Qu'est ce qu'un homme ?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Qu'est ce qu'un homme ?

Message par Ataraxie le Jeu 25 Juin 2015 - 14:19

J'ai donc surestimé cette discussion.

Ataraxie
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 489
Date d'inscription : 18/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est ce qu'un homme ?

Message par poussbois le Jeu 25 Juin 2015 - 18:08

Elle était pourtant prometteuse. Peut-être que c'est nous qui ne lui donnons pas envie de répondre...

_________________
Le Nord, c'est par là.

poussbois
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1623
Localisation : Petites Antilles
Date d'inscription : 18/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est ce qu'un homme ?

Message par Yan le Jeu 25 Juin 2015 - 23:27

J'ai l'impression que ta dernière intervention (et même ta première) parle du concept de sujet pas de celui d'homme. Le "je"  (ou le "moi") pose le problème du sujet (dans son unité ou son identité) pas vraiment celui de l'homme.

Tu as tout à fait raison. Que je sois un homme ici ou un extraterrestre là-bas, à l'autre bout de la galaxie, cela ne change rien. Si j'ai conscience d'exister, extraterrestre ou humain, je me trouve face au même problème. Que suis-je ?

Comme tout le monde, je suis persuadé de mon unité et me ressens comme un être toujours semblable à moi-même malgré le temps qui passe.
Comme je ne suis ni schizophrène, ni sous l'emprise d'une drogue, cette conscience de soi n'est pas déréglée. Naturellement, continuellement, je me ressens comme un moi libre et autonome.

Bien sûr, je pourrais modifier cette conscience, un peu de LSD et voilà le moi dissout, un peu de cannabis et voilà « Je suis Dieu ».

Baudelaire, dans les paradis artificiels, observe parfaitement l'inflation du moi sous l'emprise de la drogue.

" Voilà donc mon homme, arrivé à ce degré de joie et de sérénité où il est contraint de s'admirer lui-même. Toute contradiction s'efface, tous les problèmes philosophiques deviennent limpides, ou du moins paraissent tels. Une voix parle en lui (hélas! c'est la sienne) qui lui dit: «Nul ne connaît et ne pourrait comprendre tout ce que tu penses et tout ce que tu sens. Tu es un roi que les passants méconnaissent. »
Suivrai-je plus loin l'analyse de cette monomanie ? Expliquerai-je comment, sous l'empire du poison, mon homme se fait bientôt centre de l'univers ? Ne devine-t-on pas la fin ? Tous les objets environnants sont autant de suggestions qui agitent en lui un monde de pensées, toutes plus colorées, plus vivantes, plus subtiles que jamais et revêtues d'un vernis magique.
« Ces villes magnifiques, ces beaux navires, ces musées, ces bibliothèques, ces instruments rassemblés qui parlent avec une seule voix, ces femmes enchanteresses, toutes ces choses ont été créées pour moi, pour moi, pour moi ! Pour moi, l'humanité a travaillé, a été martyrisée, immolée, - pour servir de pâture, à mon implacable appétit d'émotion, de connaissance et de beauté ! »
Je saute et j'abrège. Personne ne s'étonnera qu'une pensée finale, suprême, jaillisse du cerveau du rêveur: «Je suis devenu Dieu ! » "

La conscience ordinaire se tient loin de ces deux extrêmes, ni un néant total, ni un Absolu rêvé. Entre n'être rien, sans conscience de soi et être Tout, être Dieu, il y a la place pour être un homme, non ?

Yan
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 28/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum