Bibliographie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bibliographie.

Message par neopilina le Lun 26 Sep 2016 - 13:13

- Objet de la mise à jour, le 26 septembre 2016 : ajout en P.S. de deux inédits.

- Bibliographie de Donatien Sade à partir de la date de la première impression et par catégories. L'astérisque indique les imprimés du vivant de Sade : un pour les clandestins, deux pour les textes officiels. Pour les oeuvres, on recense actuellement 5 titres officiels, assumés, signés : « Aline et Valcour » 1795, « Oxtiern » 1800, « Les crimes de l'amour » 1800, « La Rose » 1800, « La marquise de Gange » 1813, auxquels on ajoute une collaboration, la préface et des corrections, à « Pauline et Belval » An VI.

- Oeuvres : Essais, romans, nouvelles, théâtre, contes, dialogue, poème, etc. :

- *1761. Le Philosophe soi-disant. Théâtre. Cette petite pièce apparait pour la première fois dans la première édition, 1761, des « Contes moraux », un recueil à succès de petits contes anonymes d'auteurs divers, rassemblés et publiés, constamment augmentés, réédités, par Jean-François Marmontel, à qui la marquise fera lire ce que Sade réussit à faire sortir quand il sera emprisonné. Elle est publiée à part en 1762 en in-8° : « Le philosophe soi-disant, comédie en trois actes et en vers. Représentée pour la premiere fois à Bordeaux par les Comédiens Français & Italiens, le 9 Octobre 1762. Par le Sieur DE BERNOWLLY. A Bordeaux, Chez Jean Chappuis, Imprimeur du Spectacle sur les Fossés de l'Hôtel-de-Ville ». Les archives du théâtre mentionnent trois représentations en tout. On connait une autre impression sous ce pseudonyme, contraction fantaisiste de Beverley et Lovelace, en in-12° en 1764. Cette pièce, la plus ancienne connue de Sade, a d'abord été découverte et publiée au XX° siècle d'après le recueil manuscrit « Oeuvres de M. le M. de Sade » des archives Sade. C'est actuellement le plus ancien imprimé connu de Sade.
Edition de Bordeaux de 1762 de « Le Philosophe soi-disant » en ligne.
« Le Philosophe soi-disant » dans la réédition de 1766 des « Contes moraux » de Jean-François Marmontel en ligne.
- *1791. Justine ou les Malheurs de la vertu. Manuscrit daté de 1788 mais retouché jusqu'à publication clandestine, roman. Suivie de plusieurs éditions augmentées.
- **1795. Aline et Valcour, ou le Roman philosophique. Daté de 1788 mais retouché jusqu'à publication officielle avec nom d'auteur.
- *1795. La Philosophie dans le boudoir. Publication clandestine, roman.
- **An VI ( 22/09/97 au 21/09/98. ). Pauline et Belval, ou les Victimes d'un amour criminel; Anecdote parisienne du XVIII° siècle, d'après les corrections de l'auteur d'Aline et Valcour. On connait trois autres éditions dont deux en 1812. « Pauline et Belval, Ou les victimes d'un amour criminel. Par le Marquis De SADE, Auteur d'Aline et Valcour, etc. etc. ». On notera qu'en 1812 Sade ne songe plus depuis longtemps à signer « Marquis de » et le « etc. etc. » invite à se souvenir que Sade n'a pas écrit qu'Aline et Valcour, c'est clairement racoleur, comme « SADE » en majuscules. L'autre édition connue de 1812 titre, sans mentionner « l'auteur d'Aline et Valcour », « Pauline et Belval, ou Suites funestes d'un amour criminel; Anecdote récente avec romance et figures, par M. R*** », la quatrième édition, de 1817, titre « Pauline et Belval, ou les Victimes d'un amour criminel; Anecdote parisienne du XIX° siècle, avec romance et figures. Par M. R***, d'après les corrections faites par l'auteur d'Aline et Valcour ». Publications officielles. C'est un roman sentimental dramatique revu par Sade. Dans la préface, énigmatique et paradoxale à souhaits, l'auteur fait la critique de son propre roman, et elle est assez sévère, mais il en justifie la publication. Dans cette préface et au moins certains passages on reconnait indéniablement la main de Sade. Ce roman larmoyant, tout en longueurs et en langueurs a tout ce qu'il faut pour excéder Sade lui-même, et il le dit dans la préface. Tout en étant au moins correcteur, il se démarque de cet ouvrage dont toute l'énigme réside dans le partenariat qui l'a motivé et dont nous ne savons rien.
- *De 1799 à 1801. La Nouvelle Justine, ou les malheurs de la vertu, suivie de l'Histoire de Juliette, sa soeur. Publication clandestine, roman.
- **1800, janvier. Oxtiern, ou les Malheurs du libertinage. Théâtre. Première représentation en 1791, rejouée en décembre 1799. Publication officielle avec nom d'auteur.
Edition originale d'Oxtiern en ligne.
- **1800. Les Crimes de l'amour, Nouvelles héroïques et tragiques. Publication officielle avec nom d'auteur, avec en introduction un essai « Une Idée sur les romans », contenant : Juliette et Raunai ou la Conspiration d'Amboise, La Double Épreuve, Miss Henriette Stralson ou les Effets du désespoir, Faxelange ou les Torts de l'ambition, Florville et Courval ou le Fatalisme, Rodrigue ou la Tour enchantée, Laurence et Antonio, Ernestine ( Oxtiern, publiée à part et jouée lors de l'hiver 1799/1800, est l'adaptation de cette nouvelle, la fin diffère notoirement, sur scène c'est un happy end. ), Dorgeville ou le Criminel par vertu, La Comtesse de Sancerre ou la Rivalle de sa fille, Eugénie de Franval.
- **1800. La Rose, romance. Paroles de Mr Sade. Mise en musique par D'Heyder. Propriété de Jame Editeur. A Paris. Cette romance chantée de 2 pages a été composée alors que Sade était enfermé à Sainte Pélagie, elle était initialement chantée sur l'air de la Soirée Orageuse, voir ci-dessous.
Edition originale de « La Rose » en ligne.
- 1801. Désiré Thomas Hurard dit Saint Désiré publie « Mes amusements dans la prison Sainte Pélagie ». Dans l'épitre au lecteur on lit : « [j'offre] mes seules productions, et ...  un petit nombre de Pièces fugitives appartenant à mes Camarades, qui sont restées dans mon porte-feuille ». De Sade on trouve 4 petits poèmes dont 3 chantés : « La société des dinés / Au parti de l'opposition » sur l'air de Il faut des époux assortis, « Vers sur un tableau de Diogène », « La Rose » sur l'air de la Soirée Orageuse, « Boutade » sur l'air de la Baronne.
- **1813. La Marquise de Gange. Publication officielle sans nom d'auteur, roman historique.
- 1881. Dorci, ou la Bizarrerie du sort. Publié à Paris par les frères Charavay sur le manuscrit inédit daté de 1788, avec une notice signé Anatole France. Connu également sous le nom de « Les dangers de la bienfaisance », publié avec « Historiettes, Contes et Fabliaux » à partir du XX° siècle.
- 1904. Les Cent Vingt journées de Sodome, ou l'École du libertinage. Première impression d'après manuscrit sans aucune retouche daté de 1785. Cette édition très défectueuse fait date historiquement.
- 1926. Dialogue entre un prêtre et un moribond. Manuscrit daté de 1782.
- 1926. Historiettes, Contes et Fabliaux. D'après « Contes et fabliaux du XVIIIe siècle, par un troubadour provençal », manuscrit daté de 1788, recueil contenant : Le Serpent, La Saillie Gasconne, L'Heureuse Feinte, Le M... puni, L'Évêque embourbé, Le Revenant, Les Harangueurs Provençaux, Attrapez-moi toujours de même, L'Époux complaisant, Aventure incompréhensible, La Fleur de châtaignier, L'Instituteur philosophe, La Prude, ou la Rencontre imprévue, Émilie de Tourville, ou la Cruauté fraternelle, Augustine de Villeblanche, ou le Stratagème de l'amour, Soit fait ainsi qu'il est requis, Le Président mystifié, La Marquise de Thélème, ou les Effets du libertinage, Le Talion, Le Cocu de lui-même, ou le Raccommodement imprévu, Il y a place pour deux, L'Époux corrigé, Le Mari prêtre, La Châtelaine de Longeville, ou la Femme vengée, Les Filous; auxquels on ajoute « Dorci », publié en 1881.
- 1930. Les Infortunes de la vertu. Nouvelle d'après manuscrit, achevé à la Bastille, trame originale de Justine.
- 1953. Histoire secrète d'Isabelle de Bavière, reine de France. Manuscrit daté de 1813, roman historique.
- 1961. La Vérité. Poème, manuscrit daté de 1787.
- 1964. Adélaïde de Brunswick, princesse de Saxe. Manuscrit daté de 1812, roman historique.
- 1967. Oeuvres de M. le M. de S. Recueil hétéroclite d'écrits de jeunesse réunis et ainsi titré par Sade lui-même, dit aussi « Premières œuvres », « Oeuvres diverses ». Publiés partiellement.
- 1970. Tout le théâtre actuellement connu. Le Philosophe soi-disant (*), Le Mariage du siècle, Le Prévaricateur, Les Antiquaires, Le Boudoir, Les Jumelles, Le Capricieux ou Le Métamiste ou l'Homme changeant ou L'Inconstant, L'Égarement de l'infortune, Fanni ou les Effets du désespoir, La Fête de l'Amitié, Franchise et trahison, Henriette et Saint-Clair, Jeanne Laisné ou le Siège de Beauvais, Sophie et Desfrancs ou Le Misanthrope par amour, Tancrède, Oxtiern ou les Malheurs du libertinage (**), L'Union des arts : Euphémie de Melun, Le Suborneur ( Jouée seule. ), Azélis ( Jouée seule. ), La Tour enchantée.
- 1995. Voyage d'Italie. Première impression intégrale, par Maurice Lever, d'après manuscrits.
- 1998. Un court dialogue sans titre entre Madame de Cerneuil et Valcourt. Manuscrit achevé, c'est la mise au propre finale, d'un feuillet, non-daté.

- Textes politiques :

- 1791. Adresse d'un citoyen de Paris, au roi des Français, libelle imprimé dans les jours qui suivent le retour du roi après son arrestation à Varennes.

- De Sade sectionnaire, membre de la Section des Piques, imprimés à la date, sauf un. Il abandonne toute activité politique après la Terreur qui a failli l'emporter :

- 1792, 28 octobre. Section des Piques. Observations présentées à l'Assemblée administrative des hôpitaux. Sade, rédacteur. Le rapport de cette commission de 98 pages de sa main n'a pas été imprimé, ni actuellement publié.
- 1792, 2 novembre. Section des Piques. Idée sur le mode de sanctions des Loix; par un citoyen de cette Section.
- 1793. Projet de pétition des sections de Paris à la Convention nationale.
- 1793, juin. Pétition des Sections de Paris à la Convention nationale. Version corrigée et définitive du projet précédent.
- 1793, 12 juillet. Section des Piques. Extrait des Registres des délibérations de l'Assemblée générale et permanente de la Section des Piques.
- 1793, 19 juillet. La Section des Piques à ses Frères et Amis de la Société de la Liberté et de l'Egalité, à Saintes, département de la Charente-Inférieure.
- 1793, 29 septembre. Section des Piques. Discours prononcé à la Fête décernée par la Section des Piques, aux mânes de Marat et de Le Pelletier, par Sade, citoyen de cette Section et membre de la Société populaire.
- 1793, 7 novembre. Projet tendant à changer le nom des rues de l'arrondissement de la section des Piques. Présenté par Sade à l'assemblée de sa section le 7 novembre 1793. Non imprimé.
- 1793, 15 novembre. Pétition de la Section des Piques, aux représentants du peuple français. Sade, rédacteur. Ce 5° jour de la III° décade du 2° mois de la 2° année de la République française, une et indivisible.

- Correspondance :

Actuellement on recense entre 800 et 900 lettres de Sade. Il en existe de très nombreux recueils.

- Divers :

- **1791. Avis divers paru dans les « Petites Affiches » le 24 septembre, petit billet relatif aux délibérations sur les frais journaliers à accorder aux Comédiens français, signé.
- *1791. Avis divers paru dans les « Petites Affiches » le 22 octobre, petit billet, article promotionnel pour la première d'Oxtiern, le même jour. Non signé.
- **1794. Vers pour le buste de Marat. Un quatrain signé « C[itoyen]Sade » paru dans « L'Almanach des Muses », page 81.
- **1798, 18 avril, dans le « Journal de Paris », billet, un démenti signé.
- **1798, 21 juillet, dans le « Journal de Paris », « Aux auteurs du journal », billet signé.
- **1798, décembre, dans le « Journal de Paris », « Au citoyen Pigoreau, libraire », billet signé.
- **1799, 24 septembre, dans « L'Ami des Lois », « L'ex-comte de Sade, à l'auteur du Tribunal d'Apollon », billet signé.
- **1801. L'Auteur des « Crimes de l'amour » à Villeterque, folliculaire. Pamphlet signé.
- 1933. Deux passages et une note apostrophant Restif de La Bretonne de « Eugénie de Franval » des « Crimes de l'amour », non-publiés en 1800, restitués d'après manuscrit.
- 1933. Projet d'avertissement de l'auteur pour un recueil de ses contes et nouvelles où devait se trouver, alterner, entrelacer, les nouvelles de « Les Crimes de l'amour » et les « Historiettes, contes et fabliaux ».
- 1953. Notes littéraires (1803-1804.). Document de travail. Publiés partiellement, d'abord sous le titre « Cahiers personnels » par G. Lely.
- 1956. Cent onze Notes pour la Nouvelle Justine. Manuscrit daté de 1791. Document de travail.
- 1957. Testament.
- 1964. Dernières analyses et dernières observations sur ce grand ouvrage. Publiées sous le titre plus explicite « Notes pour les Journées de Florbelle », document de travail, 1807.
- 1966. Passage non-publié de « Aline et Valcour » restitué d'après un feuillet manuscrit isolé de 1794 « A l'imprimeur. Je proteste contre ce qui est rayé et ne veux absolument pas qu'on le place », suivi du dit passage biffé.
- 1970. Journal de Charenton. Deux fragments qui couvrent la période du 5 juin 1807 au 26 août 1808 et du 18 juillet au 30 novembre 1814, l’avant-veille de sa mort.
- 1970. Projet, brouillon, de prière d'insérer, de billet (?), au « Moniteur » suite à la seconde représentation d'Oxtiern.
- 1970. Lettres circulaires à des directeurs de théâtre, 1797 ou 1798, signées.
- 1980. Intitulés « Projets de contes et nouvelles » par G. Lely, « Projets et plans » par Pauvert, 1986. Document de travail. Numérotés de I à XII, ce dernier étant le « Plan primitif des Infortunes de la vertu ».
- 1980. Quatrième cahier de notes ou réflexions. Document de travail de Sade.
- 1986. Fragments de « Le Portefeuille d'un homme de lettres ». Document de travail, ébauche de projets, quelques petits textes, dont « Pensée sur Dieu » publiée à part en 1931.
- 1989. Catalogue raisonné des oeuvres de M. de S*** à l'époque du 1° octobre 1788, document de travail.
- 1991. Résumé, analyse, de « L'Union des arts » à l'intention du comité de lecture de la Comédie française, 1791, copie ou brouillon de lettre signée.
- 1991. Couplets de circonstance pour les représentations à Charenton.

P.S. Lors de la vente Teissier et Sarrou, Hôtel Drouot, le mercredi 15 juin 2016, les deux manuscrits, achevés, Sade dit toujours à ce sujet, " Mise au net ", suivants et qui n'ont jamais fait l'objet de publication, ont été mis en vente :
- Les Coquilles d'oeufs. Conte, 16 pages manuscrites.
- Fable inédite. Seul écrit de ce genre connu actuellement, 4 pages manuscrites.

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ET Suspect, parce que Mien ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 3849
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum