Houellebecq

Aller en bas

Houellebecq

Message par cedric le Mer 18 Fév 2015 - 10:56

Dernièrement sortait le dernier opus de Michel Houellebecq, Soumission. Personnellement j'ai toujours trouvé que c'était un grand écrivain, dans le sens ou il capte quelque chose du réel et parvient à le retransmettre, à le partager. Ce dernier bouquin raconte l'histoire d'un professeur de fac désabusé qui lui-même dépeint l'univers social de la société dans laquelle il évolue, la France, elle-même sujette à un changement paradoxalement doux : un changement de pouvoir, l'islam s'intronisant sur la place de la présidence, la France devenant une terre d'islam. Bref, Houellebecq décrit la fin de notre culture occidentale, de notre civilisation.

A la lecture de ce dernier ouvrage, il m'est apparaît que Houellebecq, au fond, adopte une position philosophique purement naturaliste à l'égard de l'être humain. Ce qui donne une sorte de posture à la fois froide mais touchante de l'être humain. Il ne fait pas autre chose que reprendre le flambeau d'un Schopenhauer ou d'un Cioran, en naturaliste. C'est à dire la thèse selon laquelle : l'être humain étant ce qu'il est, un animal, l'ensemble de ses désirs ne peut qu'être conditionné par la nécessité de sa survie la meilleure possible. Bref, du pur darwinisme social. L'homme ne peut qu'aspirer à la jouissance physique. La femme veut se placer et se reproduire.

Tout d'abord il me semble intéressant de noter que la posture philosophique naturaliste semble un peu dépassée, et remonte bien plutôt au 18 ème siècle. Elle possède une sorte d'autonomie et d'exactitude fermée qui lui accorde une sorte d'aura. Alors, comment une telle posture est-elle encore possible, comment peut-elle encore faire de l'effet ? Je pense que c'est surtout l'économie qui est restée naturaliste, et que par conséquent on envisage le domaine du social, et les êtres qui les composent, comme participant de la logique qui les domine. Et c'est cette méprise qui justement laisse la place à une sorte de mélancolie féodale, ou tout était, au moins, clair et déterminé.

En tout cas la thèse de l'auteur est un petit coup de flingue : le bonheur complet de la femme réside dans sa soumission à l'homme. Le bonheur de l'homme réside dans sa soumission à Dieu. Soumission.

cedric
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 440
Date d'inscription : 02/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Houellebecq

Message par Courtial le Mer 18 Fév 2015 - 11:24

Je crois que "Islam" veut dire "soumission", en arabe, non ?
De sorte que ce que tu décris comme la thèse de Houellebecq, n'est-ce pas plutôt sa définition de l'islam ? La femme se met un voile et l'homme s'accroupit vers la Mecque...

Quand je lisais des romans, je considérais aussi Houellebecq comme un grand (ou au moins un très bon) écrivain. Mais je n'en lis plus, je ne lirai donc sans doute pas celui-là....

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2004
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Houellebecq

Message par jghislain le Mer 18 Fév 2015 - 12:16

Tout dépend de la place que l'on peut offrir à la femme, au-delà d'une vue purement sexuelle. Et en général, une femme, surtout quand elle a reçu les lumières de la culture occidentale, n'a rien à envier à ses congénères musulmanes d'autres pays. A moins que l'on soutienne que la femme doit servir uniquement à procréer, alors on peut faire le lien entre le christianisme et l'Islam. Je trouve, d'après ce qui est rapporté ici et là, que ce roman est plus qu'irréaliste, puisqu'il semble assurer que le passage en France du couple religieux/laïcité vers un Islam se ferait en douceur et de façon on ne peut plus naturel. Je vous rapporte ci-dessous une vidéo d'une intellectuelle occidentale, sachant qu'il est aussi bon d'ouvrir les yeux sur la réalité de la femme en Islam, bien forcées de se soumettre, par la crainte et la barbarie, dixit le Coran.


_________________
La vérité n'est que la simple découverte du monde
avatar
jghislain
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 281
Localisation : Auvergne-Rhône-Alpes
Date d'inscription : 10/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumphilo.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Houellebecq

Message par cedric le Mer 18 Fév 2015 - 13:41

Courtial a écrit:Je crois que "Islam" veut dire "soumission", en arabe, non ?
De sorte que ce que tu décris comme la thèse de Houellebecq, n'est-ce pas plutôt sa définition de l'islam ? La femme se met un voile et l'homme s'accroupit vers la Mecque...

Quand je lisais des romans, je considérais aussi Houellebecq comme un grand (ou au moins un très bon) écrivain. Mais je n'en lis plus, je ne lirai donc sans doute pas celui-là....

J'ai pris une démarche inverse. Je peux encore lire quelques romans, selectionnés. Mais je ne peux plus lire d'essais.

Oui alors, la définition de l'islam comme aboutissement du postulat naturaliste lié à l'expérience de l'individualisme laïc. Paradoxal hein ... mais logique. Houellebecq est quelqu'un qui a poussé l'expérience de l'individualisme laïc, et qui se rend compte, à l'aube de la vieillesse, que cette position est douloureuse voire intenable. Ce que je trouve assez fort, c'est que sa position ne se veut même pas ironique, juste conforme à elle-même. Le naturaliste retombe sur une nécessité d'ordre supérieur comme nécessité d'organisation sociale. Car l'individualisme morcelle et fait des monades, qui, livrées à elles-même, ne parviennent pas à s'en sortir. Bref, l'idée selon laquelle la liberté tant vantée est illusoire, et se transforme en fardeau. Car le désir, lui, est fou et insatiable.

cedric
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 440
Date d'inscription : 02/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Houellebecq

Message par poussbois le Mer 18 Fév 2015 - 14:59

Salut Cédric, et merci : je voulais parler de ce livre que j'ai dévoré en 24h sans savoir par quel bout le prendre. L'angle naturaliste est parfait même si je pense que Houellebecq refuserait en partie cette appellation : ce n'est pas véritablement du naturalisme puisqu'il s'agit dans le cas présent d'un roman d'anticipation. Un genre de SF.

Pour Jghislain, attention, il s'agit bien d'un roman, pas d'un essai dont il serait justifié effectivement de discuter de la morale. A ce propos, Cédric, je ne sais pas si tu as lu la présentation du livre en 4eme de couverture, mais il est présenté comme un roman moral. Or, le personnage central est tout sauf moral, il est simplement opportuniste et d'une logique implacable, d'une grande lucidité également.

Pour Courtial, je pense que tu devrais faire l'effort de te le faire prêter au moins, ça devrait te plaire : il y décrit un petit monde parisien insupportable, nombriliste et prétentieux, qui va se faire botter le cul par des évolutions politiques qu'ils méprisées et qu'ils n'ont pas pu anticiper. Au final, les deux seuls personnages attachants sont un enseignant affilié au bloc identitaire (pas assez développé à mon goût) et le directeur de la Sorbonne qui s'est converti à l'Islam. Bref, de vrais acteurs politiques. L'hédonisme adossé à la sociale démocratie et l'hédoniste y est associé à la bêtise crasse, alors qu'il peut se développer de façon sereine au sein de mouvement comme l'Islam.

Que ce livre ait fait du bruit dans les petits cercles parisiens est évident et le plus amusant, c'est qu'ils ont démontré à quels points Houellebecq avait tapé juste : ils ont tous plus ou moins rejoué son roman sans s'en rendre compte. On comprend la jubilation de Houellebecq. C'est peut-être là la démonstration de son naturalisme, finalement. lol

_________________
Le Nord, c'est par là.
avatar
poussbois
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1623
Localisation : Petites Antilles
Date d'inscription : 18/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Houellebecq

Message par cedric le Mer 18 Fév 2015 - 18:14

Salut Poussbois, oui le genre est romanesque, disons que la thèse, l'ambiance, l'atmosphère est naturaliste.

Si le livre est moral, il l'est d'une manière bien particulière, comme si l'hédonisme le plus complet présupposait lui-même de manière stratégique, tactique, des règles " religieuses" . Car au fond Houellebecq est un hédoniste, ce qui l'importe c'est la sécurité de la jouissance, de la jouissance physique, sans forcément s'empêtrer dans une relation univoque contrariante. La polygamie est donc pour lui très intéressante. Oui, c'est une morale hédoniste en grande partie, dans le sens général que prend la notion d'hédonisme.

Apparemment Poussbois tu serais biologiste, si je ne dis pas de bêtise, et donc, a priori il me semble que tu dois te sentir assez proche d'une telle vision de la " nature humaine " dépeinte par Houellebecq, et tu dis que c'est d'une grande lucidité. Je me méfie de ce terme, comme si la lucidité consistait à décrire le comportement animal de l'homme. Ce terme a des consonnances de mort à mon sens, lucide, ça veut dire froid, mort. C'est un terme qui colle bien au naturalisme.

Ce qui est intéressant, c'est que la thèse du livre, car il y a bien une thèse, c'est la pensée de l'auteur, que l'on connaît chez Houellebecq, qui avec le temps devient quand même de moins en moins pessimiste de par, précisément, la prétention d'une réalité naturelle à laquelle il faudrait juste coller. C'est assez tentant je suis d'accord, mais ça ne me satisfait pas. Donc ce qui est intéressant, c'est que sa thèse s'oppose frontalement, radicalement, à la philosophie de l'ère du temps qui se résume à l'individualisme hédoniste. Houellebecq est anti-humaniste, pour lui, la pensée n'est pas prédominante, ce sont les instincts qui le sont.

Mais quand on parle d'individualisme ça se complique. A priori ça a l'air pas mal cette idée d'individualisme, dans le sens ou chacun pourrait développer ses propres goûts et capacités, et les partager avec des êtres qu'il choisirait lui-même au fil de son existence. Le problème c'est que, l'individu c'est une chose, mais il y a la vie sociale et économique. Or, si notre société se réclame de l'individualisme, elle n'en demeure pas moins régie par les règles implacables de l'économie. Donc, notre époque est paradoxale, qui pronne l'individualisme tout en l'empêchant. Développe-toi en tant qu'individu, mais sur tes temps libres. Le reste du temps, remplis ta fonction si tu veux vivre ! L'économie capitaliste est un peu comme une sorte de grand parc d'attraction. Mais toutes les attractions sont payantes. Les individus les plus individus sont ceux qui gagnent le plus d'argent. Donc, il me semble que tout ça est à prendre avec des pincettes. L'individualisme que l'on entend est celui qui désigne non pas la libération de l'individu, son épanouissement, mais bien plutôt d'un mode de vie basé autour de la monade qu'est un individu, et qui en tant que tel ne signifie rien, si ce n'est qu'il est seul.



cedric
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 440
Date d'inscription : 02/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Houellebecq

Message par poussbois le Mer 18 Fév 2015 - 22:39

Mon avis importe peu d'autant que j'en ai de moins en moins... ou disons que je suis de moins en moins sûr de moi.

Je suis biologiste et je reconnais l'importance des instincts et de l'éthologie, mais je m'intéresse également aux moralistes, à la construction de la collectivité. Pour l'instant, tout ça fait une immense bouilli dont j'ai du mal à sortir surtout après des livres comme celui-là. Ce que j'appelle lucidité, c'est plutôt lié au diagnostic des problèmes et des dysfonctionnement d'une société malade ou plutôt d'une implication de l'individu dans le fonctionnement social qui va mener les narrateur à sa perte s'il l'accepte. Le fonctionnement proposé, n'est possible QUE si on accepte les règles du jeu familiale et sociale. Or, j'ai l'impression que d'après Houellebeck, si on pousse la logique égocentrée et hédoniste proposée, on ne peut être que dégouté par ces familles prison et tendre vers une mysanthropie solitaire et donc faire exploser le système, ou tendre vers le suicide une fois qu'on est lassé des jouissances physiques et qu'on a atteint son apex intellectuel.

Et une autre de ses lucidités, est d'aller jusqu'au bout de son diagnostic et de reconnaître notre besoin de hiérarchisation et de soumission pour rentrer dans un système de la récompense plus que du mérite. Le fonctionnement islamique selon Houellebeck est d'ailleurs parfaitement éthologique : favoriser la reproduction des personnes sélectionnées par le groupe.
L'avantage de Houellebecq, c'est qu'au moins, il va jusqu'au bout de son raisonnement et il propose un système cohérent pour lui au moins. Il y a des participants ici-même qui pourrait s'en inspirer pour arrêter de tourner autour du pot. On serait surpris du résultat à mon avis.

Pour le reste et en imaginant qu'il propose un système cohérent et pas un roman d'anticipation, je le trouve difficilement attaquable. La seule chose qui me parait peu probable, c'est l'absence de trouble à l'ordre public qui suit l'arrivée des islamistes. Je n'y crois qu'à moitié, ces histoires de blocs identitaires seraient susceptibles de nous faire rentrer dans une vraie guerre civile entre deux camps que je ne rejoindrais ni l'un ni l'autre.

_________________
Le Nord, c'est par là.
avatar
poussbois
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1623
Localisation : Petites Antilles
Date d'inscription : 18/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Houellebecq

Message par Courtial le Jeu 19 Fév 2015 - 0:25

cedric a écrit:Le naturaliste retombe sur une nécessité d'ordre supérieur comme nécessité d'organisation sociale. Car l'individualisme morcelle et fait des monades, qui, livrées à elles-même, ne parviennent pas à s'en sortir. Bref, l'idée selon laquelle la liberté tant vantée est illusoire, et se transforme en fardeau. Car le désir, lui, est fou et insatiable.

D'après ce que l'on me dit (je rappelle que je n'ai pas lu le livre, ma question est donc réellement naïve), le sujet du livre n'est pas du tout l'islamisme ou la politique, mais en effet tourne plus autour du désir. D'après ces rapports, le héros du livre n'est pas plus musulman que moi mais surtout un baiseur insatiable qui voit plutôt dans l'islam le côté qui l'arrange, savoir la polygamie.
Il ne serait pas très loin alors (en tous cas il me fait penser) au héros des Particules élémentaires (sans préjuger de la ressemblance avec Hollande...).



Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2004
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Houellebecq

Message par neopilina le Jeu 19 Fév 2015 - 3:38

( Promis, juré, j'ai lu tout le fil. Il me semble qu'il est beaucoup question de matérialisme, alors que je vois écris " naturalisme ". Je dis ça parce que naturaliste, je le suis jusqu'à la racine, et c'est ça : http://fr.wikipedia.org/wiki/Naturaliste . Par exemple, la génétique non-méndelienne de grenouilles du genre Pelophylax ... non, je rigole !    . )

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4750
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Houellebecq

Message par cedric le Jeu 19 Fév 2015 - 10:01

Courtial a écrit:
D'après ce que l'on me dit (je rappelle que je n'ai pas lu le livre, ma question est donc réellement naïve), le sujet du livre n'est pas du tout l'islamisme ou la politique, mais en effet tourne plus autour du désir. D'après ces rapports, le héros du livre n'est pas plus musulman que moi mais surtout un baiseur insatiable qui voit plutôt dans l'islam le côté qui l'arrange, savoir la polygamie.
Il ne serait pas très loin alors (en tous cas il me fait penser) au héros des Particules élémentaires (sans préjuger de la ressemblance avec Hollande...).

Le sujet tourne toujours autour du désir avec Houellebecq, autour des relations hommes-femmes. Le héros cherche au plus court et au plus confortable. Ce qui m'étonne quand même, c'est que Houellebecq, pas une seconde, ne semble remettre en cause le système économique. Pourtant il le touche du doigt quand il dépeint un couple marié avec enfants, les deux ravagés par la routine et le peu de temps libre.

cedric
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 440
Date d'inscription : 02/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Houellebecq

Message par Courtial le Jeu 19 Fév 2015 - 10:26


Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2004
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Houellebecq

Message par cedric le Jeu 19 Fév 2015 - 12:34

J'appelle ça naturalisme car c'est une vision "darwiniste" de l'humain et de la sphère sociale, tout simplement. On dit ok, on est des bestiaux, ça marche comme ça, comme ça, point barre. Et ce naturalisme s'oppose à ce qu'on peut appeler l'humanisme au sens large. La différence entre les deux, c'est la valeur accordée ou non à la notion de pensée, d'esprit. Le naturalisme le dégage, l'humanisme mise dessus. Ce que Houellebecq fait au fond, et il se contredit lui-même, entre la vidéo que tu postes ou il fait l'apologie de l'individu et de la liberté et son dernier bouquin, qui est certes son évolution personnelle à lui, c'est qu'il va nier la valeur de la pensée au profit d'un bien être stable.

cedric
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 440
Date d'inscription : 02/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Houellebecq

Message par baptiste le Ven 20 Fév 2015 - 8:21

cedric a écrit:J'appelle ça naturalisme car c'est une vision "darwiniste" de l'humain et de la sphère sociale, tout simplement. On dit ok, on est des bestiaux, ça marche comme ça, comme ça, point barre. Et ce naturalisme s'oppose à ce qu'on peut appeler l'humanisme au sens large. La différence entre les deux, c'est la valeur accordée ou non à la notion de pensée, d'esprit. Le naturalisme le dégage, l'humanisme mise dessus. Ce que Houellebecq fait au fond, et il se contredit lui-même, entre la vidéo que tu postes ou il fait l'apologie de l'individu et de la liberté et son dernier bouquin, qui est certes son évolution personnelle à lui, c'est qu'il va nier la valeur de la pensée au profit d'un bien être stable.

Juste une question en passant, est-ce que tu ne construis pas une définition du naturalisme qui n'aurait d'autre fonction que de justifier ton discours?

baptiste
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 21/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Houellebecq

Message par Courtial le Sam 21 Fév 2015 - 14:59

Sans vouloir me substituer à lui, qui est assez grand pour s'expliquer lui-même, Cédric ne donne pas l'impression d'essayer de justifier quoi que ce soit par ce terme de "naturalisme". Il paraît plus occupé à tenter de décrire et d'assigner un terme à une position (dont on ne sait pas pour l'instant s'il l'approuve ou non, j'ai l'impression que non ou qu'au moins la question est suspendue).
Ma propre remarque en l'espèce visait surtout à savoir si ce terme traduit bien ce que veut faire Houellebecq.
Nous pourrons voir après si Houellebecq a raison ou pas.

Toujours la bonne vieille méthode, hein et qui a fait ses preuves :
Article 1 : qu'est-ce que ça veut dire ?
Article 2 : est-ce que c'est vrai ?

Ne brûlons donc pas les étapes, on n'en a pas fini, loin de là, avec le point n°1

Cédric invoque le darwinisme, c'est une idée, mais je ne sais pas si elle correspond à Houellebecq. Cette référence n'est en tous cas pas explicite dans son oeuvre (pour la partie que j'en connais). J'y lis beaucoup plus de freudo-marxisme (du Marcuse, pour faire court) ou quelque chose de reichien, des trucs comme cela.
Pour lesquels mon enthousiasme est très mesuré, mais c'est la seconde partie de la disserte et ce qui est le plus urgent, c'est de comprendre.
Après, on pourra juger.

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2004
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Houellebecq

Message par poussbois le Dim 22 Fév 2015 - 0:08

Le naturalisme vient naturellement s'inviter dans la discussion puisque le narrateur est spécialiste de Huysmans : une thèse, un livre, une pléiade à venir. Huysmans l'accompagne de façon plus ou moins lâche tout au long du livre. Ce qui est amusant, c'est la similarité de parcours des deux auteurs, le narrateur et son objet d'étude : un début de vie attaché au matérialisme et au naturalisme, une étape suicidaire, et une conversion. S'il est difficile de douter de l’honnêteté de la démarche de Huysmans, on peut cependant émettre des réserves sur celle du narrateur qui n'est poussé que par une approche utilitariste : islam = polygamie = chair fraîche + confort au foyer

Bon, d'accord, c'est du Houellebecq, pas du Huysmans ou du Maupassant. Ceci dit, il s'appuie sur une observation de notre société, une réelle analyse sociologique, politique et économique des évènements qu'il décrit. Le seul doute, je l'ai déjà émis, c'est l'aspect roman d'anticipation qui lui permet de s'absoudre d'un certain nombre d'éléments du réel qui manquent un peu à son livre.

Désolé, j'ai attaqué tout de suite le 2 sans passer par l'étape 1. Pour me faire pardonner, voilà la définition du naturalisme version courant littéraire (celui dont j'avais compris qu'on parlait, mais il faudrait s'en assurer) par le CNRTL :

Doctrine dont le principal porte-parole a été Zola, caractérisée par la volonté de peindre la réalité sociale dans tous ses aspects (notamment les milieux prolétaires), le recours aux méthodes de la science, le rejet du style, de l'intrigue, des personnages.

+

Représentation exacte de la nature, du réel.

C'est ce deuxième point qui me fait dire qu'on est un peu à la marge.

Huysmans a écrit:Je ne reproche au naturalisme ni ses termes de pontons, ni son vocabulaire de latrines et d'hospices, car ce serait injuste et ce serait absurde; d'abord, certains sujets les hèlent, puis avec des gravats d'expressions et du brai de mots, l'on peut exhausser d'énormes et de puissantes oeuvres, l'Assommoir, de Zola, le prouve; non, la question est autre; ce que je reproche au naturalisme, ce n'est pas le lourd badigeon de son gros style! C'est l'immondice de ses idées. Ce que je lui reproche, c'est d'avoir incarné le matérialisme dans la littérature, d'avoir glorifié la démocratie de l'art!
in : Là-bas

_________________
Le Nord, c'est par là.
avatar
poussbois
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 1623
Localisation : Petites Antilles
Date d'inscription : 18/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Houellebecq

Message par neopilina le Dim 22 Fév 2015 - 1:07

poussbois a écrit:Désolé, j'ai attaqué tout de suite le 2 sans passer par l'étape 1. Pour me faire pardonner, voilà la définition du naturalisme version courant littéraire (celui dont j'avais compris qu'on parlait, mais il faudrait s'en assurer) par le CNRTL :

Doctrine dont le principal porte-parole a été Zola, caractérisée par la volonté de peindre la réalité sociale dans tous ses aspects (notamment les milieux prolétaires), le recours aux méthodes de la science, le rejet du style, de l'intrigue, des personnages.

+

Représentation exacte de la nature, du réel.

Merci poussbois ! Je ne savais pas que cette veine se nommait " naturalisme ". Par contre, je connais l'usage du mot pour un mouvement pictural de la fin XIX° début XX° ( Naturalisme peinture , fiche wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Naturalisme_%28peinture%29 ).

_________________
C'est à pas de colombes que les Déesses s'avancent.
" Tout Étant est à la fois a priori Donné ( C'est, il est, et ça suffit pour commencer. ) et Suspect, parce que Mien ", " Savoir guérit, forge. Et détruit tout ce qui doit l'être ", ou, équivalents, " Tout l'Inadvertancier constitutif doit disparaître ", " Le progrès, c'est la liquidation du Sujet empirique, notoirement névrotique, par la connaissance ". Moi.

neopilina
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 4750
Date d'inscription : 31/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Houellebecq

Message par cedric le Dim 22 Fév 2015 - 10:52

Alors, 1) qu'est-ce que ça veut dire ? 2) est-ce que c'est vrai ?

1) Dans ce cas présent j'appelle naturalisme une tendance générale qui consiste à considérer l'étude de l'être humain principalement sous l'angle de sa tendance animale, au niveau de sa constitution propre et de son organisation sociale. Une tendance donc, qui a tendance à penser l'homme de par la notion d'organisme. De ses prédicats suivent ses conclusions, assignant à l'individu un rôle au sein d'un tout. La nature humaine étant, pour le naturalisme, une vérité.

2) Ma thèse, que je soutiens dans le fil que j'ai posté sur le rapport à la "croyance", c'est que la définition de l'être humain, basée sur la psychologie, est toujours une construction de l'esprit. Donc est-ce que c'est vrai ? Non ! C'est une esthétique, une esthétique naturaliste. Comme un tableau disons. Je préfère l'art contemporain.

L'intérêt qu'un tel roman suscite en moi, c'est de voir comment un grand auteur voit la société contemporaine, et comment il opère un retour à une vision que l'on prétend dépassée ... dans la mesure ou cette vision persiste dans nos paradoxes, la société actuelle étant en période de changements, de troubles. C'est le fait de penser cette actualité qui m'intéresse. Et pour penser cette actualité, la vision naturaliste ne suffit pas. Elle incarne une tentative désespérée de rattraper un peu de stabilité, de confort. Elle est touchant et elle nous habite tous.

cedric
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 440
Date d'inscription : 02/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Houellebecq

Message par Courtial le Lun 23 Fév 2015 - 15:43

Les choses se clarifient donc un peu : tu entends, Cédric, "naturalisme" au sens philosophique (ou, disons, sciences humaines), mais Neo ou Poussbois l'entendent au sens littéraire et esthétique.

Il y a en effet un courant qu'on nomme "naturalisme" en art (littérature, peinture, on a cité Courbet, on aurait pu aussi citer Flaubert, etc.). Sur ce plan, Houellebecq n'est sans doute pas "naturaliste" même s'il est vrai que comme eux il étudie la société etc. Au demeurant, dans la théorie littéraire et du point de vue des avant-garde (qui sont souvent les mêmes), le terme "naturaliste" (peu distinct du terme "réaliste") a pris un sens nettement péjoratif : c'est le roman "balzacien", qui prétend à proposer une forme d'objectivité, comme cela a été décrit par Maupassant : le romancier n'est qu'un homme qui promène un miroir sur le monde et dans son roman la société peut se voir elle-même. Cette prétention à l'objectivité - qui a ses raisons et témoigne d'un point de vue un peu élevé et sérieux - a été critiquée comme de la naîveté.
Pour le dire plus brutalement, dans le langage des gens de Tel Quel, du nouveau Roman ou de la littérature "moderne", un "roman naturaliste" signifie une merde, trompant en réalité le lecteur sur la nature de ce qu'il lit en le captant par des apparences de "réalité", d'imitation de la nature et autres manoeuvres pas très honnêtes et à visées essentiellement commerciales.

Mais tu ne vises pas cela, si j'ai bien compris, mais plutôt les attendus philosophiques, sociologiques, psychologiques : pas la manière d'écrire de Houellebecq, mais les idées qui s'y trouvent. Qui sont "naturalistes" au sens où la réalité humaine est perçue comme relevant essentiellement de sa nature, en particulier des déterminations biologiques et physiologiques, comme par exemple le fait qu'un mâle, quel qu'il soit, tend surtout à tirer des coups et que les autres formes de son activité s'expliquent surtout par là. Ainsi, la détermination essentielle chez l'homme politique consiste à trouver, à travers le pouvoir, les moyens de se fournir en "matos", c'est-à-dire de tâter de la meuf un maximum. (On peut me reprocher, à juste titre, de tout faire tourner à l'égrillard, au graveleux, mais je crois quand même sincèrement que l'homme politique, aux yeux de Houellebecq, c'est Strauss-Kahn, c'est pas Jospin. Il ne peut pas comprendre Jospin et il n'en parle pas. ).

Ces deux éléments ne sont pas complètement déliés, évidemment. Zola n'allait pas visiter systématiquement les chiottes que pour le plaisir (contrairement à ce qu'on lui a reproché). Il le faisait bel et bien parce qu'il pensait qu'on en apprend beaucoup plus là qu'en discutant comme un salonnard sur l'âme, la vérité, l'homme, etc.

Courtial
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 2004
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Houellebecq

Message par joseph curwan le Lun 23 Fév 2015 - 17:39

>>>Les individus les plus individus sont ceux qui gagnent le plus d'argent.>>>

à mon avis, ce sont plutôt ceux qui ont le plus de temps libre et qui savent comment l'employer.

on peut avoir beaucoup d'argent et être un parfait mouton.
avatar
joseph curwan
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 137
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://denishamel.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Houellebecq

Message par hks le Lun 23 Fév 2015 - 19:40

dans un test de personnalité ( proposé par rêveur ) j 'avais relevé cet item

Je préfère les livres où les événements sont racontés en détail à ceux qui permettent de saisir la valeur d'une idée philosophique
Les enquêtes de Zola sont remarquables. Et ses romans aussi d'ailleurs .
avatar
hks
Admin
Admin

Nombre de messages : 6702
Date d'inscription : 04/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Houellebecq

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum