Le non-être comme premier principe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le non-être comme premier principe

Message par Rêveur le Mer 25 Jan 2017 - 23:43

Il s'agit d'un sujet sans prétention issu d'une petite réflexion que je m'étais faite il y a quelques temps.
 On cherche souvent un premier principe, par lequel expliquer le monde, qui en soit l'origine, la cause, universelle. Pour ça, il faut que ce premier principe soit à lui seul capable d'expliquer la multiplicité, ce qui est délicat. Et il est tentant de penser à l'être.
 Mais rigoureusement parlant, si l'on veut que ce principe suffise absolument, alors il ne doit pas s'agir de l'être, mais du non-être. Car pour passer de l'être au non-être, il faut une négation, bref du non-être (de même que pour obtenir comme produit un nombre négatif il faut qu'un des termes soit négatif) : pour passer de l'affirmation à la négation, il faut une négation : pour passer du oui au non, il faut un non ; mais pour passer du non au oui, il faut encore un non : la négation de la négation, le non-être du non-être, qu'est-ce sinon l'affirmation, qu'est-ce sinon l'être ?
 Lao-Tseu disait d'ailleurs, dans son Tao-Tei King (XL):
 Le retour est le mouvement du Tao.
 C'est par la faiblesse qu'il se manifeste.
 Tous les êtres sont issus de l'Être ;
  L'Être est issu du Non-Être.

 Le commencement serait le passage du Non-Être à l'Être par sa propre négation ; le Non-Être était voué naturellement à faire émerger l'Être à partir de lui.
 Le passage de la puissance à l'acte serait précisément celui de la privation à la privation de la privation.
 N'était rien (cela même ne fut jamais ; et en ce sens, le non-être n'est pas) ; fut immédiatement, est, et cela seul se pense. En se niant lui-même, dans toute son étendue, négation primitive, et pourtant négation de jamais, puisque cette négation précisément n'était pas, l'univers s'est déployé. Ne cessant de se nier, de nier sa négation, les êtres viennent à être : ils sortent du non-être. La matière ou la puissance attendait d'être, et d'être comme ceci et comme cela ; il fallait qu'enfin le non-être nie sa privation :
 L'Être donne des possibilités,
 c'est par le Non-Être qu'on les utilise (ibid, XI)

 Cette pensée procède originellement d'un simple trait d'esprit (on ne peut obtenir directement du non-être à partir du seul être, alors que l'inverse est possible), et ne prétend pas à bien davantage. Il est possible toutefois que la discussion fasse émerger des réflexions intéressantes. Je n'ai aucune idée de ce qui en sortira. Et je viens de songer à citer le Tao-Tei King, tandis que j'écrivais ce texte.

_________________
Le vent se lève, il faut tenter de vivre (Valéry)

For the night is long that never finds the day (Macbeth)
avatar
Rêveur
Admin
Admin

Nombre de messages : 1408
Localisation : ailleurs
Date d'inscription : 24/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le non-être comme premier principe

Message par neopilina le Jeu 26 Jan 2017 - 3:23

Je peux écrire " Non-Être ", donc, ne serait-ce que dans cette mesure, le Non-Être en tant que tel, absolument, n'existe pas et existant ne serait-ce que dans cette mesure n'est pas du Non-Être. C'est une boite vide. Et si par hasard tu y trouves quelque chose, c'est que quelque part tu t'es fourvoyé ! Allez ! signé Furax !

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4331
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le non-être comme premier principe

Message par baptiste le Jeu 26 Jan 2017 - 8:54

neopilina a écrit:Je peux écrire " Non-Être ", donc, ne serait-ce que dans cette mesure, le Non-Être en tant que tel, absolument, n'existe pas et existant ne serait-ce que dans cette mesure n'est pas du Non-Être. C'est une boite vide. Et si par hasard tu y trouves quelque chose, c'est que quelque part tu t'es fourvoyé ! Allez ! signé Furax !

Il faudra de plus aborder la difficulté de fonder la réalité simplement dans un principe logique tant au niveau ontologique de la biosphère qu'à celui de l'écoumène.

baptiste
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1332
Date d'inscription : 21/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le non-être comme premier principe

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum