Le black-out sur la pensée

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le black-out sur la pensée

Message par Bergame le Lun 8 Mai 2017 - 11:25

Il règne aujourd'hui, en France et en Europe, un véritable black-out sur la pensée, une censure morale qui devient de plus en plus étouffante. Au nom de ce qui s'est passé en Europe il y a 70 ans, et uniquement pour cette raison :

- On ne peut plus parler de "race", très bien. L'idéologie racialiste des nazis était effectivement délirante. Mais on ne peut plus non parler de "culture", on ne peut plus parler d'"ethnie", on ne peut plus parler de "nation". Surtout, ne plus évoquer quoique ce soit de l'ordre de la différence. Les hommes sont les mêmes, partout, ils ne forment ensemble qu'une immense communauté, l'humanité, et toute segmentation au sein de cette totalité nous renvoie à l'étoile jaune et la Shoah.

- On ne peut plus parler de "peuple". Car le "peuple", c'est ou bien l'ethnie ou bien le prolétariat, tous deux ferments du Totalitarisme. Il n'existe pas de "peuple", il n'existe que des individus singuliers, avec leurs intérêts singuliers, leurs convictions propres et irréductibles les unes aux autres si ce n'est transitoirement, il n'existe que des agrégats.

- On ne peut plus parler de "majorité", car la majorité, cela n'existe pas -sauf contre le Fascisme. Il n'existe que des minorités, et une bonne démocratie ne gouverne certainement pas en fonction des intérêts de la majorité -qui n'existe pas- mais en fonction de la défense des minorités -qui existent, certes, mais attention, elle ne sont pas constituées sur des bases ethniques ou culturelles ou etc., cf. plus haut.

- Du reste, il ne faut pas trop parler de "démocratie". N'oublions jamais que Hitler a été élu démocratiquement ! On peut parler d'institutions ou de valeurs démocratiques, oui, la constitution, la séparation des pouvoirs, les droits civils, tout ce qui garantit protection aux minorités et aux individus contre "la tyrannie de la majorité". Mais d'une manière générale, on préfèrera parler de "république".

- Dans ces valeurs, ne pas trop parler d'"égalité". La liberté, oui, ca on peut et on doit, mais l'égalité... Les hommes ne sont pas égaux entre eux, il y a des riches et des pauvres, et il y a des rationnels et des imbéciles (les Fascistes). Les régimes qui ont tenté de rendre les hommes égaux en fait, ce sont les régimes totalitaires. Donc les hommes sont égaux en droits, oui, ils ont la même valeur... mais c'est tout.

- Du reste, toutes les valeurs n'ont pas la même valeur. Autrement, c'est du relativisme, qui menace toujours de dériver vers le nihilisme, qui était au cœur de l'idéologie nazie comme chacun sait. Mais il n'y a pas pour autant de valeurs dominantes ou supérieures, non, car ca, c'est du Fascisme. Il ne faut pas dire que toutes les valeurs se valent, mais en même temps, ils ne faut pas dire que certaines valeurs sont supérieures à d'autres.

- Il ne faut pas douter du Progrès. L'humanité est engagée depuis la nuit des temps sur une longue route vers la paix universelle et le bonheur pour chacun, un monde où tous les hommes seront frères. Les conflits qui occurrent ici ou là ne sont que des péripéties au regard de ce plan, et toute tentative de les appréhender ici et maintenant ne font que leur donner davantage d'importance et retarder un peu plus la marche, par ailleurs inexorable, vers l'instauration d'un paradis sur cette Terre.

- Du reste, il n'y a de conflit que parce que perdurent les frontières, les nations, les ethnies, les différences. Alimentées par des politiques qui voient, dans ces divisions, l'occasion d'acquérir du pouvoir. Mais laissez les hommes libres : Au fond d'eux, tout au fond, ils sont bons, et n'aspirent qu'à vivre en paix avec leur prochain. Ainsi, il ne faut pas trop parler de "politique" non plus. La politique, c'est le mal qui entretient les divisions au sein de l'humanité fraternelle.

- En revanche, l'économie, c'est la liberté. Libérons les hommes des Etats, des gouvernements, des pouvoirs qui s'exercent sur eux, laissons-les échanger et commercer entre eux, et petit à petit, par l'habitude de s'entendre sur un prix ou la qualité d'une marchandise, ils construiront, ensemble, le monde fraternel auquel ils aspirent profondément.

"TINA !" disait Thatcher, "there is no alternative !" A l'époque, en 1981, il était encore possible de penser contre. Aujourd'hui, l'histoire montre qu'elle avait raison. Il n'y a plus d'autre alternative, il n'est même plus question de penser autrement, sous peine d'être un Fasciste, c'est-à-dire à la fois un salaud et un imbécile, un Méchant. Y a-t-il jamais eu dans l'histoire une doctrine idéologique plus hégémonique, plus totalisante et plus étouffante que celle-ci ? Oui, le christianisme au Moyen-Âge, peut-être.

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
avatar
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 2819
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par maraud le Mar 9 Mai 2017 - 6:33

Bergame a écrit:Il règne aujourd'hui, en France et en Europe, un véritable black-out sur la pensée, une censure morale qui devient de plus en plus étouffante.


Tu es sociologue, je crois. Alors tu dois admettre que nous vivons les prémisses de "l'ère" de l'information et que le pouvoir que donne l'information est l'enjeu le plus important du moment.

Je ne dirai pas que la censure est "morale", car ce n'est pas pour une raison morale que l'on capte et manipule l'information. J'y vois une question de redistribution du/des pouvoirs (s) dans la détention de l'info. Le Français est allé voter pour "choisir" entre un Macron ( déjà élu depuis plus de six mois) et une MLP ( qui n'est pas dupe du rôle qu'elle joue), ajouté à cela ce que vaut le savoir politique du Français moyen... ça nous donne la situation actuelle.

La question devient: "L’État profond" est-il en train de s'étendre en ajoutant au pouvoir que donne " l'argent" celui que donne la détention de l'information ?

Là où tu vois l'auto-censure, je vois la tyrannie de la conformité ( celle qui nous culpabilise de se surprendre un peu facho, un peu coco, un peu homophobe, un peu antisémite, un peu xénophobe, un peu viril,     un peu instruit       un peu objectif...). On n'est pas normal quand on est quelque chose qui n'est pas juste "moyen" ( autrement dit: médiocre).




Alors quel est le problème, celui d'être normal/anormal ou celui de savoir si la "pensée officielle" ne verra pas se dresser face à elle une pensée réactive dissidente..? Va-t-on devoir se positionner de facto pour l'une ou l'autre ? Faut-il dire "sociologie" ou " ingénierie sociale" ? Allons-nous qualifier le voisin de théoricien du complot où de théoricien de la théorie du complot ?


PS: le problème ne se pose pas pour moi: je suis décliniste.
avatar
maraud
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 825
Date d'inscription : 04/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par kercoz le Mar 9 Mai 2017 - 8:19

maraud a écrit:




Là où tu vois l'auto-censure, je vois la tyrannie de la conformité ( celle qui nous culpabilise de se surprendre un peu facho, un peu coco, un peu homophobe, un peu antisémite, un peu xénophobe, un peu viril,     un peu instruit       un peu objectif...). On n'est pas normal quand on est quelque chose qui n'est pas juste "moyen" ( autrement dit: médiocre).

.
Damned je suis découvert !
C'est peut être le secret du pouvoir, d'avoir accès à des personnalités multiples.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2213
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par maraud le Mar 9 Mai 2017 - 10:20


Bergame vient d'ouvrir Le sujet des sujets; on va tous se retrouver en slip..! ( si on est honnête)
avatar
maraud
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 825
Date d'inscription : 04/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par quid le Dim 14 Mai 2017 - 0:00

Bergame a écrit:Il règne aujourd'hui, en France et en Europe, un véritable black-out sur la pensée, une censure morale qui devient de plus en plus étouffante. Au nom de ce qui s'est passé en Europe il y a 70 ans, et uniquement pour cette raison
Je quitte ce forum qui est maintenant géré par un unique modérateur fasciste, qui minimise l'histoire commune de l'Europe et les fascismes qui s''y sont produits. A bon entendeur...
avatar
quid
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 769
Date d'inscription : 04/08/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par baptiste le Lun 15 Mai 2017 - 8:30

Bergame a écrit:Il règne aujourd'hui, en France et en Europe, un véritable black-out sur la pensée, une censure morale qui devient de plus en plus étouffante. Au nom de ce qui s'est passé en Europe il y a 70 ans, et uniquement pour cette raison :


J'ai oublié... qui déjà avait parlé avant toi de "Un détail de l'histoire" ?

baptiste
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1299
Date d'inscription : 21/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par lanK le Lun 15 Mai 2017 - 9:31

J'ai comme un doute,.
Je ne réussis pas, bien que je lise la citation de Bergame, à faire coïncider ce dernier avec détaillant et facsite.

Il me semble que Bergame nous parle d'obscurantisme, d'hérésie.Son texte dit, peut-être, que nous vivons une période sombre de l'histoire.

_________________
Soyez patient envers tout ce qui n'est pas résolu dans votre cœur et essayez d'aimer les questions elles-mêmes
avatar
lanK
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 285
Date d'inscription : 12/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par baptiste le Lun 15 Mai 2017 - 10:11

lanK a écrit:J'ai comme un doute,.
Je ne réussis pas, bien que je lise la citation de Bergame, à faire coïncider ce dernier avec détaillant et facsite.

Il me semble que Bergame nous parle d'obscurantisme, d'hérésie.Son texte dit, peut-être, que nous vivons une période sombre de l'histoire.

Il est tout à fait possible et même souhaitable de parler de tout ce que Bergame prétend que l'on ne pourrait pas parler: du peuple, comme de l'égalité, même éventuellement de la race...ce qui n'est plus possible c'est d'en faire des outils de propagande pour ses opinions en prétendant qu'il s'agit de réalités objectives. Il n'y pas d'hérésie à s'interroger sur ce que le mot peuple désigne mais il y a instrumentalisation du sens lorsque l'on prétends parler au nom du peuple sans même être capable de donner la définition de ce mot.

baptiste
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1299
Date d'inscription : 21/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par kercoz le Lun 15 Mai 2017 - 18:46

Je lis en ce moment "1491" de Charles C. Mann. Une revisite critique de l' état des Amériques au moment de sa "découverte". ...ou de son "invention" si on en croit l'auteur qui s'appuie sur la somme des découvertes récentes. A lire pour la somme de qu' on peut y apprendre. ( Notamment sur l' origine du champ de Mars !).
Si je parle de de livre c'est qu'il parle des mêmes genre de problèmes soulevés par Bergame.
L' équivalent de la shoa  aux USA, porte sur la question de la population peuplant le continent avant l' arrivée des blancs. La décimation épidémique ne semble pas poser de problème mais les estimations de 25 millions d' Indiens sur le plateau mexicain alors que la somme espagnole + portugaise ne dépassait guère les 10 millions  en pose de sérieux.
D' après l' auteur la polémique dure depuis pas mal de temps et "glisse" vers de l' agressivité politique basé sur la morale et sur une sur ou sous-estimation d' un génocide.
https://www.babelio.com/livres/Mann-1491-Nouvelles-revelations-sur-les-Ameriques-avant/44630

Le style américain, fouilli , partisan le rend difficile à lire. Pourtant il s'appuie sur des découvertes récentes ou anciennes mais ignorées.
Un chapitre sur le Pérou est des plus intéressant: Il donne l' exemple d' une peuplade tres isolée, sans contact ayant quand même formé une sorte d' état, sans agriculture mais s'appuyant sur la pêche et le coton ( filets, vêtements)dans un environnement désertique. NORTE CHICO, 3000 av JC.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2213
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par maraud le Mar 16 Mai 2017 - 13:03


C'est amusant de constater qu'à chaque fois que l'on veut parler de la pensée, ce soit justement elle qui en fasse les frais, de sorte que lorsque l'un propose de penser hors les clous, il en vient aussitôt un autre qui lui fait remarquer qu'il est hors les clous, comme si lui savait ce que penser veux dire...

Penser et penser "bien", la même chose ?

avatar
maraud
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 825
Date d'inscription : 04/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par Bergame le Mar 16 Mai 2017 - 15:05

baptiste a écrit:J'ai oublié... qui déjà avait parlé avant toi de "Un détail de l'histoire" ?
Je n'ai jamais dit et je ne crois surtout pas que la Shoah soit un "détail de l'histoire". C'est au contraire l'un des évènements majeurs de l'histoire de l'humanité, ne serait-ce que par ce qu'il signifie. En revanche, ce que je fais ici, c'est répondre -avec beaucoup de retard- à un sujet lancé par Courtial il y a longtemps. Je ne le retrouve pas, mais la question posée, d'ailleurs classique, était, autant que je m'en souvienne : "Peut-on encore penser de même après Auschwitz ?" Et si je n'avais pas trop d'idée à l'époque sur le sujet, ma réponse -la mienne, hein, pour ce que ca vaut- est, aujourd'hui, très claire : "Oui !" On peut et même on doit continuer à penser après Auschwitz. Auschwitz n'est pas l'évènement unique à partir duquel se pense ni l'histoire ni les sociétés humaines, et référer toute pensée socio-politique à ce seul évènement est tout simplement aberrant. Un réductionnisme sauvage sur lequel s'appuie une idéologie de plus en plus étouffante et, comme on le voit, agressive.

Qu'est-ce que le fascisme, tiens. Est-ce qu'un jour, l'un de nos valeureux combattants de l"anti-fascisme" aura le courage d'essayer de mettre des couleurs sur le masque de l'Ennemi ? Qu'est-ce que le fascisme ? La haine de l'Autre ? La valorisation du Même ? L'ostracisme à l'égard de tous ceux qui ne pensent pas "bien" ? La violence ? La violence légitimée, même, auto-justifiée ? La volonté de construire un homme nouveau, un homme neuf, qui s'approche d'un Idéal élaboré a priori ? Et la haine de tout ce qui ne ressemble pas à cet Idéal, et surtout de ce qui s'en éloigne volontairement, de ce qui le critique, la haine de la dissidence ? La phobie du pluralisme, de la diversité, du questionnement ? De la discussion. De la pensée.

Quand je pense, quid, que tu as participé à l'élaboration de ce qui devait être la charte de ce forum, que tu l'as même présentée. Tu sais, ce texte qui disait que Digression "refuse les sectarismes", est ouvert à "la singularité de la pensée" de chacun, qu'il bannit les "arguments ad personam" et "autres marques d'hostilité"... Bon vent, ami, tu peux compter sur moi pour continuer à être le garant de cette ouverture et à exiger des intervenants qu'ils ne se contentent pas, dans leurs contributions, d'attaques personnelles et d'injures.

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
avatar
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 2819
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par maraud le Mar 16 Mai 2017 - 16:28


Je disais plus haut, qu'on allait tous se retrouver en slip, pour peu que l'on soit honnête, mais il faut croire qu'il y en a, parmi nous, de particulièrement "pudiques"...
avatar
maraud
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 825
Date d'inscription : 04/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par baptiste le Mer 17 Mai 2017 - 6:47

Bergame a écrit:
baptiste a écrit:J'ai oublié... qui déjà avait parlé avant toi de "Un détail de l'histoire" ?
Je n'ai jamais dit et je ne crois surtout pas que la Shoah soit un "détail de l'histoire".

Entamer un post ainsi « Au nom de ce qui s’est passé en Europe il y a 70 ans… » est-ce innocent ? Pourquoi n’as-tu pas écrit « au nom de des 50 à 70 millions de morts provoquées par les querelles européennes», il y en eut tellement que l'on ne sut pas les compter. Pourquoi cet euphémisme sinon pour réduire le fondamental à l’accessoire, l’inacceptable à l’insignifiant, le primordial au détail parce que cela ne sonne pas vraiment de la même manière, n’est-ce pas…alors ce préambule il vise à quoi car il n’y eut pas que la shoah.

Le sujet ouvert par Courtial à propos d’Auschwitz, il n’y eut qu’une réponse.
http://digression.forum-actif.net/t1185-auschwitz-et-apres

baptiste
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1299
Date d'inscription : 21/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par Bergame le Mer 17 Mai 2017 - 8:45

baptiste a écrit:Pourquoi n’as-tu pas écrit « au nom de des 50 à 70 millions de morts provoquées par les querelles européennes», il y en eut tellement que l'on ne sut pas les compter. Pourquoi cet euphémisme sinon pour réduire le fondamental à l’accessoire, l’inacceptable à l’insignifiant, le primordial au détail parce que cela ne sonne pas vraiment de la même manière, n’est-ce pas…alors ce préambule il vise à quoi car il n’y eut pas que la shoah.
Oui, donc c'est toi -et non pas moi- qui affirmes que, au regard de tous les morts de la IIe Guerre Mondiale, Auschwitz était "accessoire", "insignifiant", et de l'ordre du "détail".

Quelle était ta question première, déjà ?

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
avatar
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 2819
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par kercoz le Mer 17 Mai 2017 - 9:12

baptiste a écrit:

Le sujet ouvert par Courtial à propos d’Auschwitz, il n’y eut qu’une réponse.
http://digression.forum-actif.net/t1185-auschwitz-et-apres

à la relecture de ton intervention, on voit que tu poses le même problème que Bergame : """Comment penser après l' impensable""
Le problème posé est celui de la doxa et des tabous induits.
A la question que tu poses "comment penser", on est tenté de répondre : Uniquement avec des mots et des pensées codifiés. On est là dans un problème moral : L' individu, comme chez Camus  doit vivre ou jouer son rôle de victime s' il ne veut pas être coupable.
La question réellement posée est celle du remplacement sociétal de l' immoralité par l' amoralité.


Dernière édition par kercoz le Dim 21 Mai 2017 - 9:05, édité 1 fois

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2213
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par baptiste le Dim 21 Mai 2017 - 7:36

Je n’ai pas acquis ma propre conviction comme ça, par hasard, je ne l’ai pas acquise dans les, dans les camps allemands où j’étais prisonnier, ou dans un pays qui était lui-même occupé comme beaucoup d’entre vous. Mais je me souviens que dans une famille où l’on pratiquait des vertus d’humanité et de bienveillance, tout de même, lorsqu’on parlait des Allemands, on en parlait avec animosité. Et je me suis rendu compte lorsque j’étais prisonnier de guerre, évadé, c’est-à-dire en état de m’évader, en cours d’évasion, j’ai rencontré des Allemands et puis j’ai vécu quelques temps en Bade-Wurtemberg dans une prison. Et les gens qui étaient là, les Allemands avec lesquels je parlais, je me suis aperçu qu’ils aimaient mieux la France que nous n’aimions l’Allemagne. Je dis cela sans vouloir accabler mon pays qui n’est pas le plus nationaliste, loin de là, mais pour vous faire comprendre que chacun a vu le monde de l’endroit où il se trouvait. Et ce point de vue était généralement déformant. Il faut vaincre ces préjugés, ce que je vous demande là est presque impossible car il faut vaincre notre histoire et pourtant, si on ne la vainc pas, il faut savoir qu’une règle s’imposera, Mesdames et Messieurs. Le nationalisme c’est la guerre !

La guerre, ce n’est pas seulement le passé, cela peut être notre avenir. Et c’est nous, c’est vous, Mesdames et Messieurs les députés, qui êtes désormais les gardiens de notre paix, de notre sécurité et de cet avenir, merci.

Dernier discours de Mitterrand au parlement européen 1995.

Qui a interdit d'être nationaliste?...qui? A quelle dictature fais-tu référence? Pourquoi gémir que tu ne pourrais exprimer une pensée être nationaliste... propose nous ce qui donnerait un sens à une pensée nationaliste que nous puissions en discuter.

baptiste
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1299
Date d'inscription : 21/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par Bergame le Dim 21 Mai 2017 - 19:40

La guerre naît du conflit entre les nations, entre les peuples, entre les communautés, entre les ethnies, entre les religions, entre les partis, entre les classes sociales, etc. La guerre est toujours une option dès lors qu'il y a différence et opposition, et un monde sans différences et sans oppositions n'existe et n'existera pas. Et en fait, je ne pense même pas, pour ma part, qu'il soit souhaitable. J'aime les différences, moi, et le jour où tous les hommes seront identiques, tous semblables, n'est pas pour moi un rêve, mais un cauchemar.

Mais peu importe, je ne parle pas de cela, en l'instant. Je parle de la récupération systématique du nazisme, du fascisme, pour culpabiliser, intimider, inhiber, faire taire. L'accusation de "nazisme" en lieu et place de toute argumentation. On l'a vu à l'œuvre sur ce forum, on l'a vu en action durant la campagne présidentielle à l'échelle de la France, on le voit même à l'œuvre à l'échelle internationale. Je passe sur les analogies douteuses à l'égard de Trump ou Poutine, les mêmes vous diront bien entendu que c'est, là aussi, justifié, mais que diront-ils d'Erdogan, par exemple ?
Le Monde a écrit:La tension est encore montée d’un cran entre Berlin et Ankara. Furieux après l’annulation de meetings que devaient tenir en Allemagne plusieurs de ses ministres, afin de défendre le oui au référendum du 16 avril visant à étendre ses pouvoirs, le président turc, Recep Tayipp Erdogan, avait déjà accusé le pays de « pratiques nazies ». Dimanche 19 mars, il a nommément ciblé Angela Merkel. « Quand on les traite de nazis, cela ne leur plaît pas. Ils manifestent leur solidarité. En particulier Merkel », a-t-il déclaré dans un discours à la télévision, interpellant directement la chancelière : « Tu as recours en ce moment précis à des pratiques nazies ! »

Et Hani Ramadan ?
Hani Ramadan a écrit:LETTRE A MARINE ET MARION, 16 avril 2017
NON AU FN
Mesdames,
Laissez-moi vous dire, dans un  registre qui n’est pas un détail de l’histoire, que je n’aime pas les nazis [...]
L’Allemagne d’Hitler a reposé sur deux fondements : Le drapeau qui était hissé bien au-dessus de l’humanisme, et qui a confondu les limites du bien et du mal avec les frontières géographiques dressées arbitrairement par les tribus humaines ; et la crise économique dont on a rendu responsable ce « corps étranger », dont il fallait se débarrasser pour retrouver la pureté primitive des enfants de la nation. Cela s’appelle le national-socialisme. Etc.

Et que dire du gouvernement Tsipras, en Grèce, qui, dans son rapport de force avec l'UE et en particulier avec Berlin, n'a pas toujours évité les raccourcis faciles, tel son Ministre de la Défense déclarant par exemple que
Pados Kammenos a écrit:L'Europe est gouvernée par des néo-nazis allemands

Mais aussi Boris Johnson, ex-maire de Londres, nouveau Ministre des Affaires Etrangères britannique :
Le ministère des Affaires Etrangères britannique Boris Johnson, en déplacement à Delhi en Inde, a comparé François Hollande à un commandant nazi.
Durant le référendum sur le Brexit, Boris Johnson avait déjà parlé de l’Union Européenne comme étant l’Allemagne nazie. Selon lui, l’objectif de l’UE est d’unifier les pays du continent et de n’avoir qu’un seul dirigeant, comme Adolf Hitler de son temps. Cette déclaration a eu lieu tandis que la Grande-Bretagne a voté sa sortie de l’Union Européenne.

Le cas du gars Boris est d'ailleurs d'autant plus troublant qu'il fut l'un des chefs de file du Brexit, mouvement anti-européen de repli nationaliste bien connu que d'aucuns, parmi les responsables socialistes Français, n'hésitaient pas à comparer au fascisme. Le fasciste qui traite ses interlocuteurs de nazis... voici donc l'état du débat d'idées aujourd'hui.

_________________
...que vont charmant masques et bergamasques...
avatar
Bergame
Persona
Persona

Nombre de messages : 2819
Date d'inscription : 03/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par baptiste le Mar 23 Mai 2017 - 6:38

Tu poses la question qui fâche, qu’est-ce que penser ?

Que veut dire penser? Après Auschwitz mais aussi le procès Eichmann, Arendt dans la Vie de l’Esprit tente une réponse, lorsqu’elle relie l’usage de la pensée à la question du mal. Pour elle, pour faire bref, le mal est moins dans la volonté de faire le mal que dans l’absence de pensée.

"Cependant l'état de non-pensée qui semble tellement se recommander dans les affaires politiques et morales présente certains aléas. En soustrayant les gens au danger de l'examen critique, il leur enseigne à s'accrocher solidement aux règles de conduite, quelles qu'elles soient, d'une société donnée à une époque donnée..." (p. 232)

Ces arguments auxquels tu fais référence sont autant de témoignage de l'état de non pensée dans l'argumentation politique, mais est-ce un privilège du monde politique ? Martin H pense-t-il lorsqu'il invite l'étant hors sol pour justifier son antisémitisme? M.O lorsqu’il prétend nous enseigner que la montée du FN est directement liée à la pédophilie de Dany le rouge, pense-t-il vraiment ?

Pour Marin H le judaïsme est le comble de la métaphysique occidentale en son achèvement dans l’Historie, l’histoire envisagée comme un compte de causes et d’effets. Cette juiverie mondiale (Weltjudentum) pose « la question métaphysique du genre d’humanité qui peut prendre en charge, de façon purement et simplement déliée, le déracinement de tout étant hors de l’être comme tache mono-historiale ». L’absence du biologisme racial des nationaux socialistes et la fonction éminente de porteur de l’étant hors sol sont une surenchère au nazisme vulgaire et son expression de la haine ordinaire.

L'exercice de la non pensée non seulement n'est pas l'apanage hommes politiques, ni des pékins, il peut être celui des penseurs professionnels qui ne sont pas exempts de se laisser abuser par leurs propres errements,par contre l'exercice de la pensée est à la portée de tous ceux qui en expriment la volonté.

La guerre ne naît pas des différences qui ne peuvent pas ne pas être mais de la non acceptation de ces différences.


Dernière édition par baptiste le Mar 23 Mai 2017 - 19:17, édité 2 fois

baptiste
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1299
Date d'inscription : 21/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par maraud le Mar 23 Mai 2017 - 8:02

Bergame a écrit:La guerre naît du conflit entre les nations, entre les peuples, entre les communautés, entre les ethnies, entre les religions, entre les partis, entre les classes sociales, etc.

Outre le fait que la guerre est permanente ( armée et/ou non armée), on peut trouver sa source dans le conflit intérieur, chez l'individu: le but de la guerre étant de faire cesser le trouble,de ramener l'ordre, celle-ci n'est pas dissociable de la psyché. Celui qui ne perçoit pas de trouble ( intérieur ou extérieur), celui-là, ne partira jamais en guerre.


Le black-out sur la pensée peut alors être compris comme la volonté d'interdire de trouver du sens dans l'extériorité, et donc, de ne jamais envisager ce qui pourrait ramener l'ordre, autrement dit: la guerre. Ne pas penser se justifie si l'on a, par exemple, une " méthode" à appliquer qui nous permette de vivre une existence supportable ( les mythes et religions se sont constitués dans ce sens). Je note , au passage, que la Shoah s'est construite selon le schéma du mythe ( sois le héros, obéis aux dieux de la cité et combats le monstre qui est en toi ...)
avatar
maraud
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 825
Date d'inscription : 04/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par kercoz le Mer 24 Mai 2017 - 9:21

maraud a écrit:
Bergame a écrit:La guerre naît du conflit entre les nations, entre les peuples, entre les communautés, entre les ethnies, entre les religions, entre les partis, entre les classes sociales, etc.

Outre le fait que la guerre est permanente ( armée et/ou non armée), on peut trouver sa source dans le conflit intérieur, chez l'individu: le but de la guerre étant de faire cesser le trouble,de ramener l'ordre, celle-ci n'est pas dissociable de la psyché.

J' ai longtemps défendu la thèse de l' agressivité primordiale comme élément moteur de toute organisation sociétale. Ce processus est observable chez toute espèce sociale. La nécessité de l' inhibition de cette agressivité met en place des processus comportementaux similaires sans être identiques. Mais ils impliquent toujours la hiérarchisation, la domination, la soumission, la négociation.
Il semble évident que l' inhibition de l' agressivité ne peut se faire correctement que dans un groupe limité, culturellement et historiquement endogène. La soumission aux règles non écrites ( la morale pré existe toujours) n'est effective que si l' individu ne peut fuir, éviter, sa responsabilisation. L' agressivité inhibée, et réutilisée dans le groupe en processus structurants, va être reportée hors du groupe à l' encontre d'autres groupes. Là encore, il est possible qu'une inhibition se mette en place ( mais peut on croire qu' on puisse construire cette inhibition ?). Le système est, comme on le voit, fractal.
On peut dire que ce processus éthologique s'est formaté durant des millénaires suivant un modèle obsolète: la densité de population et la non proximité des groupes était des facteurs important de cette modélisation. La soumission de l' individu était quasi certaine, sans évitements physiques.
La phrase de Bergame mentionne des conflits intéressants: (classes) . Les individus, recherchant instinctivement le re- groupement, vont le faire par affinité? Ce qui pose le problème du morcellement affinitaire versus regroupement géographique ( tribu/village). L'agressivité ne sera plus inhibée entre individus mais entre groupes affinitaires, ce qui introduit les dérives de type hooliganisme.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2213
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par maraud le Mer 24 Mai 2017 - 12:31

Tu sais que je ne partage pas ton point de vue sur l'inhibition qui est, pour moi, le stade pathologique de la sublimation manquée. L'inhibition n'intervient logiquement que lorsque les tensions intérieures nées du désir de dominer ne trouvent pas d'objets de " décharges"; or si les animaux normés par leur instinct ne peuvent que somatiser leur frustration, il n'en est pas de même pour l'être humain, qui, lui, peut comprendre et se représenter une situation défavorable en en tirant profit. Et Toute la question est: comment il y parvient ou pas; comment l'agressivité naturelle peut produire un effet positif, pour l'individu et le groupe, lorsqu'elle est raisonnablement accompagnée par la conscience ?


Je crois, qu'au delà de l'effet fractal qui produit une certaine analogie entre fonctionnement de l'individu et fonctionnement du groupe, il y a aussi un effet " cocktail" qui mélangeant approximations de sens, émotions, frustrations résiduelles etc produit la démence que l'on constate dans les grands groupes.


Chaque individu pris dans sa singularité est un "champ de possibles" très étendu, et avant lui son bagage génétique plus étendu encore; il faut croire que ces possibilités vont se réduisant à mesure que celui-ci se " spécialise", ainsi, si la société veut tel acteur, il sera nécessairement une réduction de ce qu'il aurait été dans d'autres circonstances, dans une autre société. La Mondialisation ne sera pas une avancée dans ce domaine.



Comment savons-nous que l'on pense véritablement ?
avatar
maraud
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 825
Date d'inscription : 04/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par kercoz le Mer 24 Mai 2017 - 14:27

maraud a écrit:Tu sais que je ne partage pas ton point de vue sur l'inhibition qui est, pour moi, le stade pathologique de la sublimation manquée. L'inhibition n'intervient logiquement que lorsque les tensions intérieures nées du désir de dominer ne trouvent pas d'objets de " décharges"; or si les animaux normés par leur instinct ne peuvent que somatiser leur frustration, il n'en est pas de même pour l'être humain, qui, lui, peut comprendre et se représenter une situation défavorable en en tirant profit. Et Toute la question est: comment il y parvient ou pas; comment l'agressivité naturelle peut produire un effet positif, pour l'individu et le groupe, lorsqu'elle est raisonnablement accompagnée par la conscience ?



Si tu veux passer de l' éthologie animale à l' éthologie humaine sans utiliser les mêmes processus d' inhibition avant de leur faire subir la survenue du cognitif, tu vas avoir des problèmes de logique.Ou être obligé soit d' user de la transcendance ou d' une immanence "douteuse".
La conscience, pour ma part, pourrait rester vertueuse pour son action sur l' inhibition de l' agressivité, que dans le cas ou les contraintes des "rites" restent prépondérantes. Et cet équilibre ne peut se réaliser que dans des groupes restreints, ou l' affect peut jouer pleinement son rôle.
Mais on digresse. Le sujet était celui des interdits  et des "tabous". Des mots et concepts "tabous". Lévi Strauss, est le seul à pouvoir écrire que la culture nazie doit être étudiée comme une culture à part entière, et que l' étudier c'est le faire sans poser de jugements de valeur.
https://www.franceculture.fr/conferences/ecole-normale-superieure/rene-girard-pourquoi-la-violence
Selon moi, René Girard n'est pas cohérent sur son approche violence-agressivité.


Dernière édition par kercoz le Mer 24 Mai 2017 - 17:18, édité 1 fois

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2213
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par Vanleers le Mer 24 Mai 2017 - 17:06

kercoz a écrit: Lévi Strauss, est le seul à pouvoir écrire que la culture nazie doit être étudiée comme une culture à part entière, et que l' étudier c'est le faire sans poser de jugements de valeur.

Si c’est le cas, Lévi-Strauss aborde cette question à la façon de Spinoza (cf. Traité Politique 1/4).
Lévi-Strauss s’est déclaré explicitement spinoziste.

La philosophie de Spinoza nous sort, bien évidemment, du « black-out de la pensée » et de la « censure morale » qui, selon Bergame, régneraient aujourd’hui en France et en Europe (post initial).

Vanleers
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 366
Date d'inscription : 15/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par kercoz le Mer 24 Mai 2017 - 17:29

Sur le point de vue de Lévi Strauss, j' ai trouvé ça :
https://noixvomique.wordpress.com/2013/11/27/racisme-et-diversite-culturelle-la-lecon-de-claude-levi-strauss/

( sans garantie sur la pertinence de ce site que je ne connais pas)

Il y reparle de la nécessité d' hybridation culturelle, mais du critère de lenteur qui n'est plus présent ni maitrisable.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2213
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le black-out sur la pensée

Message par baptiste le Jeu 25 Mai 2017 - 8:29

Il fut proposé une réponse simple dans le décalogue. "tu aimeras ton prochain comme toi même". Laisser une part à la morale subjective, l'affect, car quand celle-ci disparaît la morale objective se lézarde. La raison pure est aveugle et tatonne dans toutes les directions, elle fini toujours par se corrompre pour se mettre au service de n'importe quelle aberration. La morale ou l'éthique, appelez cela comme cela vous chante, est toujours un point de rencontre entre émotion et raison. Les totalitarismes pour exister ont eu besoin de s'appuyer sur des discours discriminants en se fondant sur la race, la lutte des classes ou encore l'historial, il fallait faire disparaître ce sentiment de ressemblance. On retrouve encore ce schéma, même si atténué, dans le discours de nos partis extrémistes:" l'autre est haïssables et je vais vous expliquer pourquoi...." il est immigré, il est banquier...à partir du moment où l'autre est différent il peut être haï, à partir du moment où il est haï il peut être combattu par tous les moyens, voir anéanti.

Peut-être que la prétendue censure morale n'est que l'expression mal pensée du simple bon mauvais sens.

baptiste
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1299
Date d'inscription : 21/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum