J'ai du bon tabac ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

J'ai du bon tabac ...

Message par Invité le Sam 4 Juin 2016 - 1:39

Tiré de ...

Je sais que l'époque n'est pas à la psychanalyse, et qu'il n'y a plus que quelques clampins en France et en Argentine pour "y croire" (selon le mot des détracteurs tous rendus aux TCCs & autres comportementalismes, gestaltismes, etc. plus rentables). Eh bien, je fais partie de ces clampins, et je vais vous dire :

Edward Bernays, neveu de Sigmund Freud, a eu "l'excellente idée" dans les années 40 je crois (en tout cas par là) de faire confiance (sens de croire, non ?) à son oncle. Il se servit donc de la psychanalyse & associations idoines, dans son métier. Et quel était son métier ? ... Son métier était publicitaire. En fait, c'est même lui qui est considéré comme "le père" du merchandising, et si pas le seul, du moins un "des quatre pères de l’Église marchande".

A partir de là, cet homme fiche des cigarettes à des féministes dans une pub. Ou, si pas des féministes, assurément "des femmes modernes". Il répondait là texto à la supposée envie-de-pénis inconsciente (donc certainement pas voulue comme telle, sauf par des nymphomanes, donc des accrocs ... ) subsumée par son fumeur-de-cigares d'oncle. Ces images "firent le tour de la Terre", de self-made-women phallocrates par la magie d'un rikiki consumatoire, les confortant certes encore plus dans une mentalité de guerre des sexes, castrateur des hommes dans leur velléité de pouvoir.
Et c'est contradictoirement compréhensible, qu'elles aient eu ce besoin de s'affirmer face aux hommes, à travers un pur succédané (succès damné ... ). Mais les extrêmes- et post-féministes de nos mondes en sont toujours là dans la démarche.

Alors, je ne sais pas si c'est bien le comblement d'un fantasme de possession du pénis, qui fit vendre des cigarettes, ou bien si c'est tout simplement l'association moderniste-féministe percutante socioculturellement alors. Mais ce qui est vraisemblable, c'est que ces deux éléments passent pour l'avers (social) et le revers (libidinal) d'une même médaille, vérité de la psychanalyse ou pas.

En somme, on inventa une gynocratie à travers l'arrogance féminine pour le phallocratisme, puisque de fait, les femmes ont aussi gagné "le droit" - en plus de la détente à l'égard des hommes qui les dominaient - de devoir vivre comme eux, faire comme si, faire semblant, alors qu'elles ont leur féminité à vivre doublement, premièrement.

Néanmoins, ce n'est pas anodin que plus de femmes fument que d'hommes.

Et, dans la mesure où Freud aurait raison, tout cela nous rendit à l'infantilisme le plus absolu, car ce n'est pas pour rien qu'on nous sert à foison des associations grivoises dans les médias, sans aucun esprit paillard à la bonne franquette, mais cul-cul la praline libidineux pourtant, soit donc puritain dans la démarche, quand bien même prétendument "libérés". C'est qu'il s'agit d'épuiser le désir en place publique, de l'essorer, de l'étaler, afin que littéralement les hommes & les femmes soient rendus à la fameuse période de latence sexuelle des 5-12 ans environ (soit donc de l’œdipe à la puberté). On soumet évidemment bien plus aisément une personne - non pas enfantine, mais infantile, soit donc névrosée, inconsciente de ses infantilismes interprétatifs du réel alentour. Désarmement psychique. Désaide (res)sentimental.

Or le fumeur cherche de l'aide qu'il trouve dans la cigarette, même si cette aide est à double-tranchant. "C'est toujours mieux" que le désaide généralisé.
Mais inversement, le respireur-sans-prothèse-cigaretière, ou le non-fumeur "repenti", massivement, vont surcompenser ce désaide qu'ils vivent tout autant, en croyant "mieux gérer leur capital santé" et se vivant sur le mode "écologiste-de-bas-étage-médiatique" (Nicolas Hulot, Yann Arthus Bertrand, José Bové qui a lâché sa pipe pour un siège européen, etc.). C'est-à-dire en ralliant infantilement papa-maman bonne-pensée hygiéniste aseptique puritaine sanitaire morale.

Bien sûr, qu'il est des fumeurs heureux (j'en suis un), et qu'il est des non-fumeurs heureux (ma compagne en est une), qui ne se sentent ni coupables, ni en demeure de culpabiliser (et je vous souhaite d'en être). Pour autant, ce monde vit tant d'un humanitarisme sub-chrétien laïcisé (quand bien même scientiste) qu'il perpétue la morale du péché originel et du battre-sa-coulpe/faire-pénitence à tours de bras. Or, on s'y rend autant en culpabilisant de fumer (cercle vicieux du remords) qu'en se donnant bonne conscience de respirer-sans-prothèse-cigaretière (refoulement ou déni de culpabilité).

Si pourtant on n'a évidemment pas besoin de fumer, je gage que le fumeur (le respireur-prothétique-cigaretier) dispose d'un adultisme (vs. infantilisme) potentiellement supérieur, dans ce contexte, dans cette moyenne, dit à la louche, car évidemment cela dépend ensuite de chacun (ma compagne non-fumeuse est de ces adultistes ... ).

De plus, si cela n'ôte pas toutes les toxicités (dont celles créant la dépendance) il existe aujourd'hui des feuilles à rouler sans chlore (agent de dépendance & de blancheur) ainsi que des tabacs à rouler sans "agents de texture & de saveur", soit donc 100% tabac (cela ne dit encore rien des éventuels pesticides employés). Bien entendu, que je ne dis pas ça pour dire niaisement "oh bah c'est mieux !" - mais c'est un peu mieux. "Ils" font (à peu près) les mêmes en indus'.

Enfin, comment auraient fait Jean-Paul Sartre, Hannah Arendt, Albert Camus & Gilles Deleuze, et que seraient-ils, sans cigarette ? ... Je crois surtout que, comme pour tout, il faut essayer de s'approvisionner au mieux. Des générations de fumeurs début XXème ne connurent pas, proportionnellement (car on était 2 à 4 milliards sur Terre progressivement sur cette période), les problèmes (de santé, et de psychose de masse) que l'on connaît aujourd'hui. Or ils fumaient de la brune sans filtre bien tassée.

Il faut croire que des propagandistes (Bernays en tête) & chimistes maboules ("agents de texture & de saveur") ont fait leur œuvre, entre-temps, sans parler des "(pastilles) mentholées" et autres Vogues, ainsi que des paquets de 10 cigarettes, comme en goodies accessoies. Or, nous aimons les gadgets, n'est-ce pas ? lol - fumeurs ou pas.

Et pour la route :
 


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: J'ai du bon tabac ...

Message par neopilina le Sam 4 Juin 2016 - 12:53


Je suis aussi de ces clampins. Et j'ajoute que le microcosme psychanalytique, hautain, sclérosé, figé, depuis la mort de Lacan, etc., devenu presque une secte, a aussi part au creux de la vague actuel que je regrette infiniment. L'innovation, le progrès, dans ce domaine sont au point mort. L'innovation, dans ce domaine, vient désormais de certains psychiatres, ouverts, progressistes, qui se placent au dessus des querelles de chapelles. Comme mon psychiatre est aussi également psychanalyste, j'ai eu droit à une psychothérapie analytique. Cet homme est médecin-légiste ( Tout le monde connait le médecin légiste des autopsies, mais il y en a plein d'autres, une femme battue verra un médecin légiste, une victime de l'amiante en verra un, etc. ), urgentiste, en charge d'un service d'internés ( Donc du très lourd. ), expert pour des cours d'assises et la cour de cassation, enseigne la criminologie ( En France, il se compte sur les doigts d'une main. ), enfin bref, il se coltine le réel, un réel éminemment dur, très très dur, ce qui fait de lui, lien de cause à effet, un pragmatique, un pratique, tout le contraire des théoriciens fumeux perchés sur leur petit nuage. Un jour, je lui demande s'il est freudien, lacanien, kleinien, etc., j'ai tout de suite vu que j'avais dit une connerie. Il m'a répondu, en substance :" Je prends toute la caisse à outils, et si l'un d'eux fonctionne, alors je le prends ". C'est ces hommes qui font progresser les psydisciplines aujourd'hui, malheureusement rien d'institutionnel, de structuré. Et je trouve ça dramatique. Le journal de psychiatrie " Nervure " est excellent.

Pour le tabac !, anecdotiquement. Mon grand-père faisait le sien en toute illégalité. En France, l'activité tabatière est un monopole d'état qui était affecté à la S.E.I.T.A. Les contrôles étaient draconiens, les flics comptaient les pieds dans les champs autorisés, etc., et sans pitié, j'ai quelques potes qui produisent leur cannabis, ils n'ont jamais eut de tels soucis ! Autre temps ! Les grand feuilles séchaient sur le plancher du grenier. J'ai bien sûr commencé avec la Gauloise standard, brune, sans filtre, sous son format initial, " la tige de 8 ", une directive européenne normalisatrice ayant par la suite réduit son diamètre. J'ai terminé avec du Bergerac orange, bleu, vert, grosse coupe, à rouler. Après plusieurs arrêts parfois très très longs, je suis un vapoteur heureux.


Dernière édition par neopilina le Dim 5 Juin 2016 - 20:40, édité 1 fois

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4267
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'ai du bon tabac ...

Message par Courtial le Dim 5 Juin 2016 - 13:10

J'ai lu Bernays(une compil' éditée par La Découverte, le titre ne me revient pas à l'instant), qui est fort intéressant mais je n'ai pu me déprendre d'une impression de lecture, qui est que Bernays applique peut-être à son lecteur les procédés qu'il raconte touchant à ses clients.
Pour dire les choses plus crûment : je crains la grosse vantardise. Les manipulateurs, les illuminatis etc., j'ai toujours le soupçon qu'ils se la racontent un peu sur leur puissance effective. Et on sent toujours des effluves de parano flottant tout à l'entour.

Hélas, je dois avouer que je fais partie du club de plus en plus fermé des intoxiqués.

Allez, un petit Eddy pour se consoler ?

https://www.youtube.com/watch?v=0k4wML-C2jE&list=RD0k4wML-C2jE

(ils l'ont shuntée, ces cons! Pas trouvé l'intégrale ! Jusqu'où va se nicher la censure, p'tain ! Après Bogart, après Malraux, M'sieu Eddy...).

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2004
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'ai du bon tabac ...

Message par Invité le Lun 13 Juin 2016 - 12:53

Je n'ai rien à ajouter à vos propos.

EDIT: enfin, si. Voir quand même sur la manip' de masses :


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum