasciste et tout le tralala -comme si les dictatures n'avaient pas toujours été historiquement, le gouvernement autoritaire d'une minorité au pouvoir, bref.
Il me semble qu'il n'est pas incongru de théoriser aujourd'hui une "tyrannie des minorités", et que c'est dans le registre de l'humour que les faits apparaissent avec le plus d'évidence. Car c'est incroyable, tout de même, ce qui se passe, non ? Je passe sur Dieudonné -apparemment le cas n'est même plus défendable. Je passe sur les caricatures de Mahomet -apparemment, le cas n'est même plus critiquable. Mais le pauvre gars qui vient de faire une blague sur les femmes battues ?
Rupture douloureuse après 17 ans d'amour entre Tex et son jeu emblématique. Selon franceinfo et Puremédias, l'humoriste et animateur de France Télévisions ne présentera plus son programme "Les Z'amours." Une décision prise par les producteurs et les diffuseurs de l'émission, après une blague douteuse de Tex sur les violences faites aux femmes. "Les gars, vous savez ce qu'on dit à une femme qui a déjà les deux yeux au beurre noir? Elle est terrible, celle-là", avait-il lancé devant le public de l'émission "C'est que de la télé" sur C8, avant de donner la réponse: "On ne lui dit plus rien ! On vient déjà de lui expliquer deux fois !"
La Secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité Hommes/Femmes, rien que ca, qui réagit, et interpelle le CSA ! Verdict : Pas de ca sur le service public. Franchement, ca ne devient pas un peu délirant ?

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
avatar
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 3317
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par kercoz le Mar 19 Déc 2017 - 20:25

c' est un problème de bien pensance ( de dox qu' on dit, je crois). Plus de blague sur les juifs ( sauf si c'est un juif qui fait de l' humour juif...éviter de braquer la banque Rotschild, en cas d'échec il y a une inculpation supplémentaire. ... Pour les nanas, on est dans la bossa nova de l' individualisation: Femme =mec, ... peut se promener le cul à l' air mais faut pas toucher ( ou faut payer..les putes les plus intelligentes étant les bourgeoise qui gagnent un max et ne subissent le client qu' une fois par mois. )
La meilleure mauvaise blague sur les noirs et les handicapés vient de Ray Charles.....A la fin d' un concert, dans sa loge, une passe droit bourge à fourrure le félicite sur la qualité de son jeu de piano ...et finit par dire que ça doit être vachement difficile en tant qu' aveugle ...Il lui répond que ça aurait pu être pire qu' aveugle ...""""J'aurais pu naitre noir !!""""

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3425
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par Bergame le Mer 20 Déc 2017 - 9:22

Oui, j'adore cette histoire -j'espère qu'elle est véridique- parce que, ce qui est génial, c'est qu'il introduit le doute : "Mon dieu, mais c'est vrai, il est aveugle : Peut-être que personne ne lui a jamais dit qu'il était noir !" lol

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
avatar
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 3317
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par hks le Mer 20 Déc 2017 - 14:12

je découvre que ce n'est plus Jean-Luc Reichmann qui anime les z' amours... ah bon!!! Tex animait ....depuis 2OOO
je suis vraiment has been

en revanche je me souviens que Ray Charles est devenu aveugle à l'âge de 7 ans après la mort tragique de son frère...mais bref
avatar
hks
Admin
Admin

Nombre de messages : 7005
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par Crosswind le Mer 20 Déc 2017 - 14:40

Barpf. Gosse, on faisait des blagues sur les noirs, les arabes, les PD, les handic', les chinetoques, les pas normaux, les pas comme nous, les autres, les gros, les p'tits, les faibles, les forts, les gonzesses, les moches, les pauvres, les chauves, les vieux, les nains, les idiots, les fous, le Roi, la Reine et le P'tit Prince, les Lada, les Juifs, les cendres et les 2CV, les cul-de-jatte, les curés, Jésus et son pote Main-au-fesse ou Mao-Mais, Hitler, Himmler et la petite soeur en choeur. Un peu plus et on aurait tiré sur DAESH, les syriens et tout le tintouin.

Vous savez quoi ? Je souris d'un bon sourire franc. Car si les mots sont importants, si ces blagues d'enfants ont pu occasionner ici et là bien des torts, je considère que le seul ingrédient à l'origine de ces maux ne se compose pas des mots, mais d'une déficience d'empathie. C'est le rôle d'un parent, dont la main laisse la bride folle à l'enfant pour mieux lui indiquer la direction des bons pâturages. Qu'un môme ne réalise pas les souffrance n'est que normal, il ne les a jamais vécues, tout vert qu'il est. Ce n'est que progressivement, au long de l'éducation, science ingrate s'il en est, que des adultes peuvent délicatement inculquer à leur progéniture l'idée d'empathie, d'éthique discutée, sans cesse remise sur le métier. S'adapter à l'interlocuteur, manifester de la compréhension, introduire progressivement l'humour, s'intéresser aux pratiques culturelles tout en conservant les siennes, sont les compétences d'un adulte qui, sans jamais renier les bonnes vieilles blagues, comprendra qu'il n'est pas souhaitable de risquer sa peau en public en usant de philosophie de cours de récréation, sachant la tolérance minimale de ses congénères face à la mesure, à la pensée étayée, argumentée.

Tout cela commença par une tranche de rigolade, quelque part en 91, suite à écoute avec des potes, à la radio, d'un journaliste sérieux comme une canne usant et abusant d'un terme jamais entendu par nos oreilles jusque là : technicien de surface !

Crosswind
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1164
Date d'inscription : 29/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par kercoz le Mer 20 Déc 2017 - 15:29

Crosswind a écrit:....mais d'une déficience d'empathie. C'est le rôle d'un parent, dont la main laisse la bride folle à l'enfant pour mieux lui indiquer la direction des bons pâturages. Qu'un môme ne réalise pas les souffrance n'est que normal, il ne les a jamais vécues, tout vert qu'il est. Ce n'est que progressivement, au long de l'éducation, science ingrate s'il en est, que des adultes peuvent délicatement inculquer à leur progéniture l'idée d'empathie, d'éthique discutée, sans cesse remise sur le métier.

Je suis dans une phase provoc, faut en profiter.
T'as tout faut, crosswind. L' empathie est un processus physiologique découlant de l' agressivité intra spécifique. Ca désenchante, mais c'est comme ça. Le bien n' est qu' un moindre mal. Il faut inverser le concept comme il est facile de montrer que les plaisirs physiques ne sont que des cessations de déplaisirs de cessation du manque. Comme le Yang est issu du Ying, il n' y a pas deux principes mais un seul principe originel dont le deuxième découle. La réification des ressentis permet un max de littérature et de poésie, mais il sont ( à mon humble avis) logiquement et physiologiquement erronés.
Pour l' éducation, il faut se rappeler le modèle initial qui a formé et rodé les processus de socialisation dont le processus d'éducation culturelle. Je parle de la vraie culture ( pas de france loisir), c'est a dire de ce qui permet et forme la socialisation de l' individu aux comportements statistiquement gagnants pour sa survie et celle de son espèce. On pourrait dire "Cultural" pour discerner de ce que produit une culture qui conserverait le qualifiant "culturel". Ca se complique bien sur parce que ( au début bien sur), les productions culturelles servaient à améliorer le cultural. C'est à dire à renforcer la cohésion du groupe.
Revenons à l' éducation. Donc durant qqs centaines de millions d'années, parce qu' il faut inclure la période sociale pré homo, Les fratries ne s'évaluaient pas, comme maintenant, à 1, 43 petits blaireaux.... mais à 5 ou 8 chiards. Donc , exit les méthodes actuelles. Il vaudrait bien mieux refiler une peluche ou un chiwawa aux parents pour les occuper et éviter les dégâts. Parce que quant on a 6 morveux dans une case 2 pièces cuisine, on les mets dehors ou ils retrouvent leurs petits camarades ce qui, si le hameau comporte 10 cases, fait un troupeau d'environ 60 juvénils s'étageant de 2 à 12 ans..... Et, il n' y a aucun problème ( sérieux) ou rarement nécessitant la présence d' un adulte. La mome de 8 ans s'occupe de son frere de 3...etc. En étudiant ce groupe spontané on peut y discerner des hierarchisations croisées. Un gamin de 6 ans ne se frotte jamais à un "grand" de 8, la lutte-jeux hierarchisante s'effectue dons par niveau d'age, puis dans chaque niveau, puis, plus subtil , dans chaque domaine régalien du groupe..... Ces dominations soumissions, négociation, hierarchisations se fait normalement ( sauf présence d' un fonctionnaire) sans violence bien qu' en s'appuyant sur l' agressivité et les formes inhibées de l' agressivité ( dont l' empathie).
Bon. le petit con rentre à la case pour manger ses vers blanc en 4 heure.. Vat il emmerder un type qui à 18 ans et 60 kg de plus que lui ? Non bien sur ( heureuse époque non ?)
Tout ça pour dire que je prétends soutenir que la culture, la vraie, se transmet d'enfant à enfants. Les parents ne transmettant que les gênes. C'est bien sur volontairement caricatural, mais la trame y est. ( je peux développer pas mal d'arguments complémentaires mais ça prendrait des plombes et j' ai du bois à couper.)
Je m' appuie aussi sur le concept de rigidité comportemental. L' éthologie qui étudie des espèces voisines ( les "taxons"),démontre l' extrême rigidité de ces comportements et les millénaires nécessaires à induire des variantes... La physiologie bouge bien plus vite, plus adaptative grace à l' épigénétique.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3425
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par Crosswind le Mer 20 Déc 2017 - 16:05

Je ne suis pas convaincu. Pour ces raisons :

- Parce qu'il n'est pas scientifiquement prouvé que les émotions humaines, si complexes, trouvent leur origine en la matière régie par des lois déterministes.
- Parce que la survie est nécessairement associée, en un raisonnement circulaire, au comportement de la branche gagnante, ce qui annihile la force de l'argument.
- Qu'une fratrie de 60 mômes n'empêche nullement les parents associés de garder un contact étroit avec leur progéniture, pour prodiguer les conseils idoines.
- Qu'un grand de "8" peut de lui-même manifester de l'empathie pour un petit de "3", spontanément.
- Qu'il peut exister des types de 18 ans et 60 kilos et plus qui refuseront d'user de leur force sur de plus faibles, mais qui encourageront un idéal éthique communautaire plutôt qu'une étroite revendication égoîste.

Crosswind
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1164
Date d'inscription : 29/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par maraud le Mer 20 Déc 2017 - 16:24

Kercoz a écrit: L' empathie est un processus physiologique découlant de l' agressivité intra spécifique.

L'instinct de protection est-il une forme d'agressivité comme les autres ? ( est-ce que tu finiras par admettre que l'agressivité n'est, dans l'absolu, ni bonne ni mauvaise ? Que même le "bisou" participe de l'agressivité)

_________________
« Dans notre monde, il n'y aura plus de sentiments sauf la peur, la rage, le triomphe et l'auto-humiliation. Tout le reste, nous le détruirons - tout. » (George Orwell, 1984)
avatar
maraud
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1797
Date d'inscription : 04/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par Crosswind le Mer 20 Déc 2017 - 16:32

maraud a écrit:
Kercoz a écrit: L' empathie est un processus physiologique découlant de l' agressivité intra spécifique.

L'instinct de protection est-il une forme d'agressivité comme les autres ? ( est-ce que tu finiras par admettre que l'agressivité n'est, dans l'absolu, ni bonne ni mauvaise ? Que  même le "bisou" participe de l'agressivité)

C'est ce qu'il affirme, oui. Du moins est-ce ainsi que je l'ai compris.

Crosswind
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1164
Date d'inscription : 29/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par Bergame le Mer 20 Déc 2017 - 16:46

Kerkoz, si tu dois à nouveau exposer ta théorie, fais-le dans un topic ad hoc, stp. Il en existe déjà quelques-uns.

Crosswind a écrit:Barpf. Gosse, on faisait des blagues sur les noirs, les arabes, les PD, les handic', les chinetoques, les pas normaux, les pas comme nous, les autres, les gros, les p'tits, les faibles, les forts, les gonzesses, les moches, les pauvres, les chauves, les vieux, les nains, les idiots, les fous, le Roi, la Reine et le P'tit Prince, les Lada, les Juifs, les cendres et les 2CV, les cul-de-jatte, les curés, Jésus et son pote Main-au-fesse ou Mao-Mais, Hitler, Himmler et la petite soeur en choeur. Un peu plus et on aurait tiré sur DAESH, les syriens et tout le tintouin.
Vous savez quoi ? Je souris d'un bon sourire franc. Car si les mots sont importants, si ces blagues d'enfants ont pu occasionner ici et là bien des torts, je considère que le seul ingrédient à l'origine de ces maux ne se compose pas des mots, mais d'une déficience d'empathie. C'est le rôle d'un parent, dont la main laisse la bride folle à l'enfant pour mieux lui indiquer la direction des bons pâturages. Qu'un môme ne réalise pas les souffrance n'est que normal, il ne les a jamais vécues, tout vert qu'il est. Ce n'est que progressivement, au long de l'éducation, science ingrate s'il en est, que des adultes peuvent délicatement inculquer à leur progéniture l'idée d'empathie, d'éthique discutée, sans cesse remise sur le métier. S'adapter à l'interlocuteur, manifester de la compréhension, introduire progressivement l'humour, s'intéresser aux pratiques culturelles tout en conservant les siennes, sont les compétences d'un adulte qui, sans jamais renier les bonnes vieilles blagues, comprendra qu'il n'est pas souhaitable de risquer sa peau en public en usant de philosophie de cours de récréation, sachant la tolérance minimale de ses congénères face à la mesure, à la pensée étayée, argumentée.
Tout à fait d'accord. Je n'aime pas trop les thèses physicalistes, mais à mon avis, cette... dégénérescence de l'humour est un symptôme.
Parce que, comme tu le dis, il y a quelque chose de sain dans le fait de se moquer d'Autrui. D'abord, c'est une reconnaissance de sa spécificité, du fait qu'il est, effectivement, Autre. Et néanmoins, cette Altérité ne provoque pas gêne ou distance, au contraire : Elle provoque sourire, et engendre communication. Dans beaucoup de milieux -souvent populaires d'ailleurs, suis-je en train de noter- la moquerie est une marque de fraternité, et un examen de passage : Tu ne peux être des nôtres que si tu acceptes d'être moqué, et si tu sais rendre la moquerie.

Peut-être est-ce une conséquence de la gentrification de notre société ? Ou de la juridicisation des relations sociales, en provenance des Etats-Unis et qu'on voit progresser en France depuis une vingtaine d'années. Toujours est-il que tout semble prétexte, désormais, à indignation et à demande de réparation -au moins d'excuses. La moquerie, qui était une marque d'inclusion, serait maintenant devenue une marque de discrimination ! On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui, paraît-il -il faut déjà faire partie de la communauté pour pouvoir rire ensemble.
En fait, l'humour est peut-être devenu, justement, un marqueur communautaire, oui. Evoluant au rythme où la société française, républicaine et inclusive, fondée sur l'intégration et l'égalité de statut, se transformait en société multiculturelle, fractionnée en communautés reconnues comme telles et coexistant les unes à côté des autres, et dont les interactions sont régies par le droit.

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
avatar
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 3317
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par kercoz le Mer 20 Déc 2017 - 17:05

maraud a écrit:
Kercoz a écrit: L' empathie est un processus physiologique découlant de l' agressivité intra spécifique.

L'instinct de protection est-il une forme d'agressivité comme les autres ? ( est-ce que tu finiras par admettre que l'agressivité n'est, dans l'absolu, ni bonne ni mauvaise ? Que  même le "bisou" participe de l'agressivité)

C'est exactement ce que j'explique depuis des lustres. Je ne cesse de dire que l' agressivité doit être considérée comme une énergie primordiale qui participant à la survie, participe à la vie. On peut même suggérer que cette énergie-agressivité soit de la néguentropie s'appuyant sur l' entropie comme on fait un "bac" en canoé.
Je me sers souvent du cas des coiffes bretonnes, différentes à chaque village ( ou groupe de villages) qui est aussi un cas d' agressivité inhibé. Au lieu d' être exprimé entre individu, il exprime une agressivité, un signal, envers d'autres groupes ou villages.

J' ai d'ailleurs tenté, sans succès, de lancer un fil sur ce thème de la mode.
Le fait que les comportements historiques de mode ( vêtements, accents, glissements sémantiques des mots, musiques, etc ..) soient passé du local au temporel me semble remarquable, à souligner et à développer.
Ce processus participe bien sur de la destructuration et de la centralisation étatique. On peut remarquer que si on admet que la mode est une forme d'agressivité inhibée, cette agressivité est passée de l' inter groupe locaux à l' intergroupes générationnels.
Le problème de cette transition très récente, c'est qu'elle 'a pas eu des millénaire pour s' inhiber et se roder, et que la violence y est plus présente dans l' agressivité.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3425
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par maraud le Mer 20 Déc 2017 - 20:22


Oui, mais à la problématique de l'agressivité en général, tu n'as d'autre solution que l'inhibition.

La mode n'est pas l'expression d'une agressivité inhibée, surtout quand elle participe de la "parade" , de la séduction...

_________________
« Dans notre monde, il n'y aura plus de sentiments sauf la peur, la rage, le triomphe et l'auto-humiliation. Tout le reste, nous le détruirons - tout. » (George Orwell, 1984)
avatar
maraud
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1797
Date d'inscription : 04/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par baptiste le Jeu 21 Déc 2017 - 7:49

Celui qui a souffert, je parle d’expérience, d’être montré du doigt pour des raisons banales, n’exige qu’une chose, le respect qui lui permet de s’identifier à la communauté à laquelle il croît appartenir. Être moqué c’est être exclu. La révolte ne naît pas systématiquement mais elle peut naître, point besoin de longs discours pour comprendre cela, pas besoin de théorie libertaire pour comprendre que les caricatures de Mahomet étaient une provocation susceptible de faire naître un ressentiment qui se développant en vase clos au sein d’une communauté peut entraîner un débordement dans certains esprits mal équilibrés.
Il se trouve que cette révolte contre l’irrespect devrait aussi pouvoir naître du spectacle de la bêtise, enfin c’est ce qui me semble, lorsque l’individu est doté d’un minimum d’imagination.

baptiste
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1650
Date d'inscription : 21/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par Bergame le Jeu 21 Déc 2017 - 10:38

"Celui qui a souffert". Mais tout le monde "souffre" d'être "montré du doigt" pour son appartenance (supposée) à telle ou telle communauté. Dès que tu es étranger quelque part, on te le fait sentir, que tu es un étranger, même incidemment. Dès que tu es différent, on te le fait sentir, que tu es différent, même inconsciemment, même sans mauvaise intention. Mais c'est ainsi, tu le sens bien, tu le vois bien que tu es différent. Et alors ? Que veux-tu donc ? Abolir les différences ? Et comment comptes-tu faire cela ?

Le problème, ce n'est pas la différence. C'est l'idée maintenant bien ancrée, que la différence est nécessairement négative. Qu'elle est cause de conflit, de discrimination, et de souffrance. Et qu'il faut éviter cela, à tout prix ! Nous vivons dans une société qui a peur, peur en permanence : Peur du conflit, peur de la guerre, peur de la souffrance, et peur de la révolte. Mais en voulant préserver tout le monde, elle ne satisfait personne, et les individus et les communautés deviennent de plus en plus exigeants. Tout est bon, tous les prétextes sont utilisables.

Tiens, j'avais oublié celui-là, pas piqué des vers également :  
Antoine Griez­mann ne pensait sûre­ment pas qu’il allait susci­ter une telle polé­mique avec une « simple » photo sur Twit­ter. Dimanche soir, le papa de Mia a partagé un cliché de lui grimé en basket­teur noir. Un « clin d’œil » à l’équipe des Harlem Globe­trot­ters qui n’est pas passé.
Maquillé en noir de la tête aux pieds et coiffé d’une coupe afro, le foot­bal­leur qui évolue à l’Ath­lé­tico de Madrid a très vite été taclé par les inter­nautes. Ces derniers ont pointé du doigt un « black­face », une pratique raciste remon­tant au XIXe siècle consis­tant à se peindre en noir afin de tour­ner en ridi­cule les personnes de couleur. « Cher Antoine Griez­mann, le Black­face : au mieux, c’est maladroit ; au pire, c’est raciste. Dans tous les cas, ça se fait pas. Bref : supprime. Et bonne fête hein », a notam­ment tweeté la jour­na­liste Aïda Touihri.
"Ca ne se fait pas". C'est de cela qu'il est question : Dans une société où la liberté est la valeur suprême, qu'est-ce qui "se fait" et qu'est-ce qui "ne se fait pas" ? Qu'est-ce qui est moralement admissible et qu'est-ce qui ne l'est pas ? La réponse est le résultat d'une lutte d'influence, et dans cette lutte, toutes les armes (rhétoriques, pour l'instant) sont bonnes.

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
avatar
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 3317
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par kercoz le Jeu 21 Déc 2017 - 11:05

L' intolérance n' est pas une position facile à défendre, Pourtant certains s' y emploient avec de bons arguments. La tolérance intégrale des autres est nécessaire à l' individuation optimisée nécessaire aux libéraux et à la mondialisation.
C'est, je crois le thème que défend Zizek dans son livre " plaidoyer en faveur de l' intolérance":
http://1libertaire.free.fr/Zizek19.html

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3425
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par toniov le Jeu 21 Déc 2017 - 12:36

Je viens de relire les blagues de Coluche. Elles sont pour beaucoup, hilarantes.

toniov
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 146
Date d'inscription : 27/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par kercoz le Ven 22 Déc 2017 - 8:00

Bergame a écrit:
Il me semble qu'il n'est pas incongru de théoriser aujourd'hui une "tyrannie des minorités", et que c'est dans le registre de l'humour que les faits apparaissent avec le plus d'évidence.

Pour théoriser sur ce genre de truc, il faut les désaffecter et, par exemple, accepter ( par hypothèse) que l' intolérence puisse être vu comme aussi positive que la tolérance. C'est d'ailleurs un exercice assez surprenant quand à la facilité d défendre l' intolérance comme vertueuse:
La tolérance est un mot, mais aussi un comportement de domination humiliant pour le "toléré". On Ne peut tolérer que si l' on domine, si l' on a un pouvoir radical sur le toléré. C'est aussi un comportement par définition "provisoire", non définitif , conditionnel
Dans le concept de tolérance il y a une obligation de soumission, de retour.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3425
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par baptiste le Ven 22 Déc 2017 - 8:36

Bergame a écrit:
Tiens, j'avais oublié celui-là, pas piqué des vers également :  
Antoine Griez­mann ne pensait sûre­ment pas qu’il allait susci­ter une telle polé­mique avec une « simple » photo sur Twit­ter. Dimanche soir, le papa de Mia a partagé un cliché de lui grimé en basket­teur noir. Un « clin d’œil » à l’équipe des Harlem Globe­trot­ters qui n’est pas passé.
Maquillé en noir de la tête aux pieds et coiffé d’une coupe afro, le foot­bal­leur qui évolue à l’Ath­lé­tico de Madrid a très vite été taclé par les inter­nautes. Ces derniers ont pointé du doigt un « black­face », une pratique raciste remon­tant au XIXe siècle consis­tant à se peindre en noir afin de tour­ner en ridi­cule les personnes de couleur. « Cher Antoine Griez­mann, le Black­face : au mieux, c’est maladroit ; au pire, c’est raciste. Dans tous les cas, ça se fait pas. Bref : supprime. Et bonne fête hein », a notam­ment tweeté la jour­na­liste Aïda Touihri.
"Ca ne se fait pas". C'est de cela qu'il est question : Dans une société où la liberté est la valeur suprême, qu'est-ce qui "se fait" et qu'est-ce qui "ne se fait pas" ? Qu'est-ce qui est moralement admissible et qu'est-ce qui ne l'est pas ? La réponse est le résultat d'une lutte d'influence, et dans cette lutte, toutes les armes (rhétoriques, pour l'instant) sont bonnes.

Où est l’intolérance ou bien de quel côté est l’intolérance et la bêtise? Je me pose la question. Et puis il faut relativiser l’importance de ce qui se dit sur ces fameux réseaux sociaux. Il est de bon ton dans les commentaires de ces messageries de critiquer tout et n’importe quoi, de dénigrer systématiquement, pour satisfaire quelques besoins primaires sans doute. Là n’est pas vraiment le problème car il n’y a de nouveau que la résonance médiatique que l’on donne à ces non événements, l’expression « langues de vipères » n’a pas attendu internet pour exister.

Lorsque je parlais de « montrer du doigt » je ne parlais pas simplement d’appartenance ethnique, nous savons si bien et nous avons toujours su diaboliser ce qui différencie…la diabolisation est vieille comme l’humanité, il n’y a que les formes de sa manifestation qui changent.

On parlait par ailleurs de technologie, les effets de l’introduction de cette technologie de communication n’ont pas finis de nous surprendre. L’intolérance comme la peur sont liés à notre nature humaine il nous faudrait apprendre à les reconnaître et les dominer dans l’intérêt du vivre ensemble , hors il semble que ces technologies, pour le moment, aient plutôt l’effet inverse et qu'elles favorisent l'éclosion de si petites minorités que certaines sont individuelles.

baptiste
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1650
Date d'inscription : 21/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par baptiste le Ven 22 Déc 2017 - 8:55

kercoz a écrit:L' intolérance n' est pas une position facile à défendre, Pourtant certains s' y emploient avec de bons arguments. La tolérance intégrale des autres est nécessaire à l' individuation optimisée nécessaire aux libéraux et à la mondialisation.
C'est, je crois le thème que défend Zizek dans son livre " plaidoyer en faveur de l' intolérance":
http://1libertaire.free.fr/Zizek19.html

Je retiens du sujet cette phrase "Cette floraison perpétuellement jaillissante de groupes et sous-groupes dans leurs identités hybrides, fluides et mouvantes, chacun insistant sur le droit d’affirmer son mode spécifique de vie et / ou de culture, cette incessante diversification, n’est possible et pensable qu’adossée au socle de la globalisation capitaliste".

Ya ka, fau kon mette à bas la globalisation capitaliste pour retrouver l'Eden, le paradis perdu...on connait l'histoire depuis Adam et Eve. Qu'est ce qui justifie la chute, l'existence du mal? Désignons le diable, comme si l'humain n'était pas antérieur à la globalisation capitaliste. Nul n'est besoin d'être un grand intellectuel pour par une suite de syllogismes aboutir à des conclusions de ce genre, elles impressionnent simplement plus lorsqu'elles sont bien écrites, elles apportent satisfaction à tous ceux qui, à n'importe quel prix, ont besoin d'un discours explicatif...le seul problème c'est que l'histoire a toujours montré que ces gens là se trompaient.

baptiste
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1650
Date d'inscription : 21/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par kercoz le Ven 22 Déc 2017 - 9:10

baptiste a écrit:
Je retiens du sujet cette phrase "Cette floraison perpétuellement jaillissante de groupes et sous-groupes dans leurs identités hybrides, fluides et mouvantes, chacun insistant sur le droit d’affirmer son mode spécifique de vie et / ou de culture, cette incessante diversification, n’est possible et pensable qu’adossée au socle de la globalisation capitaliste".

Ya ka, fau kon mette à bas la globalisation capitaliste pour retrouver l'Eden, le paradis perdu..

Je ne connais pas assez Zizek pour parler à sa place. Là ou il a raison c'est quand il implique la globalisation, la dynamique centralisatrice. Là ou il se trompe c'est effectivement en s'attaquant au capitalisme. Il a qd même raison parce qu' actuellement la globalisation socialiste ne semble plus possible. Tu ne peux incriminer des gens qui cherchent des causalités à des perversions en leur reprochant de ne pas donner de solutions. Avant de trouver des solutions ( s' il y en a, il faut analyser le problème !).
Je n'ai pas trop compris sa phrase. Mais je dirai qu' en individuant le blaireau, il cherchera à se re-grouper. Mais il le fera contre-nature c'est à dire par affinité et non par unité de lieu. Ce qui induit que ses inhibitions passeront de l' inhibition entre individus à l' échec de l' inhibition entre groupes. ( phénomène hooligan).

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3425
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par Invité le Ven 22 Déc 2017 - 19:23

Ne mélangez-vous pas ce débat avec le topic sur le Déclinisme ?

Sinon je vous ai lus, je vous ai appréciés, et j'ai le sentiment que Bergame lança ce topic - je peux me tromper - suite aux éléments et événements apparus sur le topic de la Crétinisation du monde, dans cette même partie de forum (question des relations HF, intervention HS sur l'autisme, etc.). Au fond peu importe pourquoi est apparu ce topic. Néanmoins, ce sont des problèmes que nous n'arrêtions plus de soulever, sur l'autre forum, aussi ne m'en mêlerai-je pas plus que cela ici, tout ayant été dit à mon avis là-bas, avec d'autres petits apports ici (notamment, cette façon d'acter le multiculturalisme quelque part, sur le fond).

De manière générale, je ferai rentrer cela dans les problématiques liées à l'endurance et l'indolence dans nos mondes, la seconde tendant à dominer, faute d'éducation à la première. Au-delà, une anecdote d'animateur périscolaire : imaginez ces enfants de 9 ans, ayant déjà abondamment joué sans contrôle parental, à un jeu vidéo de guerre interdit aux moins de 16 ou 18 ans (Call of Duty). Ces enfants sont dans une mentalité lamentable, qu'un regard commun qualifiera volontiers d'hyperactive par facilité, mais le fait est que ces enfants se font du mal, à travers leurs rejets moraux et leurs animations (au sens d'animosité) dans la démarché littéralement toute frustration. Et voici que notre gentil animateur a une idée : il se dit que ces enfants ont besoin d'exorciser la violence à laquelle ils s'exposèrent malencontreusement sans moyen de se défouler. A partir de là, activité créative est lancée de confectionner chacun son fusil en carton, en le décorant à loisir. Les enfants se passionnent littéralement pour cette activité, alors qu'ils refusaient toutes les autres pour bébés. Finalement, ils ont l'occasion de s'éclater dans l'herbe à jouer les guérilleros et, après ce moment cathartique, ils se sentent défrustrés, libérés - serait-ce momentanément, si rien n'est entrepris sur la durée.

La scène que je viens de décrire, nous l'avons tous vécu enfants, avec des bâtons ou des armes en plastique, et cela n'a pas fait de nous des criminels sanguinaires, au contraire. Seulement, ces enfants, livrés à eux-mêmes et - surtout - à une société de l'indolence, n'ont jamais pu proprement se mettre à l'épreuve ou, si vous préférez, s'éprouver vitalement, jusque dans leur agressivité qu'ils ont à apprendre à maîtriser au lieu de la retourner méchamment contre et entre eux, sans jamais se plaindre à l'autorité d'avoir à souffrir méchamment d'un autre, et au contraire en se couvrant les uns les autres (c'est hélas bien plus fréquent qu'on ne croit, aujourd'hui, contre toute santé de moralité publique). C'est que tout cela est tragiquement normal pour eux, et justement l'adulte en face se facilite trop vite la vie à dire hyperactivité pour se dédouaner sur la médecine et autres sciences de circonstances, au nom de la Science censée nous conduire vers des lendemains qui chantent.

Au final, l'animateur en question est rabroué par la direction, qui s'inquiète des retours parentaux (les parents exigent justement que leurs enfants ne soient pas exposés à "la violence" à laquelle pourtant les parents les laissent s'affronter sans raison à la maison), et qui naturellement s'inquiète encore plus d'être ré-embauché par la commune, dont le conseil municipal tient lui-même éminemment à être ré-élu (pour quoi il ne faut pas ce genre d'esclandre).

Et pourtant, créer des fusils de pacotille et feindre la guerre était la meilleure chose qui puisse arriver à ces enfants, devant tant d'indifférence, d'ignorance et de dégénérescence chez "les adultes".

En somme ? ... Il faut réhabiliter l'endurance qui, comme son nom l'indique, implique d'endurer (par exemple et entre autres, la moquerie ? je préfère dire "les charriements" car la moquerie garde pour moi une maligne connotation ; "les charriements", donc, comme par exemple "dans le métier" : cela est de tout franc-parler, de toute franchise, de toute camaraderie, en effet). Mais endurer permet ensuite de mieux humainement se confronter aux réalités. C'est-à-dire, "mieux" : avec intrépidité, astuce et débrouillardise. Bref : jugeote. Mais c'est justement de jugeote, que manquent tous ceux qui s'offusquent et s'indignent tant de l'endurer.


Dernière édition par Destin le Lun 25 Déc 2017 - 9:51, édité 1 fois (Raison : rayure)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par baptiste le Sam 23 Déc 2017 - 8:10

Nous vivons une période historique de grand chambardement, mélange des cultures, des ethnies, traditions avec en plus quelques relents d’antagonismes historiques comme la décolonisation ou la traite des esclaves. Nous créons de nouveaux paradigmes à coup de réitérations, d’affiliations et désafiliations mais aussi d’inventions.  Le ressentiment généralisé dans des minorités de plus en plus diverses agit comme une auto-intoxication, la sécrétion néfaste en vase clos d’une impuissance prolongée. On voit peu de révoltes de minorité qui ne soit chargé de ressentiment, voir exclusivement chargé de ressentiment.  Parler de tyrannie des minorités c’est prendre position dans ce débat général, mais cette évolution peut-elle se réduire à un instrument d’ordre social ?

Que les minorités s’expriment en démocratie ne relève d’aucun scandale, d’un point de vue historique de tout temps les mélanges des cultures ont suscité des scandales, peut-être que l’espace dans lequel se passent les choses aujourd’hui est moins scandaleux qu’il ne le fut dans le passé. Le droit d’exprimer son ressentiment fait pendant au droit d’affirmer que toute chose n’est pas bonne à dire, y compris son ressentiment. Et puis ce ressentiment, selon qu’il croit dans une âme forte ou faible, peut être un puissant moteur certain diraient d'arrivisme pas uniquement d'aigreur. Mais dans les deux cas on veut être autre qu’on est ou assigné à être. Le ressentiment est toujours d'abord ressentiment contre soi avant de se libérer contre un autre que soi.

baptiste
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1650
Date d'inscription : 21/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par kercoz le Sam 23 Déc 2017 - 8:41

baptiste a écrit: Le droit d’exprimer son ressentiment fait pendant au droit d’affirmer que toute chose n’est pas bonne à dire, y compris son ressentiment. Et puis ce ressentiment, selon qu’il croit dans une âme forte ou faible, peut être un puissant moteur certain diraient d'arrivisme pas uniquement d'aigreur.

C'est tout a fait juste.
Et encore plus exact dans un groupe restreint. Je sais que ça gave certains, mais chacun voit midi à sa porte et je reconsidère tout fait sociétal moderne en le resituant à partir d' une rigidité comportementale formaté pour un autre modèle.
Dans un groupe optimisé ( disons 70 personnes), une minorité n'est pas qu' une statistique, elle est salement minoritaire la minorité. Donc elle se soumet et est admise puisque non dangereuse, même valorisée comme contre-exemple à éviter. Elle ne peut se re-grouper et former localement un groupe plus important en % du quartier ou du "réseau socio".
J' ai connu dans mon village breton, un petit gus curieux. Il avait été longtemps marin et revenu au village subissait parfois des quolibet en raison de son teint plus mat, sa taille peu élevée et un alcoolisme fréquent. Sa mère avait du fauter et on l' appelait "Bicot-bihen" , ce qui en breton signifie petit bicot. Il ne s'en formalisait pas d'autant qu' on ne l'appelait pas ainsi devant lui. Il n' était pas rejeté et servait un peu à tout, nottament a faire le trajet de l' allée de boules au café attenant pour chercher les verres. Ce type un peu méprisé, quand il avait atteint un certain "degré" était apprécié parce qu' il montait sur la table et chantait, tres juste, tout le répertoire de Yves Montand.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3425
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par Invité le Sam 23 Déc 2017 - 13:21

Baptiste, Kercoz : d'accord ! mais ce qu'il fallait déduire de mon propos (je m'en rends compte à présent) c'est que cela fait effet-domino + effet-papillon :
Destin a écrit:Au final, l'animateur en question est rabroué par la direction, qui s'inquiète des retours parentaux (les parents exigent justement que leurs enfants ne soient pas exposés à "la violence" à laquelle pourtant les parents les laissent s'affronter sans raison à la maison), et qui naturellement s'inquiète encore plus d'être ré-embauché par la commune, dont le conseil municipal tient lui-même éminemment à être ré-élu (pour quoi il ne faut pas ce genre d'esclandre).
C'est-à-dire que c'est à qui sera le plus, disons, humanitaire, et ce que j'ai d'emblée nommé individualisme commercial humanitaire en arrivant sur l'autre forum (en négligeant de le formuler, à la longue) est la superstructure par laquelle tous les acteurs légitiment moralement leurs velléités de pouvoir, selon leurs points de coordonnées sur l'échiquier sociétal qu'ils conçoivent chacun. En l'occurrence, il s'agit d'être clean, safe, politically correct avant tout : il y a là un totem & un tabou immenses. "Cachez ce sexe que je ne saurais voir" ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par maraud le Sam 23 Déc 2017 - 14:39

Destin a écrit:C'est-à-dire que c'est à qui sera le plus, disons, humanitaire, et ce que j'ai d'emblée nommé individualisme commercial humanitaire...

Moi je suis moins conforme que toi, j'appelle ça la pleurniche.

Une démocratie basée sur l'émotion peut-elle se passer de pleurnicher ?




_________________
« Dans notre monde, il n'y aura plus de sentiments sauf la peur, la rage, le triomphe et l'auto-humiliation. Tout le reste, nous le détruirons - tout. » (George Orwell, 1984)
avatar
maraud
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1797
Date d'inscription : 04/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tyrannie des minorités

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum