Synthèse et résumé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Synthèse et résumé

Message par Rêveur le Ven 20 Jan 2017 - 20:35

Synthèse et résumé, ce n'est pas la même chose : on nous le serine régulièrement. Avec une certaine sévérité : "attention, je n'ai pas dit résumé, j'ai dit synthèse !". - Je parle d'après mon expérience en licence de philosophie.
 Mais qu'est-ce qui les distingue précisément ? Là-dessus est appliqué un principe (simpliste) de distinction que je retrouve très souvent, et que j'ai signalé à propos de la démocratie ("la démocratie, c'est le régime politique qui est gentil"). C'est tout simplement la distinction entre le bien et le mal ; entre le plus sérieux, le plus intelligent, le plus recherché, le meilleur, et le moins bien. Ainsi nous explique-t-on que la synthèse est cette espèce de résumé par laquelle on met en exergue les éléments les plus subtils, les fondements, et on dévoile la structure du texte. Quand vient le moment de parler du résumé, on explique que, ben, le résumé, en gros, c'est réécrire le texte en plus petit, et puis c'est tout (en laissant entendre que ce n'est pas très intéressant).
 Bon. Soit. Mais alors qui fait des résumés ? À quoi ça sert exactement ? sinon à valoriser par contraste la synthèse...?
 On voit là le problème de ce mode de distinction. - Il est possible que j'écrive d'ici peu un sujet là-dessus.
 Je pense donc qu'il est utile de poser dans ces cas de nouvelles distinctions, où l'on révèle ce qu'on avait laissé de côté chez l'élément faible afin de le valoriser également.
 En cours d'anglais, on nous a répété que "resume" était un faux ami de "résumer". C'est une chose que j'avais déjà vue. Mais récemment, j'ai été interpelé. Je me suis dit : "Peut-on concilier les significations française et anglaise de resume / résumer ?". Il faut dire que j'ai l'habitude de ces jeux "linguistiques" (j'écrirai un sujet sur ma "tierce voie" en matière de qualité de la langue). Et donc, je me suis fait la réflexion que, de fait, par un résumé, on "reprenait" son texte. On y revenait, pour le redire d'une autre façon. Et c'est là que j'ai trouvé la distinction que je cherchais (à proprement parler, c'est un mélange entre le cours d'anglais et une idée relative à un projet - de série littéraire à paraître dans le journal de ma fac). Quand on fait un résumé, on peut se contenter de réécrire le texte en plus petit. Mais ça, ça n'indique pas la méthode pour ce faire. Pour rappel, la voie synthétique est par principe (on veut distinguer les deux) déjà occupée : donc on ne peut pas procéder par repérage de la structure logique. Et on n'obtiendrait rien en réduisant mathématiquement le texte, en éliminant des mots selon un algorithme abstraction faite du contenu du texte, évidemment - je dis évidemment, mais je soupçonne ceux qui répètent (pour les caricaturer) que la synthèse c'est beaucoup plus sérieux que le résumé de concevoir implicitement ainsi le résumé.
 Mais on pourrait proposer, assez confusément :
 Qu'en résumant, on ré-exprime différemment et de manière à l'évoquer efficacement le texte présupposé comme déjà lu (ou, pour ceux qui n'auraient pas lu ce qui est résumé, à susciter les impressions les plus importantes). Le mot important serait "ré-exprimer". Car il y a bien ce "re / ré" dans "re-sume / ré-sumer" : et une recherche à l'instant m'a donné raison : résumer vient tout simplement du latin resumo (je vous passe les accents), qui lui-même est formé de la racine sumo et du préfixe re. Or sumo signifie prendre, de sorte que la traduction française du mot dérivé anglais, resume, à savoir "reprendre", y correspond parfaitement. (je ne comptais pas développer l'étymologie de résumer, mais finalement j'y ai trouvé matière à réflexion) Dans la famille de résumer (je veux dire celle de sumo), il y a encore assumer (assumo), consumer et consommer (consumo), présumer (praesumo) et subsumer (subsumo). Il s'agit de réfléchir sur la notion commune (par définition celle de prendre, mais en voyant comment elle se décline selon les préfixes, on pourrait mettre en évidence son amplitude). D'abord, ces mots disent simplement : prendre vers (ad), prendre sur soi (?) ou porter vers, porter devant, porter et continuer sa route (?) ; prendre avec (con), prendre ensemble, totalement (et par là perdre ensemble, détruire totalement) ; prendre avant (prae) ; prendre sous (sub). Bref, donc, résumer, ce serait : prendre à nouveau, prendre encore, ou prendre "derrière", en s'appuyant sur cet autre sens prêté à "re" (pour tout ceci je m'appuie simplement sur le Wiktionnary). À travers ces autres mots de la même famille, on voit, comme je disais, l'amplitude de "sumer" : la prise peut particulièrement être (et est souvent) "métaphorique", ou de l'ordre de l'intellectuel ; il y a l'idée de ranger, d'ordonner (cf subsumo, en un sens consumo), de faire un usage (consumo donc, et subsumo, et assumo, éventuellement praesumo), d'attraper, de saisir. Peut-être dès lors peut-on voir les choses ainsi : le résumé propose un nouvel abord.
 Voilà donc mon idée, repensée grâce à cette recherche : une fois lu ou écrit un texte, on en a une certaine conception ou idée appréhension ; autrement dit une certaine saisie : on le prend d'une certaine façon ; et on peut l'exprimer à nouveau, non pas directement à partir du texte en lui-même, mais plutôt à partir, donc, de la saisie qu'on en a ; autrement dit, il y a une certaine idée qui a précédé le texte chez l'auteur (il y a un concept lié, quelque chose comme l'idée-action, il faudra que je retrouve), qui a exprimé ce qui était en lui : et de façon analogue, celui qui résume a une nouvelle saisie du texte, idée donc, et réécrit à partir de cette idée ou saisie ; en réécrivant de la sorte, il résume ; et ce résumé peut, développé, être plus long : et cependant il a par essence tendance à être plus court, si celui qui résume écrit uniquement à partir de la saisie qu'il a du texte, sans rien ajouter (ce point demanderait à être développé ; il est évidemment crucial, puisque écrire en plus court est la définition la plus spontanée, de "résumer") ; ainsi résumer, c'est se saisir de quelque chose qui a été saisi, bref ressaisir, reprendre : c'est le ré-exprimer d'une autre manière, et ce généralement selon des raisons pratiques, pour rappeler au lecteur une certaine saisie qui lui permettra de lire la suite. Et en fait, on pourrait dire que si la synthèse révèle le comment (je ne suis pas certain que ceux dont j'ai parlé l'apprécieraient, mais il faudrait voir ce qu'ils en penseraient après avoir lu mon texte) en révélant la structure du texte, le résumé révèlerait quelque chose comme le pourquoi, ou le quoi (souvent dans ces cas les deux sont liés), ce qui est à l'origine. L'auteur a une idée première (multiple peut-être en puissance, mais d'abord unique, qui le fait se décider à écrire) ; il tâchera ensuite de la développer en suivant une structure qu'elle contenait en elle en puissance (encore que ; peut-être a-t-il dû l'interpréter, la comprendre, via cette structure qu'il aura apposée dessus), de lier les idées qui émergent à partir d'elles, pour restituer l'acte qui se fait en lui quand il se saisit de son idée. Celui qui synthétise montre comment l'auteur restitue cet acte, à partir de quel ordre ; celui qui résume utilise l'idée maîtresse que lui inspire le texte (la manière dont il le saisit) pour restituer sa saisie du texte - et faire que ses lecteurs aient cette même saisie, avec ou non leur propre connaissance (préalable) du texte en arrière-plan - et par là exprime la raison du texte, pourquoi il a été écrit. Dans le résumé, on n'a plus besoin de l'ordre, mais on en donne un autre, parce qu'on donne avant tout la raison du texte ; dans la synthèse, on donne l'ordre, et par là on dévoile la raison.
 C'est la résolution que je propose pour le problème de la distinction entre "résumé" et "synthèse". Qu'en pensez-vous ?

_________________
Le vent se lève, il faut tenter de vivre (Valéry)

For the night is long that never finds the day (Macbeth)
avatar
Rêveur
Admin
Admin

Nombre de messages : 1408
Localisation : ailleurs
Date d'inscription : 24/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Synthèse et résumé

Message par chapati le Ven 20 Jan 2017 - 21:59

Bah, je pose juste en dessous de ton texte la façon que je trouve (par l'usage) "correcte" d'employer les deux. Ça a un côté basic mais ces problèmes de définition m'interrogent : je ne vois pas trop où ça va, même si c'est intéressant.

Pour moi le but de la synthèse est d'extraire de façon courte claire et rationnelle le sens et lui seul d'un texte, c'est donc un travail qui engage son auteur via l'interprétation du sens qu'il donne au texte.
Le résumé lui n'est pas censé "prendre parti", et donc engager l'auteur ; il est juste supposé donner si possible une totalité des éléments du texte... sans bien sûr en trahir le sens. Mais il n'a pas à s'engager sur le sens, il est supposé "neutre, fidèle".

chapati
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 535
Date d'inscription : 30/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://Philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Synthèse et résumé

Message par Rêveur le Ven 20 Jan 2017 - 23:41

D'accord ; mais il me semblait opportun de creuser, notamment pour sortir de cette idée de "il y a le sérieux et le pas sérieux". D'ailleurs, de ce fait, ce n'est pas du tout une recherche spéculative artificielle d'une définition, où on pourrait "ne pas trop savoir où ça va, même si c'est intéressant", mais c'est un problème très concret, c'est même en fait une certaine opposition à l'élitisme, de façon assez explicite. Je développerai d'ailleurs un sujet là-dessus, sur cette tierce voie que je défends par rapport au bon usage du français.
 Maintenant, pour répondre directement à la distinction que tu fais, est-ce possible :
 1) de donner succinctement tous les éléments du texte (dans un texte plus court, a priori) ?
 2) de déterminer quels sont ces éléments sans s'engager ?
 3) Qu'est-ce que trahir ou ne pas trahir le sens en donnant ces éléments ?
 4) En somme, et cette question résume ou synthétise toutes les précédentes, qu'est-ce qui se dégage vraiment, de ce critère pour distinguer les éléments (car ce ne sont pas les mots ou bien le résumé serait une copie ; de sorte qu'il y a bien une analyse derrière), de cette neutralité quant au sens, de cette histoire de prendre parti, de quoi s'agit-il finalement, qu'est-ce que déterminer fidèlement (et réécrire) les éléments d'un texte, et quels sont ces éléments ?

 J'aimerais préciser ma démarche. Il s'agit de restituer le véritable sens distinctement de chacun des deux, et ce faisant de leur restituer une légitimité à chacun. Je considère qu'on comprend mal les choses dès lors qu'on les distingue toujours selon des hiérarchies, selon un certain élitisme, où ceci est plus intellectuel cela moins, et ainsi avec de nombreux autres critères : on manque une légitimité à chacun, qui ferait qu'en fait, les deux seraient utiles à leur façon, non pas selon un contexte plus ou moins intellectuel etc., mais purement selon des situations où tantôt l'un a une plus grande valeur, tantôt l'autre. Je me répète en l'expliquant, mais tu devrais saisir l'idée.
 Bref, dans ton cas, je suis gêné parce que tu réduis la chose à "prendre parti ou ne pas prendre parti". Évidemment tu le présentes autrement, mais ça donne l'impression que tu compares encore de façon sous-jacente selon un critère de valeur : quand tu synthétises tu "oses", quand tu résumes tu restes prudent, tu fais le strict minimum.
 Le truc, c'est que si on distingue deux mouvements propres, qui se ressemblent sans être identiques, précisément on connaît mieux leurs natures propres, on comprend mieux de quel mouvement il s'agit ; mais si on présuppose un certain mouvement (ici tu présupposes d'une certaine façon le sens commun de synthèse et de résumé en posant par-dessus une différence) pour donner seulement à l'un une qualité dont on prive l'autre, on n'explique pas ce mouvement, et on risque par ailleurs de manquer une distinction essentielle.
 C'est sans doute pas très clair ce que je dis... Mais j'espère que tu verras l'idée...

 Note que j'ai néanmoins proposé une distinction qui se rapproche en un sens de la tienne ; car on pourrait présenter la mienne comme étant : la synthèse donne la forme du texte (et par là donne à voir la matière), le résumé sa matière (abstraction faite de la forme).

_________________
Le vent se lève, il faut tenter de vivre (Valéry)

For the night is long that never finds the day (Macbeth)
avatar
Rêveur
Admin
Admin

Nombre de messages : 1408
Localisation : ailleurs
Date d'inscription : 24/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Synthèse et résumé

Message par chapati le Sam 21 Jan 2017 - 1:46

Sérieux pas sérieux je vois pas les choses comme ça.
L'un comme l'autre sont j'imagine supposés avoir des vertus de clarification, ils évitent un travail de tri, d'incompréhension de relecture etc, en permettant de voir globalement la portée d'un texte.
La synthèse pour moi s'attache donc à dégager le sens, ainsi on peut très bien imaginer une synthèse ne reprenant aucun mot du texte originel. Le résumé, au contraire, devrait suivre le fil du texte : du coup c'est au lecteur virtuel de se débrouiller pour en trouver le sens...
C'est pas le même usage, la même intention.
Pour moi toujours, dans la synthèse on explique, dans le résumé on décrit. L'un n'est pas meilleur (ni plus facile à faire) que l'autre : un bon résumé est même censé être plus fidèle au fil conducteur d'écriture de l'auteur, devrait même théoriquement pouvoir remplacer la lecture de l'original. C'est une copie mais imagine si le transcripteur ne comprend pas ce qu'il résume... c'est la catastrophe, l'auteur est trahi : tout est bon pour la poubelle puisque la fidélité est implicite à la forme de résumé ! Par contre si la synthèse est périlleuse dans la mesure où il s'agit d'affirmer (le sens que l'auteur a voulu faire passer), le fait qu'elle soit explicitement posée comme interprétation (forcément) ne peut que la soumettre à la critique : les dégâts sont moindres (si ce n'est pour l'ego du transcripteur).
Non pour moi y'a pas de hiérarchie, c'est pas plus facile de faire un bon résumé qu'une synthèse juste, même si l'on peut un peu tricher avec le résumé en "zappant" ce dont on n'est pas sûr (c'est pa bô mais ça évite le pire).

chapati
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 535
Date d'inscription : 30/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://Philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Synthèse et résumé

Message par kercoz le Sam 21 Jan 2017 - 9:22

chapati a écrit:

-Pour moi le but de la synthèse est d'extraire de façon courte claire et rationnelle le sens et lui seul d'un texte, c'est donc un travail qui engage son auteur via l'interprétation du sens qu'il donne au texte.

-Le résumé lui n'est pas censé "prendre parti", et donc engager l'auteur ; il est juste supposé donner si possible une totalité des éléments du texte... sans bien sûr en trahir le sens. Mais il n'a pas à s'engager sur le sens, il est supposé "neutre, fidèle".

C'est bien vu comme analyse, et même tres fort puisque ça évite la littérature.
Pour ma part, je minorerais l' aspect interprétation perso, dans le sens ou celui qui fait la synthèse est sensé rechercher le sens ou l' idée directrice de l' auteur.
Personnellement, j' aime bien comme dans le fil sur Camus, prendre des risques en supposant à l' auteur une intention cachée. C'est un effet littéraire chargé de manipuler le lecteur , comme le faire douter dans le cas de Camus.
La synthèse peut aussi être impuissante à dire tout du texte.
Pour le cas de Proust, elle ne pourrait pas, avec le seul contenu du texte ( fond), prendre en compte la "forme", toute aussi informative sur l' intention de Proust.
Ce n'est que mon avis, mais je conçois Proust comme un sociologue. ( lié vaguement avec Bergson dont i a assisté au cours du college de France). Pour nous forcer à nous concentrer sur une étude de micro-faits sociétaux dont la banalité devrait nous détourner tres vite, il utilise une methode curieuse mais tres efficace: la phrase tres longue à bifurcations multiple. La seule façon de rendre intelligible sa lecture est pratiquement la lecture lente , à voix haute et une concentration optimum.
La sociologie de Proust est autant dans le forme que dans le fond.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2360
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Synthèse et résumé

Message par maraud le Sam 21 Jan 2017 - 10:04

En vrac, pour rester " évasif ":


Le résumé , s'il peut être un concentré de ce qui est donné, n'est en fait le plus souvent qu'une fraction du donné en question; la synthèse est un concentré reconstruit dans le but de faire connaître, de faire comprendre, voire de dépasser l’œuvre sans jamais en perdre de vue le principe.

Le résumé restitue le contenu, la synthèse restitue le principe.

La synthèse est un réagencement qui nécessite de ne jamais perdre de vue le principe de l'unité de l’œuvre, ce que n'est pas nécessairement le résumé qui consiste à restituer l’œuvre entière dans l'une de ses parties. Logiquement, une œuvre est une unité, en cela, elle n'est pas réductible; la fractionner revient nécessairement à trahir l'auteur. Il y a une perte quantitative dans le processus du résumé, il n'y a pas de perte de compréhension dans la synthèse.

Le préfixe syn Du grec ancien σύν, sún (« avec », « ensemble »).

Le préfixe re nous invite plutôt à une vague idée de retrait, de réduction, de cassure etc



Il y a forcément une interprétation "hiérarchisante", dès lors qu'on attache plus d'importance à la sagacité qu'à la méthode qui ne peut être qu'une sagacité de seconde main. La grammaire fait l'objet d'une méthode; je ne connais pas de synthèse qui fasse l'objet d'une méthode.

Résumer consiste à tenter de restituer l'unité à une autre échelle.
Synthétiser consiste à ne jamais perdre de vue cette unité, pour la restituer, toujours, dans son entièreté.


On peut ajouter ou soustraire pour obtenir une synthèse, on ne peut que réduire pour un résumé

La synthèse, on la fait, elle n'est pas donnée

Résumer c'est produire un générique, en cela, le résumé ne prétend pas à une grande rigueur de restitution.

Un résumé sert à faire connaître; une synthèse à faire comprendre.



Résumer, c'est rendre reconnaissable

La synthèse est un objectif hors du texte, donc à construire, le résumé est déjà dans le texte.






La plus belle et concise synthèse qu'il n'ait été donnée de lire: " un oui, un non, un but"
avatar
maraud
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 965
Date d'inscription : 04/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum