(Introduction). Les problèmes fondamentaux de la phénoménologie.

Aller en bas

(Introduction). Les problèmes fondamentaux de la phénoménologie.

Message par jghislain le Mar 20 Jan 2015 - 3:53

Dans l'introduction, Heidegger précise que la démarche phénoménologique n'a rien d'un système à étudier comme on pourrait le faire épistémologiquement. A la place de vouloir la définir par un concept qui expliquerait ce qu'elle est avec son domaine d'application et ses généralités, mieux faut-il partir d'emblée de ses objets réels dont elle traite concrètement. Le seul problème étant de trouver le point de départ sur une base réelle, qui permette par la suite de conduire du particulier au fondamental. Il est à noter que son but n'est pas non plus d'avoir une certaine vision du monde, à l'arrivée, en cadrant en fait sur la personnalité d'un philosophe parmi tant d'autres.

C'est ce qui m'a toujours attiré chez Heidegger : la démarche scientifique qui n'a rien de définie d'abord. Se baser sur les objets réels, en particulier l'homme et le monde-alentours, pour mieux progresser vers une compréhension de l'être humain. J'avais quelque mal à comprendre son vocabulaire métaphysique, d'autant plus que chaque période de la philosophie donne des sens différents (l'Antiquité n'est pas le Moyen-Age, et Descartes n'est pas Kant...). J'avais quand même remarqué chez Heidegger un certain air de famille avec Descartes, je veux dire le côté scientifique. Comme cela correspond aussi à mon goût pour le réel tel quel, sans non plus rentrer dans un amor fati figé et béat, mais juste voir les choses, une réalité nue, parfois aussi sans vraiment en être, voilà une chose plaisante pour moi, voire utile. J'ai donc tout de suite fait confiance à Heidegger dès que je l'ai découvert, malgré l'odeur de souffre dégagée. Non pas que je ne me sois pas méfié, mais une "philosophie nazie" cela m'était apparu aussi aberrant que des "mathématiques protestantes", ou encore un "canard de langue française"... Non, définitivement, hormis le positionnement politique de Heidegger, sa philosophie restait de la philosophie, et rien d'autre, libre à ses détracteurs de disserter sur sa toge noire ou son éventuel mépris pour les calottes à cornes ? Voilà donc ce qu'est pour moi Heidegger, un philosophe moderne qui a su intégrer une démarche scientifique pour nous mener vers une meilleure compréhension de l'homme.

_________________
La vérité n'est que la simple découverte du monde
avatar
jghislain
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 281
Localisation : Auvergne-Rhône-Alpes
Date d'inscription : 10/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumphilo.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: (Introduction). Les problèmes fondamentaux de la phénoménologie.

Message par boutros le Mar 20 Jan 2015 - 15:28

Je pense que le point de départ chez Heidegger c'est le langage, d'où l'importance de l'analytique du Dasein. Quant à cette question de Nazi, je la trouve une affaire politique, on essaie par là d'inventer une nouvelle pratique, un nouveau concept gravissime: création d'une brigade discursive qui mettra fin à toute possibilité de philosophie ! Boutros

_________________
Boutros
avatar
boutros
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 124
Localisation : Maroc
Date d'inscription : 20/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://trib1.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum