Régions, régionales, régionalistes

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par hks le Jeu 17 Déc 2015 - 22:10

Ce qui m'étonne fortement moi c'est que du temps de Chevenement on poussait de hauts cris et on armait la république contre les incendiaires de paillotes
(et a fortiori suite à l'assassinat d'un préfet de cette même république, acte gravissime aux yeux de tout républicain) ...

Et que maintenant plus rien. Silence radio sur la Corse. Pour moi il y a sécession( humm !! disons esprit de sécession). Mais personne ne réagit plus.

Sauf peut être le che Jeudi 17 Décembre 2015
Chevenement a écrit:Dans le même temps, le Préfet des Pyrénées Atlantiques prépare un projet de Communauté de Communes unique pour le Pays Basque. Si le Gouvernement envisageait de détricoter l’unité nationale, il ne s’y prendrait pas autrement !


Dernière édition par hks le Jeu 17 Déc 2015 - 22:21, édité 2 fois

hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4354
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par hks le Jeu 17 Déc 2015 - 22:20

Il faurait rappeler les résultats des deux tours en Corse.

second tour
Régionalistes: M. Gilles SIMEONI 52 840 35,34% sièges 24

ce qui leur donne 24 sièges sur 51.

hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4354
Localisation : souvent ailleurs
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par jghislain le Dim 20 Déc 2015 - 19:51

Il faut différencier régionalistes et nationalistes.
Première différence, le nationalisme est un mouvement largement rassembleur et sans connaître de frontières régionales.
Deuxième différence, le régionalisme est présent depuis plus longue date dans l'esprit de certains régionaux.
Troisième différence, le nationalisme peut se faire représenter par un parti et l'emporter tandis que les régionalismes, puisque locaux, n'auront jamais à gouverner la France dans sa globalité.

Pour les explications (de ce que j'ai vu lors de mes voyages en France).

Le régionalisme est assez simple à expliquer. Quelques soient les exemples de régions à fort caractères régionalistes (Corse en premier, Bretagne en second et pour une petite part l'Auvergne), on s'aperçoit tout de suite à la vue de la carte de France que ce sont des régions isolées. Dans ces régions le caractère vieille France est bien développé, et tout progrès est difficile à atteindre. Les gens se connaissent tous dès l'enfance et restent souvent ensemble. Qui plus est, de peur de se fâcher avec le peu de fréquentations qui est permis (c'est toujours les mêmes), on s'oblige à vivre de la manière la plus arrangeante possible. Après il existe des différences de taille. Car la géographie fait que ces régions isolées ne le sont pas de la même manière. Les bretons ont l'esprit plus ouvert car c'est une pointe dans l'océan, avec différentes histoires portuaires. Voyez le film 'Querelle de Brest' pour voir un peu... Les auvergnats sont aussi isolés, mais dans la montagne, et il y a des accès difficiles entre les villages (je parle surtout du sud de l'Auvergne, que je connais bien). C'est pour cela que les auvergnats s'habituent à rester entre eux. Quant aux corses, ce sont les plus isolés, et pire, il n'y a pratiquement jamais de mouvements migratoires, ce qui leur fait ressentir que la Corse, elle leur appartient, et ce n'est pas la France. Bref en conclusion, le régionalisme sera toujours en germe, du fait de la géographie des zones françaises.

Pour ce qui est du nationalisme, il est inutile de s'entendre. Cela fait sa percée en France, et on l'explique très bien, même si on le soutient pas ou ne le justifie pas. Il y a là aussi des zones à risques. PACA est à risque du fait que c'est très largement une population plus riche que la moyenne, et peu habituée à traiter de façon tolérante la misère et la déliquance qu'elle peut éventuellement engendrer parfois. Le Nord est quant à lui une zone à tradition socialiste, voire communiste, du fait de l'histoire ouvrière des mines de charbon. Sauf que l'ouvrier chômeur d'aujourd'hui votera plus facilement FN. Quant à l'engouement du reste des Français pour le FN, il semble évident que c'est la tentation d'un parti qui ne s'est jamais essayé au pouvoir, et cela après 40 ans de crise et les échecs successifs des différents partis traditionnels. Ajoutez à cela que Marine le Pen offre un visage plus sympatique que son père ('Pour le peuple', 'Gay-friendly', 'Bien élevée', 'Victime du système', etc...) et vous avez la parfaite équation pour que ce parti accède un jour à l'ultime pouvoir.

_________________
La vérité n'est que la simple découverte du monde

jghislain
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 281
Localisation : Auvergne-Rhône-Alpes
Date d'inscription : 10/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumphilo.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par Rêveur le Dim 20 Déc 2015 - 20:58

Mais là, vous parlez des nationalistes défendant la nation française. Or on appelle parfois "nationalistes" des Corses ou Bretons qui défendent la nation corse ou bretonne.

Jean Ghislain a écrit:Quant aux corses, ce sont les plus isolés, et pire, il n'y a pratiquement jamais de mouvements migratoires, ce qui leur fait ressentir que la Corse, elle leur appartient, et ce n'est pas la France. Bref en conclusion, le régionalisme sera toujours en germe, du fait de la géographie des zones françaises.

On ne peut pas réduire le germe régionaliste à la géographie des régions, c'est à la fois leur histoire et leur géographie qui jouent.
La Corse et la Bretagne ont été chacune une nation avec quasiment les mêmes frontières il y a quelques siècles (et exactement les mêmes pour la Corse, par définition  ), alors que les autres régions ont été redécoupées ensuite. En outre, les deux disposent d'une langue commune à toute la région, et cherchent encore à la promouvoir. Voilà qui peut expliquer les cas bretons et corses.
Il faudrait seulement voir ce qui fait qu'on n'entend jamais parler de régionalistes normands (Une tentative ?).

_________________
Reprenez garde à ceux qui n'ont rien,
Qu'on a laissés au bord du chemin ;
Rêveurs rêvant le monde meilleur :
Ils voient la colère monter dans leur cœur.
(L'oiseau malin, Alain Souchon & Laurent Voulzy)


Je suis Paix.

Rêveur
Admin
Admin

Nombre de messages : 1267
Localisation : ailleurs
Date d'inscription : 24/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par jghislain le Dim 20 Déc 2015 - 21:44

C'est vrai pour ce qui est des normands. Il semblerait que même moi je n'en ai rencontré aucun (de régionalistes normands), lors de mes voyages.
J'ai seulement vu une nette différence entre la normandie isolée (Cherbourg, Lisieux) et les grandes villes (Caen, Rouen, Le Havre).
Mais rien entendu parler comme revendications politiques spécifiques. Peut-être parce que cette région est isolée mais bénéficie d'un large passage vers Paris, d'une part, et l'Angleterre d'autre part. Ce qui expliquerait ses possibilités d'ouverture ?

_________________
La vérité n'est que la simple découverte du monde

jghislain
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 281
Localisation : Auvergne-Rhône-Alpes
Date d'inscription : 10/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumphilo.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par euthyphron le Lun 21 Déc 2015 - 11:08

Rêveur a écrit:
La Corse et la Bretagne ont été chacune une nation avec quasiment les mêmes frontières il y a quelques siècles (et exactement les mêmes pour la Corse, par définition  ), alors que les autres régions ont été redécoupées ensuite. En outre, les deux disposent d'une langue commune à toute la région, et cherchent encore à la promouvoir. Voilà qui peut expliquer les cas bretons et corses.
En ce qui concerne la langue bretonne, ce que tu dis est inexact. La seule langue parlée dans toute la Bretagne est le français. La langue bretonne, étouffée sous la troisième république, n'a été la langue "que" de la moitié environ de la Bretagne historique, l'autre moitié parlant souvent le gallo, langue régionale proche du français et reconnue officiellement par la république (et susceptible d'être choisie au bac). Enfin, on peut rappeler que la région Bretagne actuelle (la nouvelle comme la précédente) est amputée d'une partie importante de la Bretagne historique, puisqu'il s'agit de sa capitale et de ses environs, à savoir Nantes et la Loire-Atlantique.

_________________
amicus plato sed magis amica veritas

euthyphron
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1507
Date d'inscription : 01/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par hks le Lun 21 Déc 2015 - 12:32

puisqu'il s'agit de sa capitale et de ses environs, à savoir Nantes et la Loire-Atlantique.
Impression personnelle : la Loire fait la frontière entre Bretagne et  Vendée.
Ce qui donne un département, la Loire atlantique clivé entre deux identités  (sinon trois : Bretagne  Vendée et Anjou ) pour autant que ce concept ait encore de l'importance sur place.

Il y eut lors du rédécoupage des régions un mouvement pour le rattachement de la Loire atlantique à la région Bretagne.
Bien évidemment cela aurait privé d'une métroplole ( Nantes ) la région Vendée /Anjou.
........................................................
Il y a  un arriéré historique


https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/26/Vendee-militaire.png/640px-Vendee-militaire.png





Rappel de l'engagement militaire 1793 ( près de 75 OOO hommes  quand même) et de  sa localisation

Fin mars, la « Vendée militaire » est pour une bonne part dessinée : le département de la Vendée, les moitiés méridionales de la Loire-Inférieure et du Maine-et-Loire. Le nord-ouest des Deux-Sèvres, Bressuire , Chatillon tombe à son tour en mai[36].

L'armée insurgée est peu centralisée, mal équipée ....

Trois armées, constituées à partir des rassemblements de mars, la composent : l'armée d'Anjou, à l'est de la rivière Sèvre nantaise (40 000 hommes) ; l'armée du Centre, au cœur de la Vendée (10 000 hommes) ; l'armée du Marais, entre la Sèvre nantaise et l'océan Atlantique (15 000 hommes). Elles s'occupent avant tout de sauvegarder la portion de territoire dont elles sont issues[38].

http://fr.academic.ru/dic.nsf/frwiki/738800

hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4354
Localisation : souvent ailleurs
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par Rêveur le Lun 21 Déc 2015 - 13:15

euthyphron a écrit:En ce qui concerne la langue bretonne, ce que tu dis est inexact. La seule langue parlée dans toute la Bretagne est le français.

Au temps pour moi.
Je précise seulement que je parlais d'une langue associée à la région entière : car ce n'est pas pour rien qu'elle s'appelle le breton, le brezhoneg... Et en fait, en écrivant cela, je pensais aux dialectes locaux de certaines régions, qui ne sont des particularités que de parties de la région, sans avoir de lien avec la région entière, ainsi du basque (et des Basques par ailleurs, qui sont seulement un peuple d'Aquitaine...et même de...euh...comment c'est qu'elle s'appelle désormais la région ?), etc. Mais si une moitié de la Bretagne seulement parle breton... Le gallo serait la langue (francisé, puisqu'elle est plus proche du français ?) d'autres arrivés de l'île de Bretagne ?
(c'est sympa d'avoir un Breton)

euthyphron a écrit:Enfin, on peut rappeler que la région Bretagne actuelle (la nouvelle comme la précédente) est amputée d'une partie importante de la Bretagne historique, puisqu'il s'agit de sa capitale et de ses environs, à savoir Nantes et la Loire-Atlantique.

D'un autre côté, il y a cette différence avec la Corse : que celle-ci est entièrement liée à une île, à un territoire, alors que l'île de Bretagne n'est pas (n'est plus) là où vivent les Bretons, de sorte qu'on peut dire que leur identité ne peut reposer seule sur leur terre, mais qu'il faut faire référence à leur peuple (si les Corses émigraient tous dans l'île au sud ou plus loin encore, ce ne seraient sans doute plus vraiment les Corses, tandis que si les Bretons partaient tous en île de Bretagne - en supposant qu'ils y trouvent une terre qu'ils pourraient faire leur - leur identité garderait un sens, et si leur destination était ailleurs, même si leur identité en serait fortement affectée, il ne serait pas absurde de continuer à parler des Bretons, eussent-ils à rester pour toujours dans cette nouvelle terre - à condition qu'ils n'y soient pas des habitants parmi d'autres locaux, mais qu'ils aménagent cette terre pour eux-mêmes).


Jghislain a écrit:C'est vrai pour ce qui est des normands. Il semblerait que même moi je n'en ai rencontré aucun (de régionalistes normands), lors de mes voyages.
J'ai seulement vu une nette différence entre la normandie isolée (Cherbourg, Lisieux) et les grandes villes (Caen, Rouen, Le Havre).
Mais rien entendu parler comme revendications politiques spécifiques. Peut-être parce que cette région est isolée mais bénéficie d'un large passage vers Paris, d'une part, et l'Angleterre d'autre part. Ce qui expliquerait ses possibilités d'ouverture ?

J'ai de la famille à Cherbourg. Effectivement, même s'il y a une fierté normande, ce n'est pas pareil que la Bretagne.
M'est venu la réflexion que la situation des Bretons et celle des Normands est en somme assez parallèle sous certains aspects, ce qui peut expliquer leur rivalité lol :
 - Peuple arrivé par la mer, et gardant mémoire de ce qu'ils étaient avant, de leur ancienne terre (île de Bretagne, fiers Vikings...)
 - Ont continué à accueillir des émigrations, au sens large (Jacobites, Libération...)
 - Rapport marqué à la mer, qui est une partie intégrante de leur identité.
 - Rapport avec l'Angleterre (je présume pour la Normandie ; après tout, la Libération venait d'Angleterre).
 - Les navires ayant connu les deux plus grandes catastrophes maritimes sont partis d'un de leurs ports (la dernière escale du Titanic, plus grande catastrophe maritime en nombre de victimes civiles, était, si je ne m'abuse, Cherbourg ; le Lancastria, plus grande catastrophe en nombre total de victimes, partait de Saint-Nazaire).
 ...
(je ne suis pas sûr sur tous les points ; m'enfin, y a quelque chose, non ?)

_________________
Reprenez garde à ceux qui n'ont rien,
Qu'on a laissés au bord du chemin ;
Rêveurs rêvant le monde meilleur :
Ils voient la colère monter dans leur cœur.
(L'oiseau malin, Alain Souchon & Laurent Voulzy)


Je suis Paix.

Rêveur
Admin
Admin

Nombre de messages : 1267
Localisation : ailleurs
Date d'inscription : 24/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par Rêveur le Lun 21 Déc 2015 - 13:45

Deux supplémentaires :
 - Symboles, dont le drapeau, connus (pour la Bretagne... Quant au drapeau normand, s'il peut ne pas venir tout de suite à la mémoire, il suffit de le montrer pour qu'on fasse "Ah ! ouiii...", ce qui n'est pas le cas des autres, quand il y en a)

 - Météo...caractéristique...

_________________
Reprenez garde à ceux qui n'ont rien,
Qu'on a laissés au bord du chemin ;
Rêveurs rêvant le monde meilleur :
Ils voient la colère monter dans leur cœur.
(L'oiseau malin, Alain Souchon & Laurent Voulzy)


Je suis Paix.

Rêveur
Admin
Admin

Nombre de messages : 1267
Localisation : ailleurs
Date d'inscription : 24/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par hks le Lun 21 Déc 2015 - 13:50

rêveur a écrit:Mais si une moitié de la Bretagne seulement parle breton...
Euthyphron a dit qu'autrefois ...on parlait breton dans une moitié de la bretagne.   Pour ma part je n'ai entendu de breton parlé que dans le pays bigouden (celui du cheval d' orgueil) et encore Ces locuteurs étaient-ils bilingues. Mais je ne connais que la côte bretonne.
Mais si une moitié de la Bretagne seulement parle breton... Le gallo serait la langue (francisé, puisqu'elle est plus proche du français ?) d'autres arrivés de l'île de Bretagne ?
Quelle ile?
Il y eut une population de langue celtique de l'écosse à notre Bretagne ( et probablement très étendue en europe avant les conquêtes romaines ).
il y a des cartes  

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/1b/Lenguas_celtas.PNG/280px-Lenguas_celtas.PNG

https://download.vikidia.org/vikidia/fr/images/thumb/1/1b/Keltisch_Sprachen.svg/200px-Keltisch_Sprachen.svg.png
ataraxie nous en parlerait très bien .

hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4354
Localisation : souvent ailleurs
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par euthyphron le Lun 21 Déc 2015 - 14:06

Disons pour être plus clair que la frontière linguistique passait au milieu de la Bretagne, et séparait la partie Ouest de la partie Est. De nos jours, la langue bretonne n'est plus la langue maternelle de personne, ayant été éradiquée par la République une et indivisible, mais nombreux sont ceux qui lui demeurent attachés, et il y a même des écoles où tout l'enseignement se fait en breton (ce sont les écoles diwan).
Le droit à l'existence de la langue bretonne est de nos jours reconnu, et de nombreuses indications routières sont bilingues. Le stade de l'équipe de football de Rennes, qui s'est choisi récemment un nom, a même cru bon de s'appeler le Roazhon park, du nom de Rennes en breton, alors qu'on n'a jamais parlé breton à Rennes, plutôt moins souvent qu'à Paris!
Quant au drapeau, son origine est récente mais obscure, lié au nationalisme d'extrême-droite qui a frayé avec le nazisme, mais chut! Tout le monde l'a adopté, et il est connu maintenant du monde entier, donc on va pas faire d'histoires, compris?

_________________
amicus plato sed magis amica veritas

euthyphron
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1507
Date d'inscription : 01/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par hks le Lun 21 Déc 2015 - 14:32

euthyphron a écrit:alors qu'on n'a jamais parlé breton à Rennes, plutôt moins souvent qu'à Paris!


sur Anne de bretagne je lis
wikipêdia a écrit:De même, on conserve peu de traces de l'éducation d'Anne de Bretagne. D'intelligence moyenne, il est probable qu’elle reçoit l’éducation d’une jeune noble de son temps : elle apprend à lire et à écrire en français, peut-être un peu de latin. Contrairement à ce que l’on retrouve parfois, il est peu probable qu’elle ait appris le grec ou l’hébreu5 et n'a jamais parlé ni compris le breton, langue à laquelle les milieux nantais où elle évolue sont étrangers6.
pas rectifié en tout cas ...

Cela dit je n'ai rien contre l'étude ni la pratique du breton... sauf si c'est le support d'identification communautaire excessive .(tout est dans la mesure)


La position de Gilles Servat dès le début a eu le mérite de sais la complexité du problème.
Gilles Servat a écrit:L'instituteur de ma mère était le père de René Guy Cadou, l'un des plus grands poètes de ce temps.
ce qui n'a plus rien à voir avec la politique, mais comme j'aime beaucoup René Guy Cadou .... je le place.

hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4354
Localisation : souvent ailleurs
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par kercoz le Lun 21 Déc 2015 - 14:36

euthyphron a écrit: De nos jours, la langue bretonne n'est plus la langue maternelle de personne, ayant été éradiquée par la République une et indivisible,

Tu vas un peu vite. Je connais un tas de gens dont c'est la première langue et qui n' ont connu qu' elle jusqu' à l' école. Il sont certe assez agés, mais il en reste . J' en connais beaucoup plus qui n' entendaient que le Breton à la maison durant leur enfance ( c'est mon cas).C'est une langue encore parlée à domicile par ( à la louche) 1/3 des indigènes et comprise par beaucoup plus .

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1844
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par Rêveur le Lun 21 Déc 2015 - 14:36

hks a écrit:Euthyphron a dit qu'autrefois ...on parlait breton dans une moitié de la bretagne.   Pour ma part je n'ai entendu de breton parlé que dans le pays bigouden (celui du cheval d' orgueil) et encore Ces locuteurs étaient-ils bilingues. Mais je ne connais que la côte bretonne.

Je sais bien... J'ai beau être rêveur, je ne suis pas aussi éloigné de la réalité... Quand je dis "parle le breton", il faut entendre "peut parler le breton"...


hks a écrit:Quelle ile?
Hum ? Ah, mais je parle simplement de la Grande-Bretagne. Pourquoi ? Il n'y a que dans Kaamelott qu'on l'appelle l'Île-de-Bretagne / la Bretagne ? lol



euthyphron a écrit:Quant au drapeau, son origine est récente mais obscure, lié au nationalisme d'extrême-droite qui a frayé avec le nazisme, mais chut! Tout le monde l'a adopté, et il est connu maintenant du monde entier, donc on va pas faire d'histoires, compris?

lol!
Je ne savais pas.

Nouvel ajout à la liste :
 - Rapport à l'alcool ; cidre et crêpes.

...

Pour revenir sur le sujet général, un élément qui explique le régionalisme en Corse, est bien sûr le fait qu'ils ont connu l'indépendance bien plus tardivement que les autres, et que leur annexion au XVIIIe siècle résonne encore comme une terrible injustice.

_________________
Reprenez garde à ceux qui n'ont rien,
Qu'on a laissés au bord du chemin ;
Rêveurs rêvant le monde meilleur :
Ils voient la colère monter dans leur cœur.
(L'oiseau malin, Alain Souchon & Laurent Voulzy)


Je suis Paix.

Rêveur
Admin
Admin

Nombre de messages : 1267
Localisation : ailleurs
Date d'inscription : 24/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par kercoz le Lun 21 Déc 2015 - 14:47

Un lien assez concis sur ce problème:
http://www.wiki-rennes.fr/Rennes_et_le_breton

J' ai été complètement dépité d' apprendre que "Baragwiner" ne viendrait pas de Bara + Gwin qui signifient pain et vin ...réclamés ds les troquets de Montparnasse ....puisque "Baragouin" serait cité dans un texte de Rabelais !
Il n' empèche que l' histoire est trop belle qu ' une locution peut très bien devoir sa survie à une réinterprétation plus tardive.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1844
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par Ataraxie le Lun 21 Déc 2015 - 19:20

hks a écrit:ataraxie nous en parlerait très bien .
J'ai déjà écrit un long texte sur le sujet des langues régionales et de l'identité nationale dans le sujet "Langue et nation" (rubrique "Histoire et historiographie" du forum). J'y ai même inclus une carte où l'on voit que le breton est effectivement la langue de la partie ouest de la Bretagne. Je ne vais pas revenir sur le sujet mais si l'on suit l'histoire de la langue française comme un fil rouge pour comprendre le développement d'un sentiment national, on remarque bien que le traitement humiliant réservé aux habitants de la province est constant. Cela dit, on peut aussi remarquer une nette différence avant et après 1789 : avant cette date, on se moque du parler ridicule des gens de province, après cette date, on les agresse pour être des traîtres à la nation.

Sous l'Ancien régime, la langue française n'était pas chargée d'homogénéiser l'identité. Ce qui maintenait l'unité du pays, c'était le roi et la religion. La devise était d'ailleurs "Une foi, une loi, un roi". Le roi, détenteur d'un pouvoir hypercentralisé, s'assurait de l'allégeance des provinces à son autorité, de l'unité religieuse et de la paix mais ne se souciait pas véritablement de développer une identité française unificatrice et certainement pas par le biais de la langue. En fait, le principal combat mené en faveur du français à cette époque fut de faire en sorte qu'il supplante le latin comme langue de prestige. Et, par ailleurs, la principale fonction qu'on lui a attribué était l'exact contraire de l'unification, à savoir l''instauration d'une distinction sociale de façon à ce que les gens d'en bas ne se confondent pas avec les gens d'en haut et de façon aussi à ce que les activités prestigieuses des gens d'en haut (religion, art, science, philosophie, etc.) aient une langue distincte du parler de tous les jours des gens d'en bas. La rhétorique employée était assez simple : le français est la langue de la raison, de la clarté, de la beauté et de la science, la langues des gens excellents tandis que les langues régionales, patois et autres parlers populaires sont des idiomes arriérés qui dépeignent les mœurs avilies et l'irrationalité sauvage de la populace. Et, comme je l'ai dit, il était tout à fait normal de maintenir cette distinction. Après la Révolution, des changements considérables sont intervenus. Le français ne devait plus être une langue de distinction mais l'emblème d'une identité nationale unifiée et victorieuse. Il fut alors chargé de supplanter, cette fois-ci, les langues régionales pour devenir la langue de tous les jours de tous les Français. On sait aujourd'hui que cette mission fut une réussite même si cette tâche purement politique fut tout à fait nouvelle pour la langue française, qui jusqu'alors se contentait d'être la langue administrative commune sans endosser une quelconque charge identitaire.

Si l'on s'intéresse à la rhétorique de ce projet et aux moyens de sa réussite, on peut distinguer deux grands axes : parler français pour le drapeau (politique identitaire) ou parler français pour le commerce (facteurs économiques et démographiques). Dans la rhétorique du drapeau, il y a deux arguments récurrents. D'abord celle de l'égalité : les différences de langues créent et entretiennent des inégalités entre classes sociales, inégalités qui sont les résidus de l'époque féodale et de la monarchie et qu'il convient donc d'éradiquer en vue de l’avènement d'un peuple de citoyens égaux. L'autre argument est la fidélité à la patrie : ne pas parler français c'est être un renégat de la nation, se comporter en étranger et mettre en danger l'unité et l'identité nationale. Quant aux moyens de réussite de cette politique, ils résidaient surtout dans l'éducation mais jusqu'à la Troisième République on s'était contenté d'une rhétorique agressive et cruelle contre la Province, et les quelques projets d'instruction publique avaient plus ou moins avorté. C'était principalement les facteurs économiques et démographiques qui se chargeaient "spontanément" de faire progresser le français au détriment des dialectes et des langues régionales. Le véritable facteur politique est intervenu plus tard avec la mise en place de l'école gratuite et obligatoire.

La "disparition" des dialectes et des langues régionales a été progressive avec une forte accélération à partir du dernier tiers du 19e siècle. En 1863, une enquête commandée par Victor Duruy conclut que 25% de la population française est patoisante monolingue, c'est à dire qu'elle ne parle rien d'autre que sa langue régionale ou son dialecte. Ces populations sont assez largement concentrées en Bretagne, dans tout le Sud de la France (Corse inclus) et en Alsace. Le reste de la population est répartie entre francophones monolingues et bilingues français/langue locale. Progressivement le monolinguisme régional sera supplanté par le monolinguisme francophone en passant par une étape de bilinguisme : d'abord on va parler et comprendre le français et sa langue régionale, puis on va comprendre sa langue régionale mais parler seulement le français, jusqu'au jour où l'on décide de ne plus transmettre sa langue régionale à ses enfants, ce qui entraîne fatalement la disparition de la langue. Le français est alors devenu le symbole d'une oppression culturelle parisienne et la revitalisation des langues régionales un acte de résistance. Et quand le législateur a constaté que ces langues n'étaient plus en mesure de concurrencer le français, il a daigné autoriser leur apprentissage dans les écoles.

Ataraxie
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 489
Date d'inscription : 18/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par hks le Lun 21 Déc 2015 - 21:56

kercoz a écrit: J' en connais beaucoup plus qui n' entendaient que le Breton à la maison durant leur enfance (c'est mon cas).


allons  bon !!!  alors tu remportes la palme sunny

hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4354
Localisation : souvent ailleurs
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par Rêveur le Mar 22 Déc 2015 - 1:34

Merci, Ataraxie, pour ce message riche et utile.

_________________
Reprenez garde à ceux qui n'ont rien,
Qu'on a laissés au bord du chemin ;
Rêveurs rêvant le monde meilleur :
Ils voient la colère monter dans leur cœur.
(L'oiseau malin, Alain Souchon & Laurent Voulzy)


Je suis Paix.

Rêveur
Admin
Admin

Nombre de messages : 1267
Localisation : ailleurs
Date d'inscription : 24/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par kercoz le Mar 22 Déc 2015 - 8:02

hks a écrit:
kercoz a écrit: J' en connais beaucoup plus qui n' entendaient que le Breton à la maison durant leur enfance (c'est mon cas).


allons  bon !!!  alors tu remportes la palme sunny

bon , j' exagère un peu ...disons qu' entre eux, mes parents utilisaient 80% le Breton, et curieusement à peine 30 % en s'adressant à moi. Ce qui montre l' emprise de la coercition qui passait par le fait que le français me donnerait "plus de chance dans la vie".
Les repas de famille se déroulaient à 90% en Breton. j' ai le ressenti tardif que c'était plus par plaisir que par nécessité .....nous étions tous des émigrés dans la région parisienne et la vie de chacun s'effectuait donc en français. A l' époque, dans notre campagne cotiere la langue quotidienne était le breton disons à 80% entre proches ou du village, et 50% autrement....la première approche se faisant en français entre inconnus avant de passer au Breton qd c'était reconnu possible.

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1844
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par hks le Mar 22 Déc 2015 - 15:00

kercoz a écrit:A l' époque, dans notre campagne côtiere
pays bigouden ...où autres?
Je ne t'oblige pas à préciser.

hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4354
Localisation : souvent ailleurs
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par kercoz le Mar 22 Déc 2015 - 17:16

hks a écrit:
kercoz a écrit:A l' époque, dans notre campagne côtiere
pays bigouden ...où autres?
Je ne t'oblige pas à préciser.

Tregor
http://www.delcampe.net/page/item/id,0178552769,language,F.html

http://www.delcampe.net/page/item/id,0078419391,language,E.html

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1844
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par hks le Mar 22 Déc 2015 - 19:17

Ok j' y ai passé quelques vacances ...

hks
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4354
Localisation : souvent ailleurs
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Régions, régionales, régionalistes

Message par kercoz le Mar 22 Déc 2015 - 20:01

hks a écrit:Ok j' y ai passé quelques vacances ...

La plage d' avant c'est St michel en grève et se algues vertes .....si vous passez dans le coin , faites un détour vers le petit port de Locquémeau. hors de la route principale, il garde un certain charme et 3 ou 4 petits chalutiers :
http://www.tredrez-locquemeau.fr/Le-port-de-Locquemeau

_________________
TIMSHEL

kercoz
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1844
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum