Les intelligences animale, humaine et artificielle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les intelligences animale, humaine et artificielle.

Message par Magni le Sam 27 Mai 2017 - 2:52


Le mode de déplacement des bactéries est nommé "chimiotactisme", cela signifie qu'elles se déplacent en fonction d'informations chimiques. Les colonies de bactéries produisent des déplacements coordonnés. Le même stimulus provoque la même réaction, le groupe se comporte alors comme un organisme, les cellules en périphérie ne sont pas dans le même milieu que les cellules qui sont au centre du groupe, elles forment une couche de protection, comme un épiderme, certaines cellules du groupe en fonction de leur localisation et non en fonction de leur nature, emmagasinent les toxines produites par le groupe et meurent, elles sont alors dépourvues de capacité chimiotactique et sont évacuées quand le groupe se déplace, produisant un système de défécation pour la colonie si on la considère comme un organisme, ce qui est mon point de vue. Une colonie de bactérie absorbe les nutriments à l’avant et relâche les détritus à l’arrière, comme tous les animaux doté de la capacité de se mouvoir.

Si le système nerveux permet d'élaborer une certaine conscience, et donc une certaine liberté de décision, la matière vivante est capable d'acquérir des connaissances sans aucun neurone, les connaissances étant utilisées par les organismes vivants dans un but tactique basé sur une stratégie de reproduction (la survie étant un moyen de se reproduire, ce n'est pas un but en soi pour les formes de vie rudimentaires), on peut dire que l'intelligence apparaît avant le cerveau. La fonction crée l'organe.

Pour exemple: le phytoplancton. Ces végétaux sont unicellulaires et n'ont donc pas de système nerveux et aucun neurone, comme les bactéries. Cependant, des nodules chimiques photosensibles à leur surface leur permettent de détecter la lumière, les flagelles se situant du côté de la lumière ne bougent pas, les flagelles situés du côté sombre s'agitent, cela permet aux algues de rester en surface pour vivre de la photosynthèse. La nuit, sans repère lumineux, elles coulent d'environ un mètre, le jour elles remontent. Si le phytoplancton flottait, il formerait un film en surface et ce serait délétère pour lui-même et l'environnement.
Le phytoplancton a donc de l'intelligence mais cette intelligence ne lui appartient pas en propre, il la partage avec le milieu. Le principe du chimiotactisme est que c'est une substance chimique externe à la cellule qui attire ou repousse la cellule et provoque son déplacement.
C'est ce phénomène qui permet aux oursins (et à de nombreux animaux marins qui lâchent leur gamètes dans l'environnement) de procéder à la fécondation des ovules par les spermatozoïdes, les cellules sexuées étant attirées les une vers les autres par ce moyen.
Si une éponge est pulvérisée, les morceaux vont se regrouper par chimiotactisme pour reformer l'individu. 
Les éponges, phytoplancton, protozoaire et autres bactéries n'ont pas de système nerveux, aucun neurone, mais ils ont une certaine intelligence stratégique et leurs mouvements ne doit rien au hasard, ils sont des réactions à des stimuli. La personnalité de l'intelligence de ces organismes est générique: elle dépend de l’espèce et non pas de l'individu.


Si je branche un ventilateur sur un panneau solaire, il va tourner quand le panneau fourni de l'électricité grâce à l'énergie solaire, me permettant de me rafraîchir pendant les heures chaudes de la journée. Mon système capteur-ventilateur possède une intelligence artificielle, car ce système produit des actes stratégiques en fonction de son environnement et ce système est un artefact (objet fabriqué par l'homme et non pas par la nature).
Le protozoaire a quant à lui une intelligence naturelle, car il est produit par la nature.
Les végétaux produits par génie génétique pour résister à leurs prédateurs naturels sont dotés d'une intelligence hybride.

Le but des êtres vivants n'est pas uniquement ni principalement la survie.
Le premier but des êtres vivants est la reproduction, et seulement après la survie, mais pas toujours. De nombreux animaux et végétaux meurent une fois accompli leur cycle de reproduction.

C'est de l'anthropomorphisme abusif de penser que le but de l'être vivant est la survie de l'individu, le but de vivant est la survie du groupe, c’est-à-dire la reproduction des individus, car ceux-ci ne sont pas immortels. En général, les individus d'une espèce ne développent pas de volonté individuelle, leurs actions sont dictées par les intérêts du groupe auquel ils appartiennent.
L'humain est un cas spécifique qui transcende le cas générique, c'est pourquoi "anthropomorphisme" est souvent synonyme d"erreur de raisonnement".

Pour que des ordinateurs acquièrent une intelligence similaire à la nôtre, ce n'est pas du hasard qu'il faut introduire dans leurs processus de décision de réponse à un stimulus, c'est du raisonnement qu'il faut leur ajouter.
Les animaux ne raisonnent pas de façon stratégique, leur stratégie de vie est extérieur à leur raisonnement, ils agissent en fonction de leurs émotions, sans raisonnement préalable.
L'homme qui agit en suivant ses émotions se comporte comme un animal. L'animal qui agit en fonction de son raisonnement se comporte comme une personne. L'humain est toujours un animal et une personne, les animaux sont parfois des personnes.
Le paradoxe est résolu de la façon suivante: l'humain étant un animal, il agit toujours en fonction de ses émotions, mais au lieu d'agir toujours dans le sens de ses émotions, il agit parfois à l'inverse du sens de ses émotions, contrairement à l'animal, ceci au nom d'une cause supérieure.
C'est la cause supérieur qui fait que l'humain transcende son animalité et son intelligence naturelle pour se fabriquer sa propre intelligence artificielle, c'est à dire une intelligence conçue par lui-même et non par la nature: une personnalité individuelle.
La cause supérieure de l'humain est parfois la recherche du bonheur, du confort, de la richesse, de la puissance sociale, de la reconnaissance scientifique, de la survie de l'espèce ou de la nature, de la connaissance mystique, du pouvoir magique, de la sagesse ... etc, etc.
C'est le but de l'individu de l'espèce humaine qui détermine sa stratégie et donc sa forme d'intelligence.


Toutes les machines produites par l'homme sont dotées d'une intelligence artificielle : c'est là que la confusion commence.
L'intelligence artificielle des machines est comparable à l'intelligence naturelle des animaux,elle est générique, dictée par un programme interne qui est la conséquence des conditions externes, ces intelligences, artificielles dans les machines et naturelles dans champignons, végétaux et animaux, ne sont pas dictées par un raisonnement accordé sur une cause supérieure personnelle.

L'intelligence d'une machine sera comparable à celle des humains si cette machine acquière une cause supérieure personnelle et qu'elle procède à un raisonnement stratégique en fonction de son but intime et non pas par la grâce d'une programmation imposée par un conditionnement extérieur.

Ce n'est pas une question de puissance, ce n'est pas une question de taille et d'envergure, c'est une question de forme, c’est à dire de nature.
avatar
Magni
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 178
Localisation : Complètement à l'ouest
Date d'inscription : 03/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les intelligences animale, humaine et artificielle.

Message par maraud le Sam 27 Mai 2017 - 6:57


Que ce soit la nature qui est intelligence, cela semble admis.


L'anthropocentrisme est nécessaire à la compréhension du monde car même si cela est paradoxal; il faut parfois que la mesure de toute chose soit nous-mêmes.


Dans l'ordre de l'intelligence artificielle, il faut prendre soin de distinguer l'information qui circule dans un système fermée de celle qui circule et émane d'un système ouvert ( le système récipient d'eau qui reçoit une résistance chauffante talonnée par un bilame est constitué d'un système ouvert ( réception et déperdition d'énergie) et d'un système fermé ( boucle résistance/bilame))

Ainsi, un, deux, dix... ordinateurs sont des systèmes informationnels fermés; qui peuvent être interconnectés pour produire un système plus ample, mais cela reste un système fermé par rapport à l'Intelligence/Nature. La question devient simple: un système fermé peut-il entretenir un rapport avec un système ouvert et un système ouvert peut-il ne pas entretenir de rapports avec d'autres systèmes ouverts et finalement avec la Nature qui est la condition de tout système ?


avatar
maraud
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1121
Date d'inscription : 04/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum