la base de toute métaphysique, par walt whitman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

la base de toute métaphysique, par walt whitman

Message par joseph curwan le Mar 13 Jan 2015 - 9:28

récemment j'ai lu les feuilles d'herbe de whitman, et ça m'a beaucoup plus. on dit souvent que les démocraties occidentales n'ont pas de grands textes, de grands récits prophétiques qui peuvent rivaliser avec les grands textes des traditions religieuses, d'où un déficit symbolique. je crois que des textes comme ceux de whitman apportent la preuve du contraire.

*

The Base of all Metaphysics


AND now, gentlemen,
A word I give to remain in your memories and minds,
As base, and finale too, for all metaphysics.

(So, to the students, the old professor,
At the close of his crowded course.)

Having studied the new and antique, the Greek and Germanic systems,
Kant having studied and stated—Fichte and Schelling and Hegel,
Stated the lore of Plato—and Socrates, greater than Plato,
And greater than Socrates sought and stated—Christ divine having studied long,
I see reminiscent to-day those Greek and Germanic systems,
See the philosophies all—Christian churches and tenets see,
Yet underneath Socrates clearly see—and underneath Christ the divine I see,
The dear love of man for his comrade—the attraction of friend to friend,
Of the well-married husband and wife—of children and parents,
Of city for city, and land for land.

*
avatar
joseph curwan
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 131
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: la base de toute métaphysique, par walt whitman

Message par joseph curwan le Mar 13 Jan 2015 - 9:31

un autre poème de feuilles d'herbe :




Fils de Manhattan, Walt Whitman, un Kosmos !
Turbulent, charnel, sensuel, mangeur,
buveur, baiseur,
Pas sentimental, pas au-dessus des autres hommes, ni des autres femmes, ni à part d'eux,
Ni plus immodeste que modeste.
Qu'on dévisse les serrures aux portes!
Qu'on dévisse les portes de leurs charnières!
Si quiconque avilit quelqu'un, c'est moi qu'il avilit,
Tout ce qu'on dit ou fait, à la fin me revient.
En moi, la foule des vagues de l'afflatus, en moi le courant et l'index.
J'énonce le mot de passe primitif, je donne le signe de la démocratie,
Bon Dieu ! Je n'accepterai rien dont personne n'aurait la contrepartie aux mêmes termes.
Par moi, toutes ces voix longtemps muettes,
Ces voix d'interminables générations de prisonniers, d'esclaves,
Ces voix de désespérés, de malades, de voleurs, de nabots,
Ces voix de cycles de préparation, d'accrétion,
De fils connectant les étoiles, d'utérus, de semence de père,
De droits d'individus oppressés par d'autres,
De difformes, de laids, de plats, de méprisés, d'imbéciles,
De la brume dans l'air, du scarabée roulant sa boule de fumier.
Par moi les voix interdites
Les voix de la faim sexuelle, voix voilées - et moi j'enlève le voile -,
Les voix indécentes, clarifiées, transfigurées par mes soins.
Je ne me comprime pas la bouche, avec les doigts,
Je n'ai pas moins de délicatesse pour les intestins que pour la tête ou le coeur,
Le coït n'est pas plus sale pour moi que la mort,
Je crois à la chair, ses appétits,
Voir, ouïr, toucher sont des miracles, pas une des particules qui ne soit miracle.
Divin, je suis, dedans, dehors, sanctifie ce que je touche, ce qui me touche,
L'odeur de mes aisselles est arôme plus subtil que la prière,
Ma tête mieux qu'églises, que bibles, que credo...
avatar
joseph curwan
Digressi(f/ve)
Digressi(f/ve)

Nombre de messages : 131
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum